Magazine

Parce que la Line Dance est conviviale et peut se pratiquer à tous les âges, tous les deux deux mois, les associations et clubs culturels de China Town organisent une démonstration sur de ce style musical sur l’amphithéâtre du Caudan afin d’initier le public à cette danse et pour le plaisir des anciens danseurs. L’événement de dimanche dernier qui cadrait avec les festivités du Nouvel An chinois a réuni de nombreux spectateurs. Nous vous proposons de découvrir cette danse issue de la Country Line Dance.
Comme son nom l’indique, la Line Dance est une danse effectuée en ligne, c’est-à-dire où les danseurs sont tous alignés les uns à côté des autres et les uns derrière les autres, en formant des lignes parallèles. La chorégraphie se répète face à quatre murs différents (correspondant aux quatre points cardinaux). La Line Dance est surtout associée, dans l’esprit du public, à la musique Country. Quoiqu’elle soit dérivée de la Country Line Dance, en réalité, la Line Dance peut aussi se danser sur toutes sortes de musiques : irlandaise, rock, latino, funky, dance ...Actuellement, on distingue trois grandes formes de danse en ligne : la danse en ligne sociale, descendante des années 60/70, plutôt enseignée en danse de salon; la Line Dance Country et la Line Dance plus moderne ; ces deux derniers styles pouvant être très proches, ils sont souvent enseignés ensemble.
Le signe distinctif de la Line dance se situe au niveau des bras ou plutôt au niveau du manque d’utilisation des bras. En effet, en club, les danseurs sont encouragés à placer leurs mains au niveau de la taille, dans les poches avants ou arrières du pantalon ou encore croisées dans le dos. C’est cette attitude qui donne à la Country et la Line dance une apparence similaire à la démarche d’un cow-boy. En Line dance, certains mouvements portent des noms particuliers : le jazz-box, le coaster step, le vaudeville ou encore le kick sont des pas classiques. De cette manière, les pas peuvent être compris par chacun et retenus de manière plus simple, car ce vocabulaire est employé dans toutes les langues.
Les chorégraphies sont classées selon leur niveau de difficulté et leur style. Elles comportent entre 32 et 64 temps en moyenne et peuvent contenir des variantes : soit un restart, qui est un temps de la chorégraphie où celle-ci s’arrête pour être reprise au début afin de concorder avec la musique, ou un tag. Le tag est un petit morceau de chorégraphie allant de 4 à 8 temps en général et qui s’ajoute à un instant précis de la danse. Des danseurs professionnels, souvent affiliés au World CDF, créent les chorégraphies, ensuite ils décrivent les mouvements sur une feuille, couramment appelée stepsheet par les instructeurs. Ces feuilles sont mises en ligne sur les sites officiels et sont libres d’accès pour tous. Chaque pas est numéroté afin de permettre au danseur de se repérer.
En règle générale, la line dance s’effectue en ligne. Cependant, elle peut encore s’effectuer dans 3 autres positions :
il existe ainsi les Line Dance « contra », qui sont en fait des Line Dance avec 2 lignes qui se font face-à-face, souvent en quinconce. Il existe aussi des Line Dance en cercle, même si elles sont plus rares. Enfin, un peu à part, mais souvent assimilées aux Line Dance, se trouvent les Partner Dance, c’est-à-dire des danses en couple chorégraphiées, celles-ci souvent effectuées en cercle, mais pouvant aussi se faire en ligne. En général, ce sont les mêmes pas pour les 2 partenaires (avec parfois de légers changements pour s’adapter à la position en couple) ; mais les pas peuvent aussi être symétriques (si l’homme va à droite, la femme ira à gauche par exemple) – (et toujours avec de légers changements d’adaptation). Pas d’inquiétude cependant, quand une danse en couple existe sur une chanson, on trouve aussi souvent une Line Dance qui va sur la même chanson. On peut également avoir des Partner Dance mixer, c’est-à-dire avec changement de partenaire. A noter qu’il existe aussi des danses qui peuvent s’effectuer à 3, voir à 4 !!! (phénomène quand même très rare)
Il n’existe aucune tenue obligatoire pour faire de la Line Dance. Cependant, à cause de son fort lien avec le monde de la Country, beaucoup apprécient de s’habiller à la mode Country, ou au moins américaine.
C’est à partir des années 1990 que la Line dance s’est réellement affirmée comme un sport à part entière. Pendant des années, la country avait été délaissée, car elle imposait d’être en couple ou de s’habiller en cow-boy. La Line dance prit sa place puisqu’elle est basée sur le rythme de la danse country, mais s’effectue seul. Peu à peu, des cours de Line dance apparurent en semaine au Midnight Rose en Pennsylvanie ou encore au Brandywine Volunteer Fire Department dans le Maryland. L’expansion fut rapide et le costume de cow-boy fut repris pour le plaisir par les adeptes tant confirmés que débutants : le temps d’une soirée par semaine, tous les pratiquants jouaient les cow-boys des villes.
La Line Dance nous vient des Etats-Unis. A cause de son lien très fort avec l’univers de la Country/Western, beaucoup imaginent qu’elle était dansée au temps du Far West. En réalité sa 1ère timide apparition date des années 1960, avec des danses telles que le Madison. Elle s’est peu à peu développée dans le courant des années 1970, et c’est au début des années 1980 qu’elle a trouvé sa véritable identité ; puis il faut attendre le début des années 1990 pour qu’elle connaisse un succès mondial et s’intègre définitivement dans le milieu de la Danse Country. En 1992, une nouvelle chorégraphie apparut sur la chanson Achy Breaky Heart de Billy Ray Cyrus. Elle ouvrit les portes à l’apparition de nombreuses autres chorégraphies, et ainsi à la conception d’un répertoire complet de danses en ligne.
Aujourd’hui le Line dance a atteint une renommée mondiale : on trouve des compétitions régionales, nationales et internationales. Une fédération a été créée au niveau international, le World CDF[3] (world Country Dance Federation) qui possède des représentants un peu partout dans le monde. Les compétitions nationales sont régies par le world CDF et sont accessibles à différents niveaux. Pour monter de catégorie en catégorie, il faut obtenir des points en se plaçant sur le podium des compétitions nationales.

