« Enn ti l’inondation » !

Quelques heures de pluie d’affi lée suffi sent à mettre à genoux le tigre de l’océan Indien que Maurice prétend être. Il suffi t de quelques dizaines de millimètres de pluie pour provoquer des embouteillages monstres, ralentir les télécommunications, mettre à mal le circuit électrique, bref, plonger le pays dans une pagaille indescriptible. Indescriptible, mais identique aux pluies torrentielles que le pays avait connues en mars 2008, et qui avaient provoqué le décès d’une collégienne. Le manque de préparation et l’absence de mesures pour réagir à ce type de calamité naturelle avaient suscité une énorme vague de mécontentement et de critiques dans le pays.
Quatre ans plus tard, plus précisément le 13 février 2013, Maurice a vécu la même situation de pagaille généralisée que celle de mars 2008. Élèves et collégiens attendant dans la cour des institutions fermées leurs parents bloqués dans des embouteillages monstres. Réseaux téléphoniques fi xes saturés par des centaines de Mauriciens dépassés essayant de trouver une solution pour échapper à la pagaille. Réseaux de téléphone portables bloqués par une trop grande demande. Ralentissement et coupures d’internet pénalisant les entreprises de la Cybercité. Bref, la même désorganisation, la même absence de prévision, le même manque d’initiative pour faire face à une situation de pluies torrentielles. On pensait que ces deux désastreuses journées auraient incité les autorités – dont le National Disaster Commitee – à tout mettre en oeuvre pour éviter qu’elles ne se reproduisent. Il n’en a rien été.
Hier, de fortes pluies sont tombées pendant deux heures consécutives et Maurice s’est retrouvée dans une situation encore plus dramatique que celle vécue le 13 février puisque, à hier soir, elle se soldait par au moins huit morts. La météo locale avait pourtant annoncé un «temps mi-couvert », ce qui avait incité certains Mauriciens à aller faire leurs courses de fi n de mois et leur shopping de Pâques, et d’autres à aller aux courses. Dans le même temps, Météo Réunion émettait un communiqué pour annoncer un temps « globalement mauvais ». Comme en février dernier, les fortes pluies ont fait sortir les rivières de leurs lits et transformé les ruisseaux et les canaux en torrents. Cela s’est surtout vu à Port Louis et dans les environs où, pour construire les routes, on a obstrué les drains naturels que les Français avaient améliorés de leur temps. Et où les citadins ont pris l’habitude de tout bétonner pour gagner quelques centimètres de terrain constructible. Résultat : les pluies diluviennes s’étant abattues sur les montagnes, renforcées par l’absence de drains, sont descendues en trombe vers la mer en emportant tout sur leur passage.
Ce qui choque le plus dans tout ce qui s’est passé hier, c’est le refus des autorités d’assumer leurs responsabilités. La météo n’est pas responsable de ne pas avoir prévenu les Mauriciens que de grosses pluies allaient s’abattre sur l’île. De toutes les manières, pour le prévisionniste de service, il n’y a eu à Port-Louis que « enn ti l’inondation ». Et quid des personnes décédées des suites de cette « ti l’inondation»? Pour le Premier ministre, ce que Maurice a vécu hier se situe dans le contexte du changement climatique global. Pour Anil Baichoo, ministre des Infrastructures publiques qui fait combler les drains pour construire les routes, il ne s’agissait que d’un « caprice de Dame Nature ».
Le fameux National Disaster Committee responsable d’élaborer une politique pour permettre au pays de faire face, grâce à la prévision et à la prévention, aux calamités naturelles, était aux abonnés absents hier. Tout comme en mars 2008 et en février dernier, il a été incapable de prendre à temps les décisions adéquates pour informer les Mauriciens de l’imminence des fortes pluies, ce qui aurait évité la pagaille. Hier encore, on n’a entendu parler du National Disaster Commitee qu’après que les grosses pluies aient fi ni de faire des dégâts et des victimes. Comme le font les autorités, le comité n’intervient qu’a posteriori, pour faire un bilan des dégâts, sans jamais situer les responsabilités et, surtout, sans prendre les siennes. Après ce qui s’est passé hier, il est évident que ce comité désastreux, censé conseiller les autorités sur les mesures à prendre en cas de calamité naturelle, est incapable de gérer deux heures de pluie. Que se passera-t-il si demain Maurice doit subir le passage d’un cyclone avec vents forts et grosses pluies ? Nous sommes en train de payer au prix fort les nominations d’incompétents aux postes à responsabilités et le manque de vision de ceux qui nous dirigent.


Commentaires

"Those who don't learn the lessons of history are condemned to repeat them" - at least that's what I was told by my history teacher (probably the only thing he told me that I've remembered). For Port Louis the lesson was taught nearly 150 years ago in response to destructive floods in the 1860s. The colonial authorities commissioned Joseph Bazalgette, the engineer whose drainage system is still working well in London today, to report on the drainage of Port Louis. He found that the drains weren't properly maintained, were inadequate for the number of people living and working in the city, and had been blocked by people dumping rubbish, builders' rubble etc. Sound familiar?

In 1868 Bazalgette's report, which, if it had been implemented, would have protected the city from flash floods of the kind we saw on Saturday, was rejected by the town council, because it didn't want the streets dug up. So nothing was done for years, and the floods continued. When improvements were made, they were on a smaller scale, and Port Louis has been paying the price for that ever since.

