- Publicité -

Présents samedi à l’occasion des 210 ans du MTC : Les jockeys mauriciens font de la résistance à People’s Turf…

Ils annoncent qu’ils ne seront présents ni à l’entraînement, ni en courses s’ils ne sont pas adéquatement assurés d’ici lundi prochain

- Publicité -

Dinesh Sooful démissionne de la présidence de l’Association des jockeys et apprentis mauriciens et se défend, sous pression, d’être derrière le mouvement des jockeys

Les jockeys et apprentis mauriciens sont montés au créneau hier. Ils ont décidé qu’ils ne monteront ni à l’entraînement ni en course quand People’s Turf PLC en sera l’organisateur. Leur grief est que jusqu’ici, rien n’a été entrepris pour régler le problème d’assurance et ce, malgré les nombreuses représentations officielles faites auprès non seulement de People’s Turf PLC (PTP), mais également auprès de la Horse Racing Division (HRD). Alors qu’en tant qu’autorité, la HRD se devait d’assurer que les jockeys soient protégés et leurs familles aussi en cas d’accident grave. La question ne se pose pas pour les MTC/MTCSL en règle sur cet aspect des conditions de service.

Contrairement à la MTC Sports and Leisure Limited, People’s Turf PLC s’était appuyé sur un arrangement avec la SICOM pour couvrir le temps d’un jour les jockeys mauriciens. Pour la double journée et la semaine en amont, les jockeys et apprentis mauriciens ont dû se contenter de la parole du CEO de People’s Turf — confirmée en écrit — que tout serait réglé en cas d’incident ou d’accident.

Ce document n’aurait aucune valeur légale et de ce fait, les jockeys ne veulent plus prendre de risque d’autant que l’état de la piste est en train de se détériorer faute d’entretien convenable sous People’s Turf PLC. La HRD avait déjà été alertée officiellement, mais, selon des informations glanées par Le Mauricien, rien dans le contrat avec People’s Turf PLC impose à celle-ci la souscription d’une police d’assurance.

Si ce détail se révèle exact c’est une énorme bévue commise par la HRD et, par ricochet le Gambling Regulatory Authority (GRA), reléguant au second plan la sécurité des jockeys, surtout une année après le décès accidentel d’un jockey champion Nooresh Juglall.
Dans un contexte où sa crédibilité est mise à mal il n’est pas exclu que la HRD se décide de convoquer le Chief Executive Officer de People’s Turf PLC, K.K. Ubheeram, pour essayer de trouver une solution. Les jockeys et apprentis soutiennent qu’il n’y a pas dix 10 000 solutions. Il y en a qu’une : celle de leur proposer une police d’assurance en bonne et due forme.

Techniquement, ce problème aurait dû être réglé avant même le départ de la saison où la HRD aurait dû contraindre les deux organisateurs à souscrire à des assurances. L’organisme dirigé par Wayne Wood porte donc une énorme part de responsabilité dans cette nouvelle crise qui se précise pour la sixième journée.

La Gambling Regulatory Authority de Dev Beekharry, qui a octroyé une licence d’organisateur des courses à un organisme qui n’a aucune expérience dans ce domaine et qui présente un déficit de crédibilité pour obtenir un contrat d’assurances pour les jockeys, est également responsable de cette situation au vu des risques potentiels à la sécurité des Stakeholders.

L’équation du jour est que People’s Turf PLC n’a pas la profondeur professionnelle, ni les références utiles pour garantir aux compagnies d’assurances d’être une organisation sans failles et sans danger pour ses partenaires. Le partage de responsabilités touche également l’Hôtel du Gouvernement, surtout après l’intervention du Premier ministre, Pravind Jugnauth, à l’Assemblée nationale, samedi dernier.
Dans la conjoncture, la difficulté pour People’s Turf PLC est de pouvoir convaincre les assurances que les risques sont sous contrôle et maîtrisables. Son inexpérience et ses débuts constituent un obstacle majeur pour trouver une compagnie d’assurances qui veuille assumer les risques. Mais sans assurance, il est du devoir de la HRD d’assumer ses responsabilités.
Par ailleurs, la communauté des jockeys et des apprentis mauriciens est divisée, pas sur la question d’assurance qui est vitale, mais sur leur allégeance obligatoire au magnat des paris et principal actionnaire de People’s Turf PLC, en l’occurrence Jean-Michel Lee Shim. Dès que la situation devient compliquée, ce dernier se replie dans son Low Profile habituel.
Dans cette confusion, le président de l’Association des apprentis et jockeys mauriciens, Dinesh Sooful a préféré soumettre sa démission pour ne pas être pris entre deux feux. Qui le remplacera ? Les paris sont ouverts d’autant que Rye Joorawon a refusé de prendre le relais. Il semblerait que celui qui sera propulsé à ce poste doit être obligatoirement un proche de Jean-Michel Lee Shim.
L’apprenti Abishek Soonaram est donné comme le grand favori. Mais a-t-il l’expérience nécessaire ? That’s the question ! En attendant, Ally Hossain assure la suppléance. Dans une lettre à la HRD avec copie à la People’s Turf PLC, l’ancien président des jockeys, Dinesh Sooful, a juré ne pas être derrière le mouvement de protestation des jockeys.
Par ailleurs, des jockeys, qui sont proches de People’s Turf PLC et surtout sous l’influence de certains de ses actionnaires, parlent de pressions insoutenables le jour des courses. Certains reçoivent des instructions de leurs entraîneurs, d’autres directement des représentants de PTP à la toute dernière minute. Des jockeys sont même appelés en aparté, en rupture avec les règlements d’isolement, loin du regard du public turfiste, pour des raisons évidentes….

————————————

MTC/MTCSL : l’aide financière des membres sollicitée

Dans une correspondance adressée à tous les membres, Benoît Halbwachs, le secrétaire du Mauritius Turf Club, leur a demandé de soutenir le club financièrement en ces moments difficiles. À cet effet, il a demandé à tous ceux qui sont disposés à le faire de se mettre en contact avec lui.
Dans cette lettre, Benoît Halbwachs a fait état des difficultés que le MTC et la MTCSL connaissent depuis quelques mois. Il n’a pas manqué de souligner que les coûts des frais légaux pour défendre les intérêts du Club et sa compagnie subsidiaire ne cessent d’augmenter.
« Le volume de travail requis pour surmonter les problèmes est substantiel et sans précédent. Les ressources, incluant les apports internes et externes Pro Bono, ne sont pas suffisantes pour gérer les affaires urgentes qui doivent être résolues pour préserver et protéger les intérêts du MTC/MTCSL. Il est donc d’une importance capitale que le MTC/MTCSL se dote d’une équipe légale qui aura pour objectif principal de l’assister dans le traitement des affaires juridiques et légales », fait-on comprendre.

————————————

Teetan sponsorise le MTC

Karis Teetan, le jockey mauricien qui rend tout le pays fier de son parcours à Hong Kong, a décidé de venir an aide au Mauritius Turf Club dans le cadre de la cinquième journée qui marquera ses 210 ans d’histoire.
Le Mauritian Magician, comme on le surnomme à Hong Kong, voulait apporter sa pierre au MTC dans ces moments difficiles, en guise de reconnaissance pour tout ce que ce club a fait pour lui avant de devenir ce jockey de génie et de talent.
Ainsi, la troisième course de cette cinquième journée sera dotée de The Karis Teetan Disa Leader Cup. Le Mauricien occupe actuellement la 3e place au classement des jockeys à Hong Kong avec 70 victoires cette saison.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour

- Publicité -