Avec son premier album Karma : Tii Alexandre et son rêve d’étoiles

Le chanteur de 19 ans a relevé le défi de présenter son premier opus sur scène accompagné d’un groupe de musiciens. Une étape importante dans sa jeune carrière qui annonce peut-être un nouveau tournant. Par-delà les critiques, Alexandre Sylvain s’envole vers ses ambitions. De : Joël Achille.

« Ils stressent en backstage », lâche l’animateur Thierry Ebégénère, en emportant deux verres d’un remontant nécessaire pour apaiser. Entre-temps, quelque 300 spectateurs patientent à l’hôtel Le Suffren, Port-Louis, depuis environ deux heures. Tous attendent le concert de Tii Alexandre qui présente ce soir son premier album, Karma.

- Publicité -

Il est 22h29 quand, enfin, le chanteur de 19 ans monte sur scène sous de vives acclamations. Cette étape constitue pour lui une confirmation de son statut d’artiste, pour lequel les jeunes de sa génération militent, malgré les millions de vues cumulées sur les plateformes numériques.

À l’angoisse de réussir cette présentation s’ajoute celle de jouer avec un groupe de musiciens. En l’occurrence, des membres de la formation Anonym, ainsi qu’une poignée d’autres jeunes prometteurs. Pour cause, Tii Alexandre, comme les autres membres du collectif Lyon Squad, s’exerce généralement en showcase, avec des DJ. Dans des discothèques ou sur de grandes scènes, il suit une piste de sonorités déjà établies. Ce qui permet des écarts au chant, rattrapés quelquefois par l’écho de sa propre voix en arrière, de même que des pas de danses plus appuyés. Cette fois, les erreurs et omissions s’entendront. Et cela, tous le savent.

C’est Donovan Bottesoie, manager de Lion Squad, qui avait opéré la transition vers la musique dite Live en 2023. Pour le lancement de son album Vann Lavenir, à l’hôtel Hennessy Park, lui et d’autres chanteurs – dont le Seychellois Chicco Martino – s’étaient présentés sur scène avec un groupe de jeunes musiciens. L’expérience avait beaucoup plu ; l’énergie dégagée par de telles performances semble inégalée par rapport au playback. Donovan Bottesoie expliquait alors que le lancement d’un album dans cette disposition répondait en quelque sorte aux critiques amères des pairs. Ceux qui ne considèrent pas cette génération de jeunes comme des artistes.

« J’ai moi aussi subi de tels commentaires », confie Tii Alexandre, dans une pièce jouxtant la salle d’enregistrement de Vine Studios, à la lisière de la capitale. De l’autre côté de la porte, le chanteur Abel apporte les ultimes retouches à son tube To Tousel, qui comptabilise 4,1 M de vues sur YouTube. Pour ce lancement, Tii Alexandre s’est entouré de « mes camarades », ceux qui partagent avec lui depuis des années sa passion pour la musique.

Karma constitue pour lui une réponse à « des gens qui m’ont blessé ». Un exutoire démontrant qu’il s’est relevé des coups de prétendus amours. « Je suis devenu plus fort grâce à ces blessures. Ces choses devaient arriver pour faire de moi ce que je suis aujourd’hui. Je les prends comme une sorte de bénédiction. Maintenant je vais mieux. Je m’inspire de ma vie pour chanter », confie-t-il, en esquissant un sourire contrastant avec des yeux cernés de fatigue. « Pena ranker ditou. O kontrer, mo dir mersi pou seki inn ariv mwa. »

Ces blessures ont inspiré notamment 11 titres constituant l’album, mis en ligne sur les différentes plateformes numériques. Les remix sont signés par les DJ Tuks, Helix Dynasty, Yohan, Ash, Nick William et Ivaan. Sur scène ce samedi cependant, aucun d’eux n’est présent. Sept musiciens et une choriste assurent la partie musicale. Un changement énorme découlant d’un voyage en Angleterre.

Partis pour y participer à un festival regroupant les Mauriciens qui y sont établis, les membres de Lion Squad ont rencontré les musiciens d’Anonym. Un premier essai convaincant a eu lieu sur ce territoire, motivant ainsi la poursuite de leur collaboration localement.

Sur scène durant les quelques premiers titres, une légère tension se ressent parmi les chanteurs. Abel s’aventure dans une conversation avec le saxophoniste Samuel Laval qui « fer so mazik ». Puis Tii Alexandre enchaîne avec l’un de ses morceaux les plus populaires, Angela. Toutefois, c’est à l’entrée de Bilygane qu’une impulsion énergique émerge. À l’allure des performances de reggae dancehall d’antan, le chanteur embarque la foule avec l’entraînant Retour Mwa Sa Lepok La. Les artistes qui suivront se laisseront porter par cette vague. Tii Alexandre revient, beaucoup plus requinqué.

Musique de l’OI

Ayant grandi à Curepipe, Alexandre Sylvain ne s’imaginait pas chanteur, bien que cette passion ait animé son père à une époque. Benjamin d’une fratrie de trois, il se plaisait cependant, à l’entame de l’adolescence, à suivre un certain Bomboclak sur les réseaux. C’est ce dernier, également membre de Lyon Squad, qui le pousse à suivre ses rêves, l’initiant au collectif. « La première fois que je suis monté sur scène c’était au Queen’s Club. J’avais 14 ans », se rappelle Tii Alexandre. « Il n’y avait pas beaucoup de monde, mais ils avaient apprécié quand même ».

Sur les plateformes, cette génération qui parle une langue comprise par beaucoup reçoit multitude de followers. Et de vues. Leur musique est écoutée dans les îles de l’océan Indien de même que dans certains pays d’Afrique. Cela, grâce à l’entraînante musicalité retrouvée dans les remix aussi bien que les paroles qui s’y accrochent. Les titres inscrits notamment dans le reggeaton et l’afrobeat font bouger par-delà la compréhension lyrique. Un aspect qui se retrouve également grâce à l’apport des énergiques musiciens d’Anonym.
Le lancement de Karma a mis en lumière la capacité des membres de Lyon Squad à gérer une scène et un public. Argument matérialisé par la prestation de Donovan Bottesoie, dont l’aura aura charmé dès sa montée sur scène. Toutefois, malgré son courage d’affronter le public dans les conditions du Live, la voix du chanteur Yohan semblait à peine perceptible. Sa timide nature aura-t-elle prévalu en cet instant ?

D’autres bémols auront été notés çà et là, majoritairement reliés à de fausses notes vocales. Un aspect à reconsidérer pour d’autres performances de ce genre. Car le public mauricien est très critique à cet égard. Et c’est tant mieux ! L’occasion pour ces jeunes artistes de continuer d’évoluer et de porter plus haut leurs créations.

D’ailleurs, grâce à sa musique, Tii Alexandre a pu visiter différents pays comme la France, l’Angleterre et l’Australie. « Mon rêve est de toucher l’international », confie-t-il. Si les critiques de ce jour constituent des enseignements, nul doute que le rêve des étoiles perceptibles dans ses yeux se matérialisera.


À. propos de Karma

L’album sorti sur différentes plateformes numériques compte déjà des centaines de milliers de vues. Sur YouTube, les vues se comptent par millions. Sur TikTok, des milliers d’internautes ont repris des titres populaires pour en faire des vidéos. En somme, le succès digital est conséquent. D’autant que celui-ci touche même les territoires comme Madagascar et La Réunion. Sur ces terres, les groupes comme Joker Kartel, Armada et Lion Squad sont largement populaires. Karma compte 11 titres remixés par différents jeunes DJ. Un album qui s’ancre dans les profondeurs de l’amour et les torrents qui affectent ou détruisent les relations.


Internet rapporte enfin, mais…

C’est en utilisant des comptes établis à l’étranger que les membres de Lion Squad parviennent enfin à monétiser leurs créations en ligne. De tels dispositifs n’existent pas encore à Maurice. Ainsi, ils sont rémunérés par rapport au nombre de vues cumulées sur les plateformes de streaming en ligne comme Deezer, Spotify et Apple Music. Deux filons demeurent cependant inexploités : ceux de YouTube et TikTok. Pour cause, il est toujours difficile à Maurice de créer un compte capable d’être monétisé. Il incombe, pour cela, d’avoir un contact de confiance à l’étranger, qui pourra mettre en place le dispositif nécessaire. Une réelle complication…

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour

- Publicité -