Interview

Baba Israël, Kiriakos (connu comme Yako 440), Jonathan (connu comme Duv) et Sean Nowell sont les quatre artistes américains formant le groupe Soul Inscribed, qui était à Maurice du 10 au 17 mars, sous le “American music award program”.

Le Mauricien a assisté à une interview de la Chancellor de l’African Leadership University (ALU), Graça Machel (voir biographie en encadré), par la Pr Pamela Gillies, Vice Chancellor de la Glasgow Caledonian University. C’était jeudi dernier, à l’occasion de l’African Leadership College Grand Opening Celebration Gala Dinner à l’hôtel Maritim, à Balaclava, en présence de la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, entre autres. Graça Machel parle du projet de Fred Swaniker (jeune entrepreneur co-fondateur de African Leadership Academy) qui vise à offrir des opportunités aux Africains à travers l’éducation.

Notre invité de ce dimanche est Ajay Gunness, le secrétaire général du MMM. Dans cette interview réalisée vendredi soir à son domicile, le SG du MMM qualifie l’action du gouvernement d’échec total, passe en revue des sujets d’actualité et explique pourquoi le MMM ira seul aux prochaines élections, avec Paul Bérenger comme candidat au poste de Premier ministre.

Ayant travaillé plus de trente ans en Angleterre, le Dr Rajat Goswamy, directeur de Harley Street Fertility Centre, à Floréal, vient de faire l’acquisition d’une nouvelle technologie en matière de traitement de l’infertilité : le ‘Time Lapse Photography’, permettant une meilleure sélection des embryons et de meilleures chances de grossesses. Selon le médecin, « un couple sur six rencontre des problèmes d’infertilité. Plus de 50% d’entre eux ont besoin d’avoir recours à la FIV ». Le sujet est-il tabou parmi les Mauriciens ? « Autrefois, les gens se résignaient en sachant qu’ils ne pouvaient avoir d’enfants. Aujourd’hui, quand ils savent que quelque chose peut être fait, qu’ils peuvent avoir leur propre enfant, ils sont prêts à en parler » observe notre interlocuteur.

Je souhaitais pouvoir offrir aux lecteurs de Week-End une grande  interview de Tahar Ben Jelloum, l'écrivain français d'origine marocaine, lauréat et membre de l'Académie Goncourt, qui vient d'effectuer une série de conférences à Maurice. Je pensais pouvoir le rencontrer dans le cadre d'un rendez-vous bien organisé dans un lieu clos pour lui poser des questions sur l'actualité en France et dans les pays arabes et la littérature et rebondir sur ses réponses. À la place, j'ai dû me contenter d'une conversation à plusieurs temps, souvent interrompue, devant le Bookcourt de Bagatelle, vendredi apres-midi. Voici  le  résumé du parcours du combattant que j'ai dû emprunter pour réaliser mon "interview" de Tahar Ben Jelloum. 

Écrivain, poète, chroniqueur ainsi que membre et lauréat de l’Académie Goncourt, Tahar Ben Jelloun est à Maurice depuis jeudi dernier pour une série de conférences. Hier, pendant la journée, il est intervenu à l’Open University sur le thème “Le racisme et ses nouveaux avatars”. Et à la Résidence de France en début de soirée, c’est sur le thème “Que peut la littérature ?” qu’il a élaboré. Dans un entretien accordé au Mauricien à l’Open University, Tahar Ben Jelloun souligne la différence entre la littérature et la chronique, qui traitent souvent de sujets d’actualités. Pour lui, « la littérature travaille en profondeur l’imaginaire des gens alors que la chronique est quelque chose d’immédiat, qui sert à s’exprimer sur le vif ».

« On ne change pas une formule gagnante », nous a déclaré le président de la MTPA, Arnaud Martin, avant son départ pour l’Allemagne pour rejoindre la délégation dirigée par le Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval, à la Foire de Berlin. Pour lui, la clé du succès réside non seulement dans une approche collégiale mais surtout dans la promotion de la marque Maurice à laquelle la MTPA consacre l’essentiel de son budget. La campagne de promotion cette année se poursuivra autour des principaux thèmes clés, à savoir l’attractivité, la visibilité et la qualité de la destination. La connectivité s’ensuit automatiquement, estime-t-il.

