Opinions

Il y a des silences qui sont plus éloquents et surtout plus payants que les plus grands discours et les plus bruyantes des envolées. On vient de le constater. Après le changement de fusil d'épaule du leader de l'opposition sur l'affaire MedPoint et tout le ramdam que cela est en train de provoquer, entre l'ICAC et la police, il y en a un qui se frotte déjà les mains. C'est le leader du MSM. L'heure du bilan a sonné. Il faut proclamer le résultat. And the winner is… le MSM et Pravind Jugnauth. Sur toute la ligne.

Malgré cet hiver, finalement très doux à ce stade, la température va monter de plusieurs crans ce samedi au Champ de Mars avec la AfrAsia Bank Barbé Cup 2011 qui promet d’être une belle épreuve. Certes, à poids égal, et s’il court sur sa valeur de la saison passée, Disa Leader, cheval champion 2010 et détenteur du record de la distance en 1m34.46, ne sera pas battu.

Dans tous les pays du monde, une sortie premier ministérielle est toujours un événement, une occasion de commenter les sujets qui préoccupent la population et de répondre à ses inquiétudes, à ses attentes. 

Hervé Aimée, le bouillant et brouillon ministre, va peut-être réaliser son rêve : laisser son nom dans l'histoire des Administrations régionales. Il pourrait même, si les choses se déroulent normalement, laisser son nom dans la grande Histoire du pays, de la région et du monde. 

Les journées se succèdent à vitesse grand V et on a du mal à réaliser que l’on soit déjà à la seizième journée. La  Barbé Cup se profile à l’horizon et l’on s’attend à une épreuve de toute beauté, même si Disa Leader qui a repris l’entraînement la semaine dernière, après de menus ennuis, fait figure d’épouvantail  pour cette course qui se courra à poids d’âge. 

D'accord avec Arianne Navarre-Marie pour faire de la protection des enfants une cause nationale. Parce que c'est devenu bien plus urgent que de lancer de grands chantiers à coups de milliards et qui sont censés réduire les accidents de la route, parce que c'est plus déterminant pour notre avenir et celui de nos jeunes. Ce n'est pas possible, ce n'est plus acceptable d'assister, impassible, à cette lente descente aux enfers de toute une génération. La société est malade, s'accordent à constater sociologues et psychologues. S'il y a un mal, il faut le guérir, s'il y a un abcès, il faut le crever. Le plus tôt, le mieux.

J'ai probablement croisé Thierry Montocchio, au départ, dans des cocktails, des vernissages, des inaugurations, des lancements. Dans ces soirées, qu'on n'appelait pas encore des événementiels, où il était indispensable de se faire voir si on faisait partie des happy few qui n'ont pas besoin de se battre pour que leurs photos soient publiées dans les pages people des journaux.

L’introduction du concept de championnats pour chevaux de 3 et 4 ans respectivement est sans aucun doute l’élément majeur de relance ces derniers années de l’hippisme mauricien dont les piliers  reposaient, jusque-là, que sur les 4 grandes courses classiques: Duchesse, Barbé, Maiden et Coupe d’Or et quelques semi-classiques. 

Je m'étais décidé à contre cœur vendredi dernier. L'avant-veille, la presse du matin avait titré qu'il ne restait que quelques jours aux automobilistes pour changer leur plaque d'immatriculation. La National Transport Authority avait fait savoir que la nouvelle loi allait prendre effet le 1er juillet. À ce jour, tous les automobilistes devraient impérativement avoir leur plaque 'contract' —sur fond jaune à l'avant,  'taxi' —sur fond blanc à l'arrière. Je n'avais aucune envie de le faire mais la perspective de contraventions a forcé ma décision. 

C'est le truc le plus délirant et le plus inacceptable qui se soit produit dans notre pays depuis des âges. A l'ère de la transparence, de Wikileaks, de la déclassification de documents stratégiques, de la guerre de grandes puissances, un organisme d'État vient nous dire que des papiers qui sont en sa possession ne peuvent être accessibles à tous et même à une commission qui s'appelle "justice et vérité", dûment créée par un texte de loi avec des pouvoirs étendus. 

Les choses commencent singulièrement à se gâter sur la piste et les mauvaises nouvelles sont de retour. La 13ème journée fut à  ce sujet la pire depuis le début de la saison comme le confirment les interrogatoires des commissaires de courses qui ont convoqué quatre jockeys pour s’expliquer sur leurs montes, nommément Sunil Bussunt (Fearless Thomas), Francois Herholdt (Gamekeeper), Nishal Teeha (Weston Heritage) et Dany Craven (Ay Tee Em). 

Savez-vous à quelle heure un collégien de Chamarel, qui fréquente un collège de Quatre-Bornes ou de Vacoas, doit se réveiller pour arriver à l'heure en classe ? A 4h30 du matin. Sinon, il ratera le premier bus de 5h15 et arrivera en retard. Tous les habitants du village qui travaillent en dehors de Chamarel doivent se lever avant l'aube pour essayer d'arriver à l'heure. 

Ils ont onze ans. Ils fréquentent une école de très bonne réputation. Ils doivent prendre part prochainement aux examens du CPE. Ils se mutilent et tailladent leurs corps à coups de lames retirées de leur aiguisoir. Ils ont apparemment pris pour modèle une enfant en particulier qui présente des troubles du comportement. C'est choquant, certes, mais doit-on vraiment s'étonner que nos enfants en viennent à de tels comportements extrêmes? Non, pas vraiment.

Déjà la treizième journée qui marque le premier tiers de la saison, et le moins que l'on puisse dire c'est que jusqu'ici, hormis quelques écarts notables sanctionnés et d'autres où les fauteurs l'ont échappé belle, la saison se déroule plutôt dans les normes. Personne n'est dupe...

Curieuse logique que celle du gouvernement mauricien, qui consiste à organiser deux élections partielles à Rodrigues, quelque mois à peine avant les législatives. À Maurice, le gouvernement trouve normal de renvoyer les municipales sine die jusqu'à ce qu'une nouvelle loi remplace celle qui régit les administrations régionales. À Rodrigues, il se précipite pour organiser des partielles dans deux régions

Tant attendu, enfin arrivé. Non, ce n'est pas une de ces publicités censées aguicher le consommateur affamé ou frustré, mais il s'agit, en fait, de la nouvelle et toute dernière mouture de la réforme des administrations régionales. Elle est, cette fois, signée Hervé Aimée. Passons sur la saga des annonces, les unes plus définitives et révolutionnaires que les autres, telle celle qui nous promettait onze nouvelles villes, qui ont été ressassées pour être mieux abandonnées.

En mars dernier, le Comité international olympique (CIO) avait annoncé qu'il entend apporter sa pierre au combat contre les paris illégaux. Selon le président du CIO, Jacques Rogge, qui était l'hôte d'un sommet réunissant des dirigeants sportifs, politiciens, opérateurs de paris et Interpol, un groupe de travail a été mis sur pied pour lutter contre les opérations illégales de paris qui ont représenté 140 milliards de dollars dans le monde en 2010.

Coup de téléphone vendredi matin. Au bout du fil un ami travailliste - mais oui, j'en ai ! -qui me reproche souvent de critiquer Navin Ramgoolam et de ne parler que de ses défauts. Il m'appelle pour m'annoncer un scoop : il tient de sources sûres que le Premier ministre va faire ce vendredi ce que beaucoup lui demandent depuis des mois : mettre de l'ordre dans le gouvernement et l'Alliance de l'avenir en procédant à un remaniement ministériel

Un mot d'abord pour saluer la démarche du Premier ministre d'éclairer l'Assemblée nationale sur les derniers développements survenus dans le dossier de la plainte logé par Maurice devant le Tribunal de la Mer pour contester la conversion des Chagos en Protected Marine Park. Il en a profité pour dire que c'est justement pour rencontrer les avocats engagés dans cette bataille légale qu'il a dû se rendre précipitamment à Londres, visite qui n'avait pas été annoncée au moment où il mettait le cap sur le sommet de la SADC en Namibie. Et que nous commentions ici même la semaine dernière.