Politique

Lalit a réalisé hier son traditionnel tirage au sort pour désigner la communauté de ses candidats. Malgré le fait que le mini-amendement constitutionnel n’oblige plus les candidats à déclarer leur appartenance communale, le mouvement a néanmoins tenu à réaliser cet exercice car le Best Loser System (BLS), disent ses responsables, est toujours bien présent. Toutefois, aucun membre du parti n’acceptera un siège à l’Assemblée comme “Best Loser”. 

Arianne Navarre-Marie – éducatrice, ancienne ministre de la Femme et figure emblématique du MMM – briguera les suffrages au N° 4. Elle aura pour adversaire Aurore Perraud, ex-PPS et responsable de la communication du PMSD. Toutes deux se sentent concernées par les inégalités sociales et expriment leur désir de travailler pour une meilleure intégration. « C’est important de s’attaquer à ces poches de pauvreté et de soulager la misère des gens dans le besoin », dira ainsi Aurore Perraud. Quant à sa rivale, Arianne Navarre-Marie, elle mise sur la transformation de la société mauricienne comme 2e étape de développement du pays, insistant surtout sur l'importance que les gens se sentent partie prenante de ce développement.

Selon le Premier ministre et leader de l’Alliance de l’Unité et de la Modernité, Navin Ramgoolam, l’accord électoral entre le PTr et le MMM garantirait un pouvoir équilibré où toutes les composantes de la nation mauricienne seront représentées. « Il n’y aura plus de division dans le pays », a-t-il lancé devant les partisans rouges et mauves massés dans la cour du centre social de la localité. Pour sa part, le leader du MMM, Paul Bérenger, a affirmé que « nous avons fait cette alliance non seulement pour remporter les élections, mais pou fer gran kiksoz pou pei la ».

  • XLD promet une baisse de la TVA sur une série de produits et une abolition des frais d’examen de SC et de HSC
  • Réforme électorale avec le maintien du Best Loser System

L’Alliance Lepep a publié son manifeste électoral intitulé « Gouverner pour le Peuple avec le Peuple » lors d’une conférence de presse hier. Ce fut l’occasion pour le leader de cette alliance, Sir Anerood Jugnauth, de faire part de sa volonté de « produire un nouveau miracle économique ». Xavier-Luc Duval a insisté sur le fait qu’un deuxième boom économique passait par la méritocratie, l’égalité de chances et la bonne gouvernance alors qu’Ivan Collendavelloo a parlé d’une réforme électorale dans le respect de la Constitution, sans toucher au système de Best Losers. Le manifeste électoral de l’Alliance Lepep préconise une baisse de la TVA sur une série de produits et une abolition des frais d’examens, entre autres mesures.

Branle-bas de combat à Rodrigues en cette fin de semaine, notamment au sein de la force policière. Un trafic de Proxies en vue du scrutin du 10 décembre prochain pour les prochaines élections générales fait actuellement l’objet d’une enquête de haut niveau, confiée au responsable du CID de Port-Mathurin, le Sub-Inspector Rangasamy. Du côté de la Commission électorale et de l’Electoral Supervisory Commission, on affirme suivre avec intérêt le déroulement de cette enquête et attendre les conclusions pour entériner des mesures correctives subséquentes selon les dispositions de la Representation of the People Act. Par ailleurs, la Commission électorale a déjà posté sur son site internet une copie du Code of Conduct for the National Assembly Legislations 2014 en vue du  Nomination Day de lundi.

Mise en garde à peine voilée de l’ICAC aux partis politiques
L’Independent Commission against Corruption (ICAC) s’invite à la campagne électorale. Dans un communiqué en date d'hier, sous la signature du directeur général Anil Kumar Ujodha, en vue de répondre à « la recrudescence de critiques de nature politique » venant d’Ivan Collendavelloo, leader du Muvman Liberater, l’ICAC a servi une sévère mise en garde contre les politiciens engagés en marge de la campagne électorale.

« Vre travayis, se nou. Travayist militant, le nom de mon nouveau parti, traduit bien cette notion d’être toujours actif sur le terrain », déclare Vasant Bunwaree. Souhaitant promouvoir une charte basée sur des valeurs, il annonce que son parti « mettra en place une structure dans chaque circonscription ». Une aile féminine, une aile pour les seniors et une “Labour Wing” en rapport avec tout ce qui touche au monde du travail seront ainsi créées. Selon lui, le MTM ne sera « en rien comparable avec le PTr, qui a perdu son identité ». Rappelant que l’Union Démocratique Mauricienne (UDM), le défunt parti de Guy Ollivry, avait un flambeau pour logo, il a tenu à faire ressortir que « lorsque Navin Ramgoolam était parti étudier, il y avait eu un travail conjoint entre l’UDM et le PTr ». Et de préciser : « On n’avait établi aucune alliance formelle entre les deux partis. Lakle PTr ti pe kotway flanbo UDM, me zordi lakle PTr pe al teign. »

Après avoir énuméré ce qu’ils comptent réaliser dans la circonscription No 2 une fois arrivés au pouvoir, les candidats Razack Peeroo, Osman Mahomed et Reza Uteem ont été invités par la communauté sino-mauricienne à apporter des explications quant à la non-candidature du député mauve Kee Chong Li Kwong Wing.

Le syndicaliste Jack Bizlall et le politicien Sylvio Michel partagent les mêmes préoccupations politiques : le respect des droits des minorités et des laissés-pour-compte, la combat contre les inégalités socio-économiques et les violations des droits humains. Cependant, ils ont chacun leur propre style. Jack Bizlall a longtemps œuvré sur le terrain syndical en faveur des travailleurs opprimés, avant d’élargir son champ d’intervention sur le terrain sociopolitique. Sylvio Michel lutte depuis toujours sur le terrain politique, dans un premier temps pour la communauté créole, avant d’élargir sa bataille pour englober les inégalités socio-économiques et l’environnement.

