Interview

Dhanesh Maraye, présenté comme candidat du PMSD, est un jeune professionnel de 42 ans. Il fait partie de ces jeunes qui se lancent dans la politique avec la volonté de participer au « wind of change », au renouvellement de la classe politique. Après avoir fait sa scolarité primaire et secondaire à Maurice, il a étudié la comptabilité en Grande Bretagne. Il est expert-comptable spécialisé en finances et dirige sa propre entreprise.

Notre invité de ce dimanche est une des victimes de l’affaire BAI-Bramer. Dans l’interview qu’il nous a accordée vendredi après-midi, Jean-Bruno Paquien décrit le parcours du combattant qu’ont été obligés de faire ceux qui avaient investi dans les produits de la BAI-Bramer avant sa fermeture brutale par le gouvernement, en avril 2015.

Astrid Dalais prépare actuellement avec Guillaume Jauffret Porlwi by Nature, la troisième édition de ce rendez-vous des arts qui draine chaque année des dizaines de milliers de personnes sur la capitale. Elle revient ici sur cet événement, ce que nous enseigne son succès populaire, et plus généralement sur ce qui pourrait contribuer à faire des arts et de la culture un nouveau pilier économique et un ferment de développement pour le pays.

Le début du nouvel examen du Primary School Achievement Certificate (PSAC), le mois prochain, fermera définitivement le chapitre du CPE. Les candidats prendront part les 29 et 30 août à deux matières, soit d’histoire/géo et de sciences. Ramesh Manrakhan, un des premiers officiers du Mauritius Examinations Syndicate, et qui a également occupé le poste de directeur de cet organisme, a été témoin de toutes les péripéties et controverses entourant le CPE . Dans l’entretien qui suit, il livre ses réflexions sur l’admission au collège, liée aux résultats des examens de fin d’études primaires, et ne cache pas sa préférence pour un système privilégiant la régionalisation, initié par l’ancien ministre Steven Obeegadoo et entré en vigueur fin 2002. « On a grandement résolu le problème d’admissions au collège depuis 2002 », dit-il, tout en concédant que la pression sur les « high demand schools » est toujours forte.

C’est un nom qui fait partie intégrante de la musique l’océan Indien. Vallen Pierre-Louis traîne derrière lui une expérience de plus de 30 années de carrière, qui l’a conduit de succès en succès. Il est le cofondateur du groupe Mannyok qui portera très haut les couleurs du drapeau national lors de la 8e édition des Jeux de la Francophonie qui se tient actuellement à Abidjan, en plus d’être finaliste de la 6e édition du Prix Musique de l’Océan Indien. Scope s’est entretenu avec l’homme derrière le tube à succès Ti Pier Louis, qui s’exprime sur la richesse musicale de son île Rodrigues.

Notre invitée de ce dimanche est le Dr Suzanne Chazan-Gillig, docteur en anthropologie à Paris V et ayant travaillé dans l’océan Indien. Après des travaux sur la société malgache, elle a passé six ans à Maurice pour des recherches sur le thème « Migrations, échanges et industrialisation dans la mondialisation des marchés ».

Ivor Tan Yan, activiste social et syndical du Mouvement Premier Mai porte de multiples casquettes : négociateur de la Federation of Progressive Unions (FPU), secrétaire de l’Observatoire de la Démocratie, Head de Young Professional YAC (Youth Against Corruption) et porte-parole du Kolektif Say No to Petroleum Hub.

Dans une interview accordée au Mauricien en marge de l'élection partielle annoncée au No 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes), le candidat désigné du Parti travailliste (PTr), ex-ministre et ex-député rouge, Arvin Boolell, observe que cette partielle « provoquera des élections générales anticipées ». Fort d'une longue expérience en politique, il affirme être « une passerelle » entre les jeunes et les moins jeunes au sein de son parti.

Nita Juddoo, candidate du MMM à l'élection partielle dans la circonscription Belle Rose-Quatre Bornes, s'est engagée dans la campagne électorale dès cette semaine après la validation de sa candidature par la régionale du MMM dans la circonscription n° 18. Âgée de 47 ans, cette native de Quatre-Bornes a grandi à la rue Ollier. Elle a fait ses études secondaires au Couvent de Lorette de Rose-Hill jusqu’à la Form 3 avant de se rendre à Paris où elle a entrepris sa scolarité jusqu'au Baccalauréat. Après un bref passage à Maurice, elle s'est rendue en Angleterre pour des études de droit. Elle détient une licence en communication. Mariée, elle a deux  enfants et a travaillé un moment à la MBC comme news editor puis au ministère du tourisme, avant de partir pour le Canada. De retour au pays, elle a travaillé chez AXYS pendant deux ans et demi. Elle s'adonne actuellement en freelance à la traduction juridique.

Coûteuse pour les contribuables, l’élection partielle annoncée au N° 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes) donnerait cependant « un avant-goût des alternatives offertes pour 2020 », estime Alexandre Barbes-Pougnet, président du Ralliement Citoyen pour la Patrie (RCP), qui briguera les suffrages dans cette circonscription. Dans une interview accordée au Mauricien, ce jeune juriste « engagé depuis toujours », et qui s’est joint à un parti depuis 2015, soutient que des élections générales anticipées déboucheraient sur « un vote précipité pour les anciennes formations ».

L’avocat Nilen Vencadasmy est connu pour avoir été président de l’Ong PILS et l’un des avocats de Rezistans ek Alternativ dans la plainte contre le Best Loser System. Depuis quelque temps, il s’est engagé à la réalisation d’un projet politique avec le mouvement Nou Repiblik. Il s’exprime sur la démarche de ce groupe de réflexion et sur une éventuelle participation à la partielle de Quatre-Bornes. Il partage également son opinion sur le défilé d’avocats devant la commission d’enquête sur la drogue et souhaite que des actions soient prises à la lumière du rapport de cette commission. Il invite également à ne pas jeter le blâme sur l’ensemble de la profession car, « comme partout ailleurs, il y a des brebis galeuses parmi les avocats ».

Ancien membre du MMM, Farhad Dowlut, qui a adhéré au MSM depuis les élections municipales de 2005 et qui est aujourd’hui maire de Vacoas/Phoenix pour une période de deux ans, observe que « l’affaire MedPoint avait pour seul but de nuire au plus jeune leader de Maurice (Pravind Jugnauth, Ndlr) ». Dans l'entretien qu’il a accordé au Mauricien dans le cadre de son investiture, il évoque ses priorités pour la ville et inscrit son mandat dans une politique de continuité. De même, il dit accueillir favorablement le projet métro express.

Dans l'entretien qui suit, la nouvelle maire de Quatre-Bornes, Soolekha Jepaul-Raddhoa, évoque son adolescence engagée, ses débuts en politique et la récompense de sa vie : son élection au poste de maire de sa ville natale. Elle exprime également sa volonté de ne pas se laisser distraire par cette partielle qui s'annonce, privilégiant la concrétisation des projets en cours.

Monseigneur Ian Ernest est à la veille de terminer son deuxième mandat d’archevêque anglican de l’océan Indien. Nous en avons profité pour lui demander un premier bilan de son mandat et pour l’inviter à commenter des sujets d’actualité.

Senior Lecturer en Media and Political Systems à l’Université de Maurice (UoM) et coprésidente du comité d’organisation de la conférence internationale dans le cadre des 50 ans de l’indépendance du pays, Roukaya Kasenally déclare dans l’interview qui suit que « sur le plan politique, le citoyen mauricien est très illettré ».

Hans Berty Marguerite, qui en était à son deuxième mandat comme conseiller à Curepipe, a été élu maire de la ville jeudi pour la période 2017-2019. Ce dernier se dit convaincu que le « métro express donnera un nouveau visage à la ville » de Curepipe.

Daniel Laurent a été élu mardi lord-maire pour un mandat de deux ans, qu'il dit vouloir honorer « la tête haute ». Pour ce faire, il privilégie l'homme et le place « au cœur de la ville ». Sa vocation dans la politique tire ses sources de son engagement dans le social. Le nouveau maire récuse dès lors le terme de « fausses promesses », soutenant que son travail reposera « sur l'honnêteté et la sincérité ». Voulant faire de Port-Louis une ville éclairée, il prévoit de lui redonner vie la nuit en permettant aux Portlouisiens de redécouvrir la capitale sous un regard neuf. Et à travers la Fête des voisins, Daniel Laurent veut apporter un rapprochement dans chaque quartier. Se qualifiant comme quelqu'un d'émotif qui « finn gagn leker mama », il se dit « sensible face à la misère d'autrui ».

Nous sommes allés poser des questions à Arvin Boolell, ancien ministre des Affaires étrangères, sur le vote de jeudi dernier aux Nations unies, le dossier Agaléga et sa demande à Roshi Bhadain de ne pas démissionner. Une demande qui n’a pas été agréée par l’intéressé mais qui a créé quelques remous au sein du PTr.

Dans l'interview qui suit Alain Ah Vee, de Lalit, affirme maintenir la demande de ce parti auprès du gouvernement « pour une visite officielle dans l'archipel des Chagos avec des représentants du gouvernement, de l'opposition, de la société civile, de la presse et des Chagossiens ». Il évoque aussi quelques grandes questions qui dominent l'actualité dont les mesures budgétaires, le prêt que Maurice a contracté auprès de l'Inde et le créole au parlement. Accueillant favorablement l'intervention en créole et le plaidoyer d'Alan Ganoo au parlement il estime qu' « il est l'heure que le créole trouve sa place dans le parlement aux côtés de l'anglais et du français. Ce sera une grande avancée pour la démocratie », affirme-t-il.

Malgré ses attraits touristiques, « Souillac demeure un village laissé à l'abandon », observe le secrétaire de l'Association des Amis de Souillac, Désiré Mario, professeur d'éducation physique, dans un entretien accordé au Mauricien à l'occasion de la célébration des 30 ans du jumelage du village avec la ville de Souillac de France. Dans ce contexte, une série d'activités sont prévues du 20 au 28 juin avec la visite d'une délégation de Souillac France à Maurice, menée par le maire de la ville, Jean-Michel Sanfourche.

Beaucoup de projets d'infrastructures sont mis en chantier « grâce à l'économie du pays, qui est relancée ». C'est ce qu'estime l'ingénieure environnementale Nadia Daby Seesaram, directrice de la société enviro-consult, un bureau d'études en environnement créé en 2002. Dans l'entretien qui suit, elle explique qu'il y a « énormément à développer dans les infrastructures et dans la construction ». Présidente sortante de l'Institution of Engineers Mauritius (IEM), elle interviendra vendredi à l'université de Maurice lors d'un atelier de travail sur le thème “Celebration of Women in Engineering Day 2017”. De formation française, elle a travaillé en France, aux Etats-Unis ainsi qu'au Canada avant de décider qu'elle avait « des choses à faire » pour son pays.

En prévision de sa venue prochaine, Scope interroge Nathacha Appanah. La romancière répond à nos questions à propos de Tropique de la violence, son dernier roman. Elle ouvre une fenêtre sur les complexités du métier d’écrivain : “J’apprends comment dire exactement, comment incarner justement, comment raconter sincèrement.” Décrire un temps particulier, dire un monde précis…

Depuis la semaine dernière, les relations entre le commissaire de police et l’inspecteur Jaylall Boojhawon, le président de la Police Officers Solidarity Union sont tendues. Son président, l’inspecteur Jaylall Boojhawon, affirme qu’il a été victime d’un transfert punitif, pour l’empêcher de mener à bien ses activités syndicales et annonce qu’il va saisir la justice contre le commissaire. Dans l’interview qu’il nous a accordée jeudi après-midi, Jaylall Boojhawon donne sa version des raisons de son transfert.

Le leader des Verts Fraternels, Sylvio Michel, a lancé dimanche dernier au Plaza son dernier livre « Combat Fraternels ». Dans cet entretien qu’il a accordé au Mauricien, il commente le budget 2017-18 dans la perspective de la lutte contre la pauvreté ; il retrace les grandes luttes que son défunt frère Élie et lui ont menées à côté des Chagossiens ; les raisons de leur rupture avec la cause chagossienne, et celles du changement d’appellation de son mouvement de l’Organisation Fraternelle en celle des Verts Fraternels et surtout de la nécessité d’adopter la stratégie de l’écologie politique pour faire avancer la cause des descendants d’esclaves pour une réparation.