All

Le salaire minimal de Rs 8500, recommandé par le National Wage Council, améliorera le salaire de plus de 100 000 travailleurs mauriciens employés à plein temps et d’un peu moins de 10 000 personnes travaillant à mi-temps.

Incapable d'utiliser le budget de Rs 2M alloué par le ministère de la Jeunesse et des Sports depuis l'annonce de la création du National Council for Sports in Schools and Universities (NCSSU) dans le Sports Act 2016, la Mauritius Secondary School Sports Association (MSSSA) se retrouve, depuis juin dernier, dans une position inconfortable. Avec l'organisation des compétitions de juin à septembre dernier qui a dû suivre son cours, la MSSSA se retrouve désormais avec des dettes impayées sur les épaules. Selon son secrétaire-administratif, Anand Sukhraj, une réunion a eu lieu mardi au MJS entre les différentes parties concernées et il nous revient que des développements sont attendus pour bientôt, afin de décanter la situation.

En novembre 2016, Air Mauritius se séparait de son CEO, suivant une procédure que beaucoup ont considérée comme ne respectant pas les règles de bonne gouvernance. Le Mauritius Institute of Directors (MIoD) avait, comme tant d'autres, pris position dans cette affaire. Dans son communiqué de presse du 4 novembre, toujours accessible sur le site du MIoD, l'institut citait la FRC Act, section 70, afin de justifier son rôle de promoteur national de bonnes pratiques de gouvernance. Moins d'une année après, l'ironie du sort veut que ce soit le MIOD lui-même, qui se sépare de son CEO dans des circonstances non moins semblables. Ce qui surprend ici est le silence de tous les acteurs qui s'étaient offusqués au moment de l'épisode d'Air Mauritius.

C’est bien Fazila Daureeawoo qui, comme nous l’annoncions la semaine dernière, a été installée sur le front bench du gouvernement MSM/ML. L’annonce de Vishnu Lutchmeenaraidoo faite dans la confusion dans l’après-midi du dimanche 12 novembre, qui a provoqué de l’excitation sur certaines ondes, n’aura été qu’un feu de paille auquel peu d’observateurs ont accordé du crédit.

La semaine dernière Scope a présenté sa 1500ème édition à ses lecteurs. Longévité exceptionnelle pour un magazine mauricien cette publication du groupe Le Mauricien a récemment connu un grand relooking qui lui confère une nouvelle jeunesse et le place dans l'ère du temps. Tandis qu'il célébrera ses 29 ans le 3 décembre l'hebdomadaire du mercredi initialement connu comme Week-End/Scope demeure un magazine de proximité explorant l'âme mauricienne sous ses différentes facettes.

Dans une enquête exclusive d'Ismaël Aidara de Confidentiel Afrique, publiée sur le site d'informations Mediapart en juin 2017, les « liaisons scandaleuses et les manœuvres du PMU Partenaire en Afrique » sont mises en lumière. Ce nouveau partenaire de deux compagnies mauriciennes, Integrity Sports Ltd et Peerless Ltd, qui ont obtenu l'autorisation d'organiser des paris sur les courses françaises à Maurice dans des conditions contestables, est accusé de pratiques douteuses sur le continent. Confidentiel Afrique, qui clame être en possession de documents exclusifs et authentiques, va jusqu'à évoquer les « dessous d'un scandale à grande échelle du PMU en Afrique sur fond de réseaux mafieux, d'extorsions d'argent, de méthodes indélicates, de monopole abusif et de pressions ». Week-End évoque les grandes lignes de cet article qui vient donner un éclairage nouveau dans le cadre de l'arrivée de PMU Moris.