Ancien diplomate, spécialiste des relations internationales, Jean-Christophe Victor enseigne la géopolitique et présente « Le Dessous des cartes » sur Arte.TV. à l’invitation de l’ambassade de France à Maurice, Jean-Christophe Victor vient de donner une série de conférences sur la géopolitique. Il a accepté de répondre à nos questions.

Adil Ameer Meeah fait partie de ceux qui s'opposent au transfert du Parlement, du Prime Minister's Office (PMO) et des ministères à Heritage City. Dans un entretien accordé au Mauricien, notre interlocuteur attire l'attention sur les risques économiques et sociaux d'une telle démarche. « Il ne faut pas tuer Port-Louis », affirme-t-il, avant d'estimer que cela aura des conséquences déplorables sur la vie de nombreuses familles port-louisiennes.

« La baisse du prix des produits pétroliers constitue une manne absolue pour Maurice », reconnaît le vice-Premier ministre et ministre des Services publics Ivan Collendavelloo dans un entretien accordé au Mauricien. Il précise que le CEB a réalisé des profits de Rs 1,7 milliard en 2014 et de Rs 2,6 milliards en 2015. De plus, le CEB dispose de liquidités estimées à Rs 3,8 milliards. Ivan Collendavelloo insiste sur la nécessité de ne pas gaspiller ces profits et refuse toute idée de baisse de 15% des tarifs, qui ne bénéficierait, selon lui, qu'aux grosses entreprises. Il insiste sur la nécessité d'investir cet argent dans des outils de production.

La semaine dernière, le ministère de l’Énergie avait organisé un atelier consultatif sur la stratégie d’action de Maurice concernant la politique pour la promotion des énergies renouvelables. Les seules voix discordantes entendues étaient celles des représentants de la People’s Cooperative Renewable Energy Coalition. Michel Chiffonne, le porte-parole, nous explique leur colère envers les engagements non respectés de l’Alliance Lepep concernant les énergies renouvelables ainsi que la politique d’Ivan Collendavelloo, « qui va à l’encontre de ses promesses électorales ».

Notre invité de ce dimanche est le révérend Wavel Ramkelawan, candidat de l'opposition aux dernières élections présidentielles seychelloises. Dans cette interview réalisée cette semaine dans l'archipel, il nous livre son analyse de la situation politique et sociale de son pays. Il affirme également qu'après presque quarante ans de parti unique, les Seychellois sont prêts au changement politique qui se fera lors des prochaines élections, que ce soit lors du troisième tour des présidentielles ou lors des prochaines législatives.

L'ambassadeur de Maurice à Paris, Joël Rault, est au pays cette semaine pour quelques jours de vacances ainsi que pour discuter de questions administratives avec le gouvernement. Dans un entretien accordé au Mauricien, il parle de sa mission consistant à préserver les meilleures relations avec un pays de peuplement qui entretient des liens fraternels avec Maurice.

À quelques jours de la présentation de son nouveau spectacle Lavi zoli ! Lavi Komik !, l’humoriste Yanick Guylène nous parle de l’événement, des risques qu’il encourt en misant aussi gros, et aussi de son art. C’est un jeune homme sûr de lui et convaincu qu’il pratique un humour qui plaît aux Mauriciens qui a répondu aux questions de Scope. Il se livre, en attendant de souffler ses 33 bougies le jour de l’événement.

Est-ce que l’homme est devenu un anti-système? La question est posée car après l’entretien à bâtons rompus, Jeenarain Soobagrah se présente comme un candidat anti-système quitte à renier ceux qui lui ont ouvert les portes du board des commissaires  d’Administrateurs, connu depuis peu comme le board des Administrateurs du MTC. A l’heure du bilan de son année de présidence, Jeenarain Soobagrah n’hésite pas à parler de bilan positif, justement pour n’avoir pas évolué «pour un clan».

