Tchombo Soodhun !

Donner un micro à Showkutally Soodhun équivaudrait, pour reprendre la formule très imagée de notre kreol maternel, que j'éviterai d'utiliser pour ne pas jeter de l'huile sur le feu. C'est dire que le principal concerné ne sait faire bon usage, voire, usage tout court, de l'outil ! Aussi, gare aux (gros) dégâts…
Soodhun, vice-Premier ministre, N° 4 du présent gouvernement, ministre du Logement et des Terres, et, de surcroît, président du MSM, est au centre de la controverse. Une fois de plus, le plus maladroit des politiques, et définitivement, celui qui fait le moins dans la dentelle, a encore fait des siennes. Et de quelle manière ! Il n'a rien trouvé de mieux que de menacer publiquement de mort, le Leader de l'opposition. Sans plus, ni moins. Et ainsi que vont les choses, l'on ne sait s'il pourrait faire pire !
Mais le débat est justement là : quand et qui arrêtera Showkutally Soodhun ? L'état-major du MSM se rencontre aujourd'hui, et tout ce que l'on espère, c'est qu'enfin un frein soit actionné pour sanctionner cet homme qui n'a de cesse de cumuler des bourdes. Comme si le MSM n'avait pas suffisamment de plomb dans les ailes, au vu des nombreux scandales et casseroles qu'il traîne ! Sans occulter l'imminent couperet de la Commission d'enquête sur la drogue, et ses membres du parti qui sont dans le collimateur… Pravind Jugnauth prendra-t-il enfin une mesure, en vue de maintenir le fragile tissu social qui lie notre nation arc-en-ciel ? On l'espère de tout cœur ! Car aussi précaire qu'est notre paix sociale, la stabilité de notre pays en dépend. Et incidemment, notre économie et l'investissement, dont on a cruellement besoin. Tolérer ou passer l'éponge sur le lamentable dérapage verbal de Soodhun équivaudra à pratiquer ouvertement une politique à deux vitesses.
Car les mots de Soodhun sont terribles : « Si koumadir mo bodyguard ti donn moi revolver, mo ti pou touy Xavier Duval dan Parlma. Mo touy li dan parlman ! Sa mem ki apel jihad !» Embarrassant ? Révoltant ? Dégoûtant ? Insultant ? Les qualificatifs pleuvent et ne seront jamais assez suffisants pour témoigner de l'absurdité ! Triste sire, que Showkutally Soodhun. Il n'y a pas longtemps, le "minis prins" se fendait, à tort et à travers, de ses "Xavier mo frer" et nous en mettait plein la vue de ses fiévreuses embrassades sur l'estrade commune de Lalyans Lepep lors des meetings… Ça, bien sûr, c'était avant le départ du PMSD.
Auparavant aussi, Soodhun évoquait même que « tou mo lavi mo pou ena rekonesans pou Xavier Duval » ! Ni plus, ni moins. Parce que ce dernier avait « refusé de licencier son fils, employé à la BOI » alors qu'il en aurait été ainsi instruit par Navin Ramgoolam, selon les dires de ce même Soodhun. Et les amours et désamours de Soodhun envers le fils de Gaëtan Duval, on en a vu de tous les scénarios possibles ces deux dernières années. Mais depuis son "slip of the tongue", mercredi, Soodhun fait l'objet de toutes sortes de railleries, certes, mais suscite aussi et surtout la nausée. Pire, la honte !
En donnant une connotation religieuse à sa menace de mort, en utilisant le mot "jihad", en l'occurrence, Soodhun nous fait honte, à tous. À chaque Mauricien et Mauricienne. Et pas seulement aux membres de la communauté musulmane, mais à toute la nation. Parce que ses vils mots vont totalement à l'opposé de ce que prône chacun de nous; en termes de respect, d'amour, de fraternité… de tous ces principes que l'on cultive pour un savoir-vivre qui fait de Maurice un des pays multiculturels et pluriels souvent cités comme exemple dans le monde.
Et c'est pour cela que Pravind Jugnauth n'a d'autre choix que de sanctionner son N° 4; d'envoyer un signal très fort. Parce qu'il y va de la paix sociale et de l'harmonie de notre pays. Sinon, à quoi bon avoir des lois qui sont appliquées pour certains et pas pour d'autres ? Une fois pour toutes, il faut que Showkutally Soodhun retienne la leçon. Présenter des excuses publiques sera déjà un premier pas.
Dans un autre registre, la découverte, cette semaine, de 28 g de Lannate, un puissant poison, sur un trafiquant de drogue notoire incarcéré à la prison de haute sécurité de Melrose, en l'occurrence, Siddick Islam, dit Ner, a de quoi dérouter ! D'autant que ce détenu a déposé en début de semaine devant la Commission Lam Shang Leen. Les allégations de cet enfant terrible de la Plaine Verte à l'effet que ce serait le CP Appadoo qui lui aurait remis le produit nocif, ainsi que les éléments d'informations selon lesquels ce produit était destiné à empoisonner l'eau de certains réservoirs, dans le but d'éliminer ceux qui sont partis en guerre contre le trafic, sont très révélatrices. Il se peut que ce soit là une tactique des barons qui ressentent l'étau se resserrer et décident d'attaquer… Les observateurs diront qu'au sein de la mafia, quand les caïds sentent monter la pression, c'est là qu'ils commencent à perdre la boule. Une chose est sûre : la Commission Lam Shang Leen a du pain sur la planche !


Commentaires

Ki li ek so banne followers alle emigre L' Arabie Saoudite ..djihadd + le nid des extremistes et des martyrs.