Politique

Le Finance Bill, qui donnera aux mesures budgétaires son caractère légal, sera présenté à l’Assemblée nationale vendredi prochain, date à laquelle les travaux parlementaires ont été ajournés hier soir. On s’attend à ce que le texte de loi qui, comme à l’accoutumée, porte sur des amendements apportés à une longue liste de textes de loi, soit étudié par une réunion spéciale du conseil des ministres dans le courant de la semaine.

Le « deuxième miracle économique » est en marche. Le budget 2015-2016 a été préparé dans cet esprit. Il jette les bases pour un nouveau modèle de développement. C’est ce qu’a affirmé le Premier ministre, Sir Anerood Jugnauth (SAJ) lors des débats ce matin sur le budget à l’Assemblée nationale.

Premier orateur ce matin, le Premier ministre adjoint Xavier-Luc Duval a consacré presque tout son discours sur les mesures contenues dans le budget et celles qui doivent être prises pour sortir du piège du Middle Income Status afin de passer à celui de High Income Status.

Les débats budgétaires ont pris fin aujourd’hui avec les interventions du Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval, du leader de l’opposition, Paul Bérenger, du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth avant que le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, ne résume les débats. Contrairement aux interventions des ministres et parlementaires ces dernières semaines, celles de ce matin, qui ont été prononcées dans un silence religieux, étaient essentiellement axées sur la situation économique du pays et les mesures budgétaires. Paul Bérenger a estimé que le pays se trouve « face à un grave danger » et souligne la nécessité d’avoir « un gouvernement qui parle un langage de vérité économique, lucide, courageux et qui prend les décisions dans le plus grand consensus possible ». De son côté, Xavier-Luc Duval s’est appesanti sur la nécessité « de sortir du « middle income status » dans lequel le pays est resté piégé durant les 24 dernières années ». Il a insisté sur la nécessité pour Maurice d’avoir des institutions de niveau mondial, déclarant que « this will be the hardest ». Le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth s’est pour sa part concentré sur les mesures visant à relancer l’économie.

La première réunion interparlementaire sur les Chagos, présidée par le Premier ministre sir Anerood Jugnauth, a été marquée par une présentation de la situation par le Professeur Philippe Sands, qui avait dirigé l’équipe de légistes dans l’affaire opposant Maurice à la Grande Bretagne devant la Cour Permanente d’Arbitrage.

L’entraide judiciaire en matière pénale et l’extradition entre Maurice et la France font l’objet d’une réunion de travail, qui a été ouverte hier matin par le ministre des Affaires étrangères, Étienne Sinatambou. C’est la troisième réunion d’experts organisée dans le cadre des négociations entre nos deux pays sur ces deux domaines de coopération.

Le leader des travaillistes au Parlement, Shakeel Mohamed, a tenu un discours prolixe vendredi lors des débats budgétaires. Il devait faire plusieurs digressions, allant saluer les fonctionnaires pour leur travail lors de l’exercice budgétaire et inviter le ministre du Tourisme, Xavier-Luc Duval, à démissionner vu qu’il ne « peut dire que l’affaire BAI est un Ponzi Scheme ». « If someone is not in line with the thinking of the front bench, if dignity is still here, il doit partir », dit-il. S’agissant du Budget, il s’est demandé ce qui est “smart” à propos des « smart cities ».

Le leader du MMM, Paul Bérenger, a qualifié de « discrimination flagrante » la différence de traitement accordée aux détenteurs des polices d’assurance de la BAI par rapport à ceux qui ont contribué au Gold Scheme Policy. Il a aussi attiré l’attention sur le risque que l’affaire Bramer Bank/BAI finisse comme la saga du hedging, « qui avait entraîné la perte de milliards de roupies aux frais des contribuables ».

50 ans exactement après le détachement illégal des Chagos de notre territoire national par l'ancienne puissance coloniale anglaise dominatrice, la Cour Permanente d'Arbitrage des Nations unies sur les droits la mer (autrement référée dans ce texte comme le tribunal) est venue confirmer de manière sans appel que la République de Maurice possède bel et bien des droits inaliénables (pêche, éventuels gisements miniers en sous-sol marin et ressources pétrolières) sur la vaste étendue maritime entourant cet archipel.

Si l'éclatement de l'affaire Bramer Bank/BAI est une bonne chose selon le leader de l'opposition, "le MMM condamne le "mishandling de toute l'affaire par le gouvernement actuel". C'est ce que fait ressortir Paul Bérenger, qui déplore "les zigzags et le cafouillage général du gouvernement Lepep. C'est de l'amateurisme total, il n'y a pas de lucidité, pas de préparation". Il met en garde le gouvernement de "faire attention à ce que cette affaire ne finisse pas comme la hedging saga STC/Air Mauritius sous le gouvernement précédent, qui a fait perdre des milliards à l'État".

Il est, pour dire le moins, "bien étoffé" le nouveau conseil d'administration d'Air Mauritius qui a tenu sa toute première réunion vendredi. Jugez-en vous même: le président est Arjoon Sudhoo et les nouveaux membres sont le nouveau chef de la fonction publique, Satiadev Seebaluck, Doreen Fong Weng-Poorun, la secrétaire permanente qui a été rétrogradée du PMO au ministère du Tourisme, ainsi que Marc Hein, Prakash Mauthrooa et Bissoon Mungroo.

Le Cabinet a décidé de prendre en charge les frais de tous les candidats qui se présenteront aux examens de Cambridge pour le School Certificate dans un maximum de huit sujets et aux examens de Higher School Certificate dans un maximum de cinq sujets.

Le parlementaire travailliste Ezra Jhuboo a, en sa capacité d'homme d'affaires avisé, prononcé un discours pragmatique dans le cadre des débats sur le Budget. Tout en accueillant favorablement le projet de “Smart Cities” proposé par le ministre des Finances, il dit cependant souhaiter que ce concept soit étendu à tout le pays. « J’estime qu’il ne faudrait pas se limiter à des “Smart Cities”. Nous devons avoir l’ambition de transformer toute notre île en une “Smart Island” » a-t-il lancé.

Dernier député de l’opposition à prendre la parole sur le budget avant l’intervention du leader de l’opposition, Paul Bérenger, prévue pour mercredi prochain, Alan Ganoo a tiré la sonnette d’alarme contre le spectre inflationniste. « Je crains une poussée inflationniste », a-t-il déclaré.

Le ministre des Infrastructures publiques a fait part des changements fondamentaux qui seront effectués au niveau du transport, notamment à la CNT. Le projet de loi concernant le permis à point sera présenté incessamment au parlement, a également indiqué Nando Bodha lors de son intervention durant les débats budgétaires.

Le ministre de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation, Pravind Jugnauth, s’est longuement appesanti sur le scandale financier BAI lors de son discours. Il a fait part des craintes des policy holders et autres bénéficiaires de facilités à la BAI et a soutenu que le but du gouvernement n’est pas d’agir par vengeance mais de « protéger l’intégrité du système financier ».

Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, et le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, ont croisé le fer de nouveau, hier après-midi, en début des travaux de l’Assemblée nationale. Le sujet était le projet de Smart City à Roches-Noires avec des investissements annoncés de Rs 44 milliards sur une superficie de 800 arpents.

Le ministre de l’Agro-Industrie, Mahen Seeruttun, a, lors de son intervention dans le cadre des débats budgétaires, donné la garantie que le secteur sucrier survivrait à la crise. Il s’est réjoui de la décision du gouvernement concernant le paiement d’une compensation aux planteurs de canne à sucre en raison de la baisse du prix du sucre sur le marché européen, qui est passé de Rs 16 500 la tonne en 2005 à Rs 12 400 en 2014.

Veda Balamoody, député mauve de Port-Louis Ouest/Grande-Rivière-Nord-ouest, a appelé le gouvernement à faire preuve d’humanisme dans le traitement de l’affaire Bramer Bank/BAI Insurance. « Ayez d’abord une pensée pour les institutions et les personnes concernées avant d’agir. Be more human », a déclaré le député. À quoi, le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, a répondu : « I am acting in the interest of the country. »

Le député de la majorité Sangeet Fowdar a souhaité qu'un programme fiable d'orientation  professionnelle soit élaboré par les autorités afin que les jeunes soient dirigés vers des filières qui peuvent les aider à trouver des emplois.

Intervenant dans le cadre des débats sur le Budget, Rajesh Bhagwan a d'entrée souhaité « bonne chance » à la ministre de l'Education Leela Devi Dookhun pour le travail qu'elle doit abattre au niveau de son ministère en vue de mettre « de l'ordre dans l'héritage laissé par ses prédécesseurs », en particulier par Rajesh Jeetah, qui a créé la « pagaille au niveau de l'éducation tertiaire ».

Pour la ministre de l'Education, Leela Devi Dookhun, « le CPE a fait son temps ». Et d'annoncer d'emblée que le “9 years schooling” sera introduit « très bientôt ». Ce projet sera concrétisé dans le cadre d'un programme préparé « scrupuleusement ».

Avec l’adoption hier soir par l’Assemblée nationale du nouveau cadre légal régissant les Administrations régionales, le mécanisme menant aux prochaines élections municipales dans les 30 arrondissements des cinq villes devra connaître un coup d’accélérateur dans les jours à venir. En cette fin de semaine, des milieux autorisés à l’hôtel du gouvernement soutiennent que les municipales devraient avoir lieu au plus tard le dimanche 14 juin.

Le ministre du Logement Showkutally Soodhun a annoncé que, d'ici avril de l'année prochaine, 3 000 unités de logement pour les plus démunis seront construites. « On fera en un an et demi ce que l'ex-gouvernement n'a pas réussi à faire en dix ans », a-t-il dit. Durant cette période, précise-t-il, l'ancien gouvernement n'a réussi à construire « que 2 585 unités de logements de 39 mètres carrés ».