S’il n’y a pas eu de grand désordre mardi, cela n’a pas empêché qu’il y ait quelques vifs échanges lors de la Private Notice Question et du Question Time en général. Comme il fallait s’y attendre, la PNQ axée sur le dossier chargé de Showkutally Soodhun a été l’occasion pour le Premier ministre et le leader de l’opposition de croiser le fer avec une pointe de virulence, encore que Pravind Jugnauth s’est efforcé à garder son calme. Insatisfait des réponses du chef du gouvernement, frustré aussi, Xavier Duval a dû en deux occasions retirer les expressions « lying » et « shut up ». Il a néanmoins pu décocher une ultime flèche assassine en direction du Premier ministre en lui disant « you have no moral right to even be a Prime Minister. »

Si les dés sont déjà jetés pour les championnats des entraîneurs (G. Rousset), des chevaux (Ready To Attack) et des cavaliers mauriciens (Swapneal Rama), à une journée régulière de la fin de la saison tout est dans le domaine du possible en ce qu'il s'agit de la cravache d'or 2017. En effet, grâce à son doublé signé Avail et Talbec, Imran Chisty compte désormais 19 victoires, soit un de moins que Steven Arnold, bredouille hier. Swapneal Rama, qui est en tête chez les locaux, s'est placé en embuscade, car suite à ses deux victoires sur Rob's Jewel et Victory Team, il totalise 18 réussites.

« Complètement dépassé, sir Anerood Jugnauth n’est plus en mesure d’assumer la responsabilité de deux services sensibles que sont la police et les prisons », estime Paul Bérenger, leader du MMM. Selon lui, les « bouderies » incessantes du ministre mentor, ces derniers jours, témoignent qu’il digère mal le limogeage de son fidèle compagnon, Showkutally Soodhun.

La démission de Showkutally Soodhun en tant que vice-Premier ministre et ministre des Terres et du Logement a provoqué un sentiment de satisfaction général. C’est l’avis du leader de l’opposition, qui déplore néanmoins que l’ex-N°4 du gouvernement demeure jusqu’ici président du MSM.

La tension était à son comble hier soir vers 19h30 à New Arab Town, les commerçants ayant reçu la visite du DPM Ivan Collendavelloo, de la VPM Fazila Daureeawoo, et du maire Ken Fong dans le cadre d’une site visit. Le N°2 du gouvernement aurait à un certain moment demandé aux marchands « d’évacuer dans le plus bref délai » et a ajouté « sinon mo pou donn sa lot dimounn. »

Le mois de novembre porte chance à L’Étoile Boutique de Floréal. C’est du moins ce l’on peut dire après le tirage du Loto d’hier et la confirmation que le ticket gagnant avec les six bons numéros décrochant la timbale de Rs 33,6 millions validée chez ce détaillant, soit le troisième jackpot de la série.

Indian Oil réclame Rs 6 255 750 à l'État pour la fourniture d'essence à divers ministères, suite à un accord depuis 2010. La compagnie reproche à cinq ministères de lui devoir cette somme pour les produits pétroliers qu'elle a livrés. Les défendeurs refusent, eux, de payer cette somme et évoquent une fraude au niveau des documents, principalement par rapport au “call-off”, qui détaille toutes les demandes.

Aneerood Kalutay, un ouvrier d'usine, est poursuivi devant la Cour Intermédiaire sous une charge de “wounds and blows causing death without intention to kill”. Il est représenté par Me Prakash Bheroo.

Roubina Jadoo, qui participait pour la première fois au conseil des ministres, a présenté les activités qui seront organisées à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes le 25 novembre.

Le procès intenté au député Jean-Claude Barbier et à Selvanaden Mootoosamy devant la Cour correctionnelle de Port-Louis pour agression s’est poursuivi hier avec l’audition des témoins. L'un des plaignants dans cette affaire, Mano Mungur, a été contre-interrogé. Pendant plus de deux heures, la présumée victime a été confrontée à ses contradictions dans les dépositions qu'elle avait données à la police et en cour. « Lakour bizin kone si li kapav fer ou konfians », a lancé Me Steven Obeegadoo, avocat de Jean-Claude Barbier. Mano Mungur est revenu plusieurs fois sur ce qui s'était passé ce jour-là.

Le Prix du Roman Métis des Lecteurs de la Ville de Saint-Denis a été attribué jeudi dernier au dernier roman de Nathacha Appanah, Tropique de la violence, paru chez Gallimard en 2016. La romancière mauricienne remporte ainsi un 7e prix pour ce roman sur les adolescents déshérités de Mayotte. Soumis à un jury de spécialiste, le Grand Prix du Roman Métis 2017, qui a été annoncé le même jour, récompense quant à lui l'auteur tunisien Yamen Manai pour son troisième roman, L'Amas ardent, une fable écologique et politique mettant en scène un apiculteur en lutte pour sauver ses abeilles des frelons, métaphore du combat des lumières contre l’obscurantisme.

