- Publicité -

Hausse des prix : « Le shopping n’est plus un plaisir », dit XLD

Le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, a affirmé samedi que le shopping « n’est plus un plaisir à Maurice ». Il a attribué cette situation à la dépréciation sensible de la roupie, qui entraîne une hausse conséquence des prix des produits de base.

- Publicité -

« Le shopping familial avec les enfants est devenu un cauchemar traumatisant prenant en compte que les parents doivent faire la sourde oreille aux demandes de leurs enfants. En fait, l’année 2022 sera celle de l’appauvrissement des consommateurs à cause de l’augmentation des prix », anticipe-t-il.

Il fait état de dépréciation massive de la roupie vis-à-vis des trois devises principales, à savoir la livre sterling (25 %), l’Euro (21%) et le dollar (20%) depuis les dernières élections générales. Il estime que cette dépréciation est pratiquée en vue d’augmenter les profits de la Banque de Maurice et gonfler par là même les recettes de la Taxe à la valeur ajoutée (TVA).

« Nous avons demandé à la BOM d’arrêter la dépréciation, qui appauvrit les consommateurs. Il faut recapitaliser la Banque de Maurice car ses Shareholders Funds, qui sont passés de Rs 43 milliards à Rs 3 milliards, ce qui l’empêche de défendre la roupie », dit-il.

Par ailleurs, Xavier-Luc Duval a demandé à la population de ne pas se laisser berner  par la hausse des réserves en devises étrangères. Ce montant est aussi composé de centaines de milliards de roupies d’emprunt du gouvernement et de la Banque de Maurice.

« Plus on est endetté, plus nos réserves en devises étrangères sont en hausse.  Or les Shareholders Funds sont presque à zero », s’étonne-t-il dit.

Au sujet des inondations, Xavier-Luc Duval a lancé : « Enough is enough ».  Il a souligné que Rs 11, 7 milliards ont été accordées dans le budget pour remédier au problème de drains. « Au lieu d’une amélioration, la situation empire», fait-il ressortir.

Par ailleurs, le leader de l’opposition a signifié qu’en « tenant compte du degré de corruption dans tous les domaines, nous réclamons la transparence totale sur les milliards qui ont été dépensés, probablement gaspillés dans l’allocation des contrats aux petits copains ».

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour