Sports

Le Chef de mission du Club Maurice, Rajen Descann, a effectué hier après-midi une visite au Village des Jeux, sur l'île artificielle Persévérance, en compagnie Collin Quatre, maire du village. Nous avons a rencontré Rajen Descann au moment même où il visitait les 34 blocs d'appartements qui seront mis à la disposition du Club Maurice. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le Chef de mission était à la fois satisfait et déçu.

L’épreuve principale de cette journée, The R.K. Dusoye Bookmaker-Mauritius Derby Cup, accueillait la troisième et dernière manche du championnat des 4-ans sur une distance de 1850m. La particularité de cette course, c’est qu’elle était disputée à poids égal contrairement aux deux premiers actes remportés respectivement par Acuppa et Western Emblem. Dans ces conditions, la tâche d’Intercontinental, qui était à sa première participation à ce championnat, ne s’annonçait guère évidente puisqu’à l’échelle des valeurs il y avait 8 points entre les vainqueurs des deux premières manches et lui, et tandis que 23 points le séparaient de Last Regal. 

A cinq jours des 8es Jeux des Îles de l'Océan Indien (JIOI), il n'y a qu'un seul mot pour décrire l'ambiance à Mahé : effervescente. Tout le monde a les yeux rivés sur le panneau qui affiche le décompte avant le jour J. Les rues commencent à changer d'apparence. Les conversations quotidiennes ne tournent qu'autour des Jeux. Dans les journaux, à la télévision, sur la toile, dans les ascenseurs, dans les restaurants et même dans les toilettes, le slogan "Nou Zil, Nou Zwe" est omniprésent. La flamme des Jeux continue son parcours dans les districts seychellois. On sent que le pays se prépare à fêter ce grand évènement, il y a des pancartes, des affiches, des magasins ainsi que des individus qui vendent des accessoires. 

Les 8es Jeux des îles de l'océan Indien (JIOI) se tiennent du 5 au 14 août, à Mahé, aux Seychelles. Fidèle à son habitude, notre groupe de presse, Le Mauricien Ltée, sera présent dans l'archipel pour faire vivre à ses lecteurs les moments forts de cet événement régional, à travers ses différents titres, mais aussi en temps réel à travers son site web (www.lemauricien.com). Afin de ne rien rater de ces Jeux, une équipe de huit personnes, dont six journalistes et deux photographes, sera dépêchée pour l'occasion. Cette équipe sera composée de Daniel Soulange (responsable des Sports à Le Mauricien), de Patrick Jean-Louis (responsable des Sports à Week-End), de Deepak Bonomally, de Jean Michel Chelvan, de Jonathan Oriant, de Maurice Mélotte, de Georges Michel (chef de service de la photographie du groupe Le Mauricien) et de Michael Bonomally. Ainsi, dès demain, cette équipe assurera une couverture permanente et ce, jusqu'au lundi 15 août, afin de faire vivre à chaque lecteurs et ce, dans les moindres détails, ces 8es Jeux comme si ils y étaient. A noter que l'équipe dépêchée aux Seychelles informera ses lecteurs quotidiennement à travers un supplément de 16 pages au minimum - voir plus, selon les événements. Les autres titres de notre groupe, à savoir Week-End et Week-End Scope seront également à l'heure des Jeux. Soulignons qu'une partie de cette délégation a mis le cap sur les Seychelles, hier après-midi, alors que le reste part ce jeudi après-midi.

Pour ne pas déroger à une tradition désormais bien établie, la Mauritius Commercial Bank (MCB) est l'institution financière incontournable dans l'organisation de la première édition des Jeux des Iles. A Maurice, comme aux Seychelles cette banque centenaire est la banque officielle des Jeux, puisqu'elle a investi en terme de sponsoring quelque Rs 6,5 millions, dont Rs 3 millions à Maurice à travers la Club Maurice Company. Certes, pour le premier rendez-vous sportif des îles en 1979, à La Réunion la MCB était absente, son entrée timide de 1985 à Maurice s'est transformée par la suite en un gigantesque organisation incontournable dans la mise en place même des Jeux. Ceux qui ont vécu les Jeux de 2003 à Maurice savent de quoi il en ait.

Footballeur au sein de la sélection nationale aux 1ers Jeux des îles à la Réunion, ministre aux 8es Jeux des îles aux Seychelles, Devanand Ritoo galvanise le Club Maurice à l’approche de l’échéance de Mahé. « Nous avons placé la barre haut. Personne n’a droit à l’erreur. Personne ne peut dévier de notre objectif », martèle le ministre des Sports.

Deux figures de proue du sport mauricien, à savoir Yannick Lincoln et Bernadette Ravina ont été désignés capitaines des sélections, masculine et féminine respectivement. Ils ont dit leur fierté d'avoir été choisis pour assumer ce rôle très important et ont remercié le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo pour la confiance qu'il a placé en eux. 

À 33 ans, Bruno Julie se trouve être le sportif mauricien détenant le palmarès le plus éloquent. De ce fait, son choix comme porte-drapeau de la délégation mauricienne lors de la cérémonie d’ouverture vendredi prochain au stade Linité à Mahé coule de source. Ce sera donc pour la deuxième fois que le boxeur de la catégorie -56 kg accomplira cette tâche, après les Jeux de la Francophonie tenus au Liban deux ans de cela.

Comme les autres disciplines au programme de ces Jeux des îles, le public sera également attentif aux handisportives qui défendront les couleurs mauriciennes. Les trois fédérations, à savoir The Physically Handicapped Persons Sports Federation, The Aurally Handicapped Persons Sports Federation et The Mentally Handicapped Persons Sports Federation, sont déjà prêtes pour ce grand rendez-vous avec leurs athlètes qui n’ont qu’une seule chose en tête, la médaille d’or.

Dans le cadre de cette huitième édition des Jeux des îles, l’objectif de la sélection féminine de volley-ball s’avère être simple. Soit retrouver sa place sur le podium et effacer ainsi l’amère désillusion de la dernière édition. Ce sera donc un groupe soudé et ambitieux qui abordera cette compétition. Conscient également que la course aux médailles sera loin d’être une partie de plaisir.

La sélection masculine de volley-ball était revenue bredouille des 7es Jeux à Madagascar en 2007. N’ayant pas d’arguments à fait valoir, l’équipe de Maurice s’était fait battre lors du match de classement par La Réunion, 3 sets à 0 (20-25, 19-25 et 25-27). Maintenant sous la férule de Sanjeev Jundoosing et de son assistant Dharmen Gundowry, cette équipe, rajeunie, espère faire valoir ses capacités en terre seychelloise à Mahé pour ces 8es JIOI. Les douze joueurs qui forment l’ossature de la sélection nationale viseront tous un seul et même objectif, une place sur le podium.

Les laséristes et les véliplanchistes feront leur retour aux JIOI après huit ans d’absence. En effet, depuis les Jeux de 2003 à Maurice, ils n’avaient pas été conviés au rendez-vous indianocéanique. Alors, que peut-on attendre des barreurs aux Seychelles ? « De bonnes performances », soutient l’entraîneur national, Mike Lafleur. D’ailleurs, tout tient dans l’amalgame qu’il a réalisé pour sa sélection nationale.

Les pongistes mauriciens ont tout à gagner. Deux générations après les Rajessen Desscann, Patrick Sahajasein et autre Sharon Knubley, la nouvelle vague sera en action lors des Jeux, histoire d’essayer de marcher sur les traces de leurs glorieux prédécesseurs. Quels sont leurs chances ?

C’est une très jeune équipe qui défendra les couleurs mauriciennes aux Jeux des îles de l’océan Indien cette année. Il n’en demeure pas moins vrai que ces nageurs sont très généreux dans l’effort et qu’ils se donneront à fond dans le bassin de Roche Caïman pour faire honneur au pays. Le Directeur technique national (DTN), le Français Philippe Pascal, qui est assisté de Gaël Adam, a préparé la sélection de manière méthodique afin qu’elle soit la plus performante possible. Il est clair, cependant, que face à La Réunion et aux Seychelles, la compétition sera rude. La sélection devra donc compter sur la belle dynamique de progression dans laquelle elle s’est installée !

Les Jeux des îles 2011 auront un double objectif pour le directeur technique, Joseph Mounawah. D’abord sur le plan personnel, le rendez-vous seychellois s’annonce comme le dernier pour la route pour celui qui depuis sa médaille d’or de 1985 a consacré sa vie à cette discipline. Puis, sur le plan sportif ces Jeux vont être une occasion pour le judo mauricien de démonter si sa reconstruction entamée au lendemain des Jeux de 2007 à Madagascar est bien la bonne.

Le rassemblement des athlètes sélectionnés pour les 8es Jeux des îles de l'océan Indien (JIOI) s'est déroulé dans une bonne ambiance, mercredi dernier au Swami Vivekananda International Convention Centre (SVICC) à Pailles. 

En 1993, les haltérophiles mauriciens avaient crevé l’écran à Mahé en récoltant 22 médailles d’or. Ils seront de retour sur la terre sacrée dix huit ans plus tard. La vérité est qu’ils auront un fossé à combler, comme en témoigne la prestation de 2007 avec quatre premières places seulement. Pourront-ils redorer leur blason ?

Il avait conduit le Club M à la consécration suprême en 2003 sur ses terres. Akbar Patel s’est vu confier la même tâche (il a repris sa veste d’entraîneur national en 2009) qui consiste avant tout d’effacer l’échec de 2007 à Tana pour reconquérir l’or à Mahé dans quinze jours.

Les cyclistes mauriciens auront à coeur de laver l’affront subi aux Jeux de 2007 à Madagascar. Cependant, sur les routes seychelloises, il s’agira de se montrer plus costauds à plusieurs niveaux : mentalement, physiquement et surtout tactiquement. Mais attention ! Les Réunionnais ont toujours dans leur sac une petite portion de leur fameuse recette-péi, celle qui fait qu’ils arrivent (presque) toujours à dominer les Mauriciens. Assistera-t-on à une épopée aussi fantastique que 2003 ? C’est la grande question…      

Le badminton est de retour au programme des Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) après avoir été absent en 2007 à Madagascar. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la responsabilité de la sélection nationale sera grande, car elle aura une réputation à défendre. En effet, en 2003, lors de la sixième édition des Jeux qui s’étaient déroulés à Maurice, les raquettes mauriciennes avaient dominé la compétition en décrochant cinq médailles d’or sur les sept en jeu.

L’équipe féminine de basket-ball effectue une dernière séance d’entraînement demain avant de s’envoler pour Mahé mercredi. Après plus d’une année de préparation, Jean-Marie Bhugeerathee, le coach national, estime que son groupe est prêt pour l’aventure seychelloise. L’objectif : réaliser un podium comme aux 6es JIOI de 2003.

Aux derniers Jeux des îles, en 2007, la sélection nationale masculine avait pris la porte de sortie dès le premier tour, après avoir été humiliée. Cette année, la Fédération mauricienne de basket-Ball (FMBB), sous l’impulsion de son président, Didier Moutou, a placé la barre haut et souhaite voir Maurice sur une des marches du podium. Car il est convaincu que toute bonne performance permettra au basket-ball de revivre. Au sein de l’équipe, on croit fortement dans ce discours.

De l’odyssée malgache il a quatre ans, seules cinq athlètes féminins ont survécu pour se retrouver à nouveau embarquées dans la sélection pour Mahé. Le reste de l’escouade féminine se compose en grande partie de jeunes qui effectueront leur baptême du feu. Mais à quelques rares exceptions, elles ont toutes satisfait les minima, que ce soit ceux du Coji où ceux supérieurs imposés par l’Association mauricienne d’athlétisme. (AMA). Car ces derniers ont été établis de manière à garantir au moins un podium à l’équipe féminine.,

L’objectif est d’être la meilleure équipe de l’océan Indien à l’issue de ces 8es Jeux. Pour ce faire, souligne l’entraîneur national, Judex Bazile, il faudra remporter au minimum cinq médailles d’or. Ce qui demeure dans le domaine du possible au vu de la préparation des boxeurs au cours de ces derniers mois et de la prestation mauricienne aux championnats d’Afrique disputés récemment au Cameroun (trois médailles d’or et une d’argent).