Dans la dernière Newsletter du DPP, Me Anusha Rawoah brosse un tableau des dispositions de la loi en vigueur à Maurice contre le harcèlement sexuel, notamment les cas perpétrés au travail. Elle rappelle que le harcèlement sexuel est « sanctionné internationalement comme une discrimination sexuelle et une violation des droits humains » et que, généralement, les auteurs sont souvent ceux ayant une autorité ou un certain pouvoir sur leur victime, en raison de leur âge ou de leur statut social.

Elle a commencé par six employés en 2006 dans un petit bâtiment loué dans le morcellement Saint-André. Mais aujourd’hui, elle emploie environ 65 personnes, dont deux tiers d'expatriés, dans un plus grand bâtiment situé à Plaine-des-Papayes. Fabriquant environ 50 000 « polo shirts » chaque mois, le directeur de Fine Textiles, Mamade Nohur – un ingénieur en textile dans le domaine depuis près de 25 ans –, ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. « L'espace me manque et je compte bien faire construire mon propre bâtiment bientôt afin d'agrandir mon entreprise », dit-il.

Rama Valaydon, négociateur de la Port-Louis Harbour Docks Workers Union (PLHDWU), demande au Premier ministre, Pravind Jugnauth, de rappeler à l’ordre les membres du board de la Cargo Handling Corporation, et plus particulièrement deux d’entre eux qui, selon lui, empêcherait le port d’aller plus vite avec la concrétisation de certains projets. C’était lors d’une conférence de presse tenue jeudi après-midi pour discuter de la situation dans le port et dans le pays.

La magistrate Nirmala Devat, siégeant aux Assises, a reconnu coupable le Sud-africain Pieter Hendrick Gouws d'importation de drogue. Ce dernier avait été  arrêté à son arrivée à l’aéroport SSR en juin 2013 avec 500 g d’héroïne, d’une valeur marchande de Rs 7,5 millions. Les avocats de la défense et de la poursuite soumettront leurs plaidoiries avant le prononcé de la sentence, le 22 novembre.

Fermons les yeux un instant et essayons d'imaginer la Première Guerre mondiale alors que les soldats partaient en guerre, laissant derrière eux femmes et enfants. Tel est exercice qu'ont fait les élèves de l'École du Centre-Collège Pierre Poivre, du Lycée Labourdonnais et du Lycée des Mascareignes lundi lors du « Jour du Souvenir » au Lycée des Mascareignes. Coquelicots et bleuets, qui fleurissaient la salle, n'ont certes pas exhalé l'odeur de la poudre à canon, mais de leurs pétales fanés émanait un devoir de mémoire, d'autant qu'entre 1914 et 1918, de nombreux Mauriciens faisaient partie des forces alliées…

La plainte logée par Navin Ramgoolam, réclamant des dommages moraux de Rs 225 M conjointement à l'État, au commissaire de police et à l'ACP Heman Jangi, a été appelée mardi devant le Master and Registrar de la Cour suprême. Les défendeurs avaient soumis leur “demand of particulars” pour demander certaines précisions sur les faits reprochés par l'ancien PM dans son affidavit. Dans un document de neuf pages, Navin Ramgoolam, à travers son homme de loi, Me Bhooneshwar Sewraj, répond à 31 questions. Il revient sur son arrestation et sa détention le 6 février 2015 et évoque une « vendetta politique ». Les parties concernées devront maintenant soumettre leur défense le 8 février 2018.

Ils sont mécontents d'être considérés comme des travailleurs de catégorie inférieure alors qu'ils offrent le même service que leurs concurrents. Les membres de la Federation of Bus Owners Co-operative Societies (FBOC) durcissent le ton et attendent une rencontre avec le ministre des Infrastructures publiques et du transport, Nando Bodha, après qu'une lettre lui a été adressée en octobre dernier.