All

Le vœu de l’école primaire de Grande-Rivière-Sud-Est (GRSE) a été exaucé. L’école est la grande gagnante de l’édition 2015 du concours “Make a Wish”, organisé par la Mauritius Comemrcial Bank (MCB) à l’intention des écoles primaires du pays. Comme souhaité, l’école est dotée, depuis jeudi dernier, d’un musée flambant neuf qui retrace la riche histoire de son village.

La Special Mobile Force (SMF), qui fait partie intégrante de la force policière, célébrera ses 56 années d’existence ce jeudi 30 juin. Pour commémorer l’événement, un calendrier d’activités sociales a été organisé du 20 au 28 juin, allant ainsi en ligne avec l’une des directions stratégiques de la Mauritius Police Force (MPF) qui est d’améliorer la qualité de vie des citoyens.

Ce livre qui a été lancé en début de semaine au Blue Penny Museum a été réalisé à partir des propos recueillis par Emmanuel Richon auprès de la « véritable bibliothèque vivante » qu’est le Chagossien Fernand Mandarin. Le livre qui se décline en 13 chapitres, agrémenté de belles planches, paraît avec une préface de Philippe A. Forget, initiateur et réalisateur du projet et un avant-propos de Me Hervé Lassémillante. Sans leurs aides respectives, le livre n’aurait pas vu le jour. « C’est pour que tout ne disparaisse pas, à jamais, avec les derniers des Chagossiens, que ce Mémorial de Fernand Mandarin se devait d’être publié », écrit le préfacier avant de montrer incisif et contextuel : « Par quelle hypocrisie... est-il encore possible qu’en 2016, il soit considéré normal de demander aux Britanniques de décider de leur place... en Europe (Brexit), mais que l’on refuse aux Chagossiens de décider de la leur... aux Chagos ? » «Retour aux Chagos ! Fernand Mandarin raconte» est en vente
à Rs 300 l’exemplaire au Blue Penny Museum.

Les élèves de différents établissements secondaires et leurs professeurs sont ressortis enthousiastes, certains même prêts à agir localement après la projection du film “Demain” à l’Auditorium Octave Wiehé à Réduit, jeudi. Ce film, sorti en 2015, a été tourné dans le but de faire prendre conscience au spectateur des problèmes écologiques et économiques rencontrés sur la planète et montre que partout des solutions existent dans tous les domaines. À la fin du film, un débat a été organisé autour de chaque thématique abordé dans le film et auxquels intervenaient cinq experts, dans le domaine de l’agriculture, de l’énergie, de la démocratie, de l’éducation et de l’économie afin de déployer des solutions pour Maurice.

Comme révélé par Week-End, il existe bel et bien un projet d’aquaparc, dont le promoteur est Kassy Waters International Ltd. Toutefois, il ne sera pas implanté à Mont Choisy. C’est l’assurance donnée à Week-End par le Deputy Prime Minister et ministre du Tourisme, qui insiste “qu’aucun projet d’aquaparc ne sera autorisé dans ce lagon, décrété récemment Boat Free Zone pour garantir plus de sécurité aux baigneurs”. Toutefois, Xavier Duval, qui dit avoir pris connaissance du projet, n’y est pas réfractaire. Du moins, s’il se fait à plus petite échelle et surtout dans un autre site. C’est ce qui aurait été proposé au promoteur, Yashley Jootun, il y a deux semaines.

Si certaines mesures annoncées par le ministre de l’Industrie Ashit Gungah sont favorablement accueillies par les importateurs de véhicules de seconde main, toutefois réduire l’âge de véhicules importés à trois ans au lieu de 5 ans est comme signer ‘l’arrêt de mort’ du secteur. Le président de l’IDVA (Imported Vehicles Dealers’ Association), Zaid Ameer est d’avis que le ministre n’a pas été bien renseigné.

Isswaree Dookee est la 71e victime de la route, percutée violemment par un autobus individuel sur la gare routière de Qurartier-Militaire jeudi. Cette habitante de la rue Nicolière, St-Pierre, qui aurait eue 74 ans mercredi, a été conduite d’urgence à l’hôpital de Flacq. Les médecins n’avaient pu que constater son décès. Son corps a été ensuite transféré à la morgue où une autopsie a été pratiquée. Quant au conducteur de l’autobus impliqué, un quinquagénaire, il a été soumis à un alcotest qui s’est révélé négatif. Il a été placé en détention policière.

Londres et Washington, d’un côté, et Port-Louis, de l’autre, se livrent une guerre de communiqués à l’approche de l’ultimatum du 30 juin sur l’archipel des Chagos. La Grande-Bretagne, qui a été sommée formellement de soumettre une date à laquelle l’archipel des Chagos sera retourné sous le contrôle effectif de Maurice, n’a rien trouvé de mieux que de faire appel au Big Brother américain dans une tentative d’intimidation. Mais la riposte du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, a été sans appel. L’échéance du 30 juin est réitérée, Maurice étant déterminée à saisir la Cour Internationale de Justice de La Haye pour une Advisory Opinion sur le démembrement unilatéral du territoire de la République avant l’indépendance le 12 mars 1968.

Avec une dégringolade de 7,7% de la livre sterling par rapport à la roupie en une nuit, la monnaie britannique cotée sous la barre des Rs 50, vendredi matin, et des appréhensions d’une évolution encore à la baisse du taux de change de l’Euro, Brexit s’est forcé un passage dans le paysage économique mauricien. Le prochain Budget Speech pour l’exercice financier 2016/17 du ministre des Finances, Pravind Jugnauth, devra être la prochaine étape quantifiant les répercussions du retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne sur Maurice. Le Conseil des ministres qui a pris la décision d’instituer un comité interministériel, présidé par le ministre des Finances, a l’intention de « look into and make recommendations on the repercussion of the exit of the United Kingdom from the European Union ». Toutefois, dans l’immédiat, Brexit se conjugue avec l’instabilité et l’incertitude pour les opérateurs économiques exportant exclusivement vers la Grande-Bretagne, ou encore facturées en livres sterling et dans une grande mesure ceux entretenant des relations avec les pays de l’Union européenne. Instabilité avec les mouvements erratiques sur le tableau de change. Incertitudes quant à la nouvelle architecture des options de Market Access à être négociées par la Grande-Bretagne avec l’Union européenne et les conséquences pour Maurice et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).

Avec une croissance de 22% en 2015 et une progression d’environ 12% sur les trois premiers mois de l’année par rapport aux revenus selon la Banque centrale, les indicateurs sont favorables pour l’industrie touristique qui s’attend à une croissance assez forte pour 2016. Si bien que les autorités annoncent la fin du moratoire à partir du 30 juin pour ce qui est de l’ouverture de nouveaux hôtels gelés il y a un an et demi. L’annonce a été faite par le vice-Premier ministre et ministre du Tourisme lors d’une réception à l’issue de la 43e assemblée générale de l’AHRIM (Association des Hôteliers et Restaurateurs de l’Ile Maurice) la semaine dernière au Long Beach. Une occasion pour les hôteliers de définir leurs stratégies futures et dynamiser davantage le secteur, en misant, outre sur la qualité des produits et services, sur les nouvelles technologies.

Depuis 1990—soit huit ans après que l’Assemblée législative (devenue ensuite nationale) eut réinscrit l’archipel des Chagos dans la définition du territoire mauricien —, la Grande-Bretagne et son complice, les États-Unis, n’ont cessé de menacer d’une détérioration de leurs relations bilatérales avec Maurice afin de décourager toute démarche tendant à saisir le Comité de la décolonisation et l’assemblée générale des Nations unies du contentieux autour de la souveraineté sur l’archipel. Mais de quoi le superpuissant axe anglo-américain, qui a détaché et qui occupe l’archipel, a-t-il peur devant ces instances internationales ?

Y aura-t-il un retour du ciblage des bénéficiaires de la pension de vieillesse dans le prochain budget ? C’est la question qu’on se pose après la mise en garde du ministre des Finances dans son allocution à l’occasion d’une cérémonie marquant le 40e anniversaire de la Old Pensioners’ Association, hier dans la circonscription N°8, à St-Pierre.S’il a précisé que rien n’est décidé quant au ciblage, Pravind Jugnauth a tenu à expliquer aux personnes âgées présentes sa “conviction que ce n’est pas un système juste ki enn dimoun ki pena moyen, li gagne Rs 5000 pension, ek enn dimounn ki pé gagne Rs 100 000, Rs 200 000, Rs 500 000, même plis, li tous sa Rs 5 000 pension la li ousi”.

  •  Des spécialistes contactés en Afrique du Sud et aux États-Unis pour l’exécution de cette opération délicate sans mettre en péril le bateau
  •  À hier après-midi, 107 m3 de fioul sur les 126 m3 déclarés déjà pompés par la Five Ocean Salvage avec la collaboration de la Police Helicopter Squadron
  •  Le décodage du Voyage Data Recorder récupéré du cargo au cœur de l’enquête pour faire la lumière sur les circonstances du naufrage dans la nuit du 16 au 17 juin au sud-est de Maurice

À peine la délicate opération de pompage de la cargaison de carburant à bord du MV Benita, drossé sur les récifs au large de Mahébourg il y a une dizaine de jours, amorcée, un autre grave problème a surgi. Jeudi, à la lumière d’une plongée d’inspection d’un des spécialistes de la Swire Salvage Team dans les cales inondées du cargo en détresse, un trou faisant environ 1,50 mètre de diamètre a été identifié dans la coque au niveau de la cale N°5. La situation se complique davantage pour le refloating plan car ce trou a été causé par un énorme rocher sur les récifs, avec pour résultat que cette partie du cargo est inondée d’au moins cinq mètres d’eau. Entre-temps, le pompage de fioul a passé le cap des 107 mètres cubes sur les 126 déclarés officiellement. L’enquête confiée au CID de Plaine-Magnien se poursuit avec des versions contradictoires au sujet des graves incidents à bord dans la soirée du jeudi 16, avec le chef ingénieur, Alvin Maderses, qui avait été grièvement blessé, soutenant que c’était lui qui avait stoppé les moteurs du MV Benita à 17 milles nautiques au large de Mahébourg. Toutefois, le Voice Data Recorder, qui devait être décodé dans la journée d’hier, devra fournir des pistes pour réorienter l’enquête que ce soit sur les circonstances du naufrage ou encore les alertes de détresse lancées par le capitaine Ferreras.

Commentant hier, d’une part, l’issue du référendum britannique sur le Brexit et, d’autre part, les derniers développements sur le dossier des Chagos, Paul Bérenger, leader de l’opposition et du MMM, a accusé le gouvernement de sir Anerood Jugnauth d’avoir “péché par imprévoyance” depuis les élections générales. “Gouverner c’est prévoir et c’est prévoir le pire”, devait-il soutenir. Le leader des mauves n’a pas manqué l’occasion de rappeler comment certains au gouvernement ont cru nécessaire de le ridiculiser quand il a choisi d’évoquer l’éventualité d’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne (UE) dans sa dernière PNQ adressée au Premier ministre, sir Anerood Jugnauth. Citant, entre autres, la chute conséquente du cours de la livre sterling de même que le grand affolement sur les grandes places boursières, le leader de l’opposition soutient que l’impact du Brexit se fait déjà sentir sur l’économie mondiale. Sur cette question de même que sur les Chagos, il s’étonne du mutisme à ce jour du ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo.

Comme la plupart de ces artistes « péi » qui se sont fait connaître à la fin des années 1970,
Jo Lauret a bâti sa carrière sur deux genres
musicaux : les chansons romantiques et les ségas qui disent sa créolité et renforcent une culture populaire. Il raconte qu’à ses débuts il payait l’entrée des bals pour observer le jeu des guitaristes. En 1983, il réalise son premier album « Chansons de l’île de la Réunion » avec l’accompagnateur Marco Payet. Il met sa carrière entre parenthèses jusqu’en 1989 pour s’occuper de ses enfants. Mais laissons Albert Weber, qui a été journaliste en France évoquer Jo Lauret : « Pour moi, parler de Jo Lauret c’est évoquer un auteur-compositeur interprète qui a marqué l’actualité musicale de la Réunion. D’abord dans les années 77 à 83, il a réussi une belle performance dont peu d’artistes peuvent se vanter : il a vendu six 45 tours et un 33 tours. C’est un des artistes réunionnais qui a fait une carrière et non un coup discographique. » L’actualité musicale de Jo Lauret : il reprendra sa guitare pour enchanter, pour la première fois, le public mauricien lors du spectacle Nostalgie qui aura lieu le 2 juillet au J&J Auditorium.

Notre invitée de ce dimanche est Laurence Tubiana, ambassadrice spéciale du gouvernement français chargée des négociations sur le changement climatique et représentante spéciale pour la conférence Paris Climat 2015. Mme Tubiana vient d’effectuer un bref séjour dans l’île pour participer au Women’s Forum 2016 qui vient de se tenir à Maurice sous l’égide de la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim.

Après l’Uruguay en 2013, Maurice est le deuxième État non européen à avoir ratifié la « Convention 108 ». Il s’agit du seul traité international existant qui confère aux individus le droit à la protection de leurs données personnelles, l›objectif étant également de lutter contre les abus qui peuvent accompagner le traitement de ces données.

En moins d'une année d'opération dans le sud du pays, soit au coeur de Bois-Chéri, Avalon Gold Estate est parmi les trois nominés au titre de « World's Best New Golf Course 2016 ». Ce parcours « built and designed » par le célèbre golfeur sud-africain, Peter Matkotvich, est ainsi considéré comme l'un des trois meilleurs nouveau golf au monde. « The event will be staged at the luxurious Conrad Algarve, Portugal, for the third successive year on November 11th-13th », peut-on lire sur le site worldgolfaward.com, l'organisateur de ce concours, où les votants sont les amateurs de la petite balle blanche et les opérateurs dans le monde touristique.

La Super Cup de football, compétition phare du calendrier de la Fédération mauricienne des Sports Corporatifs, touchera à sa fin jeudi avec la joute fatidique entre le tenant du titre PADCO et la Wastewater Management Authority (WMA).

Un réseau de voleurs de bétail, notamment de moutons et de cabris, a été démantelé à Rodrigues au cours de la semaine écoulée. A ce jour, sept suspects, dont un mineur, ont été placés en état d’arrestation et d’autres interpellations sont prévues dans les jours à venir. Depuis ces trois dernières années, la communauté des éleveurs de Rodrigues a été victime de ces vols de bétail embarqué ensuite pour être écoulé sur le marché mauricien, ou mis sans vergogne sur le marché à Rodrigues après abattage. Le commissaire à l’Assemblée régionale de Rodrigues, Christian Agathe, qui est également éleveur, est à l’origine de cette opération policière qui a pu démanteler le gang qui sévissait et qui a apporté un soulagement aux autres éleveurs victimes eux aussi.

Les athlètes mauriciens présents aux 20es Championnats d'Afrique seniors  d'athlétisme, qui prennent aujourd'hui fin à Durban en Afrique du Sud, n'ont pas réalisé de grosses performances. Contrairement à 2014 à Marrakech (Maroc), où Guillaume Thierry et Jessika Rosun avait décroché l'argent et le bronze au décathlon et javelot respectivement, les Mauriciens rentreront cette fois au pays les mains vides. Car les derniers espoirs de médaille se sont envolés hier après-midi après que Jonathan Drack ait pris la quatrième place au triple saut.

Officiellement raccordée au réseau du CEB depuis le 15 mars 2016, Eole Plaine-des-Roches Ltd a obtenu l’aval de la station nationale cette semaine. Cela, après avoir satisfait tous les tests démontrant que la qualité de l’énergie injectée sur le réseau est conforme aux normes du CEB, notamment avec la production d’un courant stabilisé. Après ce premier succès, les promoteurs songent à d’autres projets du genre à Maurice, dont l’installation d’un second parc éolien dans la région de Roches-Noires, et un autre dans le sud-est du pays. Ils envisagent également les possibilités d’exploitation de panneaux photovoltaïques.

La décision de la Banque de Maurice (BoM) de venir avec de nouveaux billets de banque est “purement pour effacer le combat mené par sir Seewoosagur Ramgoolam pour la liberté”. Selon le leader du Parti travailliste, Navin Ramgoolam, qui tient encore le flambeau du parti, la mémoire de ceux qui ont combattu pour l’indépendance du pays doit être préservée.

L'haltérophile mauricienne, Roilya Ranaivosoa, triple championne d'Afrique dans la catégorie des 48 kg, défendra le quadricolore national aux Jeux olympiques de Rio (Brésil) du 5 au 21 août. Elle ne sera pas accompagnée du Directeur Technique National (DTN), Urdas Constantin, mais du secrétaire général de la Mauritius Amateur Weightlifters'& Powerlifters'Association (MAWPA), Jimmy Moonien.