Interview

Jean-Clément Cangy lance cette semaine, en collaboration avec Immedia, une nouvelle édition de son livre Le Séga, des origines à nos jours. Un ouvrage qui met en lumière ce patrimoine culturel, symbole unificateur de la population dans sa diversité. L’occasion pour l’auteur de faire un constat sur la reconnaissance de cet héritage né dans les douleurs de l’esclavage, après son accession au patrimoine mondial de l’humanité. Jean-Clément Cangy dénonce le « silence » autour du sega tipik et s’interroge sur le rôle du ministère des Arts et de la Culture.

En marge d’une série de rencontres autour du roman Tropiques de la violence, la romancière mauricienne Nathacha Appanah, qui vit en France, a accordé un entretien au Mauricien en juin dernier. « Je reste persuadée que tout le monde peut écrire, mais que pas tous ne veulent écrire », affirmait-t-elle. Et d'observer : « Ce qu’on ne dit pas assez, c’est qu’écrire, c’est du travail. C'est un travail laborieux. C’est ce qui fait que beaucoup de gens arrêtent. » Nathacha Appanah était à Maurice à l'intiative de l'Institut français de Maurice (IFM) pour des rencontres publiques et scolaires de même qu'un atelier d'écriture à l'intention des jeunes. 

Yousuf Mohamed fait partie de ceux dont la voix s’est toujours fait entendre durant ces cinquante dernières années. Il avait grandi à côté de son père, sir Abdool Razack Mohamed, et connaît toutes les péripéties qui ont mené à l’accession de Maurice à l’indépendance.

« Nous avons beaucoup de jeunes très qualifiés mais qui n’ont pas l’expérience voulue. » Tel est le constat de Bruno Bathfield, fondateur et directeur de Myjob.mu, site de recrutement en ligne qui fête cette année ses dix ans. De 20 000 visites par mois, le site accueille aujourd’hui 300 000 visiteurs mensuellement alors qu’environ 1 200 nouvelles offres d’emploi sont proposées chaque mois. Quelque 60 000 candidats ont pu être embauchés à travers ce site depuis sa création. Se prononçant sur le chômage, Bruno Bathfield estime que le vrai problème ne réside pas dans le manque d’offre d’emploi. « Il y a du travail, mais le jeune est très sélectif. »

Notre invité de ce dimanche est Rajenrah Ramdhean, le nouveau président de la Mauritius Sanathan Dharma Temples Federation (MSDTF), association qui regroupe 285 temples du pays. Rajenrah Ramdhean a réussi ce que les observateurs politiques qualifient d’exploit lors des élections de dimanche dernier : battre Somduth Dulthumun, qui a dirigé la MSDTF au cours des quinze dernières années. Dans l’interview qu’il nous a accordée vendredi après midi, le nouveau président raconte son itinéraire, analyse les élections et donne des indications sur ce qu’il compte faire à la tête de la fédération pour les trois prochaines années.

Philippe Piguet est celui qui a réalisé la rétrospective Serge Constantin qui se tient actuellement au Plaza, à Rose-Hill, dans le cadre de la célébration de la naissance de l'artiste mauricien. Nous sommes allé le demander Philippe Piguet, qui est par ailleurs critique d'art, de nous parler de cette exposition et de nous partager ses réflexions sur l'art et les artistes à Maurice.

L'évêque d'Antananarivo, qui participe aux travaux du synode anglican pour la Province de l'océan Indien, a accepté de livrer ses réflexions sur la situation à Madagascar. Mgr Samoela Joana Ranarivelo adopte un ton plutôt positif en ce qu'il s'agit du processus enclenché à plusieurs niveaux pour la réconciliation nationale à la suite des différentes crises politiques ayant paralysé pendant longtemps le pays. En revanche, il reconnaît que Madagascar se remet difficilement sur les rails et tient les politiciens pour responsable de cette stagnation de la reconstruction. Au chapitre de la coopération régionale, Mgr Ranarivelo appelle les décideurs à « une nouvelle manière de faire » dans la pratique commerciale.

Les perspectives d'une croissance forte et soutenue de l'économie mauricienne restent difficiles, soutient le gouverneur de la Banque de Maurice (BoM), Rameswurlall Basant Roi, dans une interview accordée en début de semaine au Mauricien. Tout en appelant à une amplification des politiques visant à améliorer le climat d'investissement, le gouverneur, commentant les observations de la récente mission du FMI, affirme que la BoM a pris des mesures suffisantes pour préserver et protéger la stabilité financière du pays. Rameswurlall Basant Roi revient également sur les péripéties entourant l'affaire BAI et estime que l'épisode du spectre de cette affaire « nous hantera encore pendant un moment ».  

Le président de l'Human Service Trust, Premchand Boojhawon, raconte dans l'entretien qui suit toute l'histoire de cette organisation sociale et volontaire, qui célèbre ce mois-ci le 50e anniversaire de sa création. Il déclare avoir collaboré avec tous les gouvernements ayant dirigé le pays depuis l'indépendance mais nie « avoir jamais couru après les politiciens », ajoutant que « ce sont eux qui viennent vers nous ». Et de rappeler qu'à une époque, le cabinet comptait environ 50% de ministres qui avaient été formés par le swami Kishnanand Saraswati, fondateur de l'Human Service Trust.

Une nouvelle exposition sur Constantin le graveur et lithographe ouvre ses portes demain soir à l’Institut Français de Maurice. Le vernissage sera précédé par une conférence sur le même sujet, donnée par le critique d’art et commissaire d’exposition de cette rétrospective centenaire, Philippe Piguet, commissaire d’exposition. Accompagné ici de son commanditaire, David Constantin, peintre et cinéaste, il nous livre ses analyses. Éclectisme, éveil au merveilleux, paysagisme, incessante curiosité et transmission semblent être les mots-clés qui brossent le portrait de cet artiste, considéré comme un maître en peinture.

Producteur de musique et interprète simultané auprès d'organisations internationales, Percy Yip Tong est aussi un membre fondateur du Collectif Urgence Toxida. Partageant ses inquiétudes sur la « folle progression » de la drogue synthétique dans le pays, il pense que la décriminalisation des drogues douces pourrait renverser la situation.

Notre invitée de ce dimanche est Mme Geneviève de Souza, ancienne responsable de la Fondation Joseph Lagesse. Dans l’interview qu’elle nous a accordée jeudi dernier, elle situe l’action des ONG dans la lutte contre la grande misère à Maurice. En mettant l’accent sur les conséquences négatives des changements apportés par le gouvernement a la loi du CSR.

Ancien syndicaliste et enseignant de carrière pendant longtemps, Eliézer François continue toujours, à 81 ans, à s'engager activement sur le front social et politique au sein de son parti, le Mouvement Authentique Mauricien (MAM). Il y a deux semaines, il manifestait avec les Zenfan Rosbwa, réclamant la priorité d'embauche pour eux dans le port. Dans l'entretien accordé au Mauricien, il explique le sens de son combat « contre toutes les injustices et pour la justice » et rappelle les hauts faits de son passé de syndicaliste et de ministre, entre autres. De même que sa lutte pour que le lundi de Pâques soit décrété férié.

À l'occasion du 50e anniversaire de l'organisation des élections générales ayant mené à l'indépendance, le 7 août 1967, et dans la perspective de la célébration du 50e anniversaire de notre indépendance le 12 mars prochain, nous avons rencontré cette semaine le leader du MMM, Paul Bérenger, dont la carrière politique est étroitement liée à l'histoire de Maurice indépendante. Au cours de l'interview qui suit, il soulignera que l'indépendance est née dans des circonstances difficiles, rappelant les bagarres raciales et la coalition répression, avec une incursion inévitable pour souligner que Maurice célébrera l'année prochaine ces 380 ans d'histoire et que l'Isle de France a connu une première indépendance en 1796. Il conclut en disant que « le plus grand cadeau » que l'on puisse offrir au pays pour ses 50 ans d'indépendance serait l'organisation d'élections générales.

La clinique Fortis Darné, créée en 1953 par le Dr Darné, célèbre actuellement son 64e anniversaire. Dans l'entretien qui suit, la COO de l'institution, Unnati Negi, parle des progrès accomplis par la clinique au fil des années et, surtout, depuis le partenariat avec Fortis Healthcare. Elle dit être convaincue que la clinique « peut devenir une référence dans l'océan Indien ».

