Articles

La guerre des nerfs entre les deux pilotes dont les contrats ont été résiliés et Air Mauritius se poursuit. À ce matin, aucune correspondance n’avait encore été adressée à la direction de la compagnie d’aviation.

« La conformité contre le blanchiment d’argent est un choix », a affirmé Stephen Platt, CEO de KYC Global Technologies, qui animait une masterclass au Hennessy Park Hotel sur la lutte contre le blanchiment des capitaux à l’invitation de la firme légale Temple Professionals Ltd. Il estime que Maurice dispose de structures adéquates pour lutter contre le blanchiment, si celles-ci sont utilisées. « J’entends beaucoup de bruit au sujet de vos derniers scandales, mais j’entends rarement parler de quiconque tenu pour responsable », a-t-il observé.

Depuis quelque temps, l’actualité internationale de l’Afrique francophone est dominée par la mémoire de Thomas Sankara. On peut lire dans la page Afrique de RFI que « le 15 octobre 1987 (le président burkinabé) Thomas Sankara tombait sous les balles d’un commando. Trente ans plus tard, on ignore toujours qui a commandité l’assassinat…

Yousef Bin Mohammed Yousef Al-Mahmoud, l'ambassadeur du Qatar pour Maurice, basé au Swaziland, était de passage chez nous cette semaine. À cette occasion, il a rencontré le Premier ministre, Pravind Jugnauth, avant d'effectuer une visite à la Doha Academy qui, pour rappel, opère depuis 2003 et a été financée par le gouvernement qatari. L'ambassadeur y a été accueilli par une haie d’élèves du primaire ainsi que les membres de l’Education Trust. Dans un bref discours, il a félicité les responsables de cet établissement scolaire « pour le progrès accompli » ces dernières années, avec deux lauréates et deux classées, ainsi que deux filles classées Top of the World en Islamic Studies et Arabic. 

Atelcom envisage de faire découvrir et mieux exploiter l’univers du Social Media Marketing aux professionnels de la communication, soucieux de prendre en main ces plateformes qui révolutionnent la relation des fournisseurs avec leurs marchés. Le pôle formation du cabinet de conseils en relations publiques Advantedge PR a fait appel à Alison Battisby, experte en marketing des médias sociaux et fondatrice de l’agence Avocado Social de Londres. L’atelier de formation est prévu sur deux jours, les 8 et 9 novembre, au Domaine des Aubineaux, à Curepipe.

La revalorisation du Château Val Ory à Moka figurait hier à l'agenda d'une rencontre entre le ministre des Affaires étrangères, Anil Gayan, et l’ambassadeur iranien accrédité à Maurice, Mohammad Moniri Nik. Nos deux pays se montrent très enthousiastes à  revaloriser un patrimoine appartenant à l’État iranien. Ce château, riche en histoire, pourra ainsi être reconverti en un haut lieu pour le riche héritage culturel de l’Iran.

Le chief executive officer (CEO), de la Financial Services Commission (FSC), Harvesh Seegolam, a souligné ce matin qu'il est nécessaire d'élaborer un cadre réglementaire approprié pour soutenir le développement de solutions technologiques dans le secteur des services financiers dont l'assurance et la réassurance. C'était à l'ouverture, à l'hôtel Intercontinental, Balaclava, du 22e Forum de la Réassurance organisé conjointement par l'Organisation africaine des Réassurances (OAA) et l'Insurer's Association of Mauritius (IAM). Plus de 350 délégués locaux et étrangers représentant une quarantaine de pays participent à ce forum axé sur le thème:« Les effets de la perturbation numérique sur les assureurs et réassureurs africains ». 

Un parterre d’invités était présent hier au Plaza, à Rose-Hill, pour la célébration par le CEB de la fête Divali. De nombreux artistes ont défilé sur scène pour cette soirée, qui marque aussi le 65e anniversaire de la compagnie d’électricité. Lors de cette soirée, Ivan Collendavelloo, Premier ministre adjoint et ministre de l’Énergie et des Services publics, s’est insurgé contre un article de presse qui affirme, soutient-il, que le CEB n’a pas le droit de fêter Divali.

