Politique

« Xavier Duval finn al inpe tro lwin me Speaker ti bizin permett li retir so bann propo. » C’est ainsi qu’Alan Ganoo, leader du Mouvement Patriotique (MP), a analysé la polémique concernant les propos du leader de l’opposition à l’encontre de Maya Hanoomanjee à l’Assemblée nationale, mardi dernier. Il souligne que le ministre des Infrastructures publiques et du Transport en commun, Nando Bodha, a bafoué les règles du temps alloué pour une PNQ, ce qui a eu le don, et fort justement, selon lui, d’exaspérer de leader du PMSD. La situation des femmes cleaners et le déroulement de la campagne électorale au N°18 ont aussi été abordés lors de cette conférence de presse.

Selon le gouvernement, ce serait pour éviter une situation qui embarrasserait Xavier-Luc Duval concernant le dossier Metro Express que ce dernier a dévié l’attention en manquant de respect à la Speaker, Maya Hanoomanjee, au Parlement, mardi dernier. Le ministre Etienne Sinatambou, porte-parole désigné du gouvernement Lepep, a affirmé, face à la presse hier, que le leader de l’opposition « inn lev enn makanbo » — au cours de l’intervention du ministre Nando Bodha sur le rapport de faisabilité de 2013 —, car c’est lui qui, sous le gouvernement de Navin Ramgoolam, a approuvé ce même projet. Etienne Sinatambou a fait remarquer que Xavier-Luc Duval, qui était alors ministre de l’Economie, « aurait approuvé un projet qui était une menace pour la population ».

En marge de la visite officielle à Maurice du président des Seychelles, Danny Faure, depuis jeudi, le potentiel d’échanges commerciaux entre les deux pays a été évalué. Cette question a  été évoquée lors d’une séance de travail, présidée hier par le secrétaire financier, Dev Manraj, avec des officiels de la Seychelles Chamber of Commerce, dont le président, Olivier Bastienne. Toujours dans le cadre d’une consolidation sur le plan économique, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Maurice et celle des Seychelles ont pris la décision d’organiser la première réunion du Joint Business Council en décembre prochain. Le Joint Business Council sera utilisé comme une plateforme pour l’approfondissement des échanges entre les opérateurs économiques des deux pays, notamment dans les secteurs du commerce de marchandises et des services ainsi que dans la promotion des investissements.

A une semaine du Nomination Day, le PTr a lancé sa campagne, vendredi, à la municipalité de Quatre-Bornes. Réunissant des partisans de diverses régions de l’île, cet événement a été l’occasion pour le leader des Rouges de critiquer le gouvernement et surtout de justifier certaines décisions prises sous le régime travailliste, dont le Hedging et le deal avec Airbus pour l’achat des nouveaux avions. Le temps est venu, dit Navin Ramgoolam, de reprendre le pays en main. « Bizin sanctionne l’amateurisme et la corruption de sa gouvernma-la », a exhorté le leader du PTr. En votant pour Arvin Boolell pour les partielles du 17 décembre, c’est voter pour le gouvernement de demain, estime le PTr.

En fin de semaine, le rapport de la Banque mondiale consacré à l’ocean economy et intitulé Making it happen ! Making it last a fait l’objet de discussions approfondies entre des officiels du gouvernement et la mission de la BM par le Lead Environmental Economist Rafaello Cervigni. À cet effet, une réunion de haut niveau entre le gouvernement et la Banque mondiale a été convoquée pour demain en vue de conclure les discussions, accélérer la mise à exécution des projets retenus et déterminer l’encadrement nécessaire pour le plan d’action en vue de faire de l’ocean economy un des nouveaux piliers de l’économie.

« De par son comportement minable, le leader de l’opposition, Xavier Duval, a lamentablement raté sa rentrée parlementaire », estime Paul Bérenger, leader du MMM. S’il renouvelle ses remerciements à l’Inde pour son aide généreuse au projet de Metro Express, le chef de file des mauves doute, néanmoins, que le gouvernement en place arrive à le faire aboutir dans les meilleures conditions. Le leader du MMM trouve, d’autre part, qu’avec l’entrée en campagne du leader du PTr, il se confirme « qu’un vote pour Arvin équivaut à un vote pour Navin ».

« Le gouvernement n’a pas su faire preuve de compassion. » Rezistans ek Alternativ est monté au créneau sur le traitement des six femmes cleaners qui ont mis fin à leur grève jeudi. Lors de sa conférence de presse hebdomadaire hier, le parti écosocialiste a rappelé les principaux enjeux des élections partielles au N°18 et a taclé au passage le Reform Party.

Séance express pour une reprise. Tout avait été fait du côté de la majorité pour que la reprise des travaux parlementaires se déroule sur un ton plus apaisé, les plus controversés de ses membres, à l’instar de Kalyan Tarolah ayant démissionné la veille de son poste de PPS, tandis que Ravi Rutnah qui s’est lui aussi fait remarquer pendant les vacances parlementaires a été prié de faire un peu plus profil bas. L’entame des travaux s’est d’ailleurs déclinée sur une note des plus solennelles avec le vivant hommage rendu par l’hémicycle à deux anciens parlementaires, Premier Nababsing et Lutchmeeparsadsing Ramsahok.

Le leader du PMSD persiste et signe : si c’était à refaire, il le referait. Il s’opposera à toute tentative de l’empêcher de faire son travail. C’est ce que Xavier Duval a fait ressortir hier lors de sa conférence de presse, durant laquelle il est longuement revenu sur les incidents au Parlement mardi dernier. Incidents qui lui ont valu d’être sanctionné de deux séances parlementaires par la Speaker qui n’a pas apprécié qu’il refuse d’obéir à ses ordres. Pour le leader du PMSD, c’est pour le droit de la population qu’il proteste. Il respectera, dit-il, toute personne, quel que soit son poste, qui fait son travail honnêtement. « Mais mo pena oken respect pou dimoun ki pa fer so travay honnetement », dit-il.

Même boîte d’emballage, même emplacement, même prix, les Traditional Coconut/Vanilla Biscuits, enlevés des étagères en février dernier à la suite de la polémique qu’ils avaient soulevés, sont de retour à Mauritius Duty Free Paradise (MDFP) depuis une semaine. Si tout semble comme avant – la petite boîte à l’image de la Maison Eurêka, les deux sachets de biscuits Esko à l’intérieur, et le prix également, 17 euros –, l’adresse sur la boîte diffère. D’ailleurs, c’est l’adresse qui avait révélé le scandale Biscuitgate en janvier dernier. 

Même boîte d’emballage, même emplacement, même prix, les Traditional Coconut/Vanilla Biscuits, enlevés des étagères en février dernier à la suite de la polémique qu’ils avaient soulevés, sont de retour à Mauritius Duty Free Paradise (MDFP) depuis une semaine. Si tout semble comme avant – la petite boîte à l’image de la Maison Eurêka, les deux sachets de biscuits Esko à l’intérieur, et le prix également, 17 euros –, l’adresse sur la boîte diffère. D’ailleurs, c’est l’adresse qui avait révélé le scandale Biscuitgate en janvier dernier. 

Sursis jusqu’à la fin de l’année pour Arab Town
Même si dans une décision hâtive, relevant presque de la panique, la mairie de Beau-Bassin/Rose-Hill a démarré des travaux d’aménagement auprès de la foire Da Patten pour accommoder les marchands d’Arab Town, il semblerait qu’ils auraient obtenu des autorités locales qu’ils puissent continuer sur l’actuel emplacement jusqu’à janvier au lieu du 31 octobre imposé comme un ultimatum non-négociable. On dirait que le métro n’est subitement plus express mais modulable. L’urgence a laissé la place au statu quo. De questions se posent, toutefois, sur ce qui ressemble à un revirement: l’appel d’offres pour les travaux et le calendrier arrêté, les inconvénients causés aux opérateurs de la foire Da Patten, leur clientèle de même que les camionneurs qui ont été priés d’aller voir ailleurs.  

Le leader du PTr, Navin Ramgoolam, a réaffirmé que son parti se rendra seul aux prochaines élections générales « car il n’est pas question de faire des concessions au sujet de la politique de rupture » qu’il préconise. C’est en tout cas la posture qu’il a adoptée hier soir à la municipalité de Quatre-Bornes à l’occasion de la réunion des activistes en vue de lancer officiellement la campagne électorale de son candidat, Arvin Boolell. De son côté, Shakeel Mohamed annonce qu’il présentera une motion de blâme contre Nando Bodha, « qui n’a pas encore déposé le contrat » concernant le projet Metro Express.

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a reconnu ce matin l’importance d’exercer un contrôle sur le stock de thon dans l’océan Indien mais a souligné la nécessité de s’assurer que les décisions prises par la commission thonière de l’océan Indien n’affectent pas l’industrie de la pêche à Maurice. Il s’adressait à la presse à la suite d’un tête-à-tête avec le président des Seychelles Danny Faure qui est en visite d’État à Maurice depuis hier et d’une session de travail avec la délégation seychelloise qu’il dirige. Cette rencontre a été suivie d’une cérémonie durant laquelle cinq accords bilatéraux ont été signés par la ministre des Affaires familiales Jeanne Siméon et le ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo.

Le remplacement de l’actuel Employment Service par le National Employment Department est un des points du National Employment Bill qui a été présenté mardi par le ministre du Travail, Sudesh Callichurn, à l’Assemblée nationale. Ce département aura pour tâche, entre autres, de fournir des services d’informations publiques complets et intégrés. Il opérera sous l’égide du ministère de l’emploi.

La reprise des travaux de l’Assemblée nationale hier a été marquée par une nette confrontation entre le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, et la Speaker, Maya Hanoomanjee, sur une question de temps alloué à la tranche des interpellations supplémentaires lors de la Private Notice Question (PNQ) sur le Metro-Express. La conséquence : le leader du PMSD a été “Named” par la Speaker comme le veut la procédure avant d’être sanctionné par une suspension des travaux parlementaires pour deux séances.

Les comptes du Reform Party sont audités par des experts-comptables. Et d’autres partis politiques ont été appelés à lui emboîter le pas. C’est ce qui découle d’une conférence de presse animée par le leader du RP, Roshi Bhadain, lundi matin à Quatre-Bornes, dans le cadre de la prochaine élection partielle dans la circonscription N° 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes).

  •   Metro Express : début des gros travaux sur le trajet Rose-Hill/Port-Louis au début de 2018 avec 344 bus et un millier d’employés de la CNT, UBS et de RHT affectés
  •  Le ministre Bodha : « Nous allons créer 34 New Routes et 31 Feeder Routes dans le cadre d’une Bus Re-engineering Strategy pour redéployer 172 bus et 500 employés »

Moins d’une heure après la reprise des travaux de l’Assemblée nationale, à la mi-journée, le ton était à la confrontation avec, pour conséquences, que le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, s’est fait expulser de l’hémicycle sur ordre de la Speaker, Maya Hanoomanjee. Devant le refus de Xavier-Luc Duval d’évacuer son siège, la Speaker n’a eu d’autre choix que de suspendre la séance. Avec la suspensioin de séance, des consultations ont eu lieu entre la Speaker et le leader de l’opposition avec un Ruling attendu avec l’éventuel retour de la Speaker au sein de l’hémicycle en début d’après-midi. Le litige porte sur le nombre d’interpellations parlementaires allouées au leader de l’opposition sur la Private Notice Question (PNQ) axée sur le projet Metro Express. Sur le coup de 12h20, Maya Hanoomanjee devait intimer à Xavier-Luc Duval, qui venait à peine d’amorcer cette tranche, qu’il ne lui restait encore que deux interpellations. Mais le leader de l’opposition étant d’avis que le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, avait abusé du temps de la Chambre lors de la réponse liminaire, ne voulait rien entendre. Il devait ainsi tenir tête à la Speaker en refusant de reprendre sa place alors que « Madam Speaker was on her feet ». La tradition parlementaire veut que tout parlementaire doit céder quand la Speaker intervient en se tenant debout. Malgré au moins cinq rappels de Maya Hanoomanjee, le leader du PMSD ne devait pas céder, d’où la décision : « I order you out ! ». 

Le gouvernement ne cédera pas face à la grève de la faim des femmes cleaners, soutient Etienne Sinatambou, le porte-parole du gouvernement. « C’est totalement faux de faire croire que ces femmes travaillent pour un salaire de Rs 1 500. Certaines d’entre elles touchent Rs 10 000 par mois. Aucune des 333 cleaners ne touche Rs 1 500 par mois. Elles perçoivent au minimum Rs 3 000 et travaillent à temps partiel : soit deux heures par jour », a-t-il soutenu lors de la conférence de presse hebdomadaire du MSM samedi dernier.

  • Hommage à la mémoire des parlementaires décédés depuis juillet, dont l’ancien Deputy Prime Minister Prem Nababsing et l’ancien ministre Lutchmeeparsad Ramsahok
  • À prévoir, tension avec les deux PQs du backbencher de la majorité Ravi Rutnah sur le chèque de Rs 10 M au MMM du groupe BAI, et les allégations de trafic de passeport contre un Senior Adviser du GM
  • Un Statement de la Speaker, Maya Hanoomanjee, attendu dans l’affaire de « femel lisien » avec le dénommé Rutnah forcé à démissionner du Gender Caucus de la Chambre

 

La reprise des travaux de l’Assemblée nationale, demain, s’annonce entre incertitude et tension, si ce n’est des tranches de règlements de comptes de part et d’autre. À ce matin, le Private Parliamentary Secretary, Kalyan Tarolah, était donné sur le point de soumettre sa démission en tant que tel et de prendre de « longues vacances forcées » de l’hémicycle. Aux déboires personnels et politiques du député de Montagne-Blanche/Grande-Rivière-Sud-Est (N° 10) vient se greffer le cas du député Ravi Rutnah dans l’affaire de « femel lisien », celui-ci ayant soumis sa démission du Gender Caucus de l’Assemblée nationale. Sur ces deux cas, des Statements de la Speaker de l’Assemblée nationale, Maya Hanoomanjee, sont considérées comme un minimum pour le Decorum of the House vu que le député du MMM Rajesh Bhagwan a déjà déposé une motion de blâme contre le PPS en partance et réclamant sa démission de la Chambre. Des moments de tension sont aussi à craindre avec la Parliamentary Question du député Rutnah sur le chèque de Rs 10 millions émis au nom du MMM à la fin de 2014 par le défunt groupe BAI ou encore des allégations de trafic de passeports mauriciens contre paiement de Rs 6 millions impliquant un Senior Adviser du gouvernement. La solennité de la séance devra être assurée par les hommages de la Chambre à des anciens parlementaires décédés pendant les vacances, dont l’ex-Deputy Prime Minister Prem Nababsing et l’ancien ministre Lutchmeeparsad Ramsahok.

 

Le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, soutient que « ce n’est pas le public mais le judiciaire qui décidera du sort du Premier ministre Pravind Jugnauth et de Navin Ramgoolam », lors de la conférence de presse des bleus samedi. Cela après que le DPP a institué un procès contre l’ex-PM Navin Ramgoolam avec 23 charges retenues contre lui. Commentant la destitution de Véronique Leu-Govind du conseil de district de Rivière-Noire, il a fait état d’un « clair rapprochement MSM/MMM » et soutient que le gouvernement « a une peur explicable de l’opposition », et dénoncé ses agissements, notamment pour le cas Air Mauritius et les propos de SAJ à Rodrigues.

Pravind Jugnauth et Leela Devi Dookun induisent délibérément la population en erreur », soutient Ashok Subron, membre du comité national de Rezistans ek Alternativ. Le parti a longuement commenté le cas des femmes cleaners et est brièvement revenu sur l’actualité de la semaine, lors de sa conférence de presse hebdomadaire, hier, à Moka.

Le Premier ministre et leader du MSM, Pravind Jugnauth, qui avait initialement trouvé qu’il n’y avait aucune raison de réclamer la démission du Private Parliamentary Secretary et député de Montagne-Blanche/Grande-Rivière-Sud-Est (No 10) Kalyan Tarolah, aurait changé d’avis. Du moins, des sources bien informées à l’Hôtel du gouvernement avancent qu’en fin de semaine, le Prime Minister’s Office aurait donné des Marching Orders au PPS indélicat et interrogé Under Warning par le Central CID en début de semaine au sujet des allégations de SMS et de photos obscènes échangés par téléphone cellulaire avec Latchmee Devi Adheen, 26 ans, habitante de Quatre-Sœurs.

« Il y a clairement une tentative de rapprochement entre le MMM et le MSM dans la destitution de Véronique Leu. » Le leader des bleus n’a pas mâché ses mots à l’encontre du gouvernement sur nombre de sujets, lors de son point de presse à son siège, hier. Xavier-Luc Duval a fait le tour de l’actualité politique du pays, en passant par Air Mauritius et Rodrigues, ne manquant pas de dénoncer les dérives « antidémocratiques du gouvernement».