Magazine

Quatre mois avant que ne s’achève 2017, il est temps d’en connaître un peu plus sur les albums qui sortiront en cette fin d’année et en 2018. Voici une liste d’opus qui ne tarderont pas à être entendus sur les ondes des radios et que vous pourrez vous procurer. Scope vous offre un avant-goût…

Le boa de l’île Ronde est une espèce endémique et l’unique serpent de Maurice. Deux mille de ces reptiles se trouvent sur cette île interdite au public. Ils y cohabitent avec d’autres espèces endémiques et indigènes tels que les scinques de Telfair et certaines espèces de geckos. Ce serpent de Maurice fait actuellement l’objet d’un projet qui aidera les scientifiques à mieux le connaître et à l’aider à assurer sa survie.

Depuis des années, Apple et Samsung se livrent une lutte acharnée pour dominer le marché de la téléphonie mobile. Mais les choses sont en passe de changer, les deux géants devant désormais compter sur une concurrence chinoise de plus en plus féroce.

Chaque hiver, la moisissure peut se révéler un gros problème, surtout pour ceux qui habitent les régions humides. En sus de son caractère inesthétique, la moisissure est également néfaste pour la santé. Nigel Veerapatren, spécialiste en peinture et moisissure, nous livre quelques conseils pour se débarrasser de cette matière vivante et pour empêcher qu’elle n’affecte nos maisons.

La phrase fétiche de Rajkamal Chintamunee est la suivante : “Si d’autres ont réussi, Kamal peut le faire aussi.” Il se la répète sans cesse quand il a un projet en tête. C’est à Triolet que Scope a rencontré cet ancien World Championship Disco dancer. Une chose est sûre : il n’a pas perdu le rythme. Aujourd’hui, c’est dans la peau d’un rappeur qu’il fait parler de lui. Avec les 42,000 vues de Kamkarwa, son dernier titre sur YouTube, et sa première place depuis deux mois au classement de Bhojpuri Dhamaka sur la MBC, Rajkamal Chintamunee est bien parti pour révolutionner la musique bhojpuri.

À LA UNE
Lamborghini

L’agence de mannequin fait une nouvelle fois la Une du magazine. Cette fois, c’est pour présenter son tout premier défilé de mode.

Pour ceux qui n’ont pas de place dans la cour ou leur arrière-cour pour jardiner, le toit de la maison peut se révéler un espace privilégié. En plate-bande ou en conteneur, vos plantations peuvent très bien se comporter si des précautions d’usage sont prises. Corine Moloye, agent de vulgarisation au département Information du Food and Agricultural Research and Extension Institute (FAREI) du ministère de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire, partage avec nos lecteurs des astuces pour planter des arbres fruitiers, des légumes ou des aromates sur le toit.

– Docteur, je vous en supplie, aidez-moi. Je n’arrive plus à dormir car toutes les nuits, je rêve d’un nain qui vient me voir et me dit : “Viens, on va faire pipi”. Alors moi, je fais pipi au lit. J’ai tellement honte ! Ma femme menace de me quitter…

Un djembé ride la surface du silence. Est-ce bien raisonnable, me suis-je demandé. Je distingue des guitares sur les marches du complexe commercial. Des jeunes filles en fleur s’empressent de pénétrer dans une salle bondée. J’entends des chants et des gens se mêler aux rythmes. Qui se mélodisent. Ce n’est pas un centre commercial mais un lieu de culte ! Je ne porte aucun jugement; j’observe juste la scène. Un verveux officiant prend la parole en main, chante du fond du chœur. Et s’adresse aux ouailles comme à une seule âme, un seul homme.

