Magazine

Comme si on avait tourné le bouton de cette immense radio qu’est l’existence, Mimi Labat s’est tue à jamais, mercredi de la semaine dernière. Celle que l’on avait surnommée avec raison « The Voice » s’est éteinte à l’âge de 104 ans. Hommage à la légende des ondes radiophoniques mauriciennes, dont la voix a séduit des générations entières d’auditeurs.

Il y a cinq ans, je vous avais proposé le portrait de Valérie Gerval, Mauricienne qui s’était installée à Rodrigues pour y ouvrir un salon de thé-pâtisserie. Malheureusement, un peu plus d’une année après le début de sa success-story professionnelle, Valérie a été la victime d’un accident qui lui a fait passer des mois dans le coma, subir des opérations et perdre plusieurs de ses sens. Lors d’un récent séjour à Rodrigues, j’ai retrouvé Valérie qui entame une nouvelle vie. Rencontre avec une battante qui revient de très, très loin.

Quelles sont les dernières tendances en matière de piscine ? Comment bien aménager un intérieur rétro avec des objets récup ? Quelle couleur d’aluminium choisir cette année pour vos fenêtres ? Comment être écolo et respecter l’environnement en utilisant des produits ménagers sains ? Au Salon de la Maison et du Jardin qui se tient à Pailles jusqu’à cet après-midi, les exposants déploieront le meilleur de leur expérience pour délivrer le maximum d’informations, de conseils tout en présentant des nouveautés....

« Reggae pou konbat la povrete », soutient Bruno Raya, membre organisateur de l’événement reggae de l’année. Dans le cadre du Reggae Donn sa 7, prévu pour le samedi 6 mai, le chanteur Gentleman sera de visite dans la région ouest pour rencontrer ses fans.

Artiste, coiffeur, coloriste, Fabrice Perissinotto vit et travaille à Bordeaux avec son associée Vania Laporte, forte d’une grande expertise. Elle est femme d’affaires et ambassadrice L’Oréal. Fabrice trouve dans la coiffure un champ d’expérimentation inépuisable. Il réalise toutes sortes de prestations capillaires, du très classique au très punk, pour une clientèle qui assume son style. Il s’est illustré en 2016 lors de « The Mentor », un concours international coiffure et mode (organisé par Estetican et Work et MCB by Beauté Sélection) qui réunit les 4 meilleurs candidats et qui lui a permis d’innover en développant une technique à partir du noir appliqué sur le cheveu pour révéler, par la chaleur, des couleurs variables sur une coiffure.

À peine s’était-elle remise de la perte de 500 de ses habitants emportés par une épidémie de la variole que l’île Maurice, alors colonie britannique, sera frappée par l’un des cyclones les plus dévastateurs de son histoire. Cette nuit du 29 avril 1892, de triste mémoire, comme si La Faucheuse avait résolu de jeter son dévolu sur l’île, 1 200 personnes perdirent la vie, des habitations détruites, des navires engloutis, les chemins de fer bloqués... Avec des rafales supérieures à 156 milles/h, la capitale ne fut pas épargnée, le violent cyclone provoquant de lourds dégâts. Le bilan matériel et humain étant catastrophique, et ne pouvant gérer seule un tel désastre, l’île Maurice fera appel à l’aide britannique..

À tous ceux qui aiment qu'on leur raconte des histoires en y mettant le ton et l'émotion requis, Pratik Ghosh de la société Add Value Technology, propose la première plate-forme de « storytelling » pour smartphone. Cette application, qui encourage l'oralité et peut démultiplier à volonté la transmission de toutes ces histoires vraies, fictives, drôles, dramatiques, fantastiques, sentimentales, morales, critiques (etc !) que l'on aime entendre ou raconter à ses amis, a été lancée le 15 avril dernier à Rose-Hill. Disponible actuellement pour les téléphones Androïd, elle peut désormais être téléchargée sur Google Play.

« Picasso a dit “Un peintre peint ce qu’il vend. Un artiste vend ce qu’il peint”. J’essaie d’être un artiste. » Fabien Cango a terminé une petite conversation téléphonique avec nous sur cette citation pour nous parler de sa quête, inlassable, en peinture. Le peintre de Terre-Rouge n’a pas exposé en solo à Maurice depuis 2001, et sa dernière contribution publique remonte à 2004, en France, à Fontainebleau. Il vous confiera qu’il n’a pas besoin d’exposer car les gens qui aiment sa peinture viennent le voir directement dans son atelier. Mais quand Charlie d’Hotman la fondatrice de la galerie Imaaya a insisté, il s’est laissé faire et ne le regrette pas. Nous non plus ! Immensément petit : trente-cinq tableaux et une dizaine de dessins à savourer.

