- Publicité -

Championnats nationaux sur route : La preuve par 3 pour Alexandre Mayer

Alexandre Mayer n’a de cesse de laisser son empreinte sur le plan national, lui qui a remporté dimanche le titre de champion de Maurice sur route pour la troisième fois de sa carrière. Le coureur phare du Black River SC-CSI Energy a été tout simplement le plus fort à la pédale dans le duel de costauds chez les élites.

- Publicité -

Pour la petite piqûre de rappel, l’itinéraire était le suivant pour les élites et juniors qui avaient à parcourir 140 km (14 tours) et 100 km (10 tours) respectivement : RondPoint à l’arrière de Leal – Tout droit – Rond-Point Montebello – U-Turn – Rond-Point Leal – Tout droit – Rond-Point à l’arrière de Swami Vivekananda Centre TAG – Rond-Point à l’entrée de Swami Vivekananda Centre – U-Turn – RondPoint à l’arrière de SVICC TAG – TAG – fin Ring Road – U-Turn – retour vers le rond-point à l’arrière de Leal.

C’est d’ailleurs un circuit très difficile, avec beaucoup de dénivelés positifs. Une épreuve faite pour les plus costauds du peloton. Alexandre Mayer avait avoué ne pas se mettre de pression inutile avant la course tant attendue. « Ces championnats de Maurice de route n’étaient pas l’objectif principal de ma saison. C’est un but que je me suis fixé, mais je ne me suis pas mis de pression », avait-il expliqué.

Avant d’ajouter que, « toutefois, étant un compétiteur né, qui n’est pas du genre à reculer devant un défi de taille, je compte me donner a 200% pour conserver mon maillot de champion. » Pour l’anecdote, le leader du BRSC-CSI Energy avait été sacré en solitaire l’année dernière sur les 140 km en 3h46’23 devant les vieux briscards Yannick Lincoln et Thomas Desvaux. Il devait se méfier de son plus grand rival, Christopher Lagane, qui courait après un premier titre de champion national sur route, lui qui a été à de multiples reprises le leader incontesté du chrono individuel. Le double vainqueur du Tour de La Réunion avait à cœur d’accrocher ce titre à son tableau de chasse. « La course sur route reste un de mes objectifs de la saison. Je n’ai jamais été sacré en élite et je dois dire que ça me conviendrait bien de rentrer à la maison avec le maillot de champion. J’ai fait le plein de confiance lors des semaines passées avec les courses glanées. Mon souhait est que cette épreuve se joue entre costauds, à la pédale. Que le meilleur gagne ! » Le ton était donné.

Course tactique parfaite

Mais pour détrôner un champion, il faut y mettre le paquet. « Je n’étais pas très confiant ce matin (ndlr dimanche). Je sentais que mes jambes étaient vraiment lourdes. J’ai mis du temps à entrer dans la course. Ensuite, à 50 km de l’arrivée, Christopher Lagane est parti en solitaire, prenant jusqu’à une minute d’avance. Toutefois, je ne me suis pas affolé et, avec mon coéquipier Gregory Mayer, nous avons gardé la cadence et à un moment, le chef de fil de Faucon Flacq a craqué à deux tours de l’arrivée », raconte Alexandre Mayer. Avant de poursuivre qu’arrivé à la hauteur du double vainqueur du Tour de La Réunion, « je l’ai attaqué pour l’éliminer. Je me suis alors retrouvé avec Thibault D’Unienville et Dylan Redy (champion national sur route 2019) dans ma roue. Je stressais un peu étant donné que j’étais conscient qu’il n’avait pas fourni le même effort que moi sur les 50 derniers kilomètres. Dylan a tenté d’attaquer sur la fin, tout comme Thibault, mais je les ai contrés pour filer vers la victoire finale », avoue le triple champion sur route. Mayer a été crédité d’un chrono de 3h48’13 devant D’Unienville et Redy, tandis que Christopher Lagane a pris la 5e place.

Chez les juniors, les deux grands favoris étaient sans contestation aucune les deux représentants du FFSC-KFCPepsi Samuel Quevauvilliers et Keylan Ciprisse. C’est le premier nommé qui l’a emporté face à son partenaire de sélection en 3h12’54. La troisième place est revenue au Rodriguais Noah Ong Tone.

Pour rappel, Quevauvilliers et Ciprisse avaient pris parts aux derniers championnats d’Afrique de la spécialité en Égypte. Quevauvilliers était rentré au pays avec la médaille de bronze autour du cou, glanée chez les juniors. À noter que les premiers titres nationaux ont été décernés la veille, soit le samedi 25 juin.

Les pass-cyclistes, masters, cadets, féminines de plus de 17 ans, minimes et féminines de moins de 17 ans se sont affrontés à Sorèze, sur un circuit différent de celui des élites et juniors. En effet, les coureurs de ces catégories n’ont pas eu à faire la petite boucle vers le Swami Vivekananda International Convention Centre. Le circuit était long de 9 kilomètres. Les pass-cyclistes, masters et cadets ont effectué huit tours, soit 72 km. Les féminines de plus de 17 ans ont eu sept tours à se mettre sous la dent (63 km), alors que les minimes et féminines de moins de 17 ans étaient en action sur quatre tours (36 km).

i a été sacré chez les cadets en 2h07’51, alors que chez les minimes, c’est Juliano Ndriamanampy qui a fait la différence devant Jamie Louis, Tristan Hardy et Henri Rouillard, qui ont tous terminé dans le même temps. Laurent L’Entêté a fait la différence en pass-cyclistes, alors que les autres gagnants sont : Gervais Gourdin (Master 2), Olivier Rouillard (Master 3), Adriana Charlot (Feminine des moins de 17 ans) et Aurélie Halbwachs-Lincoln (MSRC-ENL).

L’on retiendra que la talentueuse Kimberley Lecourt de Billot (médaillée d’or et d’argent lors des championnats d’Afrique), qui était rentrée au pays spécialement pour la compétition, n’a pas été mesure de relever le défi dû à une infection bactérienne aiguë. Sa priorité demeure d’ailleurs les Jeux du Commonwealth à Birmingham (28 juillet-8 août). Mention spéciale à la Team Rodrigues, qui s’est très bien comportée pour une première participation.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour