Politique

Paul Bérenger se trouvait hier soir à Plaine-Verte, soit dans la circonscription No 3. L'occasion pour le leader du MMM de réclamer un 6-0 aux Nos 2 et 3 à Port-Louis. De même, il a confirmé la candidature au No 2 de Reza Uteem, qui se verra confier d'importantes responsabilités ministérielles dans le cadre d'un éventuel gouvernement Ptr-MMM, ainsi que d'Adil Ameer Meeah dans la circonscription No 3. Quant à Prakash Meenowah, a-t-il souligné, il sera de nouveau appelé à affronter sir Anerood Jugnauth au No 7, à Piton–Rivière-du-Rempart.

Maurice s’est maintenue pour la huitième année successive à la tête de l’indice Mo Ibrahim en obtenant une moyenne de 81,7 points. Elle est suivie du Cap Vert qui a obtenu une moyenne de 76,6 points. L’Indice Ibrahim de la gouvernance africaine (IIAG) 2014, publié hier, montre que le niveau global de gouvernance sur le continent africain a progressé entre 2009 et 2013. Toutefois, au cours des dix dernières années, les principaux moteurs de cette tendance généralement positive ont changé, souligne le porte-parole de Mo Ibrahim.

La Fédération des travailleurs unis (FTU) lance un appel aux partis politique de gauche, à l'instar de Lalit, du Mouvemen Premyer Me ou encore de Rezistans ek Alternativ, pour la création d'un bloc politique de gauche. Objectif : créer une véritable force pour contrecarrer les partis traditionnels en vue des prochaines législatives.

Le compte à rebours pour les prochaines élections générales anticipées, annoncées pour le mois de novembre, mais sans aucune confirmation officielle, a déjà été enclenché. Les deux principaux blocs politiques, soit l'alliance PTr-MMM, d'une part, et l'Alliance Lepep, constituée du MSM, du PMSD et du Muvman Liberater, d'autre part, sont déjà connus, et les petits partis comme le Front de Solidarité Mauricien (FSM) de Cehl Meeah ou le Mouvement Mauricien Social Démocrate (MMSD) d'Éric Guimbeau, littéralement marginalisés par les manœuvres de ces blocs bipolaires. Rezistans & Alternativ, dont l'action politique de longue haleine contestant la déclaration obligatoire d'appartenance communale des candidats aux élections générales a débouché sur le chambardement de la configuration politique, maintient sa position qu'il alignera au moins un candidat dans chacune des circonscriptions. D'autres formations, comme le Parti Malin, ne devront pas rater l'occasion pour ajouter au folklore électoral, ne serait-ce que dans des zones localisées.

L'alliance conclue entre le MSM, PMSD et Muvement Liberater (ML), cette semaine, a été officiellement présentée, hier après-midi, à Port-Louis. Face à la presse, les trois partis— désormais réunis sous L'alliance Lepep —ont essentiellement livré les grandes lignes de leur programme électoral. Entouré de Xavier-Luc Duval (PMSD), Pravind Jugnauth (MSM) et d'Ivan Collendavello (ML) Sir Aneerood Jugnauth, leader de cette alliance, qui a pris la parole en premier pour animer cet exercice, a donné des indications sur la répartition des postes constitutionnels, mais pour ce qui est des portefeuilles ministériels clés, il faudra attendre encore. Les détails, y compris les mesures du programme, viendront après.

Navin Ramgoolam, leader du PTr et Paul Bérenger, leader du MMM, se disent "pleinement satisfaits" de l'accueil réservé par la population à l'alliance rouge/mauve après sa conclusion officielle. Critique à l'encontre de l'alliance opposée MSM/PMSD/ML et, plus particulièrement, envers le MSM, Navin Ramgoolam parle de bataille à venir entre forces de division et celles du progrès. Les deux leaders prévoient une accélération de leur campagne sur le terrain au retour de l'étranger du Premier ministre.

