Magazine

François Leguat a quitté au mitan de sa vie sa Bresse natale (il avait 50 ans) pour fuir la répression qui risquait de l’accabler comme tous ses frères et sœurs protestants ou huguenots vivant en France, suite à la révocation de l’édit de Nantes décidée par Louis XIV. Il s’exilera en Hollande en août 1689 avant de partir vers l’océan Indien en quête d’un Eden qu’il ne trouvera pas… Mais les deux longues années qu’il passera à Rodrigues apporteront les premières descriptions de la vie qui grouillait sur cette île jusqu’alors inhabitée.

When young dodos meet young dragons est le titre du prochain ouvrage que lancent les éditions de l’Atelier, à l’Institut français de Maurice, le jeudi 30 octobre, à 18 h.

« Sans savoir où nous allons, tout ce qui a accompagné l’idée de progrès — économie, démocratie, travail, politique, société — est en train de changer ; en un mot, les rapports de l’homme à son évolution et à la nature du progrès sont à inventer. » Ces quelques mots qui concluent l’essai paru fin 2013 chez Odile Jacob, du paléoanthropologue français Pascal Picq, De Darwin à Lévi-Strauss, ne viennent pas dire que l’homme doit recréer la vie dans des laboratoires de biologie ou trouver la formule génétique du surhomme ou de l’homme évolué, bien au contraire ! Un ouvrage de réflexion qui envisage tous les enjeux de la diversité aujourd’hui, à mettre entre toutes les mains.

Du 15 septembre au 19 octobre, des Mauriciens, tous âges confondus, ont pu être initiés à la peinture chinoise par le grand maître Li Ruiqun, venu de la province de Liaoning. Cet héritier du patrimoine culturel immatériel chinois est aussi un spécialiste de l’art au fer rouge. Le Mauricien l’a rencontré au Centre culturel chinois (CCC) à l’occasion d’une exposition de ses travaux et des œuvres issues de cet atelier. La venue de ce grand maître d’art à Maurice s’inscrit dans le programme culturel de l’ambassade de Chine qui, tous les ans, fait venir des personnes-ressources pour animer des conférences et des ateliers ainsi que faire la promotion d’une province chinoise.

Le dernier visiteur de marque attendu au pays dans le cadre du grand concert national au stade Anjalay ce soir, à savoir Farhan Akhtar, arrive au pays aujourd’hui à 9h50 en provenance de Dubai. Il sera accueilli à l’aéroport Sir Seewoosagur Ramgoolam par le chef du cabinet du ministère des Arts et de la Culture, Chettandeo Bhugun, ainsi que des représentants du Bureau du Premier ministre et de l’agence événementielle Spellmedia.

Le salon Vog, situé rue St-George à Port-Louis, a rouvert ses portes depuis quelques semaines, apportant un nouveau savoir-faire et un nouveau style. Aujourd’hui, toujours sous la direction de Sounia, le salon se perfectionne et propose un nouveau concept pour les femmes, avec par exemple la possibilité de se coiffer très tôt le matin avec un petit budget, ou encore des poses de vernis offertes…

L'artiste Salim Currimjee est bien connu à Maurice pour ses propres tableaux, qu'il expose régulièrement dans des lieux souvent inattendus, tels des bâtiments en voie de rénovation. Aussi est-il connu en tant qu'architecte.

Les cimaises de L’Atelier accueillent, jusqu’au 4 novembre, 19 photographies en couleur de François Wiehé, un regard d’auteur sur les lignes infinies des îles vierges, images réunies sous le titre Naufrage. Ce jeune réalisateur, qui a fait de la photographie son mode de vie, témoigne à travers cette première série de l’expérience – quasi initiatique – qu’a représentée pour lui la fréquentation répétée des innombrables îles de Saint-Brandon.

Le court-métrage de Mohamed Saïd Ouma a clôturé le festival Île Courts aux côtés de quelques autres films en cristallisant, autour de l'histoire de Magid, les diverses facettes de l'existence comorienne. La relation qui s'instaure en une vingtaine de minutes, entre l'enfant malade débarqué clandestinement à Mayotte et la jeune infirmière Sara, femme déterminée envers et contre le traditionalisme de sa mère, délivre un message d'ouverture et d'espoir pour l'île départementalisée…

Avec À l’ombre de Ratsitatane, Patrice Canabady nous plonge dans l’univers et le destin tragique du prince Ratsitatane, avec la contribution d’historiens de Maurice et de Madagascar, dont le récit est illustré par une bande dessinée en formation.

