- Publicité -

Pravind Jugnauth :« Ni museler les radios privées ni restreindre la liberté d’expression »

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, s’est défenu de toute opération de muselage des radios privées ou de restriction de la liberté d’expression. Il intervenait dans les débats sur l’Independent Broadcasting Authority (IBA) Amendment Bill en expliquant que la présentation des amendements est motivée par des changements dans le paysage médiatique. Il déclare que dans le cadre de la préparation du texte de loi, les autorités ont puisé « dans les meilleures pratiques dans le monde en ce qu’il s’agit d’établir un équilibre entre les droits et les obligations, entre les droits et les responsabilités ».

- Publicité -

Le Premier ministre affirme que son but « n’est pas de museler les radios privées ni de porter atteinte à la liberté d’expression », mais de permettre à l’IBA « de fonctionner dans un nouvel environnement » et de fonctionner plus efficacement en tant que régulateur. Il estime que l’IBA « a un rôle vital à jouer dans une société démocratique moderne ». Un rôle visant à promouvoir un environnement sain et paisible.

Pravind Jugnauth est revenu que les clauses du texte de loi. Il a ainsi expliqué que les provisions concernant les révocations n’ont été mises en application qu’une seule fois dans le cas de Planet FM. « De toutes les façons, les permis d’opération ne durent pas éternellement. Toutefois, à plusieurs reprises, des radios privées ont été suspendues », rajoute-t-il.

Il a ensuite fait mention d’une nouvelle mesure, à savoir l’Administrative Penalty, qui est mise en application dans le secteur financier, notamment par la Financial Services Commission et la Banque de Maurice mais aussi le Medical Council. Il explique que les mesures prises «peuvent être contestées par le truchement de Judicial Reviews devant la Cour suprême ».

S’agissant de la réduction de la durée des licences, qui passe de trois à un an seulement, le Premier ministre rappelle que les radios privées paient leur licence sur une base annuelle et que la réduction de la durée du permis d’opération vise donc à harmoniser la situation. Pour le Premier ministre, « il est tout à fait normal que le renouvellement de la licence tienne en ligne de compte la performance de la radio durant l’année écoulée ». Il a cité des pratiques appliquées en France et aux Etats-Unis. Revenant sur la question de l’Administrative Penalty, le Premier ministre note que « cette mesure oblige les opérateurs à se conformer aux règlements de l’IBA ».

Poursuivant, Pravind Jugnauth rappelle que le Standard Committee prévu dans « l’IBA Act a été totalement inefficace et n’a pris aucune action depuis sa création », et ce, malgré le fait que ses membres perçoivent des allocations d’un montant total de Rs 1,2 million. Le Complaint Committee a, depuis sa création, entendu 228 plaintes, dont 117 ont été rejetées, explique-t-il. D’où l’importance, selon lui, de l’Independant Broadcasting Review Panel, qui sera présidé par un juriste ayant au moins cinq ans d’expérience et qui sera composé de personnes ayant « une longue expérience dans l’audiovisuel et dans la presse ».

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour