Politique

À J-15 pour le début des travaux de la mise en place du métro express entre Curepipe et Port-Louis, dont priorité au segment Rose-Hill/Port-Louis pour septembre 2019, les premiers détails précis sur le schedule of work du main contractor de Larsen & Toubro commencent à émerger.

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, qui a fait l’impasse sur le récent sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Southern African Development Community (SADC) du week-end dernier, se prépare pour le prochain sommet des Nations unies à New York.

Evoquant les implications du projet chinois d’un nouveau port de pêche à Bain-des-Dames sur les questions relevant de la sécurité nationale, Paul Bérenger, leader du MMM, demande que les autorités rendent publics tous les détails y relatifs. « Serait-ce un projet entièrement privé ou le gouvernement chinois y sera-t-il impliqué ? », se demande le leader des mauves. Il réitère, parallèlement, sa demande pour que le Maritime Security Agreement, signé avec l’Inde dans le cadre du projet d’assistance indienne pour la construction d’une nouvelle piste d’atterrissage et d’une jetée à Agaléga soit tout aussi rendu public « en vue de faire taire les rumeurs ».

Après quelques semaines de relations tendues entre le pouvoir et la presse, le Premier ministre semble enclin à un assainissement de ses rapports avec les médias. En mode décrispation, il s’est remis à communiquer avec les journalistes sur le terrain et a rencontré les responsables des médias au PMO pour un dialogue constructif.

Jamais défaite n’aura été accueillie avec autant de joie à travers le pays. Celle de Somdath Dulthumun dimanche dernier lors des élections à la direction de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation (MSDTF) où il a été complètement grillé par une équipe adverse menée par Rajenrah Ramdhean. Celui qui avait fait campagne sur le concept de « charbon blanc et charbon noir » pour soutenir le projet controversé de CT Power est, en effet, sorti bien cramé après le scrutin qui a mis fin à 15 ans de règne sans partage marqué par des propos et des gestes aussi sectaires d’incendiaires, sa seule constante étant d’être un laquais du pouvoir du moment et du Premier ministre au bon profil.

Elizier François, président du Mouvement Authentique Mauricien (MAM), a affirmé hier que le projet Metro Express « n'est ni viable ni rentable ». Selon lui, il faudra à l'avenir augmenter le coût du trajet ou abandonner le projet, « parce qu'il n'y aura pas suffisamment de passagers pendant la journée ».

« Respect », c’est le maître mot qui était au cœur de la rencontre, hier après-midi, au bâtiment du Trésor entre le Premier ministre, Pravind Jugnauth, et les responsables ou représentants des principaux médias du pays. Cette première depuis sa promotion au poste de PM, en janvier dernier, s’est tenue à l’initiative du PMO et s’est déroulée dans une atmosphère très cordiale et franche.

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a affirmé, hier soir, qu’il souhaitait entretenir des relations respectueuses avec la presse. Il a fait cette déclaration à l’issue de la célébration officielle de la fête Ganesh Chaturthi dans sa circonscription à l’Espérance Trébuchet hier soir.

Intervenant lors de sa conférence de presse hebdomadaire hier au Hennessy Park Hotel, Ébène, le leader du MMM, Paul Bérenger, a demandé au gouvernement de rendre public les détails du projet de la création d’un port de pêche à Bain-des-Dames. Cela pour des raisons de sécurité nationale, a-t-il précisé. Il a aussi commenté d’autres sujets d’actualité.

Intervenant hier après-midi lors d'une conférence de presse au quartier général du Mouvement Patriotique, à Saint-Jean, Quatre-Bornes, le président de ce parti, Alan Ganoo, a fait un vibrant plaidoyer auprès du gouvernement pour « humaniser » la Land Acquisition Act, et ce dans le cadre des acquisitions obligatoires de propriétés par l’État en vue de l'installation du métro à Maurice.

La rencontre entre le ministre du Transport, Nando Bodha, et les syndicats du secteur du transport n’a débouché sur aucune solution immédiate hier. Après près de deux heures de discussions, décision a été prise de se revoir dans un mois.

C'est un Pravind Jugnauth très détendu, voire jovial, qui s’est rendu hier soir à la rencontre des journalistes présents en force à l'ambassade de Chine à l'invitation du nouvel ambassadeur Sun Gongyi, qui avait organisé sa première réception pour marquer son arrivée dans l'île et présenter le nouveau conseiller politique Gong Yufeng.

La nouvelle haute-commissaire australienne Jennifer Dee, qui est arrivée au pays au début du mois, effectue actuellement des visites de courtoisie auprès de personnalités mauriciennes. Une série de secteurs ont été identifiés en vue d'une consolidation de la coopération entre nos deux pays.

Hier en début de soirée, devant un Centre Nelson Mandela plein à craquer, Me Dev Ramano s'est désisté en faveur de Jack Bizlall dans le cadre de la désignation d'un candidat du Mouvement Premier Mai (MPM) pour la partielle dans la circonscription Belle-Rose/Quatre-Bornes (No 18). Jack Bizlall a exhorté Pravind Jugnauth à se porter candidat pour légitimer son poste de Premier ministre.

La Chambre des notaires n'a pas été partie prenante dans le processus de sélection des notaires chargés de rédiger le contrat de vente des appartements de la NHDC à leurs nouveaux propriétaires depuis janvier 2015.

Le leader du MMM a décortiqué samedi le rapport de mission du FMI consacré à Maurice, et connu comme l'IMF Staff Completes 2017 Article IV Mission to Mauritius. Paul Bérenger en est arrivé à la conclusion que ce rapport « tire la sonnette d’alarme de façon sans précédent » sur la situation économique du pays.

Après l’emprunt de passages entiers d’un discours de Kee Chong Li Kwong Wing, la question sur l’épouse de Ravi Rutnah, le député mauve se retrouve au centre d’une controverse après un aparté avec le Premier ministre .« Il a les yeux revolver, il a le regard qui tue, a tiré le premier, a touché et c’est foutu ». Ces paroles de la chanson de Marc Lavoine résument bien Aadil Ameer Meea, le jeune député du MMM qui, à force d’essayer de se faire remarquer, a, ces derniers mois, fini par collectionner un certain nombre de bourdes. Au lieu de se contenter du bon travail qu’il effectue en tant qu’élu mauve de la troisième circonscription, ce qui est un fait reconnu de tous et de ses mandants au premier chef, le député semble vouloir en faire un peu trop, d’où les maladresses enregistrées ces derniers mois et qui ont culminé à l’aparté désormais célèbre de la cuisine de l’hôtel Meridien.

Après avoir soumis un mémoire contenant cinq points au gouvernement jeudi dernier, le Union Joint Panel, regroupant quatre syndicats du transport, à savoir l’Association Travailleurs Transport Autobus, la United Bus Service Employees Union, la Bus Industry Traffic Union et la Bus Industry Staff Association, attend de pied ferme la rencontre avec le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, et ses officiers ce jeudi 24 août. Les discussions porteront essentiellement sur le projet Metro Express car les travailleurs du transport public craignent pour leur avenir professionnel. Les membres des syndicats souhaitent, à travers cette première prise de contact, des explications sur plusieurs points qu’ils estiment encore obscurs.

Allégations de Peroumal Veeren? Financement de la compagne électorale du MSM en 2014? Raouf Gulbul? Roubina Jaddoo? Mahen Gowressoo? Sanjeev Teeluckdharee? Délocalisation des habitants de La-Butte? Élections partielles au No 1 8? Affaire Lara Rijs?… Autant de questions qui intéressent la population, mais auxquelles le Premier ministre ne répond plus directement à la presse. Du moins, depuis quelque temps, Pravind Jugnauth a choisi la voix du silence, alors que les journalistes qui tentent de lui arracher une déclaration sont bousculés et brutalisés par son service de sécurité, récemment plus renforcé, et trop zélé. Il préfère faire de longs discours d’autosatisfaction et adresse ses flèches acerbes contre ses adversaires… et la presse sur un ton et dans un verbe qu’on ne lui connaissait pas jusqu’ici.

A la grande surprise des employés d’Airport Terminal Operations Limited (ATOL), les bids des deux gros projets concernant l’ancienne aérogare désaffectée de l’aéroport Sir Seewoosagur Ramgoolam, c’est-à-dire le réaménagement de cette aérogare et le choix du consultant pour le Project Management sont soudainement passés du Tender Committee d’ATOL à celui d’Airports of Mauritius (AML). Ce transfert inattendu et surprenant soulève une forte suspicion d’un possible trafic d’influence à l’horizon.

