Politique

La revalorisation du Château Val Ory à Moka figurait hier à l'agenda d'une rencontre entre le ministre des Affaires étrangères, Anil Gayan, et l’ambassadeur iranien accrédité à Maurice, Mohammad Moniri Nik. Nos deux pays se montrent très enthousiastes à  revaloriser un patrimoine appartenant à l’État iranien. Ce château, riche en histoire, pourra ainsi être reconverti en un haut lieu pour le riche héritage culturel de l’Iran.

Un parterre d’invités était présent hier au Plaza, à Rose-Hill, pour la célébration par le CEB de la fête Divali. De nombreux artistes ont défilé sur scène pour cette soirée, qui marque aussi le 65e anniversaire de la compagnie d’électricité. Lors de cette soirée, Ivan Collendavelloo, Premier ministre adjoint et ministre de l’Énergie et des Services publics, s’est insurgé contre un article de presse qui affirme, soutient-il, que le CEB n’a pas le droit de fêter Divali.

« La privatisation de l’eau est la deuxième grosse bêtise du gouvernement après le projet Metro Express. » Dans sa conférence de presse, hier, le parti écosocialiste Rezistans ek Alternativ (ReA) a sévèrement condamné l’État mauricien quant à sa gestion du problème de l’eau. Il a aussi dénoncé ceux qui ont découpé leur banderole sur le fly-over à Ébène, jugeant cela « inacceptable ! »

« La privatisation de l’eau est la deuxième grosse bêtise du gouvernement après le projet Metro Express. » Dans sa conférence de presse, hier, le parti écosocialiste Rezistans ek Alternativ (ReA) a sévèrement condamné l’État mauricien quant à sa gestion du problème de l’eau. Il a aussi dénoncé ceux qui ont découpé leur banderole sur le fly-over à Ébène, jugeant cela « inacceptable ! »

Même si la direction d’Air Mauritius prendra des actions suivant le mouvement des pilotes, au gouvernement nous n’acceptons pas qu’un petit groupe ait pris des passagers en otage!”, s’indignait Étienne Sinatambou, porte-parole du gouvernement MSM/ML, hier matin. Le gouvernement Lepep ne digère pas l’action d’il y a une semaine des pilotes de la compagnie d’aviation nationale, qui a provoqué des turbulences sans précédent à Plaisance. Et le gouvernement l’a à nouveau fait comprendre par le biais du ministre Sinatambou, lors de son exercice de communication avant la mi-journée, hier.

« Pour avoir prétendu que les travaux de rénovation au Saint-Géran se faisaient dans les règles, Étienne Sinatambou aurait dû avoir été révoqué comme ministre, à défaut de démissionner », estime Paul Bérenger, leader du MMM, à la lumière du jugement de la Cour suprême. Le chef de file des mauves salue de même le judiciaire pour avoir « joué pleinement son rôle » dans l’affaire des pilotes licenciés d’Air Mauritius. 

C’est dans trois semaines (4 novembre) qu’a été fixé le dépôt de candidatures pour l’élection partielle de Belle-Rose/Quatre-Bornes du 17 décembre, mais malgré la présence sur le terrain des candidats déclarés des principales formations politiques, de l’opposition tout au moins, il faut reconnaître que le démarrage de la campagne s’avère poussif et que, pour le moment, c’est l’indifférence des électeurs qui prédomine, ces derniers visiblement déçus de la tournure des événements après le dernier grand rendez-vous de décembre 2014. En attendant que le lancement officiel post-Nomination Day provoque le frémissement tant attendu. Ce qui n’est pas gagné.

Le haut commissaire indien à Maurice, Abhay Thakur, est sollicité pour des interventions sur des problèmes conjoncturels. Ainsi, le syndicaliste Rashid Imrith, président de la All Employees Confederation (AEC), a obtenu un rendez-vous, mardi, à la mission diplomatique indienne pour faire part de ses appréhensions devant l’intention des autorités mauriciennes d’avoir recours à des recrutements professionnels en Inde en guise de menace pour faire taire des protestations légitimes des Mauriciens. De son côté, Adi Teelock, de Platform Moris Lanvironman, a écrit officiellement au diplomate indien en vue de ramener le gouvernement à la raison au sujet des procédures pour une Environmental Impact Assessment Licence pour le projet de Metro Express entre Curepipe et Port-Louis.

La nouvelle selon laquelle Maurice avait décidé d’octroyer une autonomie politique maximum à Rodrigues, tomba un matin de l’an 2001. Ce fut la regrettée Antoinette Prudence qui me l’annonça au téléphone. Elle fut toutefois étonnée par le peu d’enthousiasme avec lequel j’accueillais cette information qui réjouissait tous ceux qu’elle avait contactés jusque-là. Je lui répliquais que connaissant le sens de la stratégie de Sir Anerood Jugnauth et de Paul Bérenger, qui étaient en alliance au gouvernement, la décision qu’ils avaient prise de concert, paraît-il, était trop soudaine et inattendue pour ne pas cacher un autre agenda que celui de la seuls émancipation et épanouissement du peuple rodriguais.

Les élections générales ne sont pas derrière la porte mais les promesses
électorales pleuvent déjà. Et quoi de mieux que de les détailler à
une cérémonie socioculturelle! C’est ce qu’a fait un habitué de ce genre
d’annonces, Navin Ramgoolam, jeudi à Belvédère, lors d’une Divali Nite. Il
a annoncé l’abolition de la redevance télé de Rs 150 parce qu’il y a trop de
“propagande” en faveur du MSM sur la MBC. Il a juste oublié de dire que
c’était pareil lorsqu’il était Premier ministre et, plus important, il a omis de
rappeler que c’est lui qui a décidé de la dernière augmentation de 50% de
cette redevance en juillet 2013, sur les recommandations de son directeur
général Dan Callikan qui, comme on le sait, était un modèle de gestion de
l’audiovisuel public.

Après le Reform Party et le MMM qui ont marqué leur entrée officielle dans la campagne électorale avant l’organisation d’un meeting et d’une réunion des activistes, c’était au tour du PMSD de lancer officiellement son candidat dans la bataille électorale avec la réunion des activistes bleus mercredi dernier.

« Tarolah bizin out ! ». C’est ce qu’a réclamé la nouvelle présidente de l’aile féminine du MMM, Jenny Adebiro, hier après-midi lors d’une conférence de presse à l’hôtel Saint Georges à l'occasion de la présentation des nouvelles élues. 

Le ministre mentor, sir Anerood Jugnauth, qui était hier l’invité d’honneur de l’Assemblée régionale de Rodrigues à l’occasion de la célébration du 15e anniversaire de l’autonomie de l’île, a souligné qu’une réforme du système électoral aussi bien pour Maurice que pour Rodrigues est « actuellement en préparation ».

Le Komité Diego, dont l’un des principaux animateurs est Lalit, s’insurge contre le « faux pas » diplomatique commis à l’encontre du dossier des Chagos par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, lors de son intervention à la tribune des Nations unies le 21 septembre dernier. Après avoir analysé en profondeur les éventuelles répercussions de l’appel de Maurice aux États-Unis en vue d’ouvrir des négociations sur le dossier des Chagos et de la base militaire de Diego Garcia, le Komité Diego demande au chef du gouvernement « de se ressaisir, vu que sa démarche diplomatique et politique à ce sujet constitue une absence totale de principes ». C’est ce qui découle d’un communiqué émis par cette instance sous la signature d’Alain Ah-Vee.

Dans le sillage d’une éventuelle victoire du PMSD à la partielle du 17 décembre prochain dans la circonscription de Belle-Rose/Quatre-Bornes, Xavier-Luc Duval, en tant que leader de l’opposition, présentera une motion de censure contre le gouvernement. C’est ce qu’il a annoncé hier soir lors du lancement officiel de la campagne des bleus à la municipalité de Quatre-Bornes en présence, entre autres, de son candidat, Danesh Maraye.