À l’occasion de son retour au-devant de la scène du PTr, Week-End est allé à la rencontre de Dev Virahsawmy, l’un des dirigeants emblématiques du MMM des premières heures. Il se veut aujourd’hui être l’un des sauveurs et le chantre de l’avenir du PTr où a évolué sa famille dans le passé. Il jette un regard très complaisant sur son “ami” Navin Ramgoolam et ses frasques, s’en prend à l’inertie de SAJ et fait comme souvent le procès des hommes d’affaires mauriciens qui sont capables du pire pour barrer la route à la démocratie. Ci-dessous les dires d’un vétéran qui affirme, sans ambages, que SAJ est devenu “gaga”

Notre invité de ce dimanche est Gilles Lalanne, directeur général de CFAO Motors. Ce nouveau groupe automobile, dont faisait partie IMC, représente depuis quelques semaines la marque Mercedes-Benz à Maurice. Dans l’interview qui suit, Gilles Lalanne analyse la situation du secteur de l’automobile à Maurice où la seconde main est en train de faire reculer le neuf. Il explique aussi les objectifs du nouveau groupe, la reprise de Mercedes-Benz et affiche son ambition de faire CFAO Motors un des principaux groupes du marché de l’automobile du neuf à Maurice.

Olivier Faron, administrateur du Conservatoire des Arts et Métiers (CNAM) en France, était à Maurice cette semaine afin d'étudier la possibilité d'avoir une antenne dans notre pays. Dans ce contexte, il a rencontré la ministre de l'Education, Leela Devi Dookun, ainsi que des acteurs dans le monde de l'entreprise. Dans un entretien accordé au Mauricien, il explique que le CNAM est un outil de promotion sociale et de reconversion réussie. Il annonce également le démarrage de la formation à distance pour des Mauriciens en partant de La Réunion à partir du 29 février.

Les derniers résultats de SC/HSC ramènent sur le tapis une question jugée taboue il y a encore quelques années : faut-il abolir le système d’examens SC/HSC ? Le directeur de l’Islamic Cultural College Form VI fait partie de ces professionnels de l’éducation secondaire qui en parlent ouvertement et sur un ton mesuré. Basheer Taleb, dans l’enseignement depuis quarante ans, est pour l’élimination des diplômes de fin d’études secondaires actuels et se prononce en faveur d’un système O Level/A Level. Une formule, qui selon lui, est en phase avec la tendance mondiale et correspond mieux aux aptitudes des jeunes Mauriciens et aux besoins du pays. Ce changement conduira à l’élimination du Laureat Scheme qui ne profite qu’à l’élite. Les réflexions de Basheer Taleb ne laisseront pas indifférent.

Gilbert Pounia, le leader du groupe Ziskakan, a bien voulu fouiller dans sa riche boîte à souvenirs pour nous, à l'occasion de son séjour mauricien. Il revenait d'un long séjour en Inde. Nous l'avons rencontré quatre jours avant le concert à l'IFM, qui a lancé Romans pou Rico, le double album anniversaire réalisé pour célébrer les trente-cinq ans du groupe. Remontée dans le temps, histoire de mieux regarder notre présent.

Après sept ans passés à Maurice, la psychanalyste Jacquemine Latham Kœnig a quitté Maurice pour retourner en France. Nous l'avons rencontrée  la semaine dernière semaine  avant son départ et la psychanalyste est revenu sur les espoirs et les déceptions de son séjour. Un séjour qui, a t-elle souligné, lui a beaucoup appris sur elle-même et sa profession.

Les pétarades pour acclamer les deux lauréats du collège quatrebornais se sont tues. Comme chaque année, en début d’après-midi, après la proclamation des résultats du Higher School Certificate, Jacques Malié, recteur du collège du Saint-Esprit, reçoit des parents d’élèves heureux ou inquiets. Mais vendredi dernier, c’était la dernière fois qu’il vivait les émotions que suscitent ces fameux résultats. Après 15 ans à ce poste et encore plus dans la vie administrative de l’établissement, Jacques Malié part en retraite et cédera son siège ce vendredi.

Dans le sillage de la visite au début de la semaine du ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, Le Mauricien a rencontré hier l’ambassadeur de la République populaire de Chine à Maurice, M. Li Li.