Politique

Crédibilité égratignée et plus d’assise au pouvoir ! Le MSM n’est pas sorti indemne des révélations entourant la vente de MedPoint. Il revient désormais à la justice de déterminer la culpabilité de ceux, dont deux anciens ministres du parti, cités et arrêtés dans le sillage de cette affaire.

Notre invité de ce dimanche est le Dr Zouberr Joomaye, membre du MMM, qui a occupé la Une de l'actualité en début de semaine. Il est le professionnel qui a confié à Paul Bérenger une confidence que lui avait faite Showkutally Soodhun sur l'affaire MedPoint.

"Pas sérieux". C'est ainsi que leader de l'opposition a qualifié la réaction du Premier ministre, lors de sa sortie dans sa circonscription vendredi soir —à deux événements, les dérapages de la police et l'affaire Khamajeet survenus durant "son absence de quinze jours du pays".

Les quatre députés de l'opposition, Rajesh Bhagwan, Steve Obeegadoo, Jean Claude Barbier et Kee Chong Li Kwong Wing démissionnent du comité parlementaire sur l'Independent Commission Against Corruption qui est censé "monitor" les travaux de la commission.

Le Premier ministre Navin Ramgoolam, qui participait hier soir à une cérémonie organisée à Pamplemousses pour marquer la fête Eid, n’a pas fait dans la dentelle pour critiquer l’opposition parlementaire, en particulier le MSM et son leader Pravind Jugnauth. Il a estimé que l’opposition doit pratiquer une opposition constructive et non pas se livrer à des palabres.

La Commission de l’océan Indien tiendra, jeudi 6 octobre, à l’hôtel Sofitel sa 27e session de son Conseil des ministres. Ces travaux marqueront la fin d’une année de présidence mauricienne, qui a été très active.

Lors d’un point de presse hier après-midi dans la capitale, les membres de Rezistans ek Alternativ ont annoncé le début de la campagne « Prosenn Eleksyon : 6 200 kandida pu opoz kominalism ! »

Le leader du parti Soleil a fait allusion hier à Plaine-Verte à un possible tandem MMM/MSM. Pravind Jugnauth a d’ailleurs vanté l’ancienne alliance de son parti avec les mauves. Il a aussi évoqué l’arrestation de l’ex-ministre Showkutally Soodhun et de son inculpation provisoire de complot pour déstabiliser le gouvernement.

Le leader du MMM a demandé ce matin au Premier ministre d’arrêter, dit-il, le glissement vers un État policier. « Je demande un retour à la police républicaine, au service du pays et non pas du Parti travailliste », a déclaré Paul Bérenger lors d’une conférence de presse à Port-Louis.

Le MSM était hier dans la ligne de mire du Ptr, qui organisait une réunion nocture à la municipalité de Vacoas/Phoenix. Le président du parti Patrick Assirvaden a accusé son homologue Showkutally Soodhun d’« avoir piégé Paul Bérenger et Zouberr Joomaye ».

Si le scénario d’inculpation provisoire de complot pour déstabiliser le gouvernement semble être sensiblement le même pour l’interrogatoire de l’ancien ministre Showkutally Soodhun par le Central CID, la séance d’audition Under Warning paraissait en fin de matinée plus longue que celle du Dr Zouberr Joomaye. De ce fait, des interrogations se posaient quant à une éventuelle comparution du président du MSM devant le tribunal de Port-Louis pour sa remise en liberté provisoire. Finalement vers 13 heures 30, la police a pris des dispositions pour le transfert de Shawkutally Soodhun des Casernes centrales pour sa comparution en Cour de Port-Louis en fin d’après-midi.

Avec l’inculpation, hier, du Dr Zouberr Joomaye dans l’enquête du Central CID en marge du scandale du siècle du rachat de la clinique MedPoint, le MMM est sur le pied de guerre contre le Premier ministre Navin Ramgoolam et le gouvernement du jour. Ainsi, le leader de l’opposition Paul Bérenger, entouré du Dr Joomaye et des principaux dirigeants du parti, prévoit un point de presse dans la matinée demain pour passer en revue et dénoncer les « méthodes de Tonton Macoute » adoptées par la police dans le cadre de cette affaire.

La magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing, qui a gardé les portes du tribunal de Port-Louis ouvertes jusqu’après 17 heures cet après-midi, a libéré sur parole l’ancien ministre Shawkutally Soodhun dans le cadre de l’enquête du siécle de  MedPoint, plus particulièrement le volet sur le délit de Publishing False News.

Depuis hier, l’enquête du Central CID sur des allégations de « Publishing False News » du Premier ministre Navin Ramgoolam contre le leader de l’opposition Paul Bérenger, dans le cadre du scandale du siècle MedPoint, prend une autre tournure.

Le Dr Zouberr Joomaye a été remis en liberté provisoire par le magistrat Raj Santokee, siégeant au tribunal de Port-Louis en début d’après-midi.

Le Chef juge des Seychelles Frederick Egonda-Ntende est actuellement en visite à Maurice dans le cadre d’une collaboration bilatérale entre Maurice et les Seychelles.

Pravind Jugnauth, qui animait hier soir un congrès nocturne à Grand-Bois dans le Sud, a annoncé qu’il déposera cette semaine une motion devant la Cour suprême concernant l’accès aux documents du cabinet dans l’affaire MedPoint pour assurer sa défense.

Intervenant hier sur le terrain de football Nelson Mandela, à la Résidence Vallijee, Port-Louis, lors d’un premier d’une série de rassemblements pour « soutenir » la Commission Justice et Vérité, le leader des Verts Fraternels Sylvio Michel a expliqué qu’il va mobiliser l’opinion publique à travers ces rassemblements à travers l’île jusqu’à décembre, pour encourager les commissaires dans leur travail.

Sheila Bappoo, ministre de la Sécurité sociale, a fustigé hier « ceux qui pratiquent du cheap politics » et a demandé à l’assistance de ne pas prêter foi à leur propos. C’était hier au Centre culturel Indira Gandhi à Phœnix à l’occasion du 50e anniversaire de la Marathi Oopkaree Sabha (MOS).

Situation cocasse dans la salle du conseil municipal de Port-Louis, vendredi après-midi. Invité par l’Organisation for Diaspora Initiatives (l’ODI) à commémorer le 111e anniversaire de la naissance de l’ancien Premier ministre sir Seewoosagur Ramgoolam à travers un débat sur sa contribution au développement des collectivités locales (villes et villages), le ministre des Administrations régionales et des îles outremer, Hervé Aimée, s’attendait sans doute à une après-midi tranquille.

La dernière édition de l’ICAC Neswletter en date révèle que durant la période de janvier à mai de cette année, le nombre de cas de blanchiment de fonds rapportés est de 664.

Le pays entier suivait avec un intérêt compréhensible les tribulations du ministre des Finances démissionnaire et leader du Mouvement Socialiste Militant, Pravind Jugnauth, interpellé (et inculpé) par la Commission indépendante contre la corruption (Icac) pour trafic d’influence dans l’affaire MedPoint quand a éclaté, vendredi, un nouveau scandale impliquant cette fois un membre du gouvernement, soit le deuxième député de Flacq-Bon Accueil et Permanent Parliament Secretary (PPS) Dhiraj Singh Khamajeet.

« L'affaire de la clinique MedPoint a mis ce pays en otage. Elle a créé une situation malsaine parmi les membres du gouvernement. Kan l'ICAC fer so travay, prezidan de la Repiblik pe dir li pe fane, sirtou kan li ena enn proche bien aimé ki pou al interoze par l'ICAC.

À la 37e semaine d’enquête dans "le scandale du siècle", MedPoint, l’Independent Commission against Corruption (ICAC) a accouché d’une septième inculpation provisoire. Jeudi dernier, l’ancien vice-Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, s’est vu coller une charge de conflit d’intérêts dans cette affaire avec sa signature apposée le 23 décembre de l’année dernière dans le dossier du ministère des Finances autorisant le paiement de la somme de Rs 144 701 300 pour le rachat de la clinique MedPoint.