Politique

Partisans, activistes ou électeurs, ils sont avant tout des citoyens qui, le 5 mai 2010, ont voté pour des candidats d’une alliance qui leur a fait des promesses et dans laquelle ils ont cru. En les conduisant au pouvoir, ces citoyens ont envoyé leurs représentants au sommet. Toutefois, cinq de ces derniers ministres ont choisi de se désengager d’un portefeuille tant convoité par solidarité à une de leurs. Aujourd’hui, les Mauriciens doivent réaliser que la loyauté, le mot en vogue dans l’actualité politique, ne s’applique pas à eux. La société civile, disent ses représentants, en a assez d’être ridiculisée, utilisée et prise pour acquis par des politiques qui ne pensent qu’à leurs intérêts.

Le Directeur des poursuites publiques, Satyajit Boolell, de même que le commissaire de Police, Dhun Iswur Rampersad sont en colère. Et avec raison. Une enquête policière relative à une allégation d'attentat à la pudeur sur une mineure, a été bouclée en temps record et le suspect présumé, âgé de 77 ans, s'en est tiré avec une amende de Rs 500, parce qu'il a été poursuivi pour… vagabondage. Conséquence de cette affaire : un haut-gradé de la police est actuellement sur la sellette. Ce dernier a choisi d'envoyer ce dossier directement en cour sans rechercher l'aval du bureau du DPP, ce qui a eu pour effet de provoquer l'ire de ce dernier et par extension, du Commissaire de police.

Cehl Meeah s'est montré très présent en cette fin de semaine dans le sillage des développements politiques intervenus depuis mardi dernier après les déclarations de Pravind Jugnauth suite à l'inculpation de Maya Hanoomanjee dans l'affaire MedPoint
Lors d'une conférence de presse de son parti vendredi, le leader du Front solidarité mauricien (FSM) a commente l'actualité politique.

Au cours de son séjour à Londres, le Premier ministre a été fait Overseas Bencher du Inner Temple de Londres. Navin Ramgoolam a également eu des séances de travail avec des responsables de la Cour suprême de Grande-Bretagne sur des possibilités de coopération et d’assistance dans le cadre de la réforme du judiciaire.

"Toute la lumière doit être faite quant au rôle des uns et des autres dans l'affaire MedPoint. La population a le droit de savoir. Il faut, à tout prix, empêcher que ce scandale du siècle ne devienne le cover-up du siècle": propos de Paul Bérenger, leader de l'opposition et du MMM. Il évoque ce qu'il appelle "certains précédents de l'Independent Commission Against Corruption (ICAC)" et ne manque pas de juger qu'après cinq ans d'enquête, l'affaire Boskalis a été, ces derniers jours, "enterrée". Soulignant le fait que le "déclic" dans l'affaire MedPoint aura été sa "révélation"par la suite confirmée à l'effet qu'il y avait eu deux exercices d'évaluation de la propriété concernée, Paul Bérenger estime que l'Histoire retiendra le "role-clé" du MMM dans la mise à jour de cette affaire.

Après l’annonce de la démission des six ministres du gouvernement mardi, le leadership du MSM joue la carte de l’attentisme avec le Premier ministre, Navin Ramgoolam, en mission officielle à Londres depuis le vendredi 22, le jour de l’arrestation de l’ancienne ministre de la Santé, Maya Hanoomanjee. Pravind Jugnauth, qui a animé hier après-midi au Sun Trust une réunion du comité central élargi, a réitéré le fait que jusqu’à preuve du contraire, le MSM fait partie du gouvernement. Face aux méthodes employées contre Maya Hanoomanjee par l’Independent Commission against Corruption (ICAC), il a repris les mêmes arguments développés officiellement mardi.

Les membres de la communauté chinoise qui se sont beaucoup démenés pour que le Conseil municipal de Port-Louis leur donne un terrain vague situé à la Rue Royale, à Port-Louis, afin d'y aménager un centre de loisirs et de culture, peuvent se réjouir! Ils ont eu gain de cause, le Conseil municipal ayant approuvé leur demande à sa dernière séance trimestrielle de travail, jeudi dernier.

Seize mois après avoir été portée aux fonts baptismaux pour les élections générales du 5 mai 2010, l’Alliance de l’Avenir, avec pour principaux partenaires le Parti Travailliste et le MSM, est littéralement secouée, pour ne pas dire au bord de l’éclatement, par une grave crise ces jours-ci. Le refus de Maya Hanoomanjee de se plier aux "conseils" du Premier ministre et leader de l’Alliance, Navin Ramgoolam, de soumettre sa démission avant et même après son arrestation et son inculpation provisoire pour des délits sous le Prevention of Corruption Act a remis en cause la participation des six ministres du MSM au sein du gouvernement.

Ashok Jugnauth, leader de l'Union Nationale, dit connaître le dénouement du feuilleton politique qui retient actuellement l'attention du pays. Il affirme que Pravind Jugnauth, leader du MSM, et les autres ministres démissionnaires de son parti réintègreront pleinement le gouvernement. "Eski zot pou divorsé? Ou bien laké ant lakwis zot pou rétourné?" a demandé le leader du l'UN à ses partisans, lors de son comité central, hier, à Saint-Pierre.

Lalit et le Centre Idrice Goomany ont organisé hier soir au Mother Earth Hall à Grande-Rivière-Nord-Ouest une veillée pour la cause palestinienne. Cette initiative intitulée Lamp Light Vigil a débuté avec l’allumage des lampes, au cours duquel a été observé un moment de silence.

Le Premier ministre, qui a été promu au rang d’Overseas Bencher du Inner Temple de Londres, a rendu un vibrant hommage à la qualité et au niveau de la formation pourvus par les « inns of court » de Grande-Bretagne. Navin Ramgoolam a fait comprendre que Maurice accueillerait chaleureusement la visite du Master Treasurer et d’autres représentants du Inner Temple dans un avenir proche.

Le 6 mai 2010 l’Alliance de l’Avenir (Ptr-PMSD-MSM) arrivait au pouvoir en donnant la garantie à la population de gouverner dans la stabilité et l’unité durant son mandat de cinq ans. Quatorze mois plus tard, le leader Pravind Jugnauth annonce la démission en bloc du Mouvement socialiste militant du gouvernement (six ministres), sans pour autant que le parti du Soleil quitte la majorité. Depuis, bien que le mot cassure n’ait pas été prononcé, tout le pays s’interroge sur l’avenir de l’Alliance.

En cette fin de semaine et à la veille du retour au pays du Premier ministre Navin Ramgoolam prévu lundi, les observateurs politiques ont les yeux tournés vers la State House, où il est question du renouvellement des mandats des membres de la Public Service Commission et de la Disciplined Forces Service Commission.

« Pou le moman napa koz lalians… » a lancé hier le leader du MMM Paul Bérenger, qui rencontrait les membres de la régionale de sa circonscription à Rose-Hill hier. Ceux-ci étaient présents en force lors de la première réunion organisée après la démission collective des ministres MSM du gouvernement mardi.

Depuis vendredi dernier, avec quatre nouvelles inculpations provisoires, dont celle de l’ex-ministre de la Santé Maya Hanoomanjee, l’enquête de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) dans le scandale du siècle MedPoint n’a pas fait de bond spectaculaire. Avec le nouveau calendrier de travail taillé selon la disponibilité de la ministre démissionnaire, la prochaine séance d’interrogatoire a été fixée à jeudi prochain, soit dans sept jours.

Intervenant hier au Jardin de la Compagnie lors d’une manifestation en soutien à la Commission Justice et Vérité, le leader des Verts Fraternels Sylvio Michel a réclamé que cette commission enquête sur l’origine de la pauvreté des descendants d’esclaves et ceux des travailleurs engagés en vue d’une compensation. Il s’est aussi indigné des difficultés que rencontre cette commission pour fonctionner.

Après un début de semaine marqué par une accalmie, l’enquête sur le « scandale du siècle » du rachat de la clinique MedPoint au coût de Rs 144,7 millions sans oublier une somme de Rs 2,4 millions de la Banque de Développement (BDM) sur des intérêts, a repris ses droits au QG de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC). 

Le semblant d’accalmie sur l’échiquier politique à la mi-semaine laisse présager que d’importantes manœuvres se préparent et se dérouleront à partir du prochain week-end et des jours qui suivent avec le retour au pays du Premier ministre et leader de l’Alliance de l’Avenir Navin Ramgoolam. Au vu du retrait des ministres MSM en fonction, le mot d’ordre officiel au sein du Parti travailliste, transmis lors de deux réunions hier après-midi, est que « le gouvernement ne souffre d’aucune paralysie et continue à fonctionner » même si à voix basse ou en privé, certains cachent difficilement leur indignation devant le chantage qu’ont exercé les partenaires du MSM.

Pravind Jugnauth, qui rencontrait la presse hier au Sun Trust en compagnie des anciens ministres et parlementaires du MSM, a justifié la démission des ministres appartenant à son parti en insistant sur le fait que le MSM est solidaire à 100 % avec Maya Hanoomanjee. Il s’est dit convaincu de l’innocence de l’ancienne ministre de la Santé, qui a dû démissionner en raison des charges portées contre elle par l’ICAC. Il soutient que malgré les démissions ministérielles, le MSM est toujours loyal au Premier ministre et à l’Alliance de l’Avenir.

Le président de la Mauritius Sanathan Dharma Temples Federation n’est pas content de la tournure des événements politiques survenus hier et l’exprime sans ambages : « Se enn akt antipatriotik ! » tonne-t-il, commentant la démission en bloc des ministres du Mouvement socialiste militant. Somduth Dulthumun prévient que cette décision du leader Pravind Jugnauth aura des « conséquences politiques graves pour le MSM ». Et de lancer : « Lelektora pa apresie ditou ! »

Suite à la démission des ministres du MSM, Rashid Beebeejaun a réuni les parlementaires du PTr et du PMSD, sans Xavier Duval, absent du pays, pour passer en revue les évènements politiques selon les instructions du Premier ministre qui est tenu informé dans les moindres détails de la situation.

Le Comité régional du Mouvement Socialiste Mauricien (MSM) de la circonscription N°14 (Savanne/Rivière-Noire) a exprimé son soutien et sa solidarité envers Maya Hanoomanjee. C’était lors d’un point de presse ce matin à l’hôtel Saint Georges, Port-Louis, peu de temps avant la démission de la ministre de la Santé et des cinq autres ministres MSM du gouvernement.

Depuis 11 h 21, ce matin, les internautes consultant le site internet du quotidien Le Mauricien, lemauricien.com, étaient informés du fait « sûr, fiable et précis » à l’effet que les six ministres du MSM, en l’occurrence le vice-Premier ministre et ministre des Finances et leader du MSM Pravind Jugnauth, et les ministres Nando Bodha (Tourisme), Showkutally Soodhun (Coopératives), Leela Devi Dookun (Sécurité sociale), Maya Hanoomanjee (Santé) et Ashit Gungah (Fonction publique), ont démissionné du gouvernement.

Pravind Jugnauth, qui a démissionné de ses fonctions de vice-Premier ministre et ministre des Finances, ce matin, tout comme les autres ministres du MSM, s’est déclaré convaincu de l’innocence de Maya Hanoomanjee. « Nou convaincu so l’innocence et ena enn l’injustice flagrante », a-t-il affirmé.