Se lécher les babines

Cette fin de saison est beaucoup plus palpitante que nous aurions pu le penser il y a quelques semaines. Les titres des différents championnats, un moment promis au champion sortant Rousset, sont aujourd’hui sérieusement menacés par l'artillerie lourde de l’écurie Gujadhur qui est en train de réussir l’une de ses meilleures saisons depuis 35 ans lorsqu’elle fut championne en 1976.
Certes, à ce stade l’écurie Rousset possède une avance confortable mais qui s’amenuise de journée en journée. Et il reste quelques épreuves richement dotées que l’une ou l’autre écurie peut s’octroyer et c’est finalement cela qui fera la différence. La Emtel Cup, La Coupe d’Or et la Coupe des Présidents seront les épreuves clés qui départageront ces écuries mais les petites victoires ici et là et même les placés les plus anodins pèseront aussi lourd dans la balance en fin de compte.
Rien ne doit donc être laissé au hasard. Et, déjà, ce samedi, la Emtel Cup permettra à ces deux écuries d’affirmer leurs prétentions  avec ce duel  au couteau entre Acuppa  et Intercontinental sur les 2100 mètres du tourniquet du Champ de Mars. Il faut toujours être prudent en hippisme et ne jamais ignorer aucun partant dans une épreuve quelle qu'elle soit, mais on peut raisonnablement penser que ces deux chevaux qui prétendent au titre de Cheval champion émergeront du lot en fin de parcours pour se disputer la victoire à moins que La Foce, Solar Symbol, Sports Factor, Just Banter ou Club Victor ne profitent d’un éventuel marquage à la culotte des deux favoris  pour créer la surprise.
Cette épreuve est aussi une étape cruciale pour le titre de Cheval champion pour Acuppa et Intercontinental qui devront  ensuite confirmer dans la Coupe d’Or et il n’y a qu’une victoire, samedi, qui pourrait  garantir  au cheval de Rousset la clé de l’épreuve phare de la fin de saison.
Pour le titre de Cheval champion, il ne faut pas totalement ignorer Senor Versace qui a enfin appris à gagner. Après s’être octroyé avec autorité le Maiden sur 2300 mètres, un parcours idéal pour lui, voilà qu’il est venu samedi dernier battre  sur leur terrain, 1500 mètres, les meilleurs spécialistes de la distance, à savoir Gliding High et Captains’ Knock. Monté en grande confiance, il est venu émuler une semaine plus tard Seattle Ice en faisant le saut victorieux de 2300 à 1500 mètres, ce qui est la marque de vrais champions. Dans cette dynamique et dans cette forme olympique, Senor Versace est un favori logique pour les deux grandes épreuves de fin de saison que sont la Coupe d’Or et la Coupe des Présidents.
A bien voir, à chaque fois que l’on recherche un gagnant d’épreuve classique, on trouve sur sa route soit un Gujadhur soit un Rousset. Autant dire que l’on retrouve aussi les jockeys Burke et Geroudis. Leur mano a mano depuis quelques semaines tient en haleine leurs partisans et dope parfois exagérément la cote de certaines de leur montes. En revanche, leurs cotes respectives pour s’adjuger la cravache d’Or est à égalité et il est bien dommage que ce pari là ne soit pas offert aux parieurs, car les partisans de l’un comme de l’autre sont nombreux et aussi fanatiques les uns, les autres comme le sont des amateurs de football britannique. La lutte Intercontnental/Acuppa, Rousset-Gujadhur et Geroudis/Burke offre de quoi rivaliser avec le match Liverpool/Manchester United prévu pour ce samedi après-midi. En tout cas, si on voulait donner de la saveur à la fin de saison, on n’aurait pas pu imaginer meilleure affiche. Il y a de quoi se lécher les babines.
Dans ce « title fight » de haut vol, les autres écuries sont reléguées au rang de « sparring partners » et chaque victoire des uns et des autres est précieuse, mais chaque défaite est souvent vécue comme un drame, surtout en cette fin de saison. Il y a ces jours-ci des séparations douloureuses entre partenaires de longue date et il est dommage qu’il en soit ainsi. Nous ne jetterons pas de l’huile sur le feu mais nous n’acceptons pas non plus d’être pointé du doigt comme étant les boucs émissaires de quoi que ce soit. Que chacun fasse son examen de conscience et voie en face la réalité de la situation et situe ses propres responsabilités. Peut-on excuser l’inexcusable sur l’autel du pécule ? Il y a des limites que même les meilleurs amis du monde ne sont pas disposés à subir sur l’autel de quelques relations.