- Publicité -

Politique : Les 100 jours de LPM célébrés contre le GM

Linion Pep Morisien (LPM) marque ses 100 jours d’existence. Quatre principaux dirigeants de ce regroupement politique, en l’occurrence Bruneau Laurette, Jean-Claude Barbier, Raouf Khodabaccus et Dev Sunassy, ont ainsi passé en revue les différents combats menés ces derniers mois. « LPM enn lopozisyon a lez lor loltar konpare a lopozisyon parlmanter ki pa rod desan lor terin », avance Bruneau Laurette.

- Publicité -

Il égratigne le gouvernement « qui à chaque fois demande au peuple de ser-sentir. Alors qu’eux ne font aucun sacrifice et continuent à percevoir les différents allowances ». Il estime que la politique du Premier ministre, Pravind Jugnauth, consiste à « divide and rule » en évoquant souvent les sujets d’ordre national lors des sorties socioculturelles.

Bruneau Laurette a fustigé le gouvernement sur la gestion de la catastrophe du Wakashio. « Des pêcheurs et des plaisanciers attendent toujours d’être indemnisés deux ans après, alors que l’État a déjà reçu beaucoup d’argent en forme de compensation ». Il a demandé aux Mauriciens de rester mobilisés à la fois pour les manifestations à venir et en vue des prochaines élections régionales et nationales.

Pour sa part, Jean-Claude Barbier a expliqué que LPM a été créée « pour mettre en exergue le mauricianisme et travailler sur les attentes du peuple ». Il a évoqué plusieurs combats, menés par ce parti ces trois derniers mois comme le rétablissement de la date de paiement de la pension de vieillesse au début de chaque mois, la pression pour enlever l’obligation du masque sanitaire ou encore sur la torture policière. À ce sujet, il a dénoncé la réponse du Premier ministre Pravind Jugnauth à la PNQ d’hier au sujet du fonctionnement de l’Independent Police Complaints Commission (IPCC). « Il est inacceptable que le PM vienne dire qu’il y a des cas de brutalité moins graves », souligne-t-il.

Il critique le fait que le budget n’ait fait aucune provision pour améliorer les besoins de l’IPCC. « Il n’y a aucun empressement dans l’attitude du Premier ministre pour que des enquêtes se déroulent rapidement alors que l’image de notre pays a pris un sale coup au niveau international », dit-il.

Raouf Khodabaccus estime que Pravind Jugnauth et son gouvernement veulent brainwash la population après l’annonce de l’enlèvement des mesures sanitaires mardi soir.
« Normalement, le PM avait l’habitude de s’adresser à la population la veille ou d’annoncer une décision pour le lendemain. Il veut faire croire à un feel-good factor avec cette déclaration et avec certains mesures du budget », ajoute Raouf Khodabaccus demandant à la population de ne pas se laisser berner car dès le 1er juillet, il n’y aura plus de subsides sur plusieurs articles. « LPM pou desann pli bien lor terin. Nou konba li pou kont lavi ser », maintient-il.

De son côté, Dev Sunassy a demandé une réforme du système judiciaire estimant que des affaires en Cour prennent trop de temps. Il rappelle que LPM a fait certaines propositions sur son site web, comme la nomination d’un juge d’instruction pour donner certains ordres à la police.

 

 

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour