La com' de Nandanee

En un tournemain, via un buzz médiatique hélas ultra-pompé par certains confrères, le temps d’une conférence de presse dont on ne comprend toujours pas le pourquoi, Nandanee Soornack a accaparé l’actualité ! Depuis mercredi soir en effet, c’est elle qui monopolise l’attention partout : des autobus qui ramènent les travailleurs après leurs dures journées de labeur aux « lounges » des bars où vont se relaxer les cadres de bureaux pour fêter le week-end, sans oublier les inévitables réseaux sociaux. Au point qu’elle a détrôné Navin Kistnah, le témoin clé dans la saisie record de 135 kilos d’héroïne. De samedi soir à son arrivée à Maurice, c’est en effet ce Mauricien qui défrayait la chronique. Jusqu’au « show » de Nandanee Soornack…
Quelle était la nécessité de cette conférence de presse ? La justice, dans toute l’affaire Soornack, a livré son verdict. Certaines autorités locales ayant mal ficelé leurs dossiers, tout le ramdam autour de la « Madam ou kone kisannla mwa ? » a fini en eau de boudin. Sans plus ni moins. « Case closed », pour reprendre une formule sacrée. Puisqu’il n’y a pas matière, et encore moins d’evidence, pour inquiéter celle qui a été l’agent politique la plus chouchoutée de l’ancien Premier ministre, autant la boucler. Continuer à enquêter. Chercher la petite bête. Trouver la faille qui relancera l’affaire…
De ce fait, quand l’amie très spéciale de l’ex-Premier ministre décide de monter au créneau, on peut évidemment s’attendre à ce qu’elle se serve d’une telle plateforme pour… se blanchir ! Faire sa propre com, réaliser une opération médiatique qui va certainement l’aider à se mettre en exergue face à ceux qui l’ont tellement tracassée, minée au quotidien, vilipendée, traitée de tous les noms, traînée dans la boue… « What else ? » comme dirait George Clooney. Sauf que, cette fois, la pub en question a été sacrément trompeuse !
Qui était aussi candide au point de penser que Nandanee Soornack aller fournir publiquement des éléments selon lesquels elle aurait été favorisée par Navin Ramgoolam ? Qu’elle aurait bénéficié de contrats juteux ? De passe-droits ? Qu’elle s’est arrogé certains pouvoirs ? Qui était suffisamment naïf pour croire qu’elle allait donner un compte rendu détaillé de la fameuse soirée au bungalow de Roches-Noires ? Et qui est assez stupide pour rêver que la femme d’affaires qu’elle est devenue en un temps record, avec tous ses « efforts et sacrifices » consentis bien sûr, allait vomir sur celui qui a été son ange gardien ?
Nous ne sommes quand même pas nés de la dernière pluie ! Ce type d’exercice de « lave plus blanc que blanc » n’a pas été inventé par Nandanee Soornack. Bien d’autres en ont usé et abusé et le font toujours. Et de ce fait, quand un simple agent politique devenu « talk of the town » depuis décembre 2014, se munit d’une plateforme aussi étendue pour faire sa promo personnelle, on prend évidemment des précautions…
Bien évidemment, on s’est tous rapidement retrouvé spectateurs involontaires du « one-woman show » de Nandanee Soornack. Et quand la nouvelle Italienne ne souhaite pas répondre, eh bien l’armada légale servait de bouclier pour la défendre et n’hésitait pas à sortir la grosse artillerie ! Le summum du ridicule aura été atteint via une question/commentaire d’un représentant d’un média local qui s’est fendu de compliments sur « la beauté » de l’agent politique. On nageait en plein délire… Et on n’attendait plus qu’elle communique l’adresse de son esthéticienne ou qu’elle donne son numéro de téléphone personnel pour un rendez-vous particulier…
Le volet qui intéresse et qui est certainement à caractère informatif demeure les privilèges dont Mme Soornack aurait bénéficié! Puisqu’il s’agit là d’un élément concernant les liens parentaux et de sang, là il y a donc matière à info. Mais valeur du jour, on ne comprend pas l’acharnement autour de la question, si ce n’est un désir violent de savoir qui couche avec qui…
Nous n’allons pas faire la leçon à nos confrères qui étaient présents à cette grande supercherie médiatique. Déplorons néanmoins qu’ils n’aient pas profité du fait qu’ils étaient « live & direct » pour lui dire clairement qu’elle s’est bien royalement foutue de leur gueule en faisant de grandes annonces et qu’en fin de compte, elle s’est bien servie d’eux pour faire sa promo !