Politique

Les élections partielles provoquées par Roshi Bhadain à Belle-Rose/Quatre-Bornes donne du fil à retordre au MSM. Un fort courant pousserait le parti à ne pas y participer, avec une majorité des membres du Bureau politique contre. Mais la décision finale n’a toujours pas été arrêtée, malgré les longues discussions lors de la réunion d’hier à ce sujet. Même si au sein de l’alliance Lepep, on laisse entendre que le gouvernement n’a rien à y perdre, pour certains, ces élections représentent un certain enjeu par rapport à la crédibilité du MSM. D’où les hésitations des décideurs. «En temps et lieu», dit-on, une décision devra être prise.

D’importants changements sont survenus récemment au niveau des transplantations rénales dans le service hospitalier public. Le Dr Surendra Gigabhoy, qui a pratiqué ces interventions pendant de nombreuses années à l’Hôpital Nehru, n’est plus dans ce service depuis quelque temps et a été transféré à l’Hôpital Jeetoo. Afin de ne pas pénaliser la dizaine de patients en attente d’une greffe rénale, le ministère de la Santé vient de signer un accord avec l’hôpital Artemis, basé en Inde et spécialisé dans différentes transplantations d’organes.

Le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, a d’abord souligné que le Finance Bill comprend 57 amendements à des lois différentes, dont certains sont conséquents. D’où la nécessité, selon lui, d’enlever les parties concernant les amendements à la Gambling Regulatory Authority et la dette publique. Xavier-Luc Duval s’est dit aussi très concerné par les amendements à la loi régissant la Corporate Social Responsibility et la Bank of Mauritius and Banking Act.

Le Finance Bill, prévu en deuxième et troisième lecture à l’Assemblée nationale demain, prévoit entre autres des amendements à la National Heritage Fund Act. Ceux-ci donnent le pouvoir au ministre des Arts et de la Culture de déclassifier un monument classé patrimoine national sous certaines conditions. Les défenseurs du patrimoine montent au créneau pour dénoncer ce « danger ».

À la rue Jacaranda, Pramode Jaddoo nous accueille à son domicile qui par coïncidence appartenait à Lall Jugnauth, ancien magistrat et ancien député de Pamplemousses/Triolet jusqu’à son décès en 1970, ce qui avait donné lieu à l’élection de Dev Virahsawmy contre toute attente à l’élection partielle. Âgé maintenant de 64 ans, cet éducateur spécialisé en économie réalise aujourd’hui un rêve, celui de faire de la politique active en se présentant comme candidat indépendant à l’élection partielle prévue à Quatre-Bornes.

Intervenant hier en début de soirée à la municipalité de Quatre-Bornes, le leader adjoint du Muvman Liberater (ML), Anil Gayan, a affirmé que le gouvernement « n’a aucun enjeu » dans l’élection partielle dans la circonscription de Belle-Rose/Quatre-Bornes. Il intervenait dans le cadre de la campagne de mobilisation du ML en vue de la célébration du troisième anniversaire de la création de son parti, le 30 juillet, au Plaza à Rose-Hill. Anil Gayan a fait une virulente sortie contre la presse, invitant les journalistes « donneurs de leçon » à se porter candidats à cette élection partielle.

La nécessité de « canaliser toutes les énergies » dans le combat contre la drogue a été soulignée hier soir par le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo, qui était l'invité d'honneur du dîner annuel de l'Eid-ul-Fitr offert par l'Ahmadiyya Muslim Community of Mauritius à la Darus Salaam Mosque, à Rose-Hill.

Le leader du MMM, Paul Bérenger, a profité de la célébration de la fête Eid hier par la branche Fareed Muttur, à Rose Hill, pour évoquer un épisode dramatique dans la vie du MMM : l'accident du 1er octobre 1971 à Réduit à la suite duquel Fareed Mattur avait trouvé la mort.

« Le combat contre la drogue dépasse la politique. C'est une lutte nationale pour nettoyer le pays et protéger nos enfants », a déclaré samedi le Premier ministre, Pravind Jugnauth, qui participait à un “Eid Gathering” organisé par l'Eid Committee avec la participation du ministère des Terres et du Logement ainsi que celui de la Culture.

Le Mauritius Turf Club est sorti de son silence ce matin par le biais d’un communiqué de presse. Cette missive sur laquelle travaillent les administrateurs depuis qu’ils ont pris connaissance du Finance Bill, qui propose des amendements majeurs à la GRA Act, visant à enlever l’essentiel de ses pouvoirs au Mauritius Turf Club, se veut être une explication des enjeux, une demande d’attente et un appel au dialogue.

En conférence de presse samedi dernier à Port-Louis, le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, a commenté la situation économique qui règne à Rodrigues et la sécurité dans les immeubles à grande hauteur sur lesquels il a posé deux PNQ la semaine dernière au Parlement, avant de réclamer la démission du président de la Gaming Regulatory Authority (GRA), Raouf Gulbul, et du Deputy Speaker, Sanjeev Teeluckdharry, en marge de la commission d’enquête sur la drogue. Il a aussi officiellement présenté Dhanesh Maraye comme le candidat du PMSD à l’élection partielle qui aura lieu dans la circonscription no 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes).

Le leader du MMM, Paul Bérenger, a révélé son appréciation quant à la « détente » qui a prévalu au parlement la semaine dernière. « Il est bon que le gouvernement et la Speaker aient adopté la bonne attitude, ce qui a permis d’avoir une détente au parlement », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à laquelle participait, pour la première fois, la candidate désignée du MMM à l’élection partielle dans la circonscription N° 18, Nita Juddoo.

Dans un souci de transparence et de bonne gouvernance, le DPM et ministre de l’Énergie et des Services publics, Ivan Collendavelloo, devrait rentre public le contrat d’affermage que le gouvernement se propose de signer avec une firme privée pour la gestion de la CWA. C’est ce qu’a soutenu le président du Mouvement Patriotique, Alan Ganoo, lors de la conférence hebdomadaire de son parti samedi à St-Jean. Il a aussi élaboré sur sa motion privée, présentée vendredi sur le rapatriement de la Constitution et réitéré son souhait pour un unique candidat de l’opposition à la partielle au N° 18.

Si le pays est un modèle aux yeux du monde entier du fait que notre nation pluriculturelle vit en harmonie et en paix, il doit aussi être un exemple dans d’autres domaines, dont celui de la sécurité. C’est pourquoi il est important que chaque citoyen contribue pour que la paix sociale perdure.

Les relations d’amitié datant de 300 ans entre la France et Maurice sont aujourd’hui à un stade supérieur. La traduction concrète de ces relations privilégiées entre les deux pays sera symbolisée par la tenue en octobre de la Commission mixte France-Maurice. C’est le message véhiculé vendredi soir à l’Aventure du Sucre par l’ambassadeur de France, Gilles Huberson, qui y avait convié, à l’occasion de la fête nationale française, le Premier ministre, la présidente de la République et des membres du gouvernement, ainsi que les ressortissants français vivant à Maurice et plusieurs personnalités du pays.

La candidature de Pramod Jaddoo, oncle de Nita Juddoo, continue toujours de susciter des interrogations. Celui qui avait effectué des approches en direction du MMM après avoir manifesté de la sympathie pour le PTr est-il le cheval de Troie d’un des partis composant le gouvernement ?

Le parti éco-socialiste Rezistans ek Alternativ (ReA) a, lors de son point de presse, hier, réaffirmé sa présence au No 18 et auprès de la population en général. Foncièrement opposé aux agissements du gouvernement, notamment dans le cas de l’accaparement des plages publiques et du projet d’aquaculture, ReA donne rendez-vous aux intéressés le week-end prochain sur la plage de Pomponnette pour dire non aux abus.

Rien ne va plus pour Rodrigues. Constat du leader de l’opposition, qui était en visite dans l’île le week-end dernier. Évoquant un « crash » de l’agriculture, une « débâcle » de l’élevage et un secteur de la pêche en perte de vitesse, Xavier Duval, soutenant que seul « le tourisme se débat », estime que « Rodrigues est en situation de stagnation économique. »

La conférence de presse du Muvman Liberater (ML), dans la salle de conférences de la municipalité de Port-Louis, s’est articulée autour de deux points saillants vendredi. À savoir les débats budgétaires et le congrès-anniversaire du parti qui se tiendra le 30 juillet à Rose-Hill.

Le porte-parole du gouvernement Étienne Sinatambou, ministre de la Sécurité sociale et de l’Environnement, a eu pour tâche de défendre le député ML (Muvman Liberater) Ravi Rutnah auprès de la presse, hier matin. Le ministre a consacré la moitié de l’exercice de communication hebdomadaire au conflit qui oppose le député MMM Aadil Ameer Meea au député de la majorité.

La motion d’Alan Ganoo remettant sur le tapis le nécessaire toilettage de la Constitution, qui a été imposée et qui n’a pas beaucoup changé 50 ans après l’indépendance, s’est déroulé dans une certaine indifférence, alors que le sujet, maintes fois évoqué sous forme de questions, était cette fois soumis à un large débat des législateurs. Le député a certes été applaudi par l’opposition et quelques députés de la majorité au terme de son intervention, mais il semblait bien que le gouvernement ne voulait pas accorder trop d’importance ou d’attention à cette motion qui, pourtant, va sans le sens d’une urgente actualisation du texte suprême de la République.

Commentant les travaux parlementaires de cette semaine, Paul Bérenger, leader du MMM, salue le «changement d’attitude» du gouvernement et de la Speaker qu’il juge «très positif.» Le leader des mauves insiste, néanmoins, pour que le Deputy Speaker, Sanjeev Teeluckdharry, prenne congé de l’Assemblée nationale, le temps que la Commission Lam Shang Leen sur la drogue soumette son rapport.

Dans le cadre de la présentation de sa motion privée sur le rapatriement de notre Constitution, le député et leader du Mouvement Patriotique, Alan Ganoo, a longuement parlé de la limitation à deux mandats pour le poste de Premier ministre.

  • Les coûts de l’extension de la piste d’atterrissage sur pilotis (Concrete Stilts), soit Rs 11 milliards, ou par le remplissage (Back Filling), de Rs 6 milliards, jugés trop onéreux
  •      L’alternative d’un New Land-Based Runway, le site idéal étant à identifier, privilégiée par les consultants de GIBB et le conseil exécutif de l’Assemblée régionale de Rodrigues
  •      XLD : « La situation à Rodrigues est allée de mal en pis. Mon constat est qu’il y a une pauvreté généralisée, un fort taux de chômage et du désespoir parmi les jeunes »
  •     Le député de Rodrigues Buisson Leopold : « The Prime Minister respects the autonomy of Rodrigues. But the leader of the opposition does not know what is autonomy »

La Private Notice Question (PNQ) du leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, probablement l’une des dernières avant les prochaines vacances de l’Assemblée nationale, a permis de faire le point sur le projet d’extension de la piste d’atterrissage à Plaine-Corail, Rodrigues. On assiste littéralement à un retour à la case départ avec de nouvelles études prévues pour un “New Land-Based Runway”, le site le plus approprié étant encore à identifier. C’est ce qu’a fait comprendre le Premier ministre, Pravind Jugnauth, qui remplaçait le Mentor Minister, sir Anerood Jugnauth, qui se remet de sa bronchite de la semaine dernière.