Audition houleuse, de surcroît avec son lot de révélations, que celle de la Flight Purser d’Air Mauritius, Neeta Nuckched dans l’enquête judiciaire se déroulant au tribunal de Moka. Cette dernière, longtemps cuisinée par Me Roshi Bhadain sur la mainmise alléguée de l’ex-ministre du Commerce Yogida Sawmynaden dans les affaires de Neetee Selec pendant le confinement avec des contrats décrochés auprès de la State Trading Corporation, Courts Mammouth, au conseil de district de Moka et même pour décontaminer les bureaux du ministère du Commerce, Neeta Nuckhed persiste et soutient que son ami d’enfance – avec qui elle est restée proche – n’a rien à voir avec tout cela. Elle se dit également peu convaincue du fait que Vinaye Appanna aurait utilisé Neetee Selec pour « blanchir de l’argent » dans son projet de construction de sa maison à Beau-Bassin. Me Bhadain a, lui, rappelé d’ailleurs que c’est en raison de ces contrats décrochés que Soopramanien Kistnen en avait « ras-le-bol » et souhaitait dénoncer ces pratiques illicites à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), ce qui lui aurait couté la vie.

La Flight Purser Neeta Nuckched a été acculée par le fait que sa compagnie Neetee Selec n’avait ni Trading Licence ni Business Registration Number pour opérer et qu’il était donc inconcevable qu’une institution comme la State Trading Corporation (STC) puisse la sélectionner pour des Emergency Procurement Contracts et ou encore que c’est du fait de sa proximité avec l’ex-ministre du Commerce qu’elle avait bénéficié des faveurs de ces institutions. Elle devait toutefois nier en bloc toute intervention de Yogida Sawmynaden, son ami d’enfance, dans ces transactions. Et de soutenir qu’elle avait tout entrepris selon les règles depuis l’incorporation de la compagnie le 21 avril 2020.
Neeta Nuckched devait aussi être confrontée à des soupçons de blanchiment d’argent qui aurait été orchestré par Vinaye Appanna, en injectant au moins Rs 2,7 millions au sein de Neetee Selec pour l’achat d’une cargaison de bois pour la construction de sa maison dans un quartier huppé de Beau-Bassin. Elle n’a rien voulu entendre, faisant mine de ne pas être au courant que Neetee Selec avait raflé des contrats au nez et à la barbe de Soopramanien Kistnen, qui les avait convoités, se pensant fort de sa relation avec Yogida Sawmynaden, mais qui ne devait rien obtenir. Pour le faire taire, une promesse d’une somme d’environ Rs 14 millions pour tout oublier et ne rien dénoncer, qui a causé sa disparition lorsqu’il s’apprêtait, le 16 octobre dernier, à toucher une partie de cette somme à La-Louise, alors que selon les témoignages, il devait aller à la rencontre de Vinaye Appanna et Deepak Bonomally ce jour-là.
Neeta Nuckched a apporté des éclaircissements sur les fonds qu’elle aurait injectés dans Neetee Selec, selon les dires de sa partenaire Keshwari Poonyth. Me Bhadain lui a rappelé que le pays était en confinement et que cette démarche faite à la Bank of Baroda pendant cette période n’était pas clair du fait déjà qu’une banque devrait appliquer les procédures, dont la Due Diligence et le Know Your Customer avant de permettre l’ouverture d’un compte bancaire pour une compagnie nouvellement incorporée. Neeta Nuckched s’est contenté de répondre : « Je suis certaine que je me suis rendue à la banque où j’ai rempli un formulaire et déposé Rs 5 000 ». Viennent alors les échanges sur les millions de Neetee Selec.
Roshi Bhadain : Keshwari Poonyth a révélé que vous aviez transféré entre Rs 1,5 M à Rs 2 M dans la compagnie Neetee Selec, est-ce vrai ?
Neeta Nuckched : Je n’avais pas autant d’argent pour transférer sur le compte bancaire de Neetee Selec.
RB : Quelqu’un d’autre aurait-il transféré cette somme d’argent ?
NN : Oui !
RB : Quelle est l’identité de cette personne ?
NN : Une personne recommandée par Keshwari Poonyth, je ne le connais pas, juste de nom, M. Appanna. Cette somme d’argent qu’il a injectée était un paiement en avance pour l’importation de bois en teck.
Neeta Nuckched de révéler alors que Vinaye Appanna, directeur de plusieurs compagnies, dont AV Techno World Ltd, était devenu un client de Neetee Selec pour l’importation de bois en teck, nouveau créneau choisi par Neetee Selec pour diversifier le business. Toutefois, sur le fait que la compagnie n’avait pas encore de Trade Licence ou encore de Business Registration Number, pour opérer, Neeta Nuckched n’a pu donner une réponse précise, avançant que le couple Poonyth serait plus apte à répondre à ces questions, malgré le fait qu’elle est la fondatrice et fut directrice de Neetee Selec.
