Et le camp de Dewdanee

Oui, les propos du Veeren ont choqué le pays. Il va sans dire que ce que ce trafiquant a débité doit être pris avec énormément de réserve. Au-delà de sa stratégie, dont on a peine à croire qu’il aura été le seul à le concocter, d’incriminer les uns et tenter de dédouaner les autres, il y a quand même un faisceau de personnages, de faits et de situations qui ne sont pas sans rappeler l’époque où les trafiquants de drogue fréquentaient l’Hôtel du gouvernement et qu’ils étaient ostensiblement présents aux garden-parties de la State House qui poussent au doute. A un très grand doute.
Pravind Jugnauth a démenti les dires du trafiquant et, nerveux, comme hier face à la presse, pas celle qui était pendue à ses lèvres jeudi, il a cru trouver un bouclier, une parade, celle de mettre tous ceux qui posent les questions les plus légitimes sur le trafic de drogue et le financement de son parti dans le camp des trafiquants. Franchement, de qui se moque-t-il ? Avant de parler de camp, Pravind Jugnauth devrait commencer à regarder de plus près le sien d’abord. Et le camp de Dewdanee ? C’est la presse qui a inventé le zanfan lakaz du Sun Trust et du ministère des Finances Geanchand Dewdanee impliqué dans l’affaire des 135 kilos d’héroïne au coût de Rs 2 milliards et qui en mai dernier a mis un drapeau orange entre ses mains devant la Cour suprême le jour où le Premier ministre était mis hors de cause dans l’affaire Medpoint ?
De quel camp parle le Premier ministre ? Ce sont les médias qui ont inventé le cas de « bribery of public official » d’un policier qui pèse sur Geanchand Dewdanee et qui ne l’a toutefois pas empêché de faire le tour du monde en dépit de l’ordre  d’interdiction de quitter le pays qui pesait sur lui ? C’est la presse qui, depuis 2014, a facilité l’expansion de ses compagnies, dont celle qui s’est spécialisée dans le recrutement de Bangladais ? Ce sont les journaux qui se sont arrangés pour qu’il soit sur le même vol retour de l’Inde que le Premier ministre au début de l’année et que l’on ne sait pas si quelqu’un qui était alors confronté à un cas de corruption de fonctionnaire a été fouillé à sa descente d’avion à Plaisance ?
Nous parlions de faisceau plus haut. Pourquoi ce Dewdanee et le ministre dont il était le conseiller sous le gouvernement de Navin Ramgoolam, Mahen Gowressoo, ont vite fait de devenir des éléments clés du Sun Trust. Celui qui se décrit lui-même comme une « poupette » a été utilisé dans l’enquête policière dans l’affaire Betamax dans l’espoir qu’il apporte un témoignage permettant de clouer au pilori certains membres de l’ancien gouvernement. Dès lors, une extraordinaire manne lui est subitement tombée dessus. Mahen Gowressoo a été décoré le 12 mars 2015, son prêt auprès de la MPCB pour son projet de morcellement résidentiel à Albion est confirmé et, cerise sur le gâteau de la « poupette », le gouvernement décide, début 2016, d’interdire l’exportation de ferraille, tous ceux qui en disposent étant forcés d’aller la livrer à la compagnie des Gowressoo, Samlo. C’est ce qu’on appelle des récompenses sonnantes et trébuchantes pour un changement spectaculaire de camp !
Et puisqu’on est en plein débat sur qui est dans quel camp, le Premier ministre pourrait nous éclairer sur celui auquel appartient Raouf Gulbul, son avocat dans l’affaire Medpoint, son président de la Gambling Regulatory Authority après avoir été celui de SMS Pariaz de Michel Lee Shim, à qui le ministre des Finances Pravind Jugnauth avait, en 2010, donné le feu vert pour un projet d’hippodrome à Côte d’Or, dans sa circonscription, probablement sur le site qui, aujourd’hui, est destiné à la construction d’un complexe sportif.
Le Premier ministre peut aussi nous dire dans quel camp se trouve Sanjeev Teeluckdharry, le député de son parti, promu Deputy Speaker pour son excellente élocution et sa désormais réaction d’anthologie « don’t make gestures with me » et qui a tout fait pour ne pas se présenter devant la commission, ce qui n’a pas empêché le président de lui lancer «unfortunately for you, your phone has been traced » pour le confronter à sa connexion professionnelle avec des trafiquants de drogue dont Peroumal Veeren. Autant que l’on sache, cet avocat-parlementaire est toujours dans le camp du MSM et de son leader Pravind Jugnauth. Il est toujours le député du MSM du No 5 et Deputy Speaker.
Comme Roubina Jadoo-Jaunbaccus qui a rencontré 37 prisonniers, dont Siddick Islam, en une seule journée. Elle revendique être, sans que cela ne gêne outre mesure son leader, dans le camp du MSM, puisqu’elle trône visiblement aux rencontres du samedi avec la presse organisées par le porte-parole du Sun Trust, Etienne Sinatambou.
Il y a aussi un fait curieux qui s’est déroulé cette semaine. Le premier qui a commenté les propos de Peroumal Veeren sur Pravind Jugnauth se trouve être Rama Valayden, devenu soudain très précautionneux et se posant même en donneur de leçons à Paul Lam Shang Leen, le président de la Commission d’enquête sur la drogue. S’il est vrai qu’il était un temps mentionné sur la liste des avocats devant être convoqués par la commission d’enquête et qu’on ne sait jamais pour qui il roule exactement, une chose est néanmoins certaine, c’est qu’il aurait dû être le dernier, au nom de l’éthique professionnelle, à commenter cette affaire. Il est l’avocat de Navind Kisnah dont le nom et ceux de ses proches ont été évoqués devant cette commission.
Faut-il aussi rappeler que Rama Valayden est dans le camp de Sanjeev Teeluckdharry et qu’il est l’avocat qui a saisi la Cour suprême pour essayer d’empêcher la commission sur la drogue d’interroger son client. Ce camp-là, non merci ! 


Commentaires

I am amazed, in one article, you mentioned so many undeniable facts that one could write a book about what goes on in our alleged paradise island.
You made your undefendable points clear that nobody, with the right mind, would dare challenge.
It gives me hope for Mauritius when I see a journalist of your caliber
Thank you, MS J Lebrasse

PS I called one day at the premises to see who you were to write without fear or favor, but you were not in according to the receptionist