Opinions

Curieuse logique que celle du gouvernement mauricien, qui consiste à organiser deux élections partielles à Rodrigues, quelque mois à peine avant les législatives. À Maurice, le gouvernement trouve normal de renvoyer les municipales sine die jusqu'à ce qu'une nouvelle loi remplace celle qui régit les administrations régionales. À Rodrigues, il se précipite pour organiser des partielles dans deux régions

Tant attendu, enfin arrivé. Non, ce n'est pas une de ces publicités censées aguicher le consommateur affamé ou frustré, mais il s'agit, en fait, de la nouvelle et toute dernière mouture de la réforme des administrations régionales. Elle est, cette fois, signée Hervé Aimée. Passons sur la saga des annonces, les unes plus définitives et révolutionnaires que les autres, telle celle qui nous promettait onze nouvelles villes, qui ont été ressassées pour être mieux abandonnées.

En mars dernier, le Comité international olympique (CIO) avait annoncé qu'il entend apporter sa pierre au combat contre les paris illégaux. Selon le président du CIO, Jacques Rogge, qui était l'hôte d'un sommet réunissant des dirigeants sportifs, politiciens, opérateurs de paris et Interpol, un groupe de travail a été mis sur pied pour lutter contre les opérations illégales de paris qui ont représenté 140 milliards de dollars dans le monde en 2010.

Coup de téléphone vendredi matin. Au bout du fil un ami travailliste - mais oui, j'en ai ! -qui me reproche souvent de critiquer Navin Ramgoolam et de ne parler que de ses défauts. Il m'appelle pour m'annoncer un scoop : il tient de sources sûres que le Premier ministre va faire ce vendredi ce que beaucoup lui demandent depuis des mois : mettre de l'ordre dans le gouvernement et l'Alliance de l'avenir en procédant à un remaniement ministériel

Un mot d'abord pour saluer la démarche du Premier ministre d'éclairer l'Assemblée nationale sur les derniers développements survenus dans le dossier de la plainte logé par Maurice devant le Tribunal de la Mer pour contester la conversion des Chagos en Protected Marine Park. Il en a profité pour dire que c'est justement pour rencontrer les avocats engagés dans cette bataille légale qu'il a dû se rendre précipitamment à Londres, visite qui n'avait pas été annoncée au moment où il mettait le cap sur le sommet de la SADC en Namibie. Et que nous commentions ici même la semaine dernière.

"Whether, in regard to the horse racing bookmakers, he will state if the High Level Committee on gambling will consider the relocation thereof back to the Champ de Mars, as a matter of priority?" Telle est la question posée par la bouillante députée rouge de Belle-Rose/Quatre-Bornes, au parlement, mardi dernier, au Premier ministre, Navin Ramgoolam. 

C'est grave ce pays où personne ne s'étonne. De rien. Tout est normal. On accepte tout, même les pires entorses à la décence et au respect de la population. Que le Premier Ministre annonce, comme il se doit, officiellement, sa participation au sommet spécial de la SADC à Addis Abeba, c'est dans la tradition et l'ordre des choses.

Vous allez dire que la question de l'eau est une idée fixe chez moi. Vous aurez raison. Mais je ne suis pas le seul. Je suis certain que je partage cette idée fixe avec des milliers de Mauriciens.

Le 1er-Mai terminé, revoilà le temps de la friction. Le rabibochage n'aura été qu'artificiel et de courte durée. C'est le cas de le dire après la violente charge du secrétaire général du Ptr, Lormesh Bundhoo, contre le député du MSM, Jim Seetaram. Le PPS lui a lancé : "Cheap politics, se ki to pe fer la!", alors qu'il cuisinait le Premier ministre sur les problèmes de trafic routier au centre de Montagne-Blanche assorti de questions supplémentaires sur les problèmes très locaux auxquels Navin Ramgoolam ne pouvait pas répondre.

Les Réunionnais, peuple " d'assistés " ! La déclaration du Premier ministre est encore dans tous les esprits, principalement à l'île sœur, où elle a eu l'effet d'une bombe. Les Réunionnais ne sont pas heureux et on peut les comprendre. Le fait est, cependant, qu'en un sens, Navin Ramgoolam n'a pas totalement tort : de par son statut de département d'outremer, La Réunion est effectivement en grande partie dépendante de la France.

Le «talk of the town» cette semaine au Champ de Mars, c’est l’annulation de la course principale, réservée aux meilleurs chevaux de l’île, par le Mauritius Turf Club pour cause d’un nombre de partants jugé insuffisant par les officiels de l’organisation des courses dans notre pays. En effet, trois partants seulement devaient figurer au programme de l’épreuve phare de cette 4ème journée. A la place une course de division inférieure a été programmée et l’on aura droit à huit courses comme d’habitude. L’honneur est donc apparemment sauf. 

Mais quelle mouche a donc piqué le  Premier ministre,  mercredi dernier,  à Arsenal ? Il se livrait pourtant à une de ses occupations favorites : profiter d’une sortie publique, et du discours qui va avec, pour faire la leçon à son auditoire tout en se mettant en avant.

"I thank everyone for spreading this movement all over, forgetting all divides of religion, caste and race this is not the end of struggle and it will continue as long as the bill is not finally passed We have a long way to go We will have to struggle whenever it is necessary We will have to put pressure on the government to make governance transparent.

Les professionnels du tourisme commencent à le murmurer: la qualité du service, un des principaux atouts de la destination île Maurice, commence à se dégrader. Le sourire a perdu un peu de son éclat et on commence à sentir dans l'accueil plus d'artificialité que de spontanéité.

S'il y a une constante dans l'affaire MedPoint depuis le début de l'éclatement de ce scandale, c'est que les principaux protagonistes prétendent ne rien savoir de tout ce qui s'est tramé et qui a conduit à la signature d'un "mari deal" pour une certaine famille un 29 décembre 2010. Personne n'est au courant ! Curieux, non !

Après plusieurs semaines de spéculations, de tergiversations, de négociations, d'espoir et de déception, la compagnie Infinity BPO Ltd s'est effondrée avec sa mise en liquidation cette semaine sous la supervision de Roger Boodhna.

Le Champ de Mars reprend ses habits d'apparat dès ce samedi pour accueillir la nouvelle saison hippique qui, comme sa devancière, commence dans la dernière semaine de mars pour prendre fin début décembre avec à la clé 38 journées que nous souhaitons passionnantes et propres.

Entre cet intempestif "les chiens aboient, la caravane passe" trouvé comme parade par la ministre de la Santé pour esquiver les questions de la presse, les chiens de "Mr Belle Terre" qui oublient d'aboyer juste le jour où sa voiture est incendiée, et le bouledogue sans dents confirmé que se révèle l'ICAC aux yeux d'une majorité de l'opinion, on se croirait dans l'année du chien.

C'est parce que son père déchira un rapport dont il désaprouvait le contenu que Navin Ramgoolam sait que les politiciens ont plus le sens de la vision que les experts. Cette grande révélation ramgoolamienne a été faite mercredi dernier lors de l'inauguration du Charles Telfair Institute de Moka.