Le Bureau politique du Mouvement socialiste militant (MSM) s’est réuni dans l’après-midi d'hier. À sa sortie du bâtiment du Sun Trust, le leader du parti soleil, Pravind Jugnauth, a affirmé que « mo kone kot mo pe ale », comme pour réagir face aux conseils que lui a prodigué le président de la Hindu House dimanche dernier. Ce dernier avait invité le Premier ministre « à prendre une décision ferme » concernant les ministres et députés qui risquent de mener son gouvernement à sa perte.

Le Mentor Minister, sir Anerood Jugnauth, sera le Chief Guest pour les célébrations officielles marquant les 15 ans d'autonomie de Rodrigues. Il se rendra dans l'île demain en vue de participer aux manifestations officielles de jeudi après-midi, qui se dérouleront au stade de Grande-Montagne.

La Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU), par la voix de son président, Narendranath Gopee, tient les nominés politiques responsables des turbulences qui secouent actuellement la compagnie d’aviation nationale, Air Mauritius. Exprimant sa solidarité avec les pilotes licenciés, il a affirmé que la FCSOU participera à toutes les manifestations organisées par les syndicats d’Air Mauritius.

La candidate du Mouvement militant mauricien (MMM) pour l’élection partielle à Belle-Rose/Quatre-Bornes, Nita Juddoo, a demandé au Central CID d’enquêter sur les propos d’un internaute qui a porté des allégations de corruption contre elle sur un réseau social.

Anil Gayan a soutenu, samedi, que l’action des pilotes d’Air Mauritius « a mis l’économie en péril » et a eu, par extension, « un impact sur notre tourisme tout en affectant les hôtels ». Le ministre du Tourisme, qui animait la conférence de presse hebdomadaire gouvernementale, estime que le board d’administration « a eu raison » de prendre des sanctions contre trois pilotes. « Le tourisme est important pour Maurice. On ne peut se permettre que quelques personnes mettent en danger le secteur ».

La Hindu House a donné hier le coup d’envoi des activités organisées à l’occasion de la fête de Divali, qui sera célébrée le 19 octobre prochain, lors d’une cérémonie grandiose à laquelle étaient conviées plusieurs personnalités du monde cinématographique présentes à Maurice à l’occasion de la Mauritius Cinema Week. La cérémonie avait également une dimension politique avec la présence du Premier ministre, Pravind Jugnauth, comme invité d’honneur et les membres de la majorité parlementaire. « J’ai la conviction et le courage nécessaire pour assumer mes responsabilités », a lancé le Premier ministre, répondant au président de la Hindu House, Viren Ramdhun, qui l’avait invité à faire preuve de « fermeté face à ceux qui mènent son gouvernement à sa perte ».

Derrière les actes inqualifiables de l’illustre inconnu du MSM accessoirement député du N°10 Kalyan Tarolah, un vrai sujet, celui du bribe et du chantage à l’emploi dans les services de l’État et des organismes parapublics. Un vieux phénomène, une corruption qui, au fil des années, est devenue dangereuse pour la démocratie. Celui qui est encore un PPS de la République a fait miroiter un job à Mauritius Telecom à une jeune fille, qui a été jusqu’à révéler ses courbes et jusqu’à recevoir des clichés de la langue et des parties intimes de Kalyan Tarolah. Retour sur une perversion malsaine qui n’a que trop duré.

Du jamais-vu dans les annales politiques, surtout au sein du gouvernement, et avec le risque d’une banalisation vu la succession d’affaires impliquant des politiciens de la majorité, la séquence de mise en inculpation provisoire est appelée à se poursuivre. Les «lakle ferblan» de Lakwizinn se succèdent à un rythme effréné et régulier. Le dernier en date qui est sous le coup d’une convocation formelle de la part du Central CID pour une audition under warning n’est nul autre que l’illustre Private Parliamentary Secretary et député MSM de Montagne-Blanche/Grande-Rivière-Sud-Est (N°10) Kalyan Tarolah.

Commentant les turbulences à l’aéroport, jeudi dernier, le ministre du Tourisme Anil Gayan, qui animait la conférence hebdomadaire du gouvernement, hier matin, a souhaité aborder le sujet sous un autre angle: celui du mouvement des pilotes sur le tourisme. “Quelles que soient les raisons, les vols annulés nuisent à l’image du pays.