Politique

Revenant sur ce dossier lors de la conférence de presse hebdomadaire du MMM, le leader de ce parti a fait mention des échanges de correspondances entre le gouvernement mauricien et Londres. Il a observé que dans sa lettre adressée au Premier ministre avant qu’il ne quitte ses fonctions, David Cameron avait demandé que toute la question des Chagos soit reprise avec son successeur sans toutefois faire mention de souveraineté. Il a observé que plusieurs éléments de cette lettre ont déjà été publiés dans la presse et estime qu’il a le droit de connaître le contenu de cette correspondance, d’où sa demande pour qu’elle soit rendue publique. D’autre part, Paul Bérenger a révélé que le gouvernement a déjà adressé une notice de résolution dans les délais prescrits si une résolution concernant la décolonisation des Chagos et la souveraineté mauricienne doit être présentée à l’assemblée générale des Nations unies cette année. Il affirme toutefois ne pas savoir à qui la notice a été adressée et si elle a été remise au secrétaire général de l’ONU, au président sortant ou au nouveau président. Il se demande également si le texte de la résolution a déjà été soumis. Dans tous les cas, le leader de l’opposition déplore n’avoir pas été tenu informé. En fin de compte, il considère que « l’avenir dira si sir Anerood Jugnauth a eu raison de ne pas prendre le temps de discuter avec le nouveau Premier ministre britannique, Theresa May, et d’adopter le ton qu’il a développé à l’égard des États-Unis mais aussi vis-à-vis de la Grande Bretagne ». Paul Bérenger s’est gardé de trop faire de commentaires afin que ses remarques ne soient pas perçues comme une « désolidarisation avec la démarche gouvernementale ».

Tout en assurant ne vouloir rien entreprendre qui soit susceptible de gêner la démarche de Maurice auprès de l’assemblée générale de l’ONU, Paul Bérenger, leader de l’opposition et du MMM, s’inquiète de l’escalade dans les prises de position réciproques de Maurice et de la Grande-Bretagne autour du dossier Chagos dans le contexte des renégociations à venir des accords économiques et commerciaux de l’après-Brexit. Le chef de l’opposition croit savoir qu’après le communiqué conjoint américano-britannique “très peu diplomatique”, les Britanniques avaient semblé être revenus à de meilleurs sentiments, allant jusqu’à ne pas écarter la possibilité de discussions autour de la souveraineté de l’archipel.

On avait fini par croire, après les propos qu’il a récemment tenus à Rodrigues à l’effet que « minorité vinn mazorité », que le Premier ministre avait changé d’avis sur la réforme électorale. Non, « we are committed on proportional representation in Mauritius and we will have a dose of PR in the National Assembly », a assuré sir Anerood Jugnauth mardi dernier, alors qu’il répondait à la Private Notice Question du leader de l’opposition sur la réforme électorale en général mais aussi sur les changements envisagés à Rodrigues dans la perspective des élections à l’Assemblée régionale prévues pour février 2017 et la position du gouvernement dans le cas entré par Resistans ek Alternativ.

Les remous au MP ont plané sur la conférence de presse d’hier du Mouvement Républicain même si les dirigeants ont surtout mis l’emphase sur le budget à venir et les autres faits de l’actualité du pays.

Un village modèle d’esclaves à Trou-Chenille, au Morne, sera créé d’ici la fin de l’année. C’est ce qu’a annoncé hier le Premier ministre et ministre du Tourisme Xavier-Luc Duval à la municipalité de Port-Louis lors de la cérémonie de lancement d’une publication de Benjamin Moutou consacrée à la contribution des esclaves au développement économique du pays. Le ministre a par la même occasion indiqué qu’un bâtiment, situé à proximité de l’Aapravasi Ghat, a été identifié pour abriter le musée des esclaves. Le choix initial de l’hôpital militaire a été abandonné en raison de l’investissement considérable qui serait nécessaire pour la rénovation du bâtiment.

  • Bérenger : « En agissant ainsi, le Premier ministre démontre qu’il n’a aucune autorité sur les ministres et députés du gouvernement, qui se transforme en bazar »
  • Le ministre Pravind Jugnauth recadre les « ministres pigeons voyageurs », soit 184 missions ministérielles à ce jour, avec la double autorisation préalable du PMO et des Finances avant tout départ
  • Le ministre Bodha : « Le bus gratuit, avec un budget de Rs 1,2 milliard par an, constitue la Least Worst Solution et nous sommes à la recherche de la Best Effective Solution »
  • Transport en commun : la CNT, qui perd Rs 2 500 par jour par bus opéré, court derrière un “re-engineering” des 92 routes desservies, dont 53 ne sont nullement profitables

La décision du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, de ne pas donner suite à la motion visant à revoir à la hausse la composition du Broadcasting Committee de la Chambre dans le cadre du projet de retransmission en direct des débats à l’Assemblée nationale, a soulevé un tollé dans les rangs du MMM.

La création de l’Independent Police Complaints Commission, qui a fait l’objet d’un projet de loi, a été adoptée à l’unanimité au Parlement hier après des débats animés étalés sur trois séances parlementaires. Les travaux parlementaires ont ensuite été ajournés au vendredi 29 juillet prochain à 17 h pour la présentation du budget 2016-2017 par le ministre des Finances, Pravind Jugnauth.

Les prochains amendements envisagés par le gouvernement au système électoral en prévision des prochaines élections régionales à Rodrigues ont été au cœur des échanges entre le leader de l’opposition, Paul Bérenger, et le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, lors de la Private Notice Question (PNQ) du jour. Le Premier ministre a confirmé l’intention du gouvernement de venir prochainement avec un nouveau système électoral pour le prochain mandat de l’Assemblée régionale de Rodrigues en soutenant que le système en vigueur actuellement mine la stabilité de la majorité issue des urnes. Pour sa part, Paul Bérenger s’est élevé contre la déclaration de sir Anerood à l’effet que « minorité vinn mazorité » avec la proportionnelle et ajoutant que dans le cas de Rodrigues, il était davantage question de transfugisme et qu’il y a lieu d’agir à ce dernier niveau plutôt que de jeter la dose de la représentation proportionnelle à la poubelle.

Le leader du MMM, Paul Bérenger, a réclamé samedi la publication de la nouvelle législation concernant la réforme électorale à Rodrigues, qui a été préparée par le Parquet sur instructions du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth. Il a déploré que cette nouvelle législation ait été préparée à la veille des prochaines élections à Rodrigues. Il a fait de nouvelles propositions pour Rodrigues mais estime qu’il revient aux Rodriguais de se prononcer. Paul Bérenger affirme avoir déjà discuté avec le leader du Mouvement Rodriguais, Nicolas Von-Mally, et devrait en faire de même avec le Chef commissaire et leader de l’OPR, Serge Clair, cette semaine.

Reconnaissons-le d’emblée : il eût été vraiment surprenant que, après plus plus d’un demi-siècle de mépris (la fameuse politique officielle de silent disregard de la perfide Albion) et de menaces de représailles diplomatiques et économiques afin d’empêcher les instances internationales de redressement d’être saisies de la question de souveraineté sur les Chagos, la Grande-Bretagne décide de se conformer tout de suite à l’ultimatum du Premier ministre mauricien de fixer une date pour le retour de l’archipel au contrôle effectif de Maurice.

Un Premier ministre montrant clairement qu’il est totalement dépassé. C’est la prestation offerte par sir Anerood Jugnauth, qui avait à répondre, mardi dernier, à ce qui ressemblait à une Private Notice Question bis venant du Whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan, sur ce qui est maintenant connue comme la Coin Idéal Saga, survenue dans la nuit du 27 au 28 mai et dans laquelle sont impliqués le fils du Deputy Commissioner of Police Tangavel Seerungen, Saven, et le véhicule de l’État  immatriculé 7824 DC 11.

Le mouvement politique de gauche, Rezistans ek Alternativ, a lancé depuis hier une campagne internationale pour que la souveraineté de Maurice sur les Chagos soit reconnue. Les membres du parti lancent un appel à des alliés et des mouvements sociaux des pays africains, d’Afrique australe et de l’océan Indien pour que ceux-ci se joignent à eux. La question chagossienne reste un sujet clé pour ce parti qui demande au gouvernement d’agir plutôt que de parler.

«À Maurice, nous avons la chance de vivre dans un pays avec plusieurs religions et communautés et où règne la paix. Notre unité fait notre spécificité. Et nous devons la préserver». Propos du Premier ministre lors de son discours à l’occasion de la fête Eid organisée vendredi dernier par le Eid Committee, sous la présidence du ministre Showkutally Soodhun. Événement réunissant la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, et le président des Comores, Azali Assoumani, ainsi que le ministre des Affaires étrangères du Maroc, Salaheddine Mezouar, et l’évêque de Port-Louis, Mgr Piat, ainsi que plusieurs députés et ministres, hormis les ministres Xavier Duval, Roshi Bhadain et Vishnu Lutchmeenaraidoo, dont l’absence a été remarquée parmi l’assistance composée également de nombreux hommes d’affaires. Pour l’occasion, SAJ, tout en réitérant son soutien à la communauté musulmane, a plaidé pour “un retour aux valeurs”. Base nécessaire pour endiguer les fléaux qui rongent notre société, dit-il.

Paul Bérenger, leader de l’opposition et du MMM, soutient que la Rodrigues Regional Assembly Act sur laquelle a travaillé l’ex-juge Robert Ahnee garantit en toutes circonstances au parti ayant remporté la majorité de sièges au FPTP le maintien de sa majorité après les répartitions des sièges à la représentation proportionnelle. Si, dit-il, il est arrivé, une fois, que l’OPR s’est retrouvée minoritaire, c’était en raison de deux défections en son sein et non à cause de la proportionnelle. Il rappelle que l’introduction d’une dose de proportionnelle a été annoncée dans le programme gouvernemental 2015/2019, qu’il s’agit de la première attribution du comité interministériel présidé par Xavier Duval et que l’Etat mauricien s’est engagé auprès des Nations unies sur la question. Aussi, regrette-t-il les « stupidités » du Premier ministre, Sir Anerood Jugnauth, sur toute la question récemment à Rodrigues.

Pour sa première sortie après la période de trêve en raison du Ramadan, le PTr a choisi la circonscription N°2, Port-Louis Sud/Port-Louis Central, pour réunir ses troupes vendredi soir à Boulevard Victoria, Vallée Pitot. L’occasion pour le leader des Rouges de faire appel à la conscience “des vrais musulmans”, estimant qu’”un musulman ne peut voter pour le MSM”. Outre les critiques envers les membres du gouvernement, Navin Ramgoolam a été très virulent sur le dossier Chagos. S’il accuse le MMM d’avoir signé un accord “in full and final compensation” avec Londres en 1982, il estime qu’aujourd’hui ce dossier est géré par “des amateurs, des ignorants”. Il déplore en outre que le gouvernement dévoile sa stratégie aux Anglais avant d’attaquer.

Le leader du Parti Travailliste (PTr), Navin Ramgoolam, s'est montré très sévère envers le gouvernement hier soir lors d'un congrès à Vallée-Pitot, dans la circonscription No 2, le premier depuis la fin du mois du ramadan. Il a qualifié le gouvernement « d'amateur » et « d'incompétent » dans sa gestion du pays, de l'affaire des Chagos et du projet métro léger, entre autres. Il a par ailleurs ciblé la communauté musulmane, majoritaire dans cette circonscription, en estimant qu'un musulman « peut voter pour le MMM et le PTr, mais il n'a pas le droit de voter pour le MSM ».

La Présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, représentera Maurice au sommet de l’Union africaine qui aura lieu à Kigali, Rwanda, les 17 et 18 juillet prochains.