Elle était mère d’une grande fratrie de 13 enfants, issus de son mariage avec mon père feu Hakim Razzaque, originaire de Trinidad. Atteinte de la maladie d’Alzheimer ces dernières années, elle s’est éteinte ce jeudi 9 février. Elle qui avait une joie naturelle contagieuse était hélas ! devenue l’ombre d’elle-même.

La jeune étoile montante de la chanson mauricienne, Jane Constance, est arrivée au bras du producteur Percy Yiptong, vers 11 heures 30 hier pour se joindre à la conférence de presse et délivrer son message d'espoir pour l'île Maurice de demain. Elle a en effet accepté d'être l'ambassadrice de la capsule temporelle. Puis de sa voix délicate, qui sait monter en puissance quand il le faut, elle a entonné une chanson sur son rêve d'un monde meilleur, qu'elle a elle-même écrite il y a quelques mois. La jeune fille a pris sur son temps de récréation au collège Saint-Nicolas de Phœnix, où elle est en lower 6, pour cet événement. Elle était comme toujours accompagnée par ses parents.

Le concessionnaire de voitures Leal a présenté à la presse le premier véhicule 100% électrique de Renault mardi dernier au Concept Store de la marque, à Pailles. Eric Leal, CEO de Leal, et Louis-Philippe Gueho, COO Sales de Renault, ainsi que Virginie Quevauviliers, COO Marketing, étaient également présents lors de ce point de presse.

La capsule temporelle imaginée par l'équipe de Moris Dime a été dévoilée au public hier matin peu après 10h au Caudan Waterfront, à deux pas du casino. Autant dire qu'un premier rêve se concrétise et déploie ses ailes puisque ce conteneur, transformé en studio d'enregistrement itinérant, porte désormais un grand papillon aux tons vert, bleu et jaune, imaginé par l'artiste Joshila Dhaby. Ouverte à tous les Mauriciens, chaque jour de 10h à 18h jusqu'au 26 février, cette capsule est une invitation au rêve, où l'on peut enregistrer ses vœux les plus chers pour Maurice dans les 25 prochaines années.

Gilliane Li, gérante du restaurant Le Shabu à Grand-Baie, propose une expérience culinaire à travers l’Asian BBQ et le Steamboat. Cette ancienne hôtesse de l’air est fière d’être la première à Maurice à présenter ce concept nouveau, qui tire ses sources du sud-est de l’Asie.

La Société musicale a dévoilé l’essentiel du programme que le pianiste français Maxime Zecchini interprétera le 22 février à partir de 19h à l’Étoile, chez Eureka, à Moka… Ce spécialiste du répertoire particulièrement original pour la main gauche prévoit de jouer la fantaisie en D mineur de Mozart. Il présentera également une autre fantaisie (opus 76) d’un autre enfant prodige du piano, qui a créé et joué à une autre période, au XIXe siècle, à savoir Charles Valentin Alkan, dont la musique, considérée comme originale et brillante, était particulièrement appréciée dans les salons de musique. Pourtant, ce jeune compositeur, qui s’est retiré de la scène à un moment de sa vie, n’a pas l’occasion de jouer ses propres partitions durant sa carrière de soliste.

Le Château de Labourdonnais a repris des couleurs en se modernisant et en dédiant un espace à la galerie d’art qui abrite des tableaux de Vaco Baissac et des peintures haïtiennes autour de l’art contemporain. La deuxième nouveauté porte sur le goûter d’Antoinette, une pause thé à l’ancienne privilégiée dans le temps par la propriétaire des lieux, Antoinette Wiehe. Cette dernière réunissait à l’occasion ses petits-enfants autour d’un thé et de gâteaux faits maison dans un esprit de famille. Afin de faire revivre ce lieu aux visiteurs, Bernard Maurice, coordinateur de la restauration intérieure au Château de Labourdonnais, nous conte avec une touche personnelle l’histoire liée à ce lieu qui, dit-il, a attiré 38 000 visiteurs en 2016.

L’univers mystique, coloré aux sonorités les plus plurielles et peuplé d’une myriade de Mauriciens pure souche, de Zulu, cet artiste d’une rare étoffe, est en proie ces jours-ci à une dense mutation. Raison ? Lui et sa “Tribu”, soudée par la très méticuleuse Uvi, mettent la dernière main, ou, serait-on plutôt tenté de dire, sculptent les meilleures notes pour que Tango Blues, le troisième album solo du bluesman du sud, prenne naissance sous les meilleures étoiles… Incursion dans l’ambiance feutrée du studio Scorpio, à Petite Rivière, le temps d’une séance d’enregistrement.

Titanium Travel Club, avec à sa tête Moshin Moossa, a lancé hier à l'hôtel Voilà, Bagatelle, la nouvelle application mobile Voyaz, dédiée, comme son nom l'indique, aux voyageurs mauriciens. Pour marquer cette première du genre à Maurice, des acteurs de compagnies aériennes ont été conviés à se familiariser avec ce nouveau concept. L'appli, disponible sur Apple Store et Play Store (Android, Google), permet de s'informer de toutes les destinations proposées, et ce parfois au meilleur tarif. L'autre attrait du programme réside dans les “last deal minute”, où des prix promotionnels sont proposés. L'objectif est de regrouper, sur une même plateforme, toutes les agences de voyages. Moshin Moossa s'attend pour sa part à recevoir la visite de plus de 10 000 utilisateurs dans les six mois.

Jusqu'au 19 février, le Shangri-La’s Le Touessrok Resort & Spa célèbre une nouvelle collaboration culinaire et gastronomique avec La Petite Maison de la Côte d’Azur, une enseigne que tient Nicole Rubi et qui a fait son succès auprès du roi et de la reine de Jordanie, d'hommes politiques ou encore de vedettes de la chanson et du cinéma. À tel point que son enseigne est accompagnée de la devise « Tous célèbres ici ». Pour la mise en place du pop-up restaurant de La Petite Maison au Shangri-La’s Le Touessrok Resort & Spa, c'est la fille de Nicole, Anne-Laure Rubi, qui se trouve aux commandes pour une expérience gustative unique, dont le concept tourne autour d'un art convivial et du plaisir du partage.

La rockstar pakistanaise Atif Aslam avait fait fondre les cœurs romantiques lors de son dernier concert à Maurice en décembre 2013. Il nous revient plus fort que jamais avec sa chanson Tere Sang Yaara, du film Rustom – qui a remporté le titre de chanson de l'année en 2016. Il donnera un unique concert soutenu par 16 musiciens le 16 avril à 20h au centre Swami Vivekananda, à Pailles, à l'initiative de Super Unic Events, dont le directeur, Dooshiant Ramluckhun, affiche la satisfaction concernant l'engouement du public. Il note avec satisfaction que depuis l'ouverture de la billetterie chez Otayo le 9 février, jour du Thaipoosam Cavadee, quelque 1 200 billets ont déjà trouvé preneurs.

« Femmes des plantations » propose un nouveau regard sur les femmes laboureurs. De moins en moins nombreuses à travailler dans nos champs de cannes, elles sont indéniablement la cheville ouvrière de notre histoire agro-industrielle. Pour les peintres, elles ont souvent fait partie des paysages qu'ils représentaient, mais elles n'ont finalement commencé à constituer un thème de création à part entière qu'assez récemment, paradoxalement à partir du moment où centralisation et mécanisation galopantes aidant, la prise de conscience de la disparition de ce métier s'est développée. Le photographe Patrick Jelin leur rend hommage en leur confiant un objet d'art… Exposition à découvrir à la galerie du Mahatma Gandhi Institute (MGI) du 1er au 8 mars.

L'écrivain Carl de Souza est invité ce soir à 18h au Centre culturel d'expression française, à Curepipe, à confesser « ses convictions littéraires »… Gageons que l'auteur de La maison qui marchait vers le large ou des Jours Kaya révélera quelques indices sur son prochain roman. Le centre culturel invite le public à le mettre littéralement sur la sellette, à le presser de questions et, même, « à chercher, en ses écrits, citations l'incriminant ». Que la passion et l'humour l'emportent !

“Sa frer la pe rod dezagreman ar sa bann kamarad artis la.” Un honorable pékin parachuté au poste de Grand argentier, ce serait impensable, n’est-ce pas ? C’est hélas une réalité pour la culture. Et ça, sous maintes couleurs de gouvernements. À presque 50 ans d’indépendance, le chemin vers le progrès est long. Le Mauricien s’ignore. Ignore encore et toujours tout de sa personne. N’est-ce pas important de savoir qui nous sommes ? A priori non.

Depuis le début de 2017, Avi Gopee, ou tout simplement Avi, est passé sur une autre fréquence. C’est désormais sur les ondes de Top FM que les auditeurs peuvent capter tous les matins la voix de ce grand timide extraverti, lors du Breakfast Show.

Après environ dix ans de silence, le groupe de rock Biocide reprend du service, avec un concert prévu le 11 mars. La formation proposera une vingtaine de chansons de hardcore metal pour permettre à leurs fans de revivre les années 2000, au temps où ils cassaient la baraque lors de leurs concerts.

Établi en Suisse depuis deux ans, Mevin Ramsamy, alias Nivem, lance fin février à Maurice son troisième album solo, Alter Ego. Un opus de seize titres, majoritairement en français. Avec également quatre morceaux en créole, dont un dans le style saga, histoire de ne pas oublier le bon vieux temps de son ancien groupe, Evoloziq, qui en avait fait sa marque de fabrique.

Des singes chapardeurs, des “bébêtes-ciseaux” qui n’ont peur de rien, un gecko qui se prend pour un papillon, un “courtpas” bien trop rapide… Le bestiaire mauricien, paru en décembre 2016 aux éditions Atelier des Nomades est un album de contes inédits et contemporains écrit par Shenaz Patel et illustré par Emmanuelle Tchoukriel. La poésie des histoires et la délicatesse des aquarelles transportent le lecteur dans un fabuleux voyage au cœur de la faune mauricienne.

Cette brûlante envie de servir, Prix Jean Fanchette 2015, décerné par Jean-Marie Le Clézio. Cette pièce sera jouée au Théâtre Serge Constantin, les 3 et 4 mars, dans une mise en scène de Gaston Valayden. Lindsay Dhookit aborde avec Scope l’élaboration de cet ouvrage politico-satirique. Du caustique à prévoir sur les planches. Sans déflorer l’intrigue, l’auteur caresse des sarcasmes à l’égard de ceux qui sont mandatés pour nous servir.
Entretien avec un libre penseur.

Situé à Quatre-Bornes, le Vintage Lodge est un lieu idéal pour ceux qui souhaitent passer un moment calme, loin des tracasseries du quotidien. Avec ses quatorze chambres et son décor digne d’un hôtel, il offre à sa clientèle une expérience unique, alliant tranquillité et confort.

Caustat, c’est avant tout l’histoire d’un atelier de couture empreint de tradition et d’un savoir-faire qui a contribué à sa réputation depuis 1926. Déjà trois générations qu’on y est tailleur de père en fils. Tout comme Georges Raoul Caustat, son petit-fils Sanjay Ramchandar confectionne des costumes sur-mesure et faits main.

Ce 21 février, cela fera dix-huit ans que Kaya a été retrouvé mort dans la cellule No 6 d’Alcatraz, le centre de détention des Casernes centrales. La poésie de sa musique militante et des bribes de l’âme d’un peuple qu’il chantait sont parties avec lui. Dix-huit ans après, le deuil n’a pas été fait; la perception demeure que justice ne lui a jamais été rendue. D’où ces quelques mots adressés à Kaya pour que le souvenir demeure et que l’oubli ne l’emporte pas.

La capsule temporelle dans laquelle Meta-Morphosis propose à tout Mauricien d’enregistrer un message vidéo, un vœu, un espoir, un engagement pour l’île Maurice de demain, arrive au Caudan vendredi matin. Pour cette première étape du périple de ce studio itinérant aménagé dans un conteneur, la capsule sera ouverte au public tous les jours du 17 au 26 février, de 10 heures à 18 heures. Habillée par trois artistes mauriciens qui se sont exprimés sur le thème du recyclage, elle permet aux participants de faire une photo de famille gratuite et de repartir avec, une fois que leur message pour l’île Maurice de demain aura été enregistré.