Rendre à SAJ ce qui appartient à SAJ…

Le mercredi 27 septembre à l'école Madhu Gopaul, à la Caverne, à l'occasion du lancement du projet "Sports For All", piloté par le ministère de la Jeunesse et des Sports, le Premier ministre Pravind Jugnauth a, lors de son intervention, déclaré qu'avec les projets en chantier — notamment la construction d'un gymnase et d'une piscine à Côte d'Or en marge des Jeux des îles de l'océan Indien de 2019 — « c'est la première fois que le pays s'engage dans un développement infrastructurel sportif de cette envergure ».
S'il faut concéder qu'effectivement le projet de Côté d'Or, qui n'a pas été encore lancé, il faut le rappeler, est un développement infrastructurel important dans le domaine du sport, toutefois, il faut aussi rendre à César ce qui appartient à César. En effet, le père, sir Anerood, a fait beaucoup mieux que le fils!
Commençons par le commencement avec les Jeux des îles de 1985 : Construction d'un gymnase à Vacoas, d'une piscine olympique à Beau-Bassin, aménagement de la première piste synthétique et olympique au stade de Réduit, aujourd'hui connu sous le nom de Maryse Justin. Puis viennent les Jeux des îles de 2003 : Construction d'un Village des Jeux, qui s'est transformé aujourd'hui en complexe d'habitation, construction de trois gymnases pour la boxe et haltérophilie à Vacoas et celui de Phoenix pour le basket-ball. Sans compter la rénovation des sites existants.
Doit-on comprendre qu'il y a dans une foulée de ces Jeux des îles de 2019, une réécriture de l'histoire en cours ? Pravind Jugnauth et sa conseillère en matière de sports, Sarah Rawat Currimjee, seraient-ils frappés d'amnésie ?
Ou est-ce que le fils voudrait-il tout simplement occulter tout ce que le père a fait pour notre pays dans le domaine sportif ?

Food for thought !