Économie – Production sucrière : 
Le prix ex-Syndicat atteint Rs 30 951 la tonne

C’est un nouveau record. Le prix du sucre ex-Syndicat des Sucres a été finalisé lundi matin lors de la réunion du comité exécutif du Mauritius Sugar Syndicate, à Rs 30 951 la tonne pour la coupe 2023, contre Rs 25 554 la tonne pour la coupe 2022. De quoi soulager encore une fois les planteurs et producteurs de sucre. En 2018, le prix avait dégringolé jusqu’à son plus bas niveau, soit Rs 8 800 la tonne.

- Publicité -

« Le prix ex-Syndicat s’est amélioré de 21% comparé à la campagne précédente, après une hausse de 52% pour la récolte 2022. Ajouté à ce prix, il y a la rémunération de la bagasse et de la mélasse qui atteindra Rs 5 175 la tonne. Ce qui fait que les planteurs bénéficieront d’un montant total d’environ Rs 36 126 », explique Devesh Dukhira, Chief Executive Officer du Syndicat des Sucres.
Cette hausse de prix découle de la conjoncture exceptionnelle de 2022, lorsque le cours mondial du sucre était élevé et qu’il y avait un déficit de production en Europe, sans compter la guerre en Ukraine qui avait fait grimper le coût de production du sucre de betterave.

En 2023, ces conditions de marché exceptionnelles ont perduré – du moins pendant le premier trimestre, lorsque le Syndicat des Sucres a commencé à vendre le sucre en début de campagne, « le prix du sucre sur le marché mondial était élevé. L’Inde avait cessé d’exporter son sucre et la Thaïlande affichait une baisse de production, sans oublier les effets spéculateurs qui ont fait que le prix sur le marché mondial continuait à augmenter », souligne Devesh Dukhira.

En outre, en 2023, les ventes de sucre ont bénéficié davantage de la dépréciation de la roupie, comparé à 2022 et cela a contribué à la hausse de prix du sucre. « L’année dernière, nous avons eu une conjoncture exceptionnelle et c’est tant mieux. Ça a perduré au début de 2023 mais c’est exceptionnel. Sur le dernier trimestre nous avons commencé à voir une baisse des prix, notamment sur le marché mondial », précise le CEO du Syndicat des Sucres. Au dernier trimestre 2023, le prix du sucre sur le marché mondial avait d’ailleurs baissé par USD 150, ce qui laisse déjà présager un prix ex-syndicat inférieur pour la récolte 2024 : « évidemment que nous n’aurons pas les prix records que nous avons connus pour 2022 et 2023. C’étaient des années exceptionnelles et ces conditions de marché ne vont pas perdurer, et nous devons nous attendre à une baisse pour la récolte 2024. »

C’est pour contrecarrer la volatilité des prix justement que le Syndicat des Sucres se focalise également sur les marchés niches, incluant le sucre Bottlers Grade, très demandé par les embouteilleurs et qui offre des primes additionnelles.

Par ailleurs, Devesh Dukhira soutient que les planteurs et producteurs doivent profiter des périodes fastes pour investir et améliorer les pratiques culturales. « Il y a eu pas mal de replantation des champs, donc une amélioration du rendement. Ce qui explique pourquoi la production sucrière était supérieure en 2023 (238 854 tonnes) comparé à 2022 (232 707). Et pour 2024, l’estimation est de 250 000 tonnes. C’est une très bonne chose, » laisse-t-il entendre.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour

- Publicité -