La force de l’esprit citoyen

Les événements qui ont débouché sur la chute brutale de l’ex-Attorney General Yatin Varma, qui a démissionné de ses fonctions hier après-midi, sont riches en leçons tant pour la classe politique que pour la population en général. Jusqu’à preuve du contraire, c’est la première fois qu’un citoyen arrive à résister à ce point aux pressions d’une armada de personnalités de l’appareil d’État et apparemment, aux forces de l’argent pour aller jusqu’au bout de sa logique, c’est-à-dire celle pour que justice soit faite après l’agression de son fils.
Laissons les enquêteurs et la justice établir les circonstances dans lesquelles auraient eu lieu les négociations avec la famille Jeannot et des éventuelles propositions qui lui auraient été faites. Pour le moment, nous retenons que grâce à son courage un simple citoyen, en la personne de Mario Jeannot, a réussi à déjouer toutes les tentatives de le convaincre à amener son fils Florent à retirer les dépositions faites à la police pour agression alléguée et en faveur de laquelle plusieurs témoins se sont manifestés.
Cette action est un signal positif adressé à tous les citoyens mauriciens pour leur dire : « N’ayez pas peur ! » On a constaté ces derniers temps une tentative d’introduire le règne de la peur dans ce pays qui est, comme on le sait, propre aux dictatures.
On a vu dans plusieurs cas, dont les Affaires MITD et Foyer Namasté, comment ceux qui font leur travail avec sincérité et honnêteté se retrouvent, par un tour de passe-passe, sur le banc des accusés.
Mario Jeannot affirme qu’il a lui-même fait l’objet de menaces. Dans le cas de l’accident de Sodnac, le Premier ministre Navin Ramgoolam a eu à intervenir pour demander aux témoins de ne pas avoir peur de se manifester.
Les événements autour de ce qui est désormais connu comme l’Affaire Varma démontrent jusqu’où peuvent aller certaines personnes au niveau de l’État pour essayer de contourner la justice, voire la pervertir.
La demande faite par le Premier ministre à Yatin Varma de démissionner a été saluée par plus d’un, mais est loin d’être suffisante. La population attend de Navin Ramgoolam une déclaration forte et des mesures concrètes pour manifester sa volonté de mettre de l’ordre au sein du gouvernement, provoquer un ressaisissement et affirmer son leadership. Lors de la réunion des parlementaires de la majorité cette semaine, il aurait laissé entendre que des ministres perdront leurs places. Qu’attend-il pour passer de la parole aux actes ? Faudra-t-il qu’à l’instar de Yatin Varma, d’autres soient poussés vers la sortie ?


Commentaires

With the understanding, that Ministers and deputies,and other elected members, best losers etc. are paid by the ´deniers publics
´We as simple citizens of the republic expect them to be deliver ,and be accountable,and with a zero tolerance code of conduct.
But what we see is arrogance,supeman, passé droit,corruption,and fraud,at a magnitude a faire frémir AliBaba.unfortunately, they number more than 40'.but 60.
Not to mention the other nominees and advisors..
It's like having my home maid taking control of my household,.
My belief is that all ministers and deputies ,should bow in front of me, not he other way round.
Currently, they want me to shit in my jocks in their presence.Unfortunately bum suckers are there to play their games and rules.
This must change, we have had a mini Jeannot printemps, lets hope that courtesy catches.
The message to all elected members is, change or suffer the pain,,Varma style.

A few points worth noting here.
1. It is more than a month, and the Police has not wrapped up the investigation. This is such a simple case, car accident and alleged aggression.
2. Navinchandra Ramgoolam did not act earlier, though his numerical parliamentary majority was not in jeopardy. Would he act if his majority is threatened?
3. Would the 'negotiators' be sanctioned?
4. Was Varma's hand really broken?
5. Where would the Rs 2.0 M have come from?