This is the time for the political games to stop. In any case, probably all parties are as guilty as each other for their inaction, so it's pointless for them to point the finger of blame at each other. We need to face the consequences of climate change, so everyone needs to come together with that spirit of unity seen in the last few days to come up with a lasting engineering solution to this sort of event. The LRT (metro leger) construction is due to start soon and new roads will soon remove through traffic from the centre of town, so this is the ideal time to plan for a sustainable solution that will avoid the risk of any more tragedies.

For the people who died and their families, this would be the best memorial they could have, and one that will ensure the safety of future generations in the capital.

Lisez le rapport Gibb sur les problèmes des drains, il date de 2003 et il dort toujours dans les tiroirs de ceux qui l'avaient commandités...

Apres avoir fini de pleurer nos mort .. il faut que le peuple fasse le proces de nos "Dirigeants" sur la place public et reclame haut et fort des demissions. Trop c'est trop !

je suis d'accord avec vous, le ministère voit que la beautée de l'île mais ne voit pas qu'ils sont entrain de dètruire le pays, mais ce n'est pas un problème tant que les touristes trouvent que île est belle tous va bien, c'est comme un gâteau qui serai trés beau et trés appétissant en dehors et l'intérieur quand on coupe c'est pourrit, mais pas de problème île maurice c'est le paradis des touriste et biensûr que des touriste car les vrais haitants souffrent avec le sourrire ....

REFERENDUM ! APPRENDRE AUX MAURICIENS ET AU PREMIER MINISTRE CE MOT !
trop de projets sont acceptes sans que le peuple ai vraiment son mot a dire .. comme la centrale a charbon .. on n'en veut pas mais ils nous l'imposent !!! un jour quand ca va nous "exploser a la figure ou que les emanations de gaz toxique tuera nos enfants on dira quoi ? il sera trop tard !
Moi j'aimerai savoir quand va commencer le proces pour determiner qui sont les responsables ? Est-ce que le gouvernement va detourner l'attention des journalistes et du peuple en leur donnant un nouveau scandale "ouvrir un vieux dossier" a sensation par exemple !!
Les Mauriciens sont (trop) passifs ... nous comptons beaucoup sur la presse et le concours de journalistes qui ont a coeur de faire leur travail .. d'etre pertinents et maintenir la pression pour que les mauriciens se reveille un jour avec une sensation que justice a ete faite ! et que les erreurs ne soient pas commises !
Un seul homme est mort en prison, le peuple s'est revolte ! aujourd'hui 11 sont morts et personne ne sort de chez soi ... Les Mauriciens de toutes les communautes ont montre et prouve en maintes occasions qu'ils sont capable de grande generosites et de solidarite n'est-ce pas la une vraie preuve que le gouvernement essaie par tous les moyens de nous diviser ... Moi je le dit haut et fort a qui veut l'entendre ! Ne nous laissons pas guider par nos politiciens qui sont TOUS des incapables, des "Rodere boute" demagogues ... s'il faut que les choses se fassent par une revolution ... Faisont la ! Cette Republique Bananiere et votre arrogance messieurs les ministres on n'en veut plus !

There is a securtiy aspect for all projects . The main questions , Were Security aspects evaluated when
designing these undergrounds . Did they considired Water Hazards .. evacuation plans.

Those who approved these construction are to be blamed....

J'ai lu sur le web ses tristes nouvelles, je suis présentement en Chine et je pleure et prie pour mes amis (est) de cette ile du paradis... Bon courage et espère que les autorités vont mettre tout en oeuvre pour éliminer à jamais ce genre de catastrophe... ceci doit être géré avec priorité de la par thes autorites le bien-être de TOUS est primordial à celui des intérêts personnels en ce temps difficille. Robert

Why not call it National AFTER disaster Committee? It may be called an act of God, but we should be prepared for it.In a civilised democratic country, the minister responsible would resign on the spot as a sign of respect for the innocent victims.
Let us notrepeat the blame game, instead let us have an all party commission of enquiry to investigate the causes and failures and toprepare ourselves for similar disaster which can not to be ruled out. Those responsible to be named, shamed and sacked without any golden handshake and without being appointed elsewhere.It would facilitate victims to claim compensations from the guilty parties.

We have 2500 soliders sitting in vacoas, nourrit, loger et blanchi. Why don't we make use of them on such occassions, or are we waiting for an attack from another country only before using them? which would surely not happened before another 100 yrs!

Thumbs up for your comments! Yes, why did the government not deploy the soldiers to help out in such a catastrophic event? They are too busy blaming each other. ACTION is what is needed! ACTION to help in cleaning up. ACTION for an emergency evacuation and communication plan in case of a 3rd episode of torrential rains which apparently is around the corner and as soon as this Thursday! ACTION for rules and penalties for those who pollute the rivers around those high risk areas...

The "Après la mort la tisane" Committee! Bof ce n'était pas compliqué, il suffisait d'être assez intelligent et proactif de demander à tout le monde de rentrer tout de suite chez soi, ou d'aller chez une connaissance jusqu'à nouvel ordre, un peu comme une situation de cyclone de classe 4. Faut aussi éduquer les gens et faut un météo qui sait faire de la prédiction comme il le faut sinon à quoi bon en avoir une?