« La privatisation de l’eau est la deuxième grosse bêtise du gouvernement après le projet Metro Express. » Dans sa conférence de presse, hier, le parti écosocialiste Rezistans ek Alternativ (ReA) a sévèrement condamné l’État mauricien quant à sa gestion du problème de l’eau. Il a aussi dénoncé ceux qui ont découpé leur banderole sur le fly-over à Ébène, jugeant cela « inacceptable ! »

« La privatisation de l’eau est la deuxième grosse bêtise du gouvernement après le projet Metro Express. » Dans sa conférence de presse, hier, le parti écosocialiste Rezistans ek Alternativ (ReA) a sévèrement condamné l’État mauricien quant à sa gestion du problème de l’eau. Il a aussi dénoncé ceux qui ont découpé leur banderole sur le fly-over à Ébène, jugeant cela « inacceptable ! »

L’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam, accompagné de Me Gavin Glover, Senior Counsel, et Me Shawkat Oozeer, Senior Counsel, s’est rendu au QG du Central CID en début d’après-midi de jeudi pour boucler les procédures dans la dernière enquête suite à son arrestation le vendredi 6 février 2015. Il devait prendre connaissance des 23 charges formelles, soit 17 par rapport aux Rs 110 millions en never-used 100-dollar notes et six pour les coupures de Rs 1 000 et de Rs 2 000 de la Banque de Maurice, retenues contre lui par le Directeur des Poursuites Publiques, Me Satyajit Boolell, Senior Counsel. Il a rejeté les accusations formelles en soutenant que tout ce qu’il aura à dire, il le dira lors du procès devant les magistrats en Cour intermédiaire.

Même si la direction d’Air Mauritius prendra des actions suivant le mouvement des pilotes, au gouvernement nous n’acceptons pas qu’un petit groupe ait pris des passagers en otage!”, s’indignait Étienne Sinatambou, porte-parole du gouvernement MSM/ML, hier matin. Le gouvernement Lepep ne digère pas l’action d’il y a une semaine des pilotes de la compagnie d’aviation nationale, qui a provoqué des turbulences sans précédent à Plaisance. Et le gouvernement l’a à nouveau fait comprendre par le biais du ministre Sinatambou, lors de son exercice de communication avant la mi-journée, hier.

Une trentaine de victimes d’un réseau de prêteurs sur gages, opérant illégalement dans le Sud, plus précisément à Surinam, Chemin-Grenier et Chamouny, vivent dans l’angoisse depuis ces dernières semaines. Elles ont mis des terrains, des bâtiments, des bijoux et même des cartes de pension en gage, et se demandent ce qui adviendra de leurs propriétés saisies chez des casseurs il y a environ un mois lors d’une enquête menée par des limiers de l’Independent Commission against Corruption (ICAC).

Le match entre l’ancien ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, et le Senior Adviser du Premier ministre Gérard Sanspeur sur le projet avorté de Heritage City est loin d’être bouclé. Après avoir échappé in extremis à une convocation/arrestation par le Central CID à la mi-septembre de l’année dernière, suite à une déposition de Roshi Bhadain l’accusant de faux et usage de faux dans des documents visant à remettre en cause le projet de Heritage City, Gérard Sanspeur était aux Casernes centrales en fin de matinée d’hier. Ce rendez-vous, décidé en toute discrétion, fait suite à une demande de complément d’informations de la part de l’Office of the Director of Public Prosecutions dans cette enquête avant de décider de la marche à suivre.

« Pour avoir prétendu que les travaux de rénovation au Saint-Géran se faisaient dans les règles, Étienne Sinatambou aurait dû avoir été révoqué comme ministre, à défaut de démissionner », estime Paul Bérenger, leader du MMM, à la lumière du jugement de la Cour suprême. Le chef de file des mauves salue de même le judiciaire pour avoir « joué pleinement son rôle » dans l’affaire des pilotes licenciés d’Air Mauritius. 