En visite à Maurice la semaine dernière, le secrétaire général de l'United Nations World Tourism Organisation (UNWTO) conseille aux autorités mauriciennes d’équilibrer leur produit touristique et de « ne pas se limiter aux touristes de plages ». Selon Taleb Rifai, Maurice a en effet le potentiel nécessaire pour développer un tourisme intérieur. À ce titre, il souligne, dans l'entretien qui suit, la valeur que représente la mosaïque culturelle et ethnique de Maurice avant d'ajouter que Rodrigues peut, de son côté, miser sur son authenticité pour sa promotion touristique.

Notre invité est le Senior Counsel Antoine Domingue. Dans l’interview réalisée hier matin, il passe en revue les travaux de la commission d’enquête sur la drogue et livre sa lecture de la situation politique et sociale du pays. Comme à son habitude, Me Antoine Domingue tient des propos sans langue de bois, qui devraient susciter des réactions.

Joseph Buisson Léopold est parmi les trois jeunes députés de l’Assemblée nationale à avoir récemment participé à un programme de familiarisation en Inde aux côtés de trente autres jeunes parlementaires de plus de quinze pays d’Afrique.

Depuis quelques jours, le président du Syndicat des Pêcheurs, Judex Rampaul, arpente les couloirs du ministère de tutelle en vue de trouver une réponse à sa question. Ayant appris que trois coopératives de pêche ont obtenu l'allocation pour l’achat de bateau semi-industriel, en vue d’aller pêcher hors du lagon, il exige de connaître leur identité, et ce pour « une question de transparence ». Ce faisant, il affirme surtout vouloir s’assurer que ce qui est destiné aux pêcheurs « ne soit pas attribué à d’autres ».

L’Assemblée de Dieu de Maurice vient de célébrer ses cinquante ans d’existence le mois dernier. En un demi-siècle, cette association religieuse, partie de strictement rien, compte aujourd’hui 144 églises à travers Maurice et revendique plus de 100 000 fidèles. Dans l’interview qu’il nous a accordée cette semaine, le pasteur George Leste, président de l’Assemblée de Dieu, raconte son parcours qui suit le cheminement de son association, un parcours jalonné de multiples obstacles. Son souhait pour les cinquante du mouvement : que cette association, qualifiée de secte au départ, soit légalement reconnue comme une religion.

Le front commun des syndicats du transport prévoit une grève de la faim la semaine prochaine pour protester contre le manque de garantie quant à leurs conditions de service après l’arrivée du métro. Gessyika Frivet, secrétaire du front et de l’Association Travailleurs Transport Autobus, explique les raisons de cette démarche. Elle dénonce le fait que le ministre du Transport, Nando Bodha, « n’a pas jugé utile d’écouter les travailleurs » de ce secteur pour connaître leurs inquiétudes. Elle regrette également que l’Alliance Lepep ait « changé de langage » sur ce projet après les élections.

La directrice exécutive de la Mauritius Family Planning and Welfare Association (MFPWA), Vidya Charan, soutient dans l’entretien qui suit que « si nous voulons vraiment encourager les couples à procréer, il faut les aider ». Selon elle, les autres membres de la famille, « dont les grands-parents devraient, sans qu’ils se sentent prisonniers, soutenir les couples dans cette tâche car, à la fin, c’est la famille qui sortira gagnante ». Elle répond ici aux questions liées à la population mauricienne vieillissante et au taux de fertilité qu’il faut augmenter afin d’avoir une population équilibrée.

Eric Mangar, manager du Mouvement Autosuffisance Alimentaire (MAA), estime que la sécurité alimentaire de la population est « menacée, car nous vivons dans la logique d'un système alimentaire mondial ». D’un  côté, dit-il encore, « nous produisons sur le plan local, mais de l’autre, l’importation est libéralisée et coûte moins cher », avec pour conséquence que « les consommateurs n’ont alors d’autre choix que de privilégier l’importation ». Selon lui, un grand travail d'éducation et de sensibilisation est nécessaire auprès de la population.

Notre invité de ce dimanche est Ram Seegobin, un des responsables du parti politique Lalit et observateur social. Au cours de l’interview qu’il nous a accordée vendredi, il passe en revue l’actualité politico-économico-sociale du pays et partage son analyse sur certains sujets.