L'axe Mada/Maurice dans le viseur

La Grande Île est déjà dans le viseur de la commission d'enquête sur la drogue. Les déplacements fréquents de diverses personnes convoquées – proches des trafiquants, policiers… – sont passés à la loupe par l'ancien juge Paul Lam Shang Leen et son équipe d'enquêteurs. Et comme pour conforter la donne, chaque semaine met au jour un nouveau trafic !
La semaine dernière, c'était la saisie de Rs 118 millions d'héroïne et de cannabis dans le port. Et ce jeudi, l'arrestation d'un habitant de Quartier-Militaire qui prenait un vol, destination Antananarivo, avec, dans ses valises, Rs 9 millions en dollars… Il y a de quoi en effet se poser des questions. Notamment celle-ci : pourquoi Madagascar ?
Pourtant, comme Maurice, ce pays n'est pas producteur d'héroïne. Mais il semblerait que ce vaste territoire agirait tel un grenier que mettent à profit les trafiquants de tous bords : bois divers, animaux (oiseaux, tortues…), mais aussi pierres précieuses, puisque l'île recèle des mines d'or et d'émeraudes, de saphirs et de turquoises, entre autres. Et bien évidemment, parmi les produits qui sont surtout sujets aux trafics en tous genres, on trouve les drogues, principalement de l'héroïne. Les observateurs sociaux et ceux qui œuvrent sur le terrain et qui connaissent Madagascar disent cependant que, sur l'île, la communauté des héroïnomanes n'est pas importante. De même qu'à La Réunion, où le gandia est la substance la plus prisée. Pour autant, toujours selon ces mêmes personnes, il s'agirait de la poudre blanche en provenance de pays comme l'Iran ou l'Afghanistan, qui transitent par le nord de l'Afrique avant d'être redistribuée dans la région de l'Afrique subsaharienne…
De fait, les autorités locales, les enquêteurs de la MRA comme ceux des unités de police, qui traquent sans relâche les barons de la mort, retrouvent souvent cette destination dans leurs enquêtes. Souvent, très souvent même, leurs pistes les ramènent en effet vers… Madagascar. Tout porte à croire donc que la Grande Île servirait effectivement de dépôt, où les trafiquants viennent s'approvisionner.
Reste à savoir comment mettre fin à ce trafic hors frontières. L'idée première est évidemment une étroite collaboration entre les autorités des pays de la région pour en venir à bout. Entre-temps, les regards sont de plus en plus braqués sur les hauts faits des uns et des autres, qui ont les mains salies par le trafic et le blanchiment. Il semble bien qu'au fur et à mesure que se dénouent les fils, on se retrouve avec une pieuvre géante aux innombrables tentacules…
Sur un tout autre plan, dans cinq jours, les Mauriciens auront droit au grand oral du grand argentier. À quelle sauce Pravind Jugnauth servira-t-il son premier budget en tant que ministre des Finances, mais aussi de Premier ministre ? Optera-t-il pour un exercice populiste en ces temps où son gouvernement est criblé de critiques ? Où donnera-t-il dans l'équilibre afin de faire d'une pierre deux coups ? Faire un peu plaisir au peuple tout en essayant de rétablir la balance économique ? Réponse ce jeudi 8.
Entre-temps, on ne peut que noter que la « tente bazar » prend des coups régulièrement. Que le porte-monnaie maigrit irréversiblement. Que nous réserve le nouveau Premier ministre, qui a même renvoyé le Parlement pour se consacrer à son exercice budgétaire ? Donnera-t-il enfin le coup d'envoi attendu depuis janvier 2015 pour la relance économique ? Quels signaux pour les investisseurs, qui n'attendent qu'un feu vert pour injecter des fonds ? Que préconisera-t-il pour ce qui est de la création d'emplois, qui n'a connu aucun développement conséquent ces dernières années ?
Et sur le plan social, quelles nouvelles mesures pour combattre une situation de “law and order” qui dégénère jour après jour ? L'éducation et la santé seront aussi dans le viseur. Le grand miracle promis par l'Alliance Lepep sera-t-il pour bientôt ? En tout cas, certains Mauriciens espèrent encore…
Souhaitons que Pravind Jugnauth vienne avec une formule qui apportera enfin un peu de “feel good factor” dans le quotidien de ces milliers de citoyens qui en ont ras la casquette des scandales à la pelle aux relents de favoritisme ainsi que des démantèlements de réseaux et trafics en tous genres…