Le leader de l'Union nationale (UN) Ashok Jugnauth a, lors de son Comité central, hier après-midi au collège Nelson, à St-Pierre, confirmé sa candidature aux prochaines élections générales. Il a confirmé qu'après consultation avec le Premier ministre, Navin Ramgoolam jeudi dernier, il sera bel et bien candidat sous la bannière Rouge/Mauve dans la circonscription numéro 8 (Quartier-Militaire/Moka) avec pour colistiers Suren Dayal et le candidat battu en 2010, Sanjiven Permal.

La fête nationale de la République Populaire de Chine a été marquée hier soir par une réception offerte par l'ambassadeur de Chine à Belle Rose.

Le comité exécutif du Muveman Libérater s’est réuni hier soir dans le but de ratifier l’alliance MSM/PMSD/ML, qui prendra part en tant que nouvelle alliance politique aux prochaines élections générales.

Le MSM a poursuivi sa campagne de mobilisation sur le terrain hier soir dans le cadre des prochaines élections générales et, surtout, en vue du prochain grand rassemblement de l'Alliance Lepep, réunissant également le PMSD et le Muvman Liberater, à Vacoas, le 12 octobre prochain. Intervenant en dernier lieu, sir Anerood Jugnauth a été des plus critiques envers l'instauration d'une IIe République.

  • Des dotations budgétaires de Rs 2,4 milliards, soit en hausse de Rs 511 millions, présentées à l'Assemblée régionale de Rodrigues, hier après-midi
  • Le chef commissaire : « Nous avons tenu à apporter des mesures concrètes et innovantes afin de répondre aux défis de transformation économique et sociale de Rodrigues »
  • Tourisme : Un éventuel “Special Holiday Package” en faveur des Réunionnais pendant la basse saison

En dépit de l’imminence de la campagne pour des élections générales anticipées et la présentation du Budget 2015 à l’Assemblée nationale début de l’année prochaine, les dispositions de la Rodrigues Regional Act imposent au chef-commissaire Serge Clair un tel exercice. Ainsi, un budget avec des dotations de Rs 2,4 milliards, soit une augmentation de Rs 511 millions par rapport au précédent exercice, a été présenté lors de la séance de l’Assemblée régionale d’hier à Port-Mathurin. L’enveloppe pour le financement des projets de développement est de l’ordre de Rs 600 millions, soit une progression de Rs 200 millions, sans compter des allocations de Rs 80 millions venant de l’Union européenne pour le secteur de l’eau l’année prochaine. Le budget de fonctionnement accusera une hausse de Rs 231 millions pour se retrouver à Rs 1,8 milliard. Le Minority Leader, Gaëtan Jhabeemisssur, donnera la réplique au chef-commissaire lors des débats budgétaires prévus lundi.

Développement et modernisation doivent inclure toutes les composantes de la population. C’est le principal message qu’ont véhiculé le ministre des Administrations régionales Hervé Aimée et le député du MMM Alan Ganoo hier à la cérémonie inaugurale du village hall de Petite-Rivière-Noire. Un événement qui a réuni une cinquantaine de personnes, dont les présidents du Conseil de District de Rivière-Noire, de Savanne ainsi que le président du village, et où l’absence de la troisième députée du No 14, Maya Hanoomanjee, n’est pas passée inaperçue.

Réunis au siège du PMSD, à Astor Court, hier après-midi, les membres du bureau politique de ce parti ont, après une heure de discussions, approuvé à l’unanimité la décision des bleus de faire partie de l’Alliance Lepep avec le MSM et le Muvman Liberater (ML) d’Ivan Collendavelloo en vue des prochaines élections générales.

Le leader du MSM a estimé hier après-midi que le trio Navin Ramgoolam, Paul Bérenger et Rama Sithanen forme « un cocktail explosif pour le pays ». , Pravind Jugnauth a été particulièrement très sévère à l'égard de Rama Sithanen qui, selon lui, rappelle « de mauvais souvenirs » lorsque ce dernier occupait le poste de ministre des Finances.

Le Premier ministre quitte le pays ce week-end pour Paris et Londres. À Paris, Navin Ramgoolam aura une rencontre avec le président de la République française, François Hollande. Cette rencontre avait été initialement prévue lors du sommet de la COI au Comores.

Navin Ramgoolam et Paul Bérenger donneront une conférence de presse conjointe à l'Henessy Park Hotel lundi. Les deux précédentes conférences de presse communes avaient porté respectivement sur l'annonce de la conclusion d'une alliance entre le Ptr et le MMM et la signature de l'accord après sa ratification par les instances des deux partis.

La durée du mandat présidentiel proposée par le tandem Ramgoolam/Bérenger pour la deuxième République suscite des interrogations à Maurice. Ailleurs, une présidence moins longue est préférée. L’exemple français en témoigne. Jacques Chirac est le dernier président à avoir entamé un septennat, avant sa suppression le 24 septembre 2000 et l’institution du quinquennat. Éclairage.

Le ministre Bunwaree se demande ce qu'il adviendrait dans l'éventualité où le futur Président de la République, Navin Ramgoolam, décéderait ou serait dans l'incapacité d'assumer ses fonctions. Par ailleurs, Yatin Varma et lui ont fait front commun contre un candidat pressenti sous la bannière rouge/mauve, parenté à une haute personnalité du pays, bien que sans jamais le nommer.

Avec l’annonce officielle hier après-midi de la conclusion de l’Alliance Lepep de l’opposition – avec le MSM, le PMSD et le ML faisant front commun face au bloc Ptr/MMM pour les prochaines élections anticipées –, les états-majors politiques mettent les bouchées doubles, que ce soit sur le plan de la mobilisation des troupes sur le terrain ou encore avec les préparatifs pour le programme électoral et le calendrier des principales étapes de la campagne, la dissolution de l'Assemblée nationale étant attendue pour le 6 octobre au plus tard.

L’Alliance Lepep – composée du Mouvement Socialiste Mauricien (MSM), du Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD) et du Muvman Liberater (ML) – sera lancée officiellement samedi prochain lors d’une conférence de presse conjointe de leur leader – Pravind Jugnauth, Xavier-Luc Duval et Ivan Collendavelloo – autour de sir Anerood Jugnauth.

L’alliance Ptr-MMM avait réuni ses activistes de la circonscription No 7 hier en début de soirée au collège Universal, à Rivière-du-Rempart, où les différents orateurs ont tout à tour demandé à leur électorat de ne « pa sov lapo Anerood Jugnauth », et réclamé une victoire écrasante de leur alliance aux prochaines élections générales. Le président du Ptr, Patrick Assirvaden, a déclaré que « kot ete la, pou bizin rant dan bis ki pe al ver la viktwar ».

Les Rouges et les Mauves ont officialisé leur accord autour d’un document symbolique; leurs adversaires discutent pour que chacun trouve le meilleur deal. On ne connaît pas la date des élections, mais la campagne électorale se poursuit. Ni le ton choisi des deux côtés ni les méthodes ne diffèrent du passé…

Voilà huit mois que le Parlement ne siège pas. Après la prorogation initiée par le Premier ministre pour laisser place aux discussions concernant la réforme électorale, les députés ont pris congé. Avec pour résultat que les dossiers prioritaires du pays ont été ignorés pour faire la place aux ambitions politiques des uns et des autres.

Le Centre for Alternative Research and Studies (CARES) et Rezistans ek Alternativ ont organisé le week-end dernier un camp de réflexion sur la politique. Ils étaient une centaine à répondre à l’appel pour cet événement, qui a duré trois jours. Ils ont ainsi eu l’occasion de découvrir l’histoire de la politique à Maurice, la lutte pour l’émancipation et la citoyenneté mauricienne, tout en réfléchissant sur différents thèmes liés à la société, à l’écologie et à la participation des jeunes comme force transformatrice aux prochaines élections, entre autres.