Avec Stephanie Sigman, Miranda Otto, Lulu Wilson

Synopsis
Encore traumatisés par la mort tragique de leur petite fille, un fabricant de poupées et sa femme recueillent une bonne sœur et les très jeunes pensionnaires d’un orphelinat dévasté. Mais ce petit monde est bientôt la cible d’Annabelle, créature du fabricant possédée par un démon…

Pour lutter efficacement contre le réchauffement planétaire, il convient notamment de décrypter l’histoire du climat. C’est sur la base de ce constat que des scientifiques de Grenoble, en France, cherchent à remonter le temps, et ce par le biais de prélèvements de glace provenant des Alpes et des Andes.

Thriller de Milan Luthria (2017)
Avec Ajay Devgan, Ileana D’Cruz, Emraan Hashmi, Vidyut Jamwal, Esha Gupta, Sanjay Mishra

Quatre ans après Once Upon a Time in Mumbaai Dobara, Milan Luthria (The Dirty Picture) propose un thriller qui s’annonce comme un mélange d’action, de suspense et de sensualité. Côté casting, on ne peut vraiment pas se plaindre, avec Ajay Devgan, Emraan Hashmi, Ileana D’Cruz, Vidyut Jamwal, Esha Gupta et Sanjay Mishra dans les rôles principaux. Et nous avons même droit à une apparition spéciale de Sunny Leone le temps d’une chanson, dont l’extrait promotionnel a créé un immense buzz.

Des travaux entrepris sur un chantier de construction non loin du tracé du Metro Express à La Butte ont provoqué l’affaissement d’une route et des fissures dans des murs, dimanche dernier. Un incident qui vient donner raison aux habitants de la région, que nous avons rencontrés la semaine dernière alors qu’on leur a obligé de quitter les lieux pour faire place au métro. Ces derniers s’interrogeaient sur la décision de placer le tracé du Metro Express sur un terrain aussi instable que celui de La Butte, où des glissements de terrain ont souvent été observés. “C’est une zone vraiment à risques. Je ne sais pas pourquoi ils essaient de camoufler cela. Il y a quelques années, une compagnie étrangère avait fait un rapport qui concluait que ce terrain était instable et qu’il n’était pas propice à de tels développements”, dit Azam Rujubali, habitant de La Butte depuis 37 ans.

Le Lions Club de Moka, sous la présidence d’Anne Marie Hannelas, a reçu son Gouverneur de District pour le mandat 2017/2018, Georges Chane Tune qui est en visite à Maurice depuis le 17 août dernier. Ce club service a été créé en 2004 par Mary Ramiah.

Samedi dernier, le rendez-vous stratégique annuel du groupe Aquarelle s'installait à l'hôtel Sugar Beach à Flic-en-Flac. Cette rencontre, placée cette année sous le thème de « The Future of Aquarelle- Winning Well », a permis aux équipes de faire le point sur l'actuel positionnement du groupe, faire le bilan de l'année écoulée et surtout échanger autour des attentes des clients et de l'évolution du monde du Textile. L'occasion aussi de présenter une collection vestimentaire mettant en avant les tendances de demain. Et afin de stimuler les équipes et de poser les jalons de nouvelles perspectives, le groupe Aquarelle a aussi fait appel à Robin Banks, conférencier sud-africain expert en motivation.

Dix ans après son lancement, myjob.mu confirme sa viatalité en atteignant 250 000 CV postés gratuitement, 5000 entreprises enregistrées et 60 000 recrutements. Ce site internet, pionnier dans le domaine du recrutement en ligne, affiche 300 000 visites chaque mois et en moyenne plus de 1200 nouvelles offres d'emploi tous les mois. Une réussite, qui selon Bruno Bathfield, le Manager et fondateur, s'explique par l'innovation et le service.

« Tout est faux, tout est construit sur un leurre, une illusion ». A une semaine de l'échéance de son exposition Khronos, à la rue St Georges, Port-Louis, Firoz Ghanty nous parle de sa quête de l'absolu. Plus de 40 ans d'une vie à essayer de cultiver une génération de Mauriciens souffrant de pauvreté intellectuelle.

