Bérenger: « Des développements politiques à venir débouchant sur un raz-de-marée de l’opposition »

Paul Bérenger, qui intervenait avant le leader de l’alliance Ptr-MMM-PMSD, Navin Ramgoolam, a relevé que 2023 aura été l’occasion d’un « nouveau départ », qui a permis aux leaders de l’alliance de faire le tour de l’île.

- Publicité -

« 2024 sera l’année des élections générales », a-t-il affirmé, tout en exprimant sa fierté d’avoir participé à l’amendement constitutionnel empêchant tout gouvernement de renvoyer les élections générales. « Il faut non seulement un vote de trois-quarts de l’Assemblée nationale, mais tous les parlementaires doivent voter, en plus d’un référendum dans le pays », dit-il. Il a par ailleurs annoncé que des meetings seront organisés dans les circonscriptions 4, 5, 6 et 7 en plus du meeting du 1er mai, soit avant d’aller vers les élections générales.

Paul Bérenger a ensuite commenté la situation par rapport au fléau de la drogue, à la corruption, à la politique Dominer, à la défaillance du Law and Order et la situation économique. Il en a aussi profité pour critiquer le Speaker de l’Assemblée nationale, Sooroojdev Phokeer, qu’il qualifie de « sauvage » et de « voyou ». Pour autant, dit-il, si ce dernier « abuse de la démocratie, c’est parce qu’il est toléré par Pravind Jugnauth ».

Il a ensuite souligné que la dette publique continue d’augmenter et que toutes les statistiques du gouvernement « sont manipulées par le ministère des Finances et Statistics Mauritius ». Il poursuit : « pe ipotek lavenir dipei e anbet bann gran dimounn. » Tout en estimant que « la vérité a été faite concernant la CSG ».

Paul Bérenger a par ailleurs affirmé que l’alliance Ptr-MMM-PMSD « n’a pas oublié les scandales qui ont secoué le pays ». Concernant l’achat de produits pétroliers, il dira : « soi-disant ils sont très proches de l’Inde, mais ils ont laissé tomber Mangalore afin de favoriser un courtier en produits pétroliers ! » À ce propos, il explique qu’après avoir pris connaissance des résultats des appels d’offres, la STC a décidé de choisir MMG, qui a promis de faire une offre inférieure et accepté d’être payé en roupies mauriciennes.

« Si l’alliance Ptr-MMM-PMSD n’a pas de politique de vengeance après les élections, il faudra toutefois rendre des comptes », prévient-il. « L’alliance n’a pas été constituée pour remplir nos poches, comme ils le font », dira-t-il avant d’ajouter : « pa pou diverti, manze, bwar, me pou sov pei parski zot pe fini lepei zour apre zour inpe plis ! »

« Je compte sur les femmes, les travailleurs, les pêcheurs, les planteurs, les employés d’hôtel… Chacun devra prendre ses responsabilités et faire son devoir en 2024, qui sera un tournant », dit-il. Il a annoncé des développements politiques dans les jours à venir. « Avec ces développements, c’est un raz de marée de l’opposition qu’on prévoit pour les prochaines élections », a-t-il conclu son intervention.

 

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour

- Publicité -