Magazine

L’Ambassade des Etats-Unis à Maurice et aux Seychelles, en collaboration avec le groupe Rogers Reef Conservation Mauritius, Le Caudan Waterfront, l’Institut français de Maurice et Microsoft Indian Ocean Islands Ltd sont à l’initiative d’une exposition liée au réchauffement climatique. “Climate Change: An Artist’s Perspective” : ce sont les récents travaux de l’artiste américaine Yolanda del Riego basée à Madrid.

Le but ultime de la National Art Gallery est de provoquer une discussion autour de la diversité culturelle, de faire appel à des créateurs d’images qui nous correspondent indépendamment de facteurs tels l’origine, le statut social économique, etc. “Cultural Diversity : A visual Celebration of Living Cultural Treasures” est le thème d’une compétition organisée par la NAG pour célébrer le World Day Cultural Diversity for Dialogue and Development. Les gagnants sont connus. Une exposition de photographies montrant les travaux des finalistes s’est tenue au Centre Culturel

Ustad Shujaat Husain Khan qui jouit d’une grande popularité à travers le monde grâce à sa maîtrise du sitar, ses airs classiques et soufis, a eu l’occasion de donner la pleine mesure de son talent vendredi soir au centre culturel Indira Gandhi à Phoenix à l’initiative du groupe Currimjee et de l’agence Immedia.

Le festival de films africains consacré à Nelson Mandela se tiendra jusqu’au mardi 26 juillet dans plusieurs endroits de l’île.

Les Mauriciens se préparent à vivre un événement musical exceptionnel le 30 juillet au Centre swami Vivekananda à Pailles où le chanteur et compositeur indien de renommée internationale, Shankar Mahadevan reprendra les titres qui lui a permis d’imposer sa marque de fabrique. Les organisateurs ont noté un engouement pour les billets et ceux dans la catégorie bronze sont déjà épuisés et il y a peu de billets disponibles dans les autres catégories dont VIP et Platinum.

À l’entrée de son domicile à Plaine-Verte, une vitrine présente quelques pièces rares : des fers à repasser côtoyant machine à coudre datant du 18e siècle et autres objets ménagers. Âgé de 62 ans, Adam Annut, spécialisé dans la vente de matériel de pêche, a constitué une collection disparate de divers objets. Dans une pièce insolite, il dévoile non seulement des souvenirs de famille, mais aussi des trouvailles provenant des poubelles...

Depuis la fin de la semaine dernière GOPIO (Global Organization People of Indian Origin) s’est enrichie d’un nouveau chapitre réunissant des membres locaux au sein de GOPIO, Quatre-Bornes. Ce chapitre a été mis sur les fonts baptismaux devant une nombreuse assistance mauricienne et une importante délégation venant de l’étranger (Etats-Unis, France, Afrique du Sud) tous réunis à la mairie de Quatre-Bornes. L’invité de marque à cette fonction était le président p.i. de la République, S.E. Paramasivum Pillay Vyapoory. S.H. le Maire de Quatre-Bornes, Atmaram Sonoo, était aussi présent. La haute commission indienne à Maurice était représentée par Mme Devi Gopinathan.

Le Domaine de Labourdonnais offre désormais bien plus que son magnifique jardin et son Château. À partir du mois de ce mois, deux nouvelles activités viennent renforcer sa palette de services. Il est désormais possible d’effectuer des promenades à bord d’un petit train flambant neuf ou de s’embarquer pour une balade unique grâce au vélo à 14 places.

Pour ne pas rompre avec la tradition, la communauté musulmane Ahmadiyya a reçu à dîner bon nom de leurs compatriotes toutes confessions confondues dans le sillage de l’Eid-ul-Fitr. C’était en début de semaine à la Nusrat Mosque à la rue Rémy Ollier à Quatre-Bornes. Parmi les notables présents, les ministres Ravi Yerrigadoo (justice) et Pradeep Roopun (autonominisation), des membres de l’Assemblée nationale, des religieux, des maires et conseillers, des professionnels de tous bords, le vice-Premier ministre et ministre du Tourisme qui s’est félicité de sa 11e participation à cet incontournable Eid Dinner qu’organise la communauté musulmane Ahmadiyya chaque année.

Nous sommes au début du 18e siècle, les Français ont succédé aux Hollandais en cette île Maurice devenue île de France. Malgré une occupation de 112 ans, l’intérieur du pays est resté à bien des égards une grande forêt vierge. Suivant le mandat du Roi Louis XV, l’île est gérée par la Compagnie des Indes orientales. Cette compagnie à but lucratif veut mettre à profit les terres. Un Conseil supérieur nommé veut développer l’île déserte et invite les colons de l’Hexagone de s’y établir en échange de concessions. Les concessions simples seront de 156.1/2  arpents, d’autres de 625 arpents. Les heureux bénéficiaires auront à leurs dispositions une main-d’œuvre servile et des semences. En 1830, 426 concessions d’une superficie de 302 026 arpents auront ainsi été allouées.

Pour une quatrième édition de l’exposition de ses photographies, l’artiste Ariane L’Homme a choisi de s’allier avec Allied Motors. Le vernissage a eu lieu jeudi soir à Audi Zentrum, State House Avenue, Réduit (de l’autre côté de l’autoroute, en face de Bagatelle Mall). C’est autour de la thématique «Nature Nôtre, Fragile, Fugace et Résiliente» qu’Ariane a choisi d’organiser la présente expo de photos.

Profitant des vacances scolaires, la direction de La Vanille Nature Park, à Rivière-des-Anguilles, organise une journée d’activités et de visite au parc à l’intention de 160 enfants venus de diverses organisations du Sud. La journée démarrera à 8h30 et la ministre de l’Égalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille, Aurore Perraud, sera présente.

Pour célébrer les musiques typiques de l’océan Indien – le sega tipik pour Maurice, le Maloya pour La Réunion, le Moutia pour les Seychelles ou encore le séga chagossien – Bruno Raya, de Live n Direk Entertainment, soutenu par le ministère des Arts et de la Culture, organise une journée d’atelier dans divers coins du pays aujourd’hui. Ce projet culminera en un grand concert ce soir à partir de 18h au Mahébourg Waterfront.

Le festival de film sud-africain, qui a démarré hier avec le film Mandela : Long walk to freedom, du réalisateur sud-africain Anant Singh, fait aussi place à quelques courts-métrages mauriciens, dont Medy, qui témoigne de la vie d’un sans domicile fixe (SDF). Une histoire fondée sur l’expérience vécue de ses réalisateurs, Désiré Prévost et Sada Rajiah. Le film est présenté aux festivals internationaux de films de Rotterdam, aux Pays-Bas, et de Venise par la Mauritius Film Development Corporation (MFDC).

L'école de musique chinoise est depuis toujours installée au Student Bookshop, mais les répétitions qu'elle tient actuellement pour son 30e anniversaire ont besoin d'espace pour accueillir les nombreux musiciens impliqués dans la préparation de ce concert exceptionnel. Elles ont lieux chaque soir dans un autre lieu emblématique de Chinatown, à savoir à la Chinese Middle School, qui fête cette année ses 104 ans. Une bonne occasion pour en savoir un peu plus sur ces beaux instruments asiatiques, aux sons si subtiles et envoûtants. Rendez-vous sur réservation le 30 juillet, à 19h30, au Centre culturel chinois, pour un concert gratuit.

Le GEF Small Grants Programme-UNDP, le National Park and Conservation Service (NPCS) du ministère de l’Agro-industrie et la Fondation Ressources et Nature (FORENA), avec le concours des Mauritius Fire Services, invitent les Mauriciens à découvrir le parc national de Bras-d’Eau dans le cadre de la 2e édition de Rando découverte.

