Politique

Ils se sont tous deux fait remarquer mardi dernier à l’Assemblée nationale. Fazila Jeewa-Daureeawoo, qui a profité de la Private Notice Question du leader de l’opposition sur la violence domestique pour rendre un hommage appuyé à son leader et Premier ministre Pravind Jugnauth, et Zouberr Joomaye, qui s’est fait éjecter de l’hémicycle sur ordre de Maya Hanoomanjee qui lui a dit « you go out with your phone », parce que son téléphone a sonné en plein débats au point où Rajesh Bhagwan en a profité pour lui demander d’aller rejoindre Kalyan Tarolah. Et ce sont eux qui seraient les premiers bénéficiaires des malheurs de Showkutally Soodhun.

Depuis mardi après-midi, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, avait été informé de l’existence d’un enregistrement compromettant avec un de ses ministres tenant des propos séditieux et discriminatoires lors d’une rencontre avec des habitants de Palma au sujet d’un complexe de la National Housing Development Co Ltd. Premier réflexe, il remet le document virtuel au commissaire de police, Karl Mario Nobin, pour une enquête. 

Pour le chef de file du PTr Shakeel Mohamed, « il est clair que c’est suivant la prise de position des partis politiques, la motion de blâme envoyée par le PTr, la visite du Cardinal Piat à Pravind Jugnauth, et surtout, la pression populaire qui ont poussé le Premier ministre dans ses derniers retranchements le menant à cette décision ‘commune’ que Showkutally Soodhun step down ». Selon lui, Pravind Jugnauth n’a pas usé de son pouvoir de Premier ministre puisqu’il n’a pas révoqué l’ex-No 4 du gouvernement, mais est parvenu à un accord pour qu’il abandonne son titre de vice-Premier ministre et de son portefeuille des Terres et du Logement.

N’ayant rien de personnel contre Showkutally Soodhun, dit-il, dès le début de sa conférence de presse, le leader du PMSD annonce: “On a plusieurs sujets à aborder, on va parler de notre ami Soodhun…” Mais il est de son devoir en tant que leader de l’opposition, ajoute-t-il, d’être un chien de garde pour stopper “dérive sa gouverna-là.” D’où sa décision — lorsqu’il a été mis au courant de l’enregistrement faisant état des propos “hautement discriminatoires, insultants et racistes” du VPM et ministre du Logement démissionnaire lors d’une réunion à son bureau en juillet où il rencontrait des habitants de route Bassin, Quatre-Bornes, qui s’opposaient à la construction des maisons NHDC à proximité de leur quartier — de remettre cette bande sonore à un journaliste. C’est ce que Xavier-Luc Duval a expliqué, hier, lors de sa conférence de presse durant laquelle, exprimant sa satisfaction que Showkutally Soodhun a “stepped down”, il a avancé que la sanction méritée est une révocation.

Paul Bérenger, leader du MMM, se félicite de la décision annoncée vendredi du vice-Premier ministre et ministre des Terres et du Logement, Showkutally Soodhun, de démissionner. S’il salue tous ceux qui, comme le cardinal Maurice Piat, ont « courageusement » pris position dans cette nouvelle affaire Soodhun qui a surgi en début de semaine, le chef de file des mauves dénonce avec mépris les « quelques lâches » qui ont voulu justifier les propos incendiaires du fort controversé vice-Premier ministre démissionnaire.
 

  • La démission forcée de l’ex-VPM et ministre du Logement, et surtout N°4 du GM, Showkutally Soodhun, ouvre la voie à un mini-remaniement ministériel avec une montée en flèche de Fazila Daureeawoo au sein de la hiérarchie, mais Raffick Sorefan se tenant en embuscade
  • La commission Lam Shang Leen étudie l’option de soumettre un Special Interim Report contre ce Senior Member at the Bar et Chairman de la GRA avec une demande au DPP pour initier une enquête au pénal

Les semaines se suivent et se ressemblent avec les laké ferblan et les kasrol au sein de Lakwizinn de l’hôtel du gouvernement. De ce fait, le gouvernement se trouve ces jours-ci ballotté entre Showkutally Soodhun, jusqu’ici membre du front bench du gouvernement MSM-Muvman Liberater, dont les propos relèvent de la sédition lors d’une réunion le 17 juillet dernier avec des habitants de Palma au sujet d’un complexe résidentiel de la National Housing Development Company Ltd (NHDC), et Me Raouf Gulbul, Legal Adviser du Premier ministre, Pravind Jugnauth, et chairman de la Gambling Regulatory Authority et de la Law Reform Commission, entendu pendant quatre séances par la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge de la Cour suprême Paul Lam Shang Leen au sujet de ses liens présumés avec la mafia de la drogue à Maurice et à l’étranger, notamment en Colombie. Avec la décision annoncée, vendredi en début de soirée par le chef du gouvernement lors d’un point de presse convoqué en urgence, de la démission forcée de Showkutally Soodhun, Pravind Jugnauth a cru pouvoir atténuer la pression grandissante venant de tous les côtés réclamant une sanction exemplaire à l’encontre de celui qui a la réputation de ne plus pouvoir contrôler sa langue, au risque de blesser les Mauriciens au plus profond de leur dignité d’hommes et de femmes. Mais aussitôt les clameurs se sont tues sur le cas Soodhun que des voix se sont fait entendre contre le maintien de Raouf Gulbul à des postes majeurs.

Que serait une séance parlementaire sans un bon ramdam ? Celle de mardi dernier n’a pas dérogé à la règle. Si la Private Notice Question de Xavier Duval centrée sur la violence domestique s’est en grande partie déroulée dans le calme, la toute première question adressée au Premier ministre visant l’indispensable Dev Manraj par Aadil Ameer Meea devait provoquer un véritable tollé débouchant sur un vif échange verbal entre la Speaker et le député du MMM Rajesh Bhagwan, qui sera expulsé pour lui avoir lancé à la figure: « You are protecting the Prime Minister. »

C’est confirmé, 40 candidats demeurent en lice pour l’élection partielle à Belle-Rose/Quatre-Bornes (N°18) du dimanche 17 décembre. À l’échéance pour les désistements mardi après-midi, la Commission électorale n’a enregistré aucun retrait de candidature contrairement au folklore des précédents scrutins. En parallèle, les procédures dans le cadre de l’organisation de cette élection de remplacement avec le siège laissé vacant par la démission de Roshi Bhadain à l’Assemblée nationale sont enclenchées. La prochaine étape est prévue pour mercredi après-midi.

L’affaire Soodhun a été au centre de la conférence du Mouvement Patriotique hier, durant laquelle Alan Ganoo  a fustigé le “silence assourdissant” de la Présidente de la République “qui aurait dû intervenir et jouer pleinement son role d’unificatrice de la nation.” Pour  Alan Ganoo, c’est hallucinant et dégoûtant qu’en 2017, “nou enkor pé tann enn viss premye miniss dir bann parol osi dénigran et imilian enver sa kominote-là.” À propos de la démission du ministre, le président du MP déclare que le déclic est, selon lui, venu de l’intervention du cardinal Maurice Piat auprès du PM et tient, au nom du parti, à le “remercier chaleureusement.” La candidate MP à la partielle Belle Rose/Quatre Bornes, Tania Diolle a elle fait ressortir que selon ses informations, “31% des foyers les plus vulnérables à Maurice sont ceux avec des mères célibataires.” Et selon elle, chiffres à l’appui, “les pauvres ne se trouvent pas dans une seule communauté, des études scientifiques démontrant que 49% des pauvres sont issus de la population générale et 36% de la communauté hindoue.”

Suite à notre article de la semaine dernière indiquant que Jean-Marie Richard, aussi connu comme Zanmari, avait fait son « coming out » et qu’il rejoint le PMSD, qu’il soutenait dans l’ombre, Viva Voce, propriétaire de Radio One a, dans une note adressée en fin de semaine à Week-End, tenu à préciser que ce dernier « ne fait plus partie de son conseil d’administration et, par conséquent, n’est pas un de ses directeurs depuis novembre 2014 ». La direction de Viva Voce a également expliqué qu’après « un jAugement de la Cour suprême qui lui a été défavorable, M Jean-Marie Richard a signifié à la direction de Radio One son intention de ne plus animer les rubriques radiophoniques dont il était responsable ». La demande a été acceptée, confirme Viva Voce.

Le Front Libération National (FLN), représenté par son leader, Ismaël Nazir, demande à l’Electoral Supervisory Commission, de faire enlever toutes les banderoles et affiches des partis participant à l’élection partielle au N°18. « Ainsi, l’élection partielle sera équitable ». En conférence de presse à Port-Louis, hier, il soutient que la présence des banderoles sur le terrain contribue au fait que certains partis aient une plus grande avance sur les autres.

  • Le PM face à la presse en début de soirée d’hier:  « La décision a été prise 
d’un commun accord en attendant la conclusion de l’enquête »
  •      Showkutally Soodhun annoncé sur le vol d’Emirates Airlines d’hier soir
  •      Pravind Jugnauth se prépare à un nouvel exercice de Ministerial Musical Chair, 
Fazila Daureeawoo étant bien calée pour une promotion dans la hiérarchie  
mais Anwar Husnoo en bonne posture

Le vice-Premier ministre et ministre du Logement, l’un des plus fidèles lieutenants du clan Jugnauth, Showkutally Soodhun, a pris la porte de sortie hier.

  • Le VPM Soodhun assistant aux délibérations du jour du conseil des ministres, une offensive de l'opposition contre ce membre du Front Bench du gouvernement, auteur de propos séditieux, est à prévoir
  • Lettre ouverte de Rama Valayden à la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, lui demandant de « come out strongly against the words of Honourable Soodhun »

La prochaine séance des travaux de l'Assemblée nationale s'annonce sous haute tension, le gouvernement MSM/ML étant acculé. Au cas des propos séditieux attribués au vice-Premier ministre et ministre du Logement, Showkutally Soodhun, par rapport à la politique d'allocation d'unités de la National Housing Development Co Ltd, viendra en effet se greffer les révélations accablantes contre le Chairman de la Gambling Regulatory Authority (GRA) et candidat battu aux dernières élections législatives du 10 décembre 2014 dans la circonscription No 3, Raouf Gulbul, devant la commission d'enquête sur la drogue, présidée par l'ancien juge de la Cour suprême, Paul Lam Shang Leen. Ainsi, le député du MMM Rajesh Bhagwan a signifié son intention d'intervenir à l'ajournement pour exiger la révocation de ce Senior Member at the Bar en tant que Chairperson de la GRA et de la Law Reform Commission au vu des derniers développements devant la commission d'enquête (voir compte rendu en pages 4 et 5). En attendant de voir les partis de l'opposition définir leur stratégie face à la présence du vice-Premier ministre et No 4 du gouvernement au sein de l'hémicycle mardi prochain, Me Rama Valayden a écrit une lettre ouverte à la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, demandant à cette dernière de prendre position contre les propos séditieux et intolérables, susceptibles à inciter la haine raciale, tenus par le président du MSM.

230 cellulaires ont été saisis dans les prisons depuis mars de cette année a indiqué hier le ministre mentor, sir Anerood Jugnauth, en réponse une interpellation de la députée Malini Sewocksing. « Kouma dir Mauritius Telecom », a lancé à cette occasion Paul Bérenger.

Les débats sur le Copyright (Amendment) Bill ont démarré hier avec la présentation des nouvelles dispositions de la loi par le ministre de la Culture, Pradeep Roopun, qui a d’entrée souligné le rôle important que doivent jouer les artistes dans la pérennisation de la culture.

  •  Le PM, Pravind Jugnauth, confirme les ambitions immobilières d’Alvaro Sobrinho avec des investissements de Rs 465 millions en une année
  •  Le ministre des Services financiers, Sudhir Sesungkur, tente de justifier la performance de l’Integrity Reporting Services Agency avec des Further Actions envisagées dans trois des trente Referrals d’Unexplained Wealth sous enquête jusqu’ici

La tranche initiale du Question Time de la séance parlementaire d’hier constitue un cas typique du calme après la tempête. Mais le principal Collateral Damage du coup de vent parlementaire initié à la mi-journée par le député du MMM Rajesh Bhagwan a été la Private Notice Question du leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval.

Intervenant samedi lors d’une conférence de presse à Saint-Jean, Quatre-Bornes, Tania Diolle, la candidate du Mouvement Patriotique (MP), à la partielle du 17 décembre dans la circonscription de Belle-Rose/Quatre-Bornes, a annoncé la tenue d’un « grand dialogue » avec l’électorat du No 18. La date et la venue de cet événement seront communiquées ultérieurement.

La Speaker de l’Assemblée nationale Maya Hanoomanjee, n’a pas eu la partie facile avec le Question Time du jour. La Parliamentary Question du député Adil Ameer Meea, sur les conditions de service et les salaires du secrétaire financier, Dev Manraj, a fait monter la tension avec le scénario d’expulsion, cette fois-ci, contre le député du MMM, Rajesh Bhagwan, mis à exécution.

« Tout va changer avec une députée MMM de plus », affirme Paul Bérenger, leader de ce parti. Une fois encore, il soutient « san fer fezer » qu’en cas d’absence confirmée d’un candidat du MSM, le MMM n’aura que le PTr comme adversaire pour la partielle du 17 décembre. Il dit son « appréciation » et son « admiration » de la façon que la candidate mauve, Nita Juddoo, mène campagne.

Sérénité et sobriété marquent
le dépôt de la candidature MMM

Nita Jaddoo, la candidate mauve, et ceux qui l'accompagnaient hier, dont son leader, Paul Bérenger, le président et le secrétaire général du MMM, Rajesh Bhagwan, et Ajay Gunness, de même que les autres dirigeants Reza Uteem, Pradeep Jeeha, Ariane Navarre-Marie et Veda Baloomoody, a été accueillie à son arrivée au centre par le Commissaire électoral en personne, Irfan Rahman. Signe précurseur ?

Le fait de la journée d'hier fut le singulier contraste entre la bonne foule bigarrée de partisans MMM ayant accompagné la candidate mauve et celle bien plus mince mais surtout plus monochrome du PMSD, un cortège PTr aussi conséquent et un Reform Party assurant surtout l'ambiance. Telle est l'autopsie générale de l'exercice de dépôt de candidatures pour la partielle du 17 décembre à Belle-Rose/Quatre-Bornes.

À la clôture du dépôt des candidatures pour l’élection partielle du dimanche 17 décembre, la circonscription de Belle-Rose/Quatre-Bornes (N°18) ne fait pas exception. Les 40 candidats encore en lice s’inscrivent dans l’engouement pour les partielles, avec notamment un nombre similaire pour le scrutin de 1998 à Flacq/Bon-Accueil (N°9) avec Satish Faugoo du Parti travailiste faisant son entrée en politique, les 38 de 2009 à la partielle de Moka/Quartier-Militaire (N°8) avec Pravind Jugnauth bénéficiant du soutien actif du PTr pour effectuer son come-back à l’Assemblée nationale, les 37 candidats de décembre 2003 à Piton/Rivière-du-Rempart (N°7) avec l’élection de Rajesh Jeetah face à un dénommé Prakash Maunthrooa. Toutefois, les 26 candidats de septembre 1999 à Beau-Bassin/Petite-Rivière (N°20) et l’ombre d’Éric Stauffer de triste mémoire font pâle figure. L’on notera également pour les besoins de comparaison que pour les élections générales du 10 décembre 2014, le nombre de candidats pour les trois sièges à pourvoir à l’Assemblée nationale était de 46.

Le Premier ministre et leader du MSM, Pravindf Jugnauth, s'est lancé dans une attaque froitale contrele PMSD dans la Mamade Khjodabaccus Saga avec des  écrats de langage à l'encontre de la Speaker de l'Assemblée nationale, Maya Hanoomanjee. C'était lors d'une sortie à Petit-Verger dans son fief de Moka/Quartier-Militaire (No 8) en vue des célébrations pour la fête de Divali. Il a également réglé ses compts avec les deux autres partis de l'opposition, en l'occurrence le MMM et le parti Travailliste, au sujet de leits commentairees contre la présence du chef ministre de l'Uttar Pradesh envoyé par New-Delhi à Maurice pour le 183 e anniversaire de l'arrivée des travailleurs engagés à Maurice.

A la veille du Nomination Day hier, le leader du MMM, Paul Bérenger, a estimé qu'en l'absence du MSM au scrutin, l'élection se jouera entre le MMM et le PTr. Il s'adressait après-midi à la presse à l'hôtel Henessy avec, à ses côtés, la candidate de son parti, Nita Juddoo, et avec en toile de fond une photo géante de la candidate qui sera utilisée durant la campagne.