Politique

Pour l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam il n’y a pas de doute : Geeanchand Dewdanee et Pravind Jugnauth se connaissent bien. L’homme qui a été arrêté après la grosse saisie d’héroïne dans le port a, selon Navin Ramgoolam, des entrées au PMO et au Sun Trust. Et d’insister que l’actuel Premier ministre ne pouvait ignorer que Dewdanee voyageait souvent avec lui.

Paul Bérenger indique que le MMM jouera pleinement son rôle de parti d’opposition en marge de la reprise, mardi, des travaux parlementaires. «Nous n’avons aucune leçon à recevoir de quiconque. (...) Surtout pas du PMSD et de Bhadain qui, hier encore, étaient bien installés au gouvernement!”, souligne le leader des mauves.

La reprise des travaux de l’Assemblée nationale, mardi, constituera une première pour Pravind Jugnauth comme Premier ministre. Outre le fait qu’il pourrait croiser le fer en tant que Leader of the House avec le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval – probablement sur le projet de métro express en début de séance –, il doit se préparer pour affronter la première Prime Minister’s Question Time de sa carrière politique.

Le leader du MMM, Paul Bérenger, estime qu’au nom de la transparence, « la population a le droit d’exiger » que le rapport actualisé de Singapour Corporation Enterprise soit « rendu public sans tarder ». Il l’a affirmé hier lors d’une conférence de presse entièrement consacrée au métro express, dont le coup d’envoi a été donné le 10 mars par le Premier ministre, Pravind Jugnauth.

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, n’a pas souhaité faire de commentaires sur les preuves fournies par Paul Bérenger lors de sa conférence de presse hier, à l’effet qu’Ameenah Gurib-Fakim fut nommée directrice de Planet Earth Institute qui serait au final une entreprise, un mois seulement après sa nomination en tant que présidente de la République. « Mo pa au courant de seki li pe cozer. Mo pa conner lor la question enn compagnie ou enn organisation philanthropique », a répondu Pravind Jugnauth aux journalistes hier, à l’issue de la cérémonie marquant les 80 ans de la Tamil League, à Réduit. Il dit également ne pas être au courant que la présidente a démissionné de ce poste, il y a un mois, avec l’éclatement de l’affaire Alvaro Sobrinho.

“Tant par rapport à ce que prévoit la Constitution que par son comportement, Ameenah Gurib-Fakim s’est disqualifiée pour le poste de présidente de la République”, a estimé hier Paul Bérenger, leader du MMM. Ce dernier devait en effet affirmer que,  loin d’être une simple ONG à but philanthropique, Planet Earth Institute (PEI) est enregistrée comme une société privée (Private Company) auprès de Companies House en Grande-Bretagne, et qu’un mois seulement après sa nomination comme présidente de la République, Mme Gurib-Fakim devait être nommée directrice de cette Private Company.

Le lendemain du 12 mars ne porte pas chance au gouvernement de Lalayns Lepep. L’année dernière, il y a eu le double revers avec l’opération Goldfinger et le ministre Vishnu Lutchmeenaraidoo, empêtré dans les dédales d’un prêt de 1,1 million d’euros accordé par la State Bank of Mauritius.

Le Ministre Mentor, sir Anerood Jugnauth, présidera un comité ministériel dans le cadre de la réforme du service civil. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Fonction publique, Eddy Boissezon, à la presse ce matin à l’issue de l’ouverture d’une session de formation destinée aux 31 nouvelles recrues pour le poste de “Word Processing Operators” dans la fonction publique.

La présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, a accueilli hier les dignitaires du pays, les décorés de la République et de nombreux invités à la garden-party organisée traditionnellement au lendemain de la fête nationale.

Le vice-président de la République du Ghana, Mahamudu Bawumia, a exprimé hier la solidarité de son pays avec Maurice concernant le dossier Chagos. C’était à l’issue d’une session de travail avec les membres du gouvernement précédée d’un tête à tête avec le Premier ministre Pravind Jugnauth. En ce qui concerne les projets identifiés par les autorités mauriciennes et ghanéennes, et dont il assurera la coordination à Accra, l’heure est à l’action, dit-il. Pour Pravind Jugnauth, cette visite présidentielle renforce les relations fraternelles entre Maurice et le Ghana.

Le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, a rencontré le vice-président du Ghana Mahamudu Bawumia samedi. Il s’est dit d’autant plus heureux de cette rencontre qu’il a lui même jeté les bases pour la relance des relations entre le Ghana et Maurice.

Célébrations du 49e anniversaire et du 25e de la république haut en couleur au stade de Camp-du-Roi, à Rodrigues, hier. Le vice-président de la république, Barlen Vyapoory, le Chief Guest à la fête nationale dans cette partie éloignée du territoire, a donné des raisons d’espérer à la population. Le principal message qu’il a transmis lors de la cérémonie du drapeau est que « l’île de vos rêves est possible ». De son côté, le chef commissaire, Serge Clair, qui entame son troisième mandat à la tête du gouvernement régional, a fait part de sa conviction que le soutien du Premier ministre, ouvrira grande la porte du développement à Rodrigues.

Paul Bérenger a consacré l’essentiel de la conférence de presse du MMM, samedi à l’hôtel Hennessy à Ébène, à l’affaire Alvaro Sobrinho. Le leader des mauves réclame que la Financial Services Commission (FSC) rende publiques les correspondances entre les autorités mauriciennes et Lisbonne à propos du milliardaire angolais, soupçonnant un “cover up”. « Il nous faudra savoir un jour qui a amené les investisseurs Angolais à Maurice », dit-il, en déplorant que toutes ces récentes agitations aient « affecté l’image et la crédibilité de notre secteur offshore ».

Intervenant samedi à sa conférence hebdomadaire, le président du Mouvement Patriotique, Alan Ganoo, a vivement plaidé pour le « rapatriement » de la Constitution de Maurice. Il argue qu’après 49 ans d’Indépendance et 25 ans de République, il est grand temps que ce soit l’Assemblée nationale qui promulgue une nouvelle Constitution. La présente émane d’un Order in Council du gouvernement anglais, avant l’accession de Maurice à l’indépendance.

Le Mouvement Patriotique (MP), qui commentait la saga Alvaro Sobrinho pendant sa conférence de presse hier après-midi, a demandé l’institution d’un Select Committee pour faire toute la lumière sur cette affaire qui défraie l’actualité depuis un certain temps déjà.

Il a peut-être été relégué au second plan, question de demeurer sur l’essentiel, mais Kallychetty Deodass Appadoo, dit Dass Appadoo, n’en est pas moins une des pièces maitresses du réseau d’Alvaro Sobrinho, le milliardaire angolais qui a fait les gros titres de la presse portugaise pour des faits peu reluisants et qui a atterri à Maurice dans des conditions qui restent à être éclaircies. C’est à la State House où il officiait comme Permanent Secretary de la présidente de la République Ameenah Gurib-Fakim que Dass Appadoo a fait la connaissance d’Alvaro Sobrinho. Ce fait vient confirmer l’axe State House — Sobrinho !

Les explications fournies par Alvaro Sobrinho à une partie de la presse seulement ne convainquent pas le leader de l’opposition. Des zones d’ombre subsistent, dit Xavier Duval, qui relève aussi des contradictions. La rencontre du vice-Premier ministre et ministre des Energies, Ivan Collendavelloo, avec l’homme d’affaires angolais, à peine arrivé à Maurice, suscite aussi des interrogations, ajoute-t-il. Et s’il a rencontré la présidente de la République pour aborder cette affaire, entre autres, le leader du PMSD insiste pour que Ameenah Gurib-Fakim s’explique devant la population.

Paul Bérenger, leader du MMM, n’en démord pas par rapport à l’affaire Sobrinho / FSC. “Fournir de fausses informations au régulateur dans le but d’obtenir un permis d’opérer est non seulement un délit sous la loi régissant la Financial Services Commission (FSC) mais aussi une arrestable offense”, dit-il quant à l’information au sujet du courriel adressé par le Solicitor General, Dheeren Dabee à la FSC par rapport à la demande d’un permis d’opérer faite auprès du régulateur par l’homme d’affaires angolais controversé, Alvaro Sobrinho. Soupçonnant “un cover-up”, le leader des mauves réclame la publication de la correspondance que la FSC a adressée aux autorités portugaises pour savoir si le dénommé Sobrinho a eu maille à partir avec la justice de ce pays de même que la réponse obtenue en retour de Lisbonne.  

De nouveaux rebondissements devront intervenir dans le dernier feuilleton politique en date avec pour les principaux protagonistes, la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, et le multimilliardaire angolais, Alvaro Sonrinho. Les premières explications fournies, vendredi, par le confident de la présidente de la République, devant des journalistes choisis sélectivement, sont très loin d’avoir atténué les zones d’ombre qui s’accumulent au fil des jours. Bien au contraire, en dépit des efforts redoublés de ce panel de conseils légaux travaillant en étroite collaboration avec des personnalités politiques de premier plan, pour calmer le jeu, les enquêtes initiées par des institutions se multiplient.

Le vice-président du Ghana, le Dr Mahamudu Bawumia, invité d’honneur des célébrations du 49e anniversaire de l’indépendance de Maurice, a eu, hier, une rencontre avec le chef du gouvernement. Après la signature par les ministres des Affaires étrangères de nos deux pays respectifs du traité portant sur l’accord de non double imposition (DTAA), ils ont tenu une conférence de presse conjointe. Outre le souhait émis par les deux hommes d’État pour que les actions concrètes visant au renforcement de la collaboration entre les deux pays soient enclenchées rapidement, le Dr Bawumia a réitéré le soutien du Ghana à Maurice sur le dossier Chagos.

L’année menant au 50e anniversaire de l’accession de Maurice à l’indépendance sera marquée par la détermination du pays de laver un affront historique à son intégrité et à sa souveraineté sur le dossier des Chagos. Vers la fin de son allocution, hier soir lors du banquet d’Etat en l’honneur du Chief Guest pour le 49e anniversaire de l’indépendance et le 25e de la République, le vice-président du Ghana, Mahamudu Bawumia, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a donné une première indication ferme des intentions de Maurice au sujet de la revendication sur les Chagos.

L’Independent Commission Against Corruption (ICAC) a pris la décision de passer à l’action dans le scandale des biscuits des Hanoomanjee à la Mauritius Duty Free Paradise Ltd. Une escouade de l’ICAC a effectué une descente des lieux et une perquisition dans les locaux de la MDFP, jeudi dernier.

Des « zones d’ombre » et « trop de contradictions ». C’est la perception du leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, au sujet de l’affaire Alvaro Sobrinho et qui l’a décidé à axer sa PNQ sur le sujet à la rentrée parlementaire.

Le vice-président de la République du Ghana,   Mahamudu Bawumia – qui sera l'invité d'honneur du gouvernement mauricien à l'occasion de la célébration de la fête nationale dimanche –, aura demain une séance de travail avec le Premier ministre, Pravind Jugnauth. Son arrivée au pays est prévue pour cet après-midi.