Le premier tome de la bande dessinée Histoire de Maurice n’est pas l’adaptation grand public d’ouvrages historiques existants, mais bel et bien une création, avec une approche assumée de l’histoire. Ici, l’être humain, de la base au sommet de la hiérarchie sociale, prend tout son relief dans la mécanique complexe et plurielle d’une nation naissante. Et ces premiers pas de la colonisation lèvent le voile sur une île-monde qui se construit sur la rencontre et le métissage. Humaniste, cette BD l’est par son traitement de la matière humaine et parce qu’elle s’adresse aussi à tous les jeunes de 7 à 77 ans, et au-delà !

La première édition du Prix de poésie Édouard Maunick que l’agence Immedia a lancé en juin 2016 a trouvé une issue heureuse en tous points de vue hier en fin de journée à la salle du conseil de la municipalité de Port-Louis. Au 15 décembre dernier, 329 poèmes ont été envoyés dans les trois langues d’expression requises, le kreol, le français et l’anglais. Le jury présidé par Ananda Devi a donc eu fort à faire et le choix a été si délicat qu’il a été décidé d’attribuer le prix à deux lauréats ex aequo, Gillian Geneviève et Helena Lutchman. Et des mentions spéciales ont été prononcées pour cinq auteurs candidats.

Traiter la cause et non seulement les symptômes de la maladie est un concept qui était déjà présent dans les anciennes médecines de l’humanité, qu’elle soit la médecine traditionnelle chinoise (MTC) ou l’ayurveda, pour ne citer qu’elles. Comme elles, l’homéopathie considère que l’être humain est doté de trois « corps » : physique, émotionnel et spirituel. Que ces trois corps sont parfaitement interreliés, c’est-à-dire que tout ce qui se passe à un niveau entraîne des répercussions immédiates aux autres niveaux. C’est ainsi que la spagyrie, médecine alchimique, attache une importance particulière à travailler de manière globale sur ces trois niveaux pour soutenir le processus de guérison. Après une conférence consacrée à l’introduction de cette approche énergétique, le Dr James Naidu, chimiste et homéopathe a, lors de trois journées tenues à l’École mauricienne de Bien-Être (EMBE), Curepipe, présenté aux professionnels de la santé, les différentes formules spagyriques par thème et leurs diverses applications dans la gestion des problèmes de santé.

Pendant toute une semaine, durant ce mois dédié à la poésie aux États-Unis, l’Américaine Dasha Kelly Hamilton – auteure, conteuse, poète et femme entrepreneur – a touché le cœur de centaines de Mauriciens, de différentes sphères de la société, à travers des ateliers d’écritures, de poésies, de slam et d’entreprenariat dans le but de leur faire prendre conscience de la puissance des mots, de l’importance de la clarté de la pensée et du partage. Ce faisant, elle rejoint l’idée du poète américain Marc Kelly Smith, ancien employé du secteur de la construction qui ne pensait pas à la poésie comme quelque chose de « lofty, a refined ideal that people should strive to achieve ». Selon Dasha Kelly, il cherchait à savoir « how to give back poetry the people ».

Il y a 125 ans de cela, l’industrie sucrière étant le pilier de l’économie de Maurice et les constructions de maison fragiles, la population était en général très angoissée par la saison cyclonique qui ne s’était alors jamais étendue au-delà du 12 avril. Mais, alors même qu’ils pensaient enfin pouvoir aspirer à des jours plus tranquilles, voilà qu’un 29 avril, les habitants furent pris au dépourvu par un cyclone meurtrier. Bilan : 1 200 morts et 4 000 blessés à travers le pays. Si le tableau des rafales du Weather and Climate of Mauritius ne peut que donner une estimation de 225 km/h pour les rafales (l’anémomètre fut endommagé), selon les calculs de l’ingénieur Régis de Chazal, le cyclone aurait entraîné des rafales de 275km/h contre 280km/h pour Gervaise en février 1975.

Aubaine unique pour les artistes de la zone d’accéder à un tout autre niveau, le Prix Musiques Océan Indien tire sa révérence. Après cinq éditions, celle de 2017-2018 garde cependant toutes les grandes promesses qui l’accompagnent depuis 2007. Adressées aux artistes de la région, les inscriptions pour la sixième édition sont ouvertes jusqu’au 15 mai, comme l’explique Brigitte Dabadie, membre de l’organisation, qui était à Maurice la semaine dernière.

Kisnah Ramma est l’un des rares à faire rebondir et glisser les deux baguettes sur les cordes du santoor. Cet instrument traditionnel de la musique indienne est méconnu chez nous. Il possède une puissance quasi mystique pour faire ressentir le rythme et la vibration. Le vocaliste et professeur de musique conduit Scope à la découverte du santoor.

Les préjugés associés à son look rasta, ses origines modestes et les absences d’opportunités dans sa région à La Ferme n’ont pu ralentir Bleck Lindor dans sa folle envie de vivre de l’art et de profiter positivement de la vie. Athlète, sculpteur, musicien, éducateur, il accompagne aussi d’autres jeunes à travers différents projets. Avec son ami Hary Bouf, il représentera Maurice à un colloque sur la sculpture en Suisse en juillet s’il obtient le parrainage souhaité.

Trois livres en un, sous le thème du roman noir à la mauricienne. Sedley Richard Assonne évoque sa récente trilogie, Robis. Un pavé traversé par un détective privé pittoresque, un certain Zan Balak. Il pose aussi une Cerise sur le ghetto”. L’auteur dresse plus loin un descriptif des ouvrages.

Invité dans le cadre de la troisième édition de la Fête de la Jeunesse à l’Institut Français de Maurice, Stéphane Servant, écrivain français de renom, est venu spécialement pour conter ses histoires aux enfants et pour apprendre à connaître la culture mauricienne. Il nous raconte son parcours fascinant pour les livres.

Histoire de Maurice est une bande dessinée tout public racontant l’histoire de Maurice. Elle porte les signatures de Shenaz Patel, Jocelyn Chan Low, Laval Ng et Christophe Carmona. Pour la journaliste et auteure mauricienne, il s’agit de raconter une histoire passionnante et largement méconnue de Maurice à travers quatre tomes, dont le premier sera lancé le mercredi 26 avril au Blue Penny Museum.

Daniel Mourgues et Philippe Houbert présentent Stationnement alterné, une pièce du dramaturge Ray Cooney, découvert par le grand public l’année dernière à travers Espèces menacées. Les deux compères nous reviennent avec une nouvelle production au Théâtre Serge Constantin à Vacoas (13 mai, du 17 au 20 mai et du 24 au 27 mai).

L’année dernière, Alain Narainsamy avait fait carton plein avec son premier one-man-show “Sory Mo Frer”. Vu la demande grandissante de ses fans, l’humoriste a décidé de remettre le couvert avec “Sory Mo Frer — Le retour” pour cette fin d’avril.

Pour se rendre sur la réserve naturelle de l'Ile-aux-Cocos, il faut passer par Discovery Rodrigues, un organisme du gouvernement régional qui a pour mission de développer, opérer et gérer les sites touristiques de l'île. C'est cet organisme qui s'occupe du permis et organise la visite, qui dure une bonne demi-journée avec traversée en pirogue, parcours en compagnie d'un guide et déjeuner près de la maison des gardiens. Le tout pour environ Rs 1 200 par personne.

Jean Fornasiero est professeur d'études françaises à l'université d'Adelaïde (Australie). Elle s'intéresse à l'histoire des idées au XIXe siècle et à ses rapports avec la littérature. C'est l'auteure de « Vers une histoire du fouriérisme à l'île Maurice », Cahiers Charles Fourier, 2007 / n° 18, dont nous vous proposons ici une première partie. Elle nous éclaire sur l'implantation de cette doctrine à Maurice et comment une intense campagne a été menée sur cinq ans pour tenter d'implanter cette doctrine à Maurice.

Une chose est sûre : aucun de ses animaux ne finira en steak ou en saucissons. Très attaché à ses bovins qu'il a sauvés de l'abattoir, Surya Narayan Das a accueilli dans sa "maison de retraite", Shree Shree Radhe Gopal Godham, située à La Chartreuse, pas moins de 160 boeufs et vaches sur une superficie de 9 arpents. Homme enclin à la spiritualité, passionné "de toute entité vivante", cet habitant de La Chartreuse de 57 ans est recteur dans un collège d'Etat de Quartier-Militaire. A ses heures libres, il donne le maximum de son temps à ses bêtes qu'il considère comme "sacrées".