Monet, Bacon, Basquiat, Valleton, Constantin… Autant de noms d`artistes célèbres qui ont contribué à faire entrer la gravure dans l'histoire de l'Art. Bois, métal, supports durs, plaque mécanique incisée par de petits points, pointe-sèche, eau-forte, aquatinte, manière noire... Autant de supports et de techniques qui sont apparus au fil des 19e et 20e  siècles.

Hope House, une organisation à but non lucratif axée sur le développement social à Maurice, vise à satisfaire les besoins humains et répondre à un objectif d'équité sociale, en favorisant la participation de tous les groupes sociaux sur les questions de protection de l'environnement, d'éducation, d'emploi, de culture...

« Trop de colère, trop d'émotions confuses, trop de questions sans réponse ! Mon enfance fut un épouvantable champ de mines où, à chaque mouvement, ma tête bourrée de détonateurs risquait de sauter. Il m'arrivait de jeter un œil derrière moi pour m'étonner du chemin parcouru. “Tiens, un an déjà et elle vit toujours, cette connasse de Zoubida !” J'étais disponible, disponible et insouciante comme tout ce qui est neuf sur terre. Je me moquais du passé et me fichais pas mal de ce que serait demain. Je grandissais et me laissais librement ravir par le festin des odeurs et la ronde sans fin des saisons. Aïn Guesma, ça ne se voit pas, Alfred, ça se sent ; ça ne se touche pas, ça s'imagine dans le duvet de l'aube, dans les poils ocre du crépuscule quand le ciel surexcité s'enflamme de couleurs magnétiques, inédites à chaque reprise.

Le duo de tablistes Nandkumar Tataree (venu de Londres pour le concert) et Subhash Dhunoohchand (de La Réunion) a séduit le public mauricien dans un concert-événement prolifique, marqué par le talent et la virtuosité des instrumentistes, qui ont rendu des pièces de grande qualité. Sur des rythmes composés, alternant les cadences, les instrumentistes ont fait montre de toute l'étendue de leurs talents respectifs, évoluant également dans des appels-réponses avec les musiciens.

La conférence internationale qu'a organisée la Gopio (Global organisation for the people of indian origin) en fin de semaine dernière, pour célébrer le centenaire de l'abolition de l'engagisme, a entre autres donné lieu vendredi matin à une session sur l'engagisme à La Réunion, présentée par trois universitaires. Le Dr Michèle Marimoutou, professeur agrégée d'histoire géographie et membre associée du Centre de recherches en histoire internationale et atlantique des universités de Nantes et de La Rochelle, a axé son intervention sur les engagés du sucre dans les années 1870.

Vincent Toi, compatriote installé au Canada depuis qu'il y est parti faire ses études, à l'âge de 19 ans, est de passage dans son pays natal, notamment pour présenter ses films. Cette bonne idée a permis hier aux “happy few” qui ont été informés de voir gratuitement sa dernière réalisation, The Crying conch, sur le héros marron Mackandal, ainsi que I've seen the unicorn, un documentaire plus ancien qui brosse un portrait de l'île Maurice post-indépendance à travers la passion pour les courses de chevaux.

« Mo enn hippie dan laz, mo compran badinaz… » Le morceau Hippie dan laz, dont sont extraites ces paroles, n'est certainement pas un des standards les plus connus de l'illustre Serge Lebrasse, mais il fait bel et bien partie de son répertoire. Si l'on s'y intéresse, c'est surtout parce que ce grand monsieur du séga a été aux premiers rangs du mouvement hippie puisqu'il se trouvait aux Etats-Unis en pleine déferlante « Love, Sex, Rock & Roll », qui donna naissance à Woodstock ou la Beat Generation de Jack Kerouac et Allen Ginsberg. Notre Serge Lebrasse vit ainsi émerger les Jimi Hendrix, Joan Baez, Bob Dylan, Janis Joplin et autre Jim Morrison…