Pour une fin de saison propre !

Ce début du mois d’octobre constitue l’amorce de la dernière ligne droite pour la saison 2011. Avec les  neuf dernières journées régulières restantes qui s’annoncent les unes plus palpitantes que les autres, en attendant la double journée internationale, l’attention du public turfiste sera surtout tournée vers la course au titre de jockey champion.
Enclenché depuis quelques semaines au terme d’une remontée spectaculaire du champion sortant Robbie Burke, un moment largement distancé, le mano a mano avec Johnny Geroudis tient le haut de l’affiche et apporte du piment à chacune de nos courses, car les deux protagonistes ont une soif de victoire qui fait plaisir à voir et donne aux courses toute sa splendeur.
Ainsi, ce samedi, mené d’une longueur, Johnny Geroudis aura tout le loisir de combler son retard avec, par exemple, Green Keeper, qui devrait faire sienne la  «Mauritius Union Group Colonel Draper Cup» s’il répète sa course précédente, surtout avec l'avantage d'une deuxième ligne au départ. Mais le nouveau détenteur du record des 1400m pourrait être repoussé dans ses derniers retranchements, en particulier par le tandem de l'écurie Gujadhur Monsieur Dane (Neisius) et Modern Monet (Burke), dépendant de la tactique qui sera adoptée.  Le compagnon d’écurie de Green Keeper, Meltaway, qui montre des signes de progrès évidents, constitue aussi un adversaire de taille et, il ne faudrait éliminer ni National Play, ni Alitalia, capables dans leur meilleur jour de mettre tout le monde d’accord.
Mais Gilbert Rousset et Ramapatee Gujadhur n’attendront pas la course principale pour en découdre. Ils ne doivent désormais pas écarter une fin de saison plus serrée que prévue au niveau du championnat des écuries car l’avance encore confortable de Rs 784 000 du champion sortant, n’en est pas moins insurmontable. Car, si d’aventure l’écurie Gujadhur s’octroyait la Coupe d’Or, cette avance fondrait comme neige au soleil et le soleil d’été du Champ de Mars est particulièrement torride pour permettre tous les espoirs.
Le duel de titan entre ces deux dominateurs de la saison 2011 est également projeté au niveau du cheval champion et ce sera définitivement un pensionnaire d’une de ces deux écuries qu’on devrait retrouver sur la plus haute marche du podium, Acuppa et Intercontinental étant les mieux placés pour faire briller leurs couleurs respectives, surtout en l’absence de Disa Leader qui n’a pu défendre son titre comme il se doit et qui effectuera vendredi sa dernière apparition au Champ de Mars avant de faire apprécier son talent sur des hippodromes plus huppés, contre des adversaires d’une autre trempe.
Cette fin de saison 2011 marquera aussi un moment important de la carrière du jockey mauricien, Rye Joorawon, qui devrait être le premier mauricien à atteindre les 200 victoires et le troisième jockey de tous les temps à réaliser cet exploit derrière les grands Hatt et Lloyd, privant ainsi Yashin Emamdee de ce fait historique.
Remarquable quand il le veut mais encore capable d’être  « carried away», Rye Joorawon aurait pu avoir signé ce 200ème succès sur le favori Star Billing dans la septième épreuve de la semaine dernière. Mais le jockey qui a été excellent et déterminé sur Salvador Dali, plus tôt dans la journée, a fait preuve d’une inspiration peu «salvatrice» dans cette septième épreuve. Faut-il voir une relation de cause à effet entre ce dérapage avec la pression de la barrière des 200 ou comme cela se chuchote avec un délaissement de dernière heure du cheval au betting chez certains bookmakers spécifiques? En tout cas, cette performance logiquement « questionned », du départ à l’arrivée, par le Chief Stipe qui n’a bizarrement pas trouvé le soutien nécessaire chez ses collègues, a été positivement soutenue par les « connexions » du cheval pendant l’enquête. Le jockey mauricien a fait appel contre le jugement de trois semaines de suspension et l’amende de Rs 30 000, ce qui lui permet de monter cette semaine et trouver l’occasion de franchir cette étape importante de sa carrière.
Il y a donc aussi cette saison, comme souvent, des dérapages confirmés par les relations mauvaise performance/évolution négative de la cote du cheval incriminé. Ça sent à des kilomètres des opérations « coupe-la-main » ou « vende cerf-volant » de quelques « punters » ou « bookmakers»  qui semblent avoir la cote dans les milieux autorisés et décisionnels puisqu’aucune action des autorités et encore moins de la police des jeux n’a été signalée ces derniers temps. Ainsi, vendredi dernier, une altercation a eu lieu entre un employé d’un « bookmaker » connu et  le chef palefrenier d’une écurie au vu et au su de tous, accrochage qui continue à alimenter les conversations à la rue Shakespeare mais qui n’a connu aucune suite bien que l'incident ait été rapporté à un officiel. Ce sont ces cas de « qui ne dit non, consent » qui contribuent à la détérioration de l’ambiance hippique et ce serait bien dommage que la saison qui fut jusqu’ici dans l’ensemble plutôt de bonne tenue soit prise en otage par quelques brebis égarées mais protégées qui jouent aux marionnettistes et influencent le résultat de quelques courses sur l’autel de l’argent facile.
Le temps du réveil et de la fermeté et le rejet des petits copains est arrivé !