Politique

Patrice Émery Trovoada, Premier ministre de la République démocratique de Sao Tomé-et-Principe, est à Maurice depuis hier après-midi pour une visite de deux jours. Accompagné d’une délégation comprenant notamment José Cardoso Cassandra, il a été accueilli à l’aéroport SSR par le Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval. Le Premier ministre santoméen souhaite apprendre de l’expérience de Maurice et évoque des possibilités d’investissements pour les Mauriciens à Sao Tomé-et-Principe.

Le secrétaire général de la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP), Reeaz Chuttoo, est d’avis que si le National Wage Consultative Council Bill est voté « sans amendement », les travailleurs feront 100 pas en arrière. Il avance trois points dans ce projet de loi, dont le calcul du salaire minimum par heure de travail, la création d’une catégorie de « young workers » et la menace d’une amende de Rs 50 000 qui pèse sur les représentants syndicaux qui siègent au sein du board s’ils dévoilent des informations internes à leurs membres, qui seraient néfastes aux travailleurs.

Aurore Perreau, la ministre de l'Égalité des genres, a bénéficié d'un ton unanime des députés des deux côtés de la chambre pour le National Women's Council Bill qu'elle a présenté hier. Le député MMM Balamoody, qui a fait part du soutien de son parti, a néanmoins fait quelques remarques au sujet de la composition du board ainsi que sur les pouvoirs qu'aura la ministre de tutelle dans le fonctionnement du Council. Le député MMM craint d'éventuelles ingérences politiciennes dans cet organisme.

  • L’ancien ministre Raj Dayal essuie un revers de la présidence de l’Assemblée nationale alors qu’il tentait d’intervenir sur un « point of order » pour répondre au Whip de l’opposition Rajesh Bhagwan
  • Le ministre Bhadain : « le promoteur du Ponzi de Westminster Financial, Feroz Dahoo, concerné de même que Navin Ramgoolam dans le scandale de Bagatelle Dam »
  • Le VPM et ministre des Services publics, Ivan Collendavelloo, remet les pendules à l’heure sur le Small Scale Distributed Generator Net Scheme
  • Le député Ameer Meea met en exergue les lacunes sur les exemptions de visa pour les Émirats Arabes Unis

La seconde tranche de la séance du Question Time, hier après-midi, marquée par un mood quasi consensuel, et même loin de toute controverse de fond, a permis à Madam la Speaker, Maya Hanoomanjee, d’imprimer sa marque d’autorité. Elle a été intraitable à l’égard de deux parlementaires de la majorité, et non des moindres : le Chief Whip, Mahen Jhugroo, qui a été expulsé de l’hémicycle pour avoir enfreint les directives de la présidence ; puis, l’ancien ministre de l’Environnement, Raj Dayal, qui avait goûté précédemment à sa première interpellation supplémentaire, s’est fait vertement rappeler à l’ordre par Madam la Speaker quand il voulait répondre aux accusations du Whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan, au sujet du projet visant à planter des cocotiers pour atténuer les risques d’érosion.

Menon Murday, nommé président de la Non-financial Holding Company à la SBM, n’aura aucune responsabilité financière ou bancaire, fait-on ressortir dans les milieux de l’institution bancaire de la place Sookdeo Bissoondoyal. De sources bien informées, Menon Murday sera surtout responsable de la gestion des biens immobiliers dans lesquels la SBM a des intérêts, soit comme investisseurs, soit comme actionnaires.

Le prochain budget fera provision pour un nouveau CT Scan. Celui de l’hôpital SSR est en effet en panne depuis décembre 2014. Entre-temps, les patients sont dirigés vers d’autres hôpitaux régionaux. Le ministère n’envoie plus de patients dans les cliniques privées pour des examens. C’est ce qu’a déclaré le ministre de la Santé, Anil Gayan, à une question du député Raffick Sorefan.

L’opposition a, par le biais de Veda Baloomoody, demandé au Premier ministre d’ordonner la démission de Youshreen Choomka de ses fonctions de directrice de l’Independant Broadcasting Authority (IBA), en attendant la conclusion de l’enquête de l’ICAC et de l’Equal Opportunities Commission (EOC) sur les conditions menant à sa nomination. « Ce n’est pas mon rôle de le faire », a rétorqué sir Anerood Jugnauth.

Après sa prestation de serment hier après-midi, Khalid Tegally a pris ses fonctions de président de l'EOC ce matin. L’occasion pour lui de faire connaissance avec les membres du personnel et de jeter un coup d’œil aux différents dossiers qui l’attendent. Il a également animé une réunion avec les autres membres de la commission, à savoir Me Mary-Jane Gayle Yerriah, Gunneswar Shibchurn et Rishinand Roy Dookhony.

La Private Notice Question (PNQ) de la séance du jour de l’Assemblée nationale a été l’occasion pour le leader de l’opposition, Paul Bérenger, de rechercher des garanties formelles en faveur des 135 283 détenteurs de police d’assurance à la National Insurance Company, qui a pris la relève de BAI avec l’opération Daylight Robbery. Il a également réclamé des précisions au sujet du remboursement des clients du Super Cash Back Gold Scheme de l’ex-BAI et de la Bramer Assets Management Ltd, dont la prochaine échéance de remboursement interviendra le 30 juin prochain. De son côté, le ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, a voulu être rassurant en affirmant que cette première échéance nécessitera un déboursement cumulé de Rs 1,4 milliard pour les victimes du Super Cash Back Gold et de la Bramer Assets Management Ltd alors que les efforts de recouvrement de fonds avec la vente des avoirs du conglomérat BAI devront générer quelque Rs 3,9 milliards. Ce montant de Rs 1,4 milliard sera nécessaire pour chacune des quatre prochaines années dans le cadre de l’émission de Zero-Coupon Debentures, annoncée depuis l’année dernière.

« J’ai un gros cœur qui tâche et une générosité enfantine. Un gros mot qui sort de la bouche d’un enfant illumine la salle.

En raison de la présence du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, qui sera en visite à Maurice du 8 au 11 mai prochain, aucune séance parlementaire n’est prévue le mardi 10 mai.

À l’hôtel Hennessy hier, où le MMM organisait une journée de réflexion consacrée à la réforme de sa constitution, Paul Bérenger a insisté sur le fait qu’il ne faut pas ni se tromper d’objectif ni sous-estimer les valeurs que le MMM a toujours respectées depuis sa création mais qui doivent être améliorées. « Nous avons le droit d’être fier du MMM tel qu’il a évolué depuis 1969 », dit-il.

Tout en réglant ses comptes avec Navin Ramgoolam et Paul Bérenger, le leader de l’Alliance Lepep, sir Anerood Jugnauth, a réitéré sa conviction de réussir son deuxième miracle économique, hier lors du rassemblement du 1er-Mai à Vacoas. Pour se faire, le Premier ministre a réclamé « l’unité et la solidarité » du secteur privé, des syndicats et de tout un chacun. D’ici quelques semaines, a-t-il affirmé, Maurice sera un « vaste chantier » avec les divers projets prévus et énuméré.

Un 1er-Mai sous le signe du renouvellement de la confiance de la population en l’alliance Lepep. C’est ce qu’entendent les dirigeants du gouvernement pour leur grand rassemblement prévu ce matin à Vacoas, où l’Alliance Lepep invite à la mobilisation autour de sir Anerood Jugnauth. L’occasion également pour un test de popularité du gouvernement après seize mois au pouvoir. “Res ferm mam”, a demandé le secrétaire général du MSM, Nando Bodha, affirmant que “l’avenir li avec l’Alliance Lepep et non auprès du MMM et du PTr”.

Première réunion positive du comité interministériel avec le secteur privé, les opérateurs du port et le Board of Investment, hier, relative au projet de convertir Port-Louis en une Smart City. Ce, en l’absence du ministre de la Bonne Gouvernance, Roshi Bhadain, pourtant annoncé sur la convocation de presse. Cette réunion aura permis un premier constat des avancées des 12 axes prioritaires – nécessitant des investissements de l’ordre de Rs 52 milliards – qui mèneront à la transformation de la capitale avec trois projets découlant de la formule Build, Operate and Transfer (BOT) et le reste du secteur privé. Les premiers travaux au coût de Rs 1,15 milliards, qui devraient démarrer cette année, concernent la gare Victoria et incluent une passerelle reliant le centre commercial au Caudan.

Le Mouvement patriotique (MP) était sur la même plate-forme que les syndicalistes Ashok Subron et Reeaz Chuttoo, de la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP), Rashid Imrith, de la Fédération des Syndicats du Secteur Public, et de l’activiste social Jack Bizlall, à Belle-Rose, hier, dans le contexte de la célébration de la Fête du Travail. L’objectif de ce congrès était d’aborder le problème de pauvreté et d’inégalité sociale dont souffre notre société.

Depuis plusieurs semaines déjà, l’ex-Premier ministre et leader du PTr, Navin Ramgoolam, n’a de cesse de répéter dans les congrès du parti que le pays va à la dérive. Navin Ramgoolam, qui surfe sur les faux pas, scandales, bourdes et remous au gouvernement, a de quoi pour satisfaire son auditoire. À Vacoas où le PTr avait donné rendez-vous à ses partisans à la salle des fêtes de la municipalité, vendredi soir, il a encore une fois commencé son long discours en se disant indigné par les scandales qui pourrissent le pays. Il a évoqué le terrain à bail alloué au fils de Showkutally Soodhun, l’affaire Dayal, le barachois de l’époux de la députée Boygah, Heritage City, le chômage, la dette publique, l’insécurité…

Me Brian Glover, jusqu’à fort tard dans la nuit de vendredi à samedi derniers encore président de la Commission pour l’égalité des chances (EOC), avoue qu’il s’attendait à ce que le couperet tombe, mais quand même pas à...  22h40 ! Le gouvernement n’a effectivement pas renouvelé son contrat au poste de président, non plus ceux de ses deux assesseurs, MM. Rajeshwur Bhowon et Sameer Mohuddy. C’est, apprenons-nous, dans un tintamarre de sirènes de la police avec des girophares qui aura poussé plus d’un de ses voisins à se réveiller pour regarder par les fenêtres ce qui se passait, que Brian Glover s’est vu remettre sa feuille de route diligentée par la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, agissant sur la demande du Premier ministre.

Avec l’ouverture, demain, devant la Cour intermédiaire du premier procès au pénal instruit contre l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, dans l’affaire du bungalow de Roches-Noires dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011, un document légal juré le 26 février 2015 revêt toute son importance. L’affidavit de Michel Gallet, Chief Operating Officer du groupe Dufry AG, et Simo Carevic, ancien Chief Executive Officer de Mauritius Duty Free Paradise Co. Ltd, au sujet de leur séquestration présumée dans la nuit du 16 au 17 février 2015, se transforme en carte maîtresse dans le camp de Navin Ramgoolam. Du côté des autorités, les informations dégagées de ce volet d’enquête, en particulier les transferts des commissions de Rs 100 millions au profit de la compagnie Frydu de Nandanee Soornack, sont considérées comme Unrebuttable contre l’ex-PM. Mais la principale difficulté est que la teneur de cet affidavit est restée sans effet légal et n’a pas eu de suite en terme d’enquête au niveau du Central CID jusqu’ici.

Paul Bérenger, leader de l’Opposition et du MMM, qualifie de “vrai scandale” la décision du ministère des Terres et du Logement d’accorder, en août de l’année dernière, un nouveau bail industriel à la Société Mohamed Umeeir Ibne Showkut (SMUIS). “En s’obstinant à n’évoquer que les faits de 2008 tout en faisant l’impasse sur ceux de 2015, Soodhun veut noyer le poisson”, dit le chef de l’opposition qui trouve, en sus, qu’acculé sur ce dossier, mardi, à l’Assemblée nationale, le ministre de tutelle a, “par lâcheté”, tenté de “traîner dans la boue” le député du MMM, Reza Uteem.

Salim Muthy, le principal porte-parole intervenant lors de la marche pacifique de la Fête du Travail du Champ-de-Mars au jardin de la Compagnie, ce matin, menace de manifester lors de la conférence internationale du 8 mai avec la participation du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon.

A Mahébourg où la General Workers Federation (GWF), Rezistans ek Alternativ, laPort Louis Maritime Employees Association, l’Un

Le MMM, qui a réuni depuis ce matin les militants à l’hôtel Hennessy Park, pour une journée de réflexion sur la nouvelle constitution, est revenu sur la principale cause de la défaite aux élections générales du 10 décembre 2014.

Rappelant sa promesse de « nettoyer » le pays de la fraude et de la corruption, sir Anerood Jugnauth, le leader de l’Alliance Lepep, a martelé qu’il sera sans pitié contre les corrupteurs et les corrompus. Il a a exhorté les Mauriciens à l’unité et à la solidarité pour réaliser les promesses électorales.