Affrontements "fraternels"

Commençons par le Hindu Maha Sabha. C'est une vénérable association créée en 1925, dans le sillage d'un mouvement pour unir les membres de la communauté indo-mauricienne et propager l'enseignement de la langue hindoue. C'est le Hindu Maha Sabha qui fut à l'origine du développement de Grand-Bassin, en obtenant la location des terrains entourant le lac où furent construits les temples. On aurait pu penser que les membres du comité de direction de cette vénérable institution, qui prêche la fraternité au sein de la communauté, ne connaissent pas l'ivresse du pouvoir temporel et les combats qu'on peut livrer pour l'obtenir et le conserver. On se trompait lourdement. Depuis l'année dernière, deux groupes s'affrontent au sein du Hindu Maha Sabha pour le contrôle de la direction de l'association. Un groupe accuse la direction de ne pas avoir respecté les règlements de l'association pour les dernières élections. Du papier timbré a été servi, des affaires logées en cour, des plaintes envoyées au Registrar of Associations. Il est question de listes tronquées, de candidatures inéligibles acceptées, de procurations correctes refusées. Les contestataires accusent la direction d'avoir confisqué le pouvoir en conservant le même groupe à la direction de l'association depuis de trop longues années. Dans des affidavits, avec force détails sur les malversations alléguées, ils demandent à la justice d'annuler les dernières élections pour en organiser de nouvelles. Tout cela est à des années lumière des objectifs de l'association, fondée en 1925, dont le deuxième est : « to promote and propagate the religious, social and cultural advancement of all Hindus of Mauritius », ou encore le quatrième : « to encourage the movement of moral, culturel and spiritual regeneration ».
À Trianon, c’est un autre affrontement — toujours pas fraternel — qui met aux prises certains membres du Racing et la direction du club. L’objet du litige est le camp de vacances du club situé à Poste-Lafayette. Il s’agit d’un complexe, composé d’une dizaine de petits bungalows et d’un restaurant, qui était loué aux membres. Mais qui, semble-t-il, n’était pas rentable, le Club ayant dû emprunter pour payer la taxe Sithanen pour les baux au bord de la mer. La valeur du bien fut fixée à une somme d’un peu plus de Rs 50 millions, et un grand groupe s’occupant d’immobilier a fait une offre qui était bien considérée par la direction. Mais le jour de l’expiration du délai pour les offres, une association composée de plusieurs membres du club fit une contre-proposition de rachat pour la somme fixée. L’intention affichée de ces membres était de s’associer pour acheter le complexe pour en faire des campements. C’est à partir de là que les choses se sont gâtées entre la direction et le groupe de membres candidats au rachat. Les relations se sont tellement gâtées que des demandes d’injonction ont été faites, du papier timbré servi, et la justice saisie. Aux dernières nouvelles, ce n’est plus dans les locaux du club que les membres et la direction se parlent, mais à travers leurs hommes de loi respectifs. Ils communiquent également à travers les autres membres du club pour décocher leurs flèches. La direction, pour laisser entendre que les candidats au rachat sont des empêcheurs de tourner en rond qui n’ont pas les moyens financiers de leurs ambitions. Les candidats au rachat, pour reprocher à la direction de privilégier le grand capital aux dépends des membres du club. Avec ce que ces sous-entendus peuvent comporter de mesquineries.
Comme quoi, le pouvoir et l'argent n'ont pas de couleur, d'odeur, de caste ou de communauté. Et qu'il arrive parfois que le pouvoir et l'argent font s'affronter des personnes qui sont censées être du même bord, partager les mêmes convictions et livrer les mêmes combats. Quand le pouvoir et l'argent sont en cause, "fratricide" peut facilement — et rapidement ! — prendre le pas sur "fraternel".


Commentaires

Et les frères qui polluent le pays et attirent affairistes de tout poil .... on vous attend dessus