La vigilance est de mise

Cette dernière semaine de septembre de l’an 2011 entrera dans les annales de la liberté d’expression comme la semaine de tous les dangers. On se souviendra encore longtemps de ce qui peut désormais être reconnu comme l’affaire Joomaye. Alors que le Dr Zouberr Joomaye s’attendait à être interrogé par la police pour une affaire de diffusion alléguée de fausse nouvelle, il a été pris dans un engrenage inattendu. Il est poursuivi pour complot contre le gouvernement et le Premier ministre à la suite d’une déposition faite à la police par Nuvin Deerpalsing. Il a été, par conséquent, arrêté et libéré sous caution. Des voix se sont élevées au sein du Parti travailliste, dont celle de Nita Deerpalsing, pour justifier la démarche de la police et s’insurger contre la façon de faire de Zouberr Joomaye qui, à en croire leurs dires, aurait bouleversé Nuvin Deerpalsing non seulement en insistant auprès de lui pour convaincre sa sœur de se joindre au MMM et pour lui dire que toute la stratégie politique visait à terme à renverser le Premier ministre Navin Ramgoolam. Laissons l’enquête policière et la justice suivre leur cours.
Cela ne nous empêche pas de voir la réalité en face et de mesurer la portée de cette affaire. Qui est Zouberr Joomaye ? C’est un jeune professionnel qui fait ses premiers pas en politique. Il a été candidat malheureux du MMM dans la circonscription No 13 l’année dernière. Il est un membre du MMM mais visiblement est un apprenti en matière politique et ne connaît pas plus que le commun des mortels tous les détails de l’action politique de son parti. Ces questions sont traitées au plus haut niveau au bureau politique de son parti auquel il n’adhérera que maintenant. Nuvin Deerpalsing est son ami de longue date et les deux ont coutume de discuter de questions ayant trait à la lutte contre l’ignorance, l’hypocrisie et le fanatisme – poisons qui peuvent mener à la mort d’une société – ainsi que sur la recherche de la vérité dans le monde d’aujourd’hui. Zouberr Joomaye et lui s’étaient engagés dans une conversation privée et le premier avait fait part d’une analyse personnelle n’impliquant que lui concernant l’action de son parti par rapport à Navin Ramgoolam. Rien n’empêchait M. Deerpalsing de dire à son ami qu’il traite comme un frère : « Écoute Zouberr tu exagères : il est aussi difficile de faire entrer Nita au MMM que de faire adhérer Bhagwan au PMSD et quant au complot contre le gouvernement, cela relève de l’imagination, purement et simplement. » Et les choses en seraient restées là. Qu’est-ce qui s’est passé dans la tête de M. Deerpalsing pour décider de faire une entrée à la police concernant les propos de son ami ? Le pire a été l’utilisation de ces propos par la police pour procéder à l’arrestation de Zouberr Joomaye. Ce que tous les commentateurs ont condamné, accusant la police de se comporter comme un instrument politique du pouvoir et de recourir à des méthodes qui s’apparentent à celles utilisées par la Gestapo. Ce qui explique l’appel lancé jeudi par le MMM pour demander au Premier ministre Navin Ramgoolam de « mettre fin à tout cela et d’arrêter le glissement vers un État policier, et de favoriser un retour à la police républicaine au service du pays et non pas du Parti travailliste ».
La réponse de Navin Ramgoolam, qui est rentré au pays jeudi et qui sera appelé à intervenir publiquement dans plusieurs manifestations durant le week-end, est attendue. De la même manière, ses réactions concernant les prises de position de Kalyanee Juggoo, l’affaire Khamajeet et surtout concernant les propos de sir Anerood Jugnauth sur l’ICAC sont attendus avec beaucoup d’intérêt.
Alors que la politique donne des signes d’instabilité, le judiciaire a démontré pour sa part qu’il reste un pilier de la société mauricienne en se prononçant pour la libération sur parole de Showkutally Soodhun cette semaine. N’était-ce ce Ruling, le président du MSM, fer de lance de ce parti dans sa croisade politique engagée contre le Ptr et son leader Navin Ramgoolam, aurait pu se retrouver incarcéré en cellule policière.
Le pays a connu un calme apparent jeudi et vendredi. Cependant la vigilance reste de mise.
Par ailleurs, sur le plan économique les indicateurs ont donné des signes de détérioration cette semaine. Ainsi, le Business Confidence Indicator de la Chambre de Commerce et d’Industrie a indiqué une baisse de 12 points entre juillet et septembre de cette année. Le recul de l’indice indique, selon la CCI, qu’une inquiétude croissante gagne les entrepreneurs face à la détérioration de la conjoncture économique tant au niveau national qu’international. Par ailleurs, la croissance économique pour l’année 2011 a été revue à la baisse, passant de 4,5 % à 4,1 %. Ce qui n’est pas de bon augure à un mois de la présentation du Budget 2012.