S’il n’a pas tenu sa conférence de presse hebdomadaire, du fait qu’il était absent du pays en milieu de semaine, le leader du PMSD, dans un déclaration à Week-End, évoque l’inquiétude qui gagne l’industrie sucrière face à la baisse conséquente du prix du sucre. Selon lui, avec un manque à gagner qu’il estime à environ Rs 2,000  par tonne de sucre, même si le planteurs et autres ti-planteurs de canne s’appuient sur l’argent de la bagasse et de la mélasse, le prix obtenu sera en-dessous du seuil de rentabilité de quelque Rs 16,000. “Il est urgent que le gouvernement considère des mesures, surtout financières, à prendre et voit comment augmenter la productivité de la canne à Maurice”, dit le leader de l’opposition. La situation est inquiétante car si sur le court terme, des aides peuvent être apportées rapidement, sur les moyen et long termes, ce n’est qu’une hausse de la productivité qui permettra la pérennité de l’industrie du sucre qui concerne environ 16,000 planteurs, dit-il.

Le gouvernement a mis en garde tous ceux dans le camp de l’opposition qui inciteraient quiconque à manifester contre le Metro Express, en leur rappelant que l’Etat ira de l’avant avec le projet. Etienne Sinatambou, qui animait la conférence de presse hebdomadaire du parti Lepep, hier, a réitéré la décision du gouvernement de mettre en oeuvre le projet de transport de masse. « Nous avons signé un contrat. Et le gouvernement aura à remettre le site au contracteur », a-t-il expliqué en commentant la réticence de certaines familles, principalement de La-Butte, à quitter leurs maisons malgré la compensation et la proposition de relogement du gouvernement.

Paul Bérenger trouve que le constat de la mission d’évaluation du Fonds Monétaire International (FMI) sur l’état de l’économie mauricienne confirme les appréhensions qu’il avait exprimées lors de son intervention, en juin dernier, à l’Assemblée nationale dans le cadre des débats budgétaires. Toujours au chapitre économique, le leader du MMM s’inquiète de la survie de l’industrie sucrière dans le contexte de la libéralisation complète du prix du sucre après l’abolition des quotas garantis auprès du marché de l’Union européenne (UE). Sur un plan plus politique, il dément les nouvelles rumeurs de rapprochement du MMM avec le MSM. “Aucun rapprochement avec le MSM d’aujourd’hui avec lequel nous ne voulons rien avoir à faire”, assure-t-il.

Non, ce n’est pas dans les sondages. Et ce n’est pas non plus au baromètre de la popularité, mais il est pourtant premier. Qui est-il ? Il est le Premier ministre qui fait seul la course en tête de ceux qui ne déposent pas leurs réponses, soit celles qui n’ont pas été répondues de manière orale ou qui visaient spécifiquement une forme écrite. Pravind Jugnauth a en effet un beau record : 58 questions écrites non-déposées depuis la reprise des travaux parlementaires cette année, le 28 mars. Il est curieusement suivi par un ministre qui caracole en tête d’évaluation ailleurs, celui de la Santé, Anwar Husnoo, qui collectionne lui 18 questions touchant le ministère de la Santé qui n’ont pas obtenu de réponse. Et dans l’ordre des très mauvais élèves qui se fichent de l’Assemblée nationale et des parlementaires, ce ne sera certainement pas une surprise de découvrir que c’est Showkutally Soodhun qui est à la troisième place avec 7 questions restées dans les oubliettes, suivi du non moins controversé Sudhir Sesungkur avec 6 interpellations qui attendent toujours réponses et Ivan Collendavelloo qui, lui aussi, a à son compte le chiffre 6. Pour compléter le peloton, Nando Boda (5), Leela Devi Dookun-Luchoomun (4) et 3 chacun pour les ministres Pradeep Roopun, Alain Wong et Ravi Yerrigadoo. Ceux qui accusaient un retard comme Yogida Sawmynaden avec 8 questions restées sans suivi a fait le nécessaire pour que les réponses soient déposées,  de même que le ministre Mentor SAJ et les ministres Mahen Jhugroo et Eddy Boissézon. Lorsqu’on fait le compte, cela donne un chiffre effarant de 120 questions de députés qui sont restées sans réponse. C’est ce que le ministre Étienne Sinatambou appelle un exemple de démocratie.