Évelyne Paletemps a fêté ses 103 ans le vendredi 18 septembre 2020. Née à Diego Garcia, elle est arrivée à Maurice dans les années 40 après avoir épousé un charpentier mauricien. Depuis trois ans, elle a été prise en charge par le Chagossian Welfare Fund, qui a d’ailleurs fêté cet événement en collaboration avec les proches de la centenaire et la direction de Grand-mère Grand-père, la maison d’accueil de Baie-du-Tombeau où elle réside actuellement.

Elle devient ainsi la doyenne de la communauté chagossienne à Maurice.
Évelyne est née le 18 septembre 1917 à Diego Garcia. Elle a commencé à travailler dès son jeune âge. Selon ses proches, elle faisait partie d’un groupe de femmes chagossiennes qui cueillaient et épluchaient des noix de coco pour la production d’huile, qui est ensuite exportée à Maurice. Devenue une jeune femme, elle fait la connaissance de Raymond Constant, un Mauricien qui s’est rendu à Diego Garcia pour travailler comme charpentier.

Ils tombent amoureux l’un de l’autre et décident de s’unir.
Raymond retourne en compagnie d’Évelyne à Maurice où la cérémonie de mariage est célébrée. Évelyne donne naissance à son premier enfant à l’âge de 29 ans. Au total, elle a eu quatre enfants, dont deux filles et deux fils. Ses deux filles, Jeanne et Melinda, âgées de 78 ans et 60 ans respectivement, sont établies en Norvège. Ses deux fils, Antoine et Régis, sont à Maurice et c’étaient eux qui s’occupaient de la vieille dame avant qu’elle ne soit envoyée en maison de retraite. « Maman nous a toujours raconté son parcours depuis qu’elle est jeune jusqu’à ses vieux jours. Quand elle était à Diego Garcia, elle se levait très tôt pour aller travailler. Elle a commencé à travailler très jeune et elle adorait son métier. Elle mangeait du poulet et des poissons frais. Ce sont d’ailleurs les aliments qui l’ont maintenue en bonne santé. Elle nous a aussi raconté sa rencontre avec notre père. Quand ils sont venus à Maurice, mes parents habitaient Cassis. Elle avait pris de l’emploi comme bonne à tout faire chez des gens. Mon père exerçait toujours comme charpentier. Ma mère voulait travailler pour le soutenir financièrement », relate Régis.

Régis se rappelle que la famille vivait dans une situation très modeste. « Mes parents se sont séparés par la suite et nous sommes restés auprès de ma mère. Elle a continué à travailler pour que ses enfants aient tout ce dont ils ont besoin. Étant donné que maman était une femme active, elle n’a jamais eu de problème de santé. D’ailleurs, malgré ses 104 ans, elle ne souffre ni de diabète ni d’hypertension à ce jour », affirme Régis.

Au fur et à mesure que son âge avance, Évelyne est devenue dépendante de ses deux fils, Antoine et Régis. Selon ce dernier, Évelyne habitait avec eux et ils s’occupaient d’elle comme une enfant. Mais depuis trois ans, elle a été prise en charge par le Chagossian Welfare Fund, qui a décidé de l’admettre dans une maison de retraite afin qu’elle reçoive tous les soins nécessaires. Ses fils viennent lui rendre visite souvent. De plus, depuis quatre ans, Évelyne ne peut plus s’exprimer. Elle se déplace sur une chaise roulante mais ne souffre toujours d’aucune complication de santé. « Ma mère aime toujours ses plats à base de poulet et du poisson. Elle n’a jamais touché ni à l’alcool ni à la cigarette. Elle aimait marcher beaucoup, souvent pour aller au bazar pour acheter ses légumes. Ma mère est ma source d’inspiration », dira Régis.

Ce contenu est réservé aux niveaux :Abonnement annuel (paiement via Paypal ou virement bancaire), Abonnement mensuel (paiement via Paypal), Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal ou virement bancaire), LM/WK/SCP – Abonnement mensuel (paiement via Paypal), LM/WK/SCP – Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal ou virement bancaire), et LM/WK/SCP -Abonnement annuel (paiement via Paypal ou virement bancaire)
S’inscrire
Log In