C’est dans trois semaines (4 novembre) qu’a été fixé le dépôt de candidatures pour l’élection partielle de Belle-Rose/Quatre-Bornes du 17 décembre, mais malgré la présence sur le terrain des candidats déclarés des principales formations politiques, de l’opposition tout au moins, il faut reconnaître que le démarrage de la campagne s’avère poussif et que, pour le moment, c’est l’indifférence des électeurs qui prédomine, ces derniers visiblement déçus de la tournure des événements après le dernier grand rendez-vous de décembre 2014. En attendant que le lancement officiel post-Nomination Day provoque le frémissement tant attendu. Ce qui n’est pas gagné.

Les parents d’une fillette de 10 ans ont déposé une plainte au ministère de la Santé contre l’hôpital SSRN. Ils y dénoncent le traitement réservé à l’enfant, l’attitude jugée déplorable et le diagnostic contradictoire du personnel médical. Souffrant d’une infection virale et paralysée à un certain moment, la patiente « l’a échappé belle », selon sa mère, qui souligne que grâce aux soins des médecins de l’hôpital Jeetoo, qui ont pris le relais, « ma fille est guérie. »

La reprise des auditions devant la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge Paul Lam Shang Leen, a eu pour conséquence directe de placer deux institutions, soit l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) et la Gambling Regulatoiry Authority (GRA) in the line of fire. Cela ne veut pas pour autant dire que le département de la douane de la Mauritius Revenue Authority (MRA) aura été vacciné contre des infiltrations de la mafia de la drogue. Depuis mercredi dernier, avec une séance à huis clos en vue de procéder à l’audition d’un highly sensitive witness avec pour nom de code George, la commission Lam Shang Leen est passée à la vitesse supérieure vu que les informations sur le modus operandi des trafiquants de drogue devront déboucher sur des développements, qualifiés de majeurs, annoncés dans les prochains jours. Avec la confirmation des détails placés devant la commission par ce témoin, tout semble indiquer que l’ADSU, dans sa structure et sa composition actuelles, devra connaître une importante transformation à la lumière des recommandations dans le rapport officiel annoncé pour la fin de l’année. De son côté, la Gambling Regulatory Authority connaît des secousses au plus haut niveau après le passage de la Chief Executive Officer, Chayan Ringadoo, devant la commission, qui s’est intéressée aux undesirable decisions, pour ne pas dire des décisions controversables, adoptées. Néanmoins, le plus à plaindre demeure le Star Witness-in-Waiting de l’ADSU, Navind Kistnah, qui devra inéluctablement revoir dans le plus bref délai sa stratégie, car le dénommé George l’aura littéralement doublé en termes de révélations sur les rouages et les VVIP avec des connexions politiques bien placées impliquées dans le trafic de drogue.

Notre invité de cette semaine est Armoogum Parsuramen, ancien politicien et membre fondateur du MSM reconverti aujourd’hui dans le travail social à la Global Rainbow Foundation. Dans l’interview qu’il nous a accordée cette semaine, il partage son analyse de la situation politique du pays et fait un vibrant plaidoyer pour un meilleur traitement aux handicapés et aux pauvres du pays.

  • La Cour intermédiaire, condamnant la MCB sous FIAMLA, soutient que « the acts and doings of Robert Lesage (ex-Chief Manager) vitiated the operation of a proper internal control »

Dernier développement en date, le vendredi 13, dans le scandale NPF/MCB du détournement de fonds de l’ordre de Rs 881 millions avec pour Ultimate Beneficiairy le dénommé Teeren Appasamy, l’homme d’affaires habitant à Surrey et qui ne parle pas les mardis. Le jugement de la Cour intermédiaire, signé de l’ex-Senior magistrate Renuka Dabee, aujourd’hui Deputy Master and Registrar à la Cour suprême,  et du magistrat Vijay Appadoo dans le procès instruit par l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) contre la Mauritius Commercial Bank (MCB) avec une enquête sous la Prevention of Corruption Act il y a 14 ans et huit mois déjà, laisse planer de l’ombre de Robert Lesage, ancien Chief Manager de la MCB, sur toute cette affaire. Pour sa part, la MCB, l’une des plus puissantes banques commerciales du pays, avec une présence non-négligeable en Afrique, a été condamnée par cette instance judiciaire pour avoir « wilfully, unlawfully and criminally failed to take such measures as are reasonably necessary to ensure that the services offered by it were not capable of being used by a person to facilitate the commission of a money laundering offence » sous les sections 3 ( 2) et 8 de la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act. De ce fait, le blanchiment de la dernière tranche de dépôts du Fonds National de Pension de l’ordre de Rs 200 millions, faisant l’objet d’accusation avec « la main invisible de Robert Lesage»,  qui a bénéficié de l’immunité sous la section 50 (2) de la Prevention of Corruption Act, à l’arrière des opérations, a été retenu par la Cour. Les conseils légaux des deux parties, en l’occurrence l’ICAC et la MCB, devront retourner en Cour intermédiaire mercredi pour les plaidoiries. Le Sentencing ne devra intervenir qu’à une date ultérieure. Pour sa part, la MCB, confirmant qu’elle interjettera appel contre cette condamnation note que « l’auteur de ce vol », clairement identifié comme tel par ce même jugement ainsi que les bénéficiairesn’ont cependant toujours pas été inquiétés.

 

Si cette la peste, maladie infectieuse, sévit sur la Grande île avec plus de 500 cas identifiés, et 54 morts, les îles de l’océan Indien sont sur le qui-vive depuis quelques jours, y compris Maurice. Il est conseillé de ne pas faire de déplacement à Madagascar durant les prochains jours. C’est ce qu’a conseillé le ministre de la Santé, Anwar Husnoo, mercredi lors de sa visite à l’aéroport de Plaisance. 

Toutes celles et ceux intéressés par le monde agricole ont jusqu’à cet après-midi pour faire un tour au troisième Salon de l’Agriculture qui se tient au Domaine Les Pailles. Ce salon est organisé en marge de la Journée mondiale de l’Alimentation et dans le cadre de la célébration du 50e anniversaire de l’indépendance. Fort instructif, il réunit des dizaines de stands des divers services de soutien du ministère de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire ainsi que des opérateurs économiques actifs dans le secteur agricole.

Le haut commissaire indien à Maurice, Abhay Thakur, est sollicité pour des interventions sur des problèmes conjoncturels. Ainsi, le syndicaliste Rashid Imrith, président de la All Employees Confederation (AEC), a obtenu un rendez-vous, mardi, à la mission diplomatique indienne pour faire part de ses appréhensions devant l’intention des autorités mauriciennes d’avoir recours à des recrutements professionnels en Inde en guise de menace pour faire taire des protestations légitimes des Mauriciens. De son côté, Adi Teelock, de Platform Moris Lanvironman, a écrit officiellement au diplomate indien en vue de ramener le gouvernement à la raison au sujet des procédures pour une Environmental Impact Assessment Licence pour le projet de Metro Express entre Curepipe et Port-Louis.

En dépit des craintes, protestations, pétitions et même manifestations et des lettres de mises en garde émises, les autorités persistent et signent. Le ministère de l’Environnement a en effet octroyé le 6 octobre, son permis EIA à Growfish International (Mauritius) Ltd. Cela dans le cadre de son projet de fermes aquacoles dans l’Ouest. 24 conditions sont rattachées à cette EIA Licence. « Il n’y a aucune raison pour que cela freine le développement touristique », dit de son côté le ministre de l’Éconimie océanique, Prem Koonjoo, pour qui il n’y a aucun rapport entre l’aquaculture et la présence de requins. L’Association des Hôteliers et Restaurateurs de l’île Maurice (AHRIM) qui avait - à la suite des conclusions d’une étude indépendante faite démontrant des risques conséquents d’un tel projet - évoqué ses craintes et fait connaître son opposition à ce projet dans une correspondance aux autorités concernées, se réunira en début de semaine pour décider de la marche à suivre.