Opinions

On  croirait entendre un petit air de la balade de Zulu, l'Homme Idéal qui commence un Oh La La c'est la fête au village. En effet, c'est bien ce qui se passe actuellement au Village des 20es Jeux du Commonwealth où depuis samedi dernier on commençait à installer la délégation mauricienne.

Comment échapper au feuilleton de la semaine puisque, depuis que l’alliance PTr-MMM est dans une de ses phases “on”, la MBC se fait un devoir de montrer les épisodes de la saga. D’ailleurs, Bérenger est tellement content d’être à la télévision qu’il s’en félicite, oubliant qu’en démocratie la télévision publique n’est pas au service du roi et de ses alliés en devenir.

Une commission d’enquête, dont les attributions ont été vite annoncées vendredi à l’issue du conseil des ministres, est-elle nécessaire pour mettre de l’ordre dans l’industrie hippique? Une question à laquelle il existait une quasi-unanimité, à l’intérieur comme à l’extérieur du Mauritius Turf Club (MTC) et que finalement le Premier ministre, le Dr Navin Ramgoolam a, dans sa sagesse, pensé qu’il est impératif d’aller dans cette direction pour sauver ce qui peut être sauvé dans l’industrie hippique.

Ainsi, le Premier ministre s’est réveillé. Enfin, pourrait-on ajouter. Après toutes les dénonciations de pratiques étranges au Champ de Mars, après tous les scandales révélés semaine après semaine, Navin Ramgoolam a fini par annoncer une commission d’enquête sur l’organisation des courses hippiques à Maurice. On ne sait pas si c’est le contexte des tractations politiques qui explique cette exceptionnelle et soudaine réactivité par rapport aux événements qui a fait que, trois jours après l’annonce de l’institution d’une commission d’enquête faite au Parlement, le Conseil des ministres décidait de lui octroyer de très larges attributions en vue faire la lumière sur la manière dont ce secteur a, ces dernières années, considérablement dérivé pour atteindre un tel niveau de suspicion et de méfiance. Le terme mafia n’est certainement pas trop fort pour décrire ce qui se passe au Champ de Mars.

Fait-il bon d'être ado chez nous ces temps-ci ? Peut-être plus non que oui car beaucoup de choses ont changé ces deux dernières décennies, qui ont rendu les douces et insouciantes années d'innocence et de curiosité moins agréables.

Dans un élan de solidarité, la Commission de l'océan Indien a décidé hier de reporter le sommet des chefs d'État et de gouvernement prévu à Moroni à une date ultérieure en raison du crash du MD-83 d'Air Algérie. La catastrophe est survenue au Mali, non loin de la frontière avec le Burkina Faso, et transportait 118 personnes, dont 54 ressortissants français.

Eski zot konn zistwar Lion ek Souval fou ? Dan Rwayom Palangouli, sa de konper la finn invant enn nouvo zwe pou selebre zot lamour kaspake…

«It is very obvious that public confi dence in the integrity of horse racing industry has been severely dented. This state of affairs warrants what french would say « un véritable remède de cheval»… After careful consideration, after having talked to some people who know, who have made suggestions to me, have given the opinion of what is happening, after careful consideration, I have decided to set up a Commision of Inquiry to look into all aspects of horse-racing in Mauritius. The commission will also consider the advisability of setting up a Turf Authority for overseeing the organisation of races in Mauritius». Telle est l’annonce faite au parlement, mardi dernier 22 juillet, par le Premier ministre Navin Ramgoolam.

Nul doute, l’actualité internationale semble nous plonger inexorablement dans la sinistrose: conflit meurtrier ici, attentat là-bas, et chez nous, l’enlisement dans une situation politique qui semble plus axée vers la tentation de la régression.

Comment se porte la politique, celle des « grands partis » ? Comme d’hab, Bérenger n’arrête pas d’annoncer la prorogation du Parlement et les élections anticipées. Ramgoolam ne rate pas une occasion pour rappeler que son mandat va jusqu’au premier tiers de 2015 et que «élections napa derrière la porte».

Jamais le choix d’un rassemblement pour le Club Maurice en partant pour une compétition majeure a sied parfaitement avec la situation dans laquelle se retrouve la délégation mauricienne.

Un mini-auto-amendement s’impose sur l’épisode relaté dans mon Billet de la semaine dernière concernant “l’alliance-chaussettes”. Un militant de la première heure – il en existe encore des tas et même que ça, pourrait-on dire ! – me rappelle une version différente de l’échange de chaussettes entre SGD et PB dans les années 70.

La criminalité est en baisse. C'est la presse qui déforme les faits. Paroles du Premier ministre qui procédait hier à une cérémonie pour marquer l'entrée en fonction de 977 nouvelles recrues de la force policière. Avant de discuter des propos du ministre de l'Intérieur, une question s'impose. Près d'un millier de policiers supplémentaires, c'est pour quoi faire? Cela ne rime à rien, si c'est pour augmenter le nombre de jeunes recrues sans préparation psychologique adéquate et qui sont tellement vite écrasés par le système qu'ils choisissent de mettre fin à leurs jours, si c'est pour suivre le bon exemple de ceux qui les ont précédés dans des activités de Ponzi, ou dans le milieu hippique. Et si c'est pour être inspiré par un commissaire de police qui n'a rien trouvé de plus urgent à faire que de demander aux collectivités locales de restreindre l'accès de leurs infrastructures aux manifestants et autres grévistes de la faim, les jeunes recrues sont vraiment mal parties. A une telle académie, pas étonnant que, quoi qu'on en dise ou qu'on fasse dire aux statistiques, les résultats ne soient guère probants. Et pas encore rassurants.

… qui les corrigera ? Quelles instances peuvent s'atteler à remettre les parents sur le droit chemin, leur réinculquer les valeurs et principes de base qu'ils ont omis de transmettre à leurs chers petits, qui font la pluie et le beau temps ces temps-ci ?

Alors que l’on s'apprête à passer en revue la semaine écoulée, on ne peut s'empêcher d’avoir une pensée spéciale pour toutes les victimes tombées sous les feux israéliens depuis le début de l'opération baptisée « Bordure protectrice ».

Les récents événements ont, semble-t-il, calmé les ardeurs des manipulateurs de l’ombre puisque, sur la piste, le comportement collectif est en nette amélioration, même s’il reste ici et là des jockeys qui confondent leur rôle de pilote à celui de «mission man» et, à ce titre, le jockey Benedict Woodworth a tout intérêt à se ressaisir s’il ne veut pas subir les foudres des autorités. Son passif à ce titre est déjà éloquent. On attend plutôt de lui qu’il nous régale de son talent, comme l’a fait samedi dernier l’expérimenté Damien Oliver, qui a su rappeler aux puristes que les courses c’est un beau sport et que la maîtrise de son art relève du talent, mais aussi d’une volonté de bien faire.

Un juge avait à trancher entre le bagout d’un noble et la parole d’un gueux. Entre le puissant et le misérable, il se montra fort affable avec l’un. De quoi écrire une fable…

L’amendement à la Constitution voté vendredi aurait dû avoir été soutenu par l’ensemble du Parlement, des partis politiques et des Mauriciens. Malheureusement, c’est dans une atmosphère de campagne électorale, avec ce que cela comporte d’insultes, d’attaques, de dénonciations et de calomnies que le débat a eu lieu.

Le Mauritius Turf Club (MTC) est plus que jamais au pied du mur. Après le scandale autour de la course de Gemmeyze Street et du départ de notre pays, tel un fugitif, du jockey brésilien Fausto Durso dans des circonstances qui méritent d’être expliquées, une nouvelle affaire: celle d’une confidence de l’administrateur du MTC, Jeenarain Soobagrah à l’Italien Guiseppe Parisi lors d’une réunion dans les bureaux privés du Président du MTC, Gilbert Merven  à la rue Madame où se trouvait aussi l’autre administrateur du MTC, Jean Marc Ulcoq.