« Il faut lancer les chantiers au plus vite. Time is money », a déclaré hier matin le président comorien, Azali Assoumani, lors de sa rencontre de moins d’une heure avec des opérateurs économiques mauriciens au siège de la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI). Azali Assoumani a exhorté les entrepreneurs locaux à prospecter son pays.

Intervenant hier après-midi dans le cadre de l'Independent Police Complaints Commission Bill, le ministre de la Santé et de la Qualité de la Vie, Anil Gayan, a mis en garde contre « tout commentaire qui occasionnerait un “mood” anti-police » dans le pays et qui « diabolise la police ».

Le député Veda Baloomoody a d’emblée affirmé que le MMM n’est pas d’accord avec l’Independent Police Complaints Commission Bill. « Il n’y a rien de nouveau dans ce projet de loi pour donner davantage de crédibilité à la police. Ce Bill n’est qu’un « desperate rebranding » de l’ancienne Police Complaints Act de 2012 », a-t-il déploré.

La mairesse de Bethléem, Vera Baboun, qui est arrivée à Maurice hier pour une visite de quatre jours, a eu une séance de travail avec le Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval, hier après-midi. Elle a, à cette occasion, invité officiellement ce dernier à assister, cette année, à la messe célébrée le 24 décembre en la Basilique de la Nativité, à Bethléem, pour marquer la naissance du Christ.

Le coût initial pour la construction de la prison de Melrose était de Rs 1,491 milliard. Mais à la fin des travaux, ce chiffre s’élevait à Rs 2,134 milliards. C’est ce qu’a répondu le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, à une question du député Bashir Jahangeer. Il a ajouté que de telles variations par rapport aux coûts initiaux des projets étaient une pratique courante sous l’ancien gouvernement. Le contrat avait été alloué à un joint-venture, Beijing Zhuzong-Hyvec Partners.

Le diplomate indien Malay Mishra, qui était en poste à Maurice au milieu des années 1980, estime que la menace terroriste contre l’Inde vient de l’État islamique (EI) qui vient d’annoncer que ce pays sera sa prochaine cible. « Les terroristes sont déjà arrivés au Bangladesh. Il y a eu deux attaques récemment à Dacca et leur culmination finale peut être une attaque sur l’Inde prochainement », prévient le diplomate, qui a animé, cette semaine, une conférence sur le thème de la politique étrangère de l’Inde, à l’Institut Mahatma Gandhi (MGI). Le prêcheur islamique Zakir Naik, dit-il, « représente un danger, non seulement, pour l’Inde, mais aussi pour le monde entier ».

  • Le leader de l’opposition : « The son of the acting CP was doing his dirty business near Coin Idéal. He was threatened by somebody with a knife and a lady »
  • SAJ à Rajesh Bhagwan : « The police must have been shaken by the parliamentary question that was put (sur la Coin Idéal Saga) »
  • Shakeel Mohamed : « The CP clearly has not given the PM all the information and was not being transparent and truthful in the answers provided »
  • Clinique Apollo-Bramwell : Rs 196 millions injectées dans la gestion de la Clinique Rawat par la NIC Healthcare Ltd d’août de l’année dernière à juin de cette année
  • Roshi Bhadain annonce les premiers cinq cas référés à l’Integrity Reporting Agency pour d’éventuels Unexplained Wealth Orders

La Coin Idéal Saga, avec au centre le vol d’une voiture faisant partie de la flotte officielle de la police et attribuée au N° 2 de la force, qui assumait au moment des faits les fonctions de commissaire de police, représente un cas d’espèce en Cover-Up. Un First Police Cover en trois mouvements, avec d’abord le Cover-Up incident se déroulant dans la nuit du 27 mai dernier, le long de la route Royale sur le tronçon entre Coin Idéal et l’église de Notre-Dame-de-Lourdes. Ensuite le Cover-up de l’implication de la voiture de la police, immatriculée 141 RM 11 ou encore 7824 DEC 11 dans un cas de Larceny.