Madhuri Dixit, l'une des grosses pointures de Bollywood, est arrivée à Maurice – avec sa belle-mère, son manager et ses agents de sécurité – ce matin peu après 11 heures pour participer à un National Divali Show organisé par le ministère des Arts et de la Culture demain à partir de 19h au stade Anjalay, à Belle-Vue.

Pour célébrer la fête de la lumière comme il se doit, la famille Rambaree a choisi un menu traditionnel : ti-puri et currys végétariens. Comme chaque soir, ils se réunissent autour de la table et discutent de choses et d’autres. Cette semaine, ils nous invitent à partager leur repas, nous content l’ambiance de Divali et nous confient quelques petits détails de leur quotidien.

Les 22 et 23 octobre, les Mauriciens de la communauté tamoule et de foi hindoue célèbrent la fête de la lumière, qui symbolise la victoire du bien sur le mal. Les foyers seront ornés de lumière et des gâteaux traditionnels seront partagés. À Maurice, Divali est célébrée comme une fête nationale. Toutes les communautés s’émerveillent devant la beauté de la lumière.

Malgré les critiques et les opinions négatives, les concours de beauté ne cessent d’attirer les jeunes Mauriciennes. Il y en a de plus en plus. Pour celles qui y participent, c’est l’occasion rêvée de tenter de se démarquer et de se faire remarquer, d’une manière ou d’une autre…

Trois artistes, trois médiums, trois techniques et trois perspectives différentes réunies dans une même exposition. Jocelyn Louise, Jean-Yves Lonflé et Pascale Lolih exposent actuellement leurs œuvres à l’Alliance Française de Bell Village.

Christine Duvergé décroche une bourse sports-études au Michigan State University en 1988. Après un parcours en athlétisme, elle enchaîne avec un doctorat en littérature française et enseigne à l’université de Californie, état où elle vit avec son mari. Elle a récemment lancé son premier roman, Camp Agonie.

Il est ce rockeur qui est remonté aux sources vivifiantes de la musique américaine. Ben Harper est un artiste qui a su puiser dans des répertoires aussi divers que le folk, la pop, le gospel ou le reggae. Benjamin Harper soufflera ses 45 bougies le 28 octobre. Un âge idéal pour faire le point.

Sur la scène du MGI, Anna Patten danse avec Sanedhip Bhimjee. L’artiste disparu, projeté sur écran géant, donne corps et âme à une chorégraphie qui permet au virtuel d’effleurer le réel. Elle danse pour lui, vers lui.

Abaim revient à la genèse et sort Nomm mwa : Sega Tipik. Treize titres qui s’inspirent des règles du typique pour le conjuguer au présent. Un véritable travail de sauvegarde présenté dans le rythme et à travers de jeunes voix adaptées au genre.

Les élèves du Certificate of Primary Education viennent de passer leurs examens et attendent les résultats qui détermineront leur entrée dans un collège. Nous avons interrogé quelques-uns pour leur demander comment s’est déroulée cette année importante. Ils nous confient leur état d’esprit et nous parlent de leurs ambitions.

Ils seront au stade Anjalay Coopen, Belle Vue, le 25 octobre, à partir de 19h. Une belle occasion pour voir briller Madhuri Dixit et Farhan Akhtar, qui seront accompagnés d’une trentaine d’autres artistes de Bollywood. Une grande fête pour célébrer Divali à l’initiative du ministère des Arts de et la Culture.

Steeven Poonnusami, du Lux* de Grand-Gaube, est un chef qui sait flatter le palais de ses convives. Avec 15 ans d’expérience dans le domaine de la pâtisserie, il étonne plus d’un avec ses créations. La dernière en date est la “trilogie du sorbet tropical aux meringues de coco”. Dans le cadre de la fête Divali, il nous livre ses recettes de gâteaux traditionnels.

Le Mahatma Gandhi Institute (MGI) accueillera un spectacle de chants et de danses tibétains ce dimanche. Le Tibetain Art Group of China est originaire de « la région de Lin Zhi, de la province du Tibet ». Sa venue à Maurice s'inscrit dans le cadre de l'accord d'échange culturel entre la République populaire de Chine et Maurice.

Depuis une semaine, In’A Coiffure a ouvert ses portes au Fon Sing Building, à Port-Louis. Le salon propose des coiffures et des maquillages festifs pour la fête de Divali et les fêtes de fin d’année. Des packages coiffure-maquillage-épilation sont proposés dans le cadre de l’ouverture de ce nouveau salon.