Les musiciens et amis d’Abaim présentent leur livre sur la ravanne le 30 juillet, sous le titre o ti le la la e ravann. Attendu depuis un moment, cet ouvrage bilingue, en créole et en anglais, comprend une partie imprimée et un DVD.« Konn li, aprann zwe li », comme l’indique le sous-titre, est à comprendre comme l’association d’un manuel d’apprentissage de la ravanne, d’une méthode nouvelle pour en écrire et lire la musique, et d’une présentation générale qui aborde à la fois l’origine et l’histoire de l’instrument, les différents types d’interprétation que le tambour mauricien permet ainsi que sa fabrication.

Le séminaire qui s'est tenu mercredi à l'université sur “The making of Aapravasi Ghat WHS : 10 years after” a permis non seulement d'annoncer de bonnes nouvelles quant au renforcement de l'enseignement de l'histoire dans nos institutions scolaires (voir notre édition d'hier en page 10), mais aussi de faire le point sur le chemin parcouru depuis l'inscription du site sur la liste du patrimoine mondial, avec aussi entre les lignes les nouveaux champs de recherche en cours et les enjeux que représente le patrimoine port-louisien aujourd'hui en matière de développement économique dans la capitale.

Penny Siopis fait partie des artistes suffisamment présents dans le fonds d’art de Salim Currimjee, pour que la prochaine exposition de l’Institut d’art contemporain de l’océan Indien (ICAIO) y soit entièrement consacrée. L’œuvre Shame figurait en bonne place dans l’exposition précédente, qu’avait concoctée la spécialiste indienne Zasha Colah, sous le titre I love you sugar cane. L’artiste arrive la semaine prochaine pour entre autres donner une conférence, exercice auquel le lecturer est rompu, et pour finaliser cette exposition qui habitera la galerie du 4 août au 17 novembre.

Ustad Shujaat Husain Khan, le célébrissime joueur de sitar et l’une des voix puissantes et prenantes de la musique classique indienne, donnera un unique concert ce soir à 20h au Centre culturel Indira Gandhi, à Phoenix, à l’initiative du groupe Currimjee et de l’agence Immedia. Lors d’une rencontre avec la presse hier dans le cadre enchanteur de l’hôtel Le Paradis, au Morne, en présence de Bashir Currimjee, le directeur du groupe Currimjee, et de Rama Poonoosamy, le directeur de l’agence Immedia, Ustad Shujaat Husain Khan, a séduit grâce à sa dignité et à sa force de caractère.

“Aquacasia”, tel est le titre d’un livre contenant une soixantaine de recettes de cuisine indianocéanique, venant de Maurice, de La Réunion, de Madagascar, des Seychelles, des Comores, du Sri Lanka, d’Indonésie, des Maldives et d’Australie, publié par l’hôtel Shanti Maurice et qui sera lancé samedi. Comptant 208 pages, c’est l’œuvre du chef Willibald Reinbacher et du photographe Lukas Lienhard.

Ustad Shujaat Husain Khan est à Maurice depuis hier pour un unique concert prévu demain à 20 heures au Centre culturel Indira Gandhi, à Phoenix. Ses deux musiciens, Amit Choubey et Sapan Anjaria, et lui ont été accueillis par le directeur de l’agence Immedia, Rama Poonoosamy, et Kamini Bubooa.

Sous les projecteurs depuis le naufrage du cargo MV Benita, le petit village côtier du Bouchon, dans le sud, n’est pas sorti de sa quiétude. Si sa plage a gagné en notoriété, le village se laisse (re)découvrir en toute simplicité. Malgré l’effervescence suscitée par la présence du cargo battant pavillon libérien, Le Bouchon n’a pas changé ses habitudes.

Ongles parfaitement manucurés et silhouette élancée, visage de poupée sublimement maquillé, longs cheveux noirs, Manika Sanyasi, perchée sur des talons aiguilles, a l’apparence d’une bimbo des temps modernes. Née à Paris de parents mauriciens, elle a grandi à Londres où, en véritable chef d’orchestre, elle s’est lancée dans le wedding planning. Depuis l’année dernière, la jeune fille a décidé de se consacrer à l’organisation de mariages à Maurice. Elle s’est vite fait une place au paradis, avec sa compagnie, La Soirée D’élite.