Vêtue d’un churidhar vert et la démarche rapide, Sandhya Boygah arpente les rues de Deux-Bras sans complexe. Cette ancienne conseillère d’un village du Nord, parachutée au Sud, n’a rien perdu de sa verve et de sa détermination qui lui ont valu des conflits avec la hiérarchie du Parti travailliste. Désormais membre du MSM, elle se dit concernée par le chômage, l’insécurité et l’accès limité aux services essentiels des habitants de sa circonscription.

Les candidats de l’Alliance PTr/MMM ont tenu un congrès nocturne hier au cœur de Chebel, une des régions ouvrières de la circonscription N° 20 (Beau-Bassin/Petite-Rivière). Si Navin Ramgoolam et Paul Bérenger n’ont pas fait le déplacement, cela n’a empêché les pétarades et les roulements de ravannes lorsque les trois candidats rouges/mauves ont fait leur entrée à côté du terrain de football de la localité.

La constitution de l’Alliance Lepep est le « Remake 2000 » avec Sir Anerood Jugnauth à sa tête pour être premier ministre pendant cinq ans, a affirmé Eddy Boissézon, ex-membre du MMM et candidat du Mouvement Libérateur (ML) sous l’Alliance Lepep. C’est ce qu’il a déclaré à un congrès nocturne à Highlands dans la circonscription N° 15, hier.

Le leader de l'Alliance Lepep, Sir Anerood Jugnauth, a été accueilli par une bonne foule hier soir lors d'un meeting organisé à Goodlands. Dans son discours, il a mis l'accent sur la responsabilité de l'électorat lors des élections du 10 décembre.

Après le meeting de l'Alliance Lepep mercredi dans la circonscription N° 9, c'était au tour de l'alliance PTr/MMM de tâter le pouls hier lors d'un congrès à Lallmatie en marge du scrutin du 10 décembre.

Les deux leaders de l’alliance rouge-mauve étaient présents hier soir dans la circonscription N° 8, Quartier-Militaire/Moka, le temps de deux congrès. À Quartier-Militaire, Navin Ramgoolam a clairement demandé à l’électorat : « Na pa couper transer ! Gard mo loner sauf et pa fer enn bon kandida kuma Sanjiven Permal tonber ». De son côté, Paul Bérenger a surtout évoqué le dernier grand rassemblement PTr/MMM prévu pour le dimanche 7 décembre à la Place du Quai, à Port-Louis. À noter que deux vétérans du MMM, Dharam Fokheer et Swaley Kasenally, étaient présents. Le second a aussi pris la parole.

L’ancien ministre de l’Éducation, Vasant Bunwaree, démissionnaire du PTr, lance cet après-midi son nouveau parti, le Mouvement Travailliste Militant (MTM).

Après le rendez-vous de Bar Chacha d’hier soir dans la circonscription du leader du MMM, Paul Bérenger, le Premier ministre et leader du PTr, Navin Ramgoolam, prévoit un meeting à Triolet lundi après-midi, soit après le dépôt des candidatures.

Elle est à sa première participation aux élections mais elle est loin d’être néophyte. Sundee Beedassy, 46 ans, est candidate sous la bannière PTr/MMM au N° 11, avec Arvin Boolell et Sanjeev Ghurburrun comme colistiers.

L’ex-ministre de l’Éducation Vasant Bunwaree a annoncé hier sa démission de toutes les instances du PTr, après avoir soumis sa démission du gouvernement mardi. Il a avoué que sa séparation avec le PTr n’a pas été facile après avoir été actif au sein de ce parti pendant plus de 25 ans.

Les candidats de l’Alliance Lepep au No 17 n’y sont pas allés de mainmorte contre l’Alliance de l’Unité et la Modernité hier soir lors d’une réunion aux Casernes. Ils ont ainsi sévèrement condamné les « méthodes d’intimidation » utilisées, selon eux, par leurs adversaires. Adrien Duval en a aussi profité pour évoquer différents projets ayant pour but de « redonner à Curepipe son image de Ville Lumière ».

Le leader de l'Alliance Lepep, sir Anerood Jugnauth, est d'avis que « nou pou kapav sov pei si ou kompran ki ou devwar », tout en prédisant une « correction » infligée à l'alliance PTr/MMM. De son côté, le leader du PMSD, Xavier-Luc Duval, s'est longuement attardé sur une réforme institutionnelle, de la Central Water Authority et du Board of Investment, entre autres, en vue « d'atteindre l'objectif d'un 2e boom économique » pour le pays. C'était lors d'un meeting de l'Alliance Lepep à Flacq, hier.

Paul Bérenger a profité de son intervention au congrès de l’Alliance de l’Unité et de la Modernité, hier en début de soirée à Bar Chacha, dans son fief de Stanley/Rose-Hill, pour donner la réplique au président de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation, Somduth Dulthumun. Celui-ci avait, dans des déclarations publiques, exhorté l’électorat à ne pas voter pour le MMM, mais plutôt pour le MSM de l’Alliance Lepep.

Je suis un kandida rate. Attention, je ne dis pas que je suis un candidat bon à rien, comme on en voit dans les listes présentées par les “grands” partis, qui proposent un concentré de ti-lespri. Non, non. Moi, j’ai failli être candidat. Et puis, mon leader (que je n’aime plus du tout) a choisi un figir à ma place.

Hier matin, l’agacement pouvait se lire sur le vissage de certains habitants de la région de Curepipe. Les habitués du transport public ont dû attendre plus de 45 minutes avant d’avoir un bus.