Au sujet des Deals de Neetee Selec avec Vinaye Appanna, Neeta Nuckched a fait comprendre que l’importation de bois était devenue son domaine, car ces parents font aussi affaire et ont des fournisseurs à l’étranger, dont en Inde. « Le bois devait toutefois être importé d’Indonésie n’est-ce pas ? » lui lance alors Me Bhadain. Elle ajoute c’est le fournisseur en Inde qui lui avait recommandé un contact à Bali, Indonésie. Elle admet toutefois que la cargaison de bois est toujours stockée dans un store lui appartenant à Roches-Brunes, soit depuis août 2020, alors qu’elle a elle-même avoué qu’elle n’a pas de permis pour stocker une telle quantité de bois.
En ce qui concerne les transferts bancaires, Neeta Nuckhed a avancé qu’il y a eu des versements d’environ Rs 2,7 millions sur trois tranches, effectués par Vinaye Appanna. Aussi d’ailleurs que la compagnie de Deepak Bonomally, Bo Digital Co Ltd, avait transféré Rs 600 000 sur le compte bancaire de Neetee Selec pour un projet de rénovation de conteneurs pour la revente.
Me Bhadain devait par la suite s’attaquer aux relations entre Yogida Sawmynaden et Neeta Nuckhed et l’implication de l’ex-ministre dans les contrats obtenus par Neetee Selec.
RB : Connaissez-vous deux ouvriers qui ont effectué des travaux sur un terrain à côté de votre domicile à Ebène ?
NN : Je ne me souviens pas d’eux.
RB : Si je vous dis que le 11 décembre 2019, Yogida Sawmynaden, Soopramanien Kistnen et vous-même étaient présents sur ce terrain et que c’est Yogida Sawmynaden qui expliquait aux deux ouvriers comment les travaux devaient se faire avec des barres métalliques à être placés autour du périmètre du terrain ?
NN : Je ne me souviens pas.
RB : Si ces ouvriers disent que le jour où ils ont effectué ces travaux, Yogida Sawmynaden était venu à votre domicile avec deux pots de fleurs et a passé plus de deux heures chez vous avant de partir, est-ce vrai ?
NN : Je ne me souviens pas.
RB : Saviez-vous que Yogida Sawmynaden avait quitté le toit conjugal en novembre 2019 pour aller vivre seul dans un flat à Curepipe ?
NN : Non.
RB : Et qu’il est retourné sous le toit conjugal en septembre 2020, quand vous avez décidé de vous retirer comme directrice de Neetee Selec.
NN : Non.
RB : Aviez-vous visité Yogida Sawmynaden lorsqu’il vivait seul à Curepipe ?
NN : Écoutez, je suis mariée, je suis mère, je n’ai jamais rencontré Yogida Sawmynaden dans cet appartement.

Me Bhadain devait ajouter que c’est grâce à sa proximité avec l’ex-ministre du Commerce que sa compagnie Neetee Selec avait décroché ces cinq contrats, et le plus flagrant celui où Neetee Selec devait décontaminer les bureaux du ministère du Commerce à Port-Louis, alors que Yogida Sawmynaden était encore ministre. Aussi, celui de Courts Mammouth du fait que Me Bhadain a avancé au témoin que Yogida Sawmynaden était un contracteur, avant 2014, pour la construction de murs et de toilettes à Bell-Village. Des travaux entretenus par Soopramanien Kistnen. « Soopramanien Kistnen était contrarié de ne pas avoir reçu ce contrat de Courts qui est revenu à Neetee Selec pour la décontamination, le saviez-vous ? » devait lancer Me Bhadain à Neeta Nuckched. Cette dernière a indiqué qu’elle n’en savait rien.
RB : Neetee Selec a été incorporé délibérément pour obtenir des contrats auprès des institutions gouvernementales, mais aussi pour blanchir l’argent de Vinaye Appanna.
NN : Je ne suis pas au courant.
RB : Vous avez été utilisée par Yogida Sawmynaden, tout comme Soopramanien Kistnen l’a été, pour faciliter le pillage qui a eu lieu à la STC pendant le confinement, à travers des compagnies de Deepak Bonomally et Vinaye Appanna, qui ont été arrêtés pour des cas de corruption.
NN : Je ne sais pas.
RB : Yogida Sawmynaden vous a appâtée pour incorporer Neetee Selec car vous lui faisiez confiance, étant votre ami d’enfance.
NN : C’est faux.
RB : Vous tentez de le protéger de tous ses méfaits alors que vous étiez au courant de tout cela.
NN : Non.
RB :  C’est exactement ce qui est arrivé à Soopramanien Kistnen, raison pour laquelle il est mort aujourd’hui.
NN : Je ne sais pas.
Me Bhadain a insisté sur le point que Neetee Selec avait été « utilisée pour faciliter le blanchiment d’argent orchestré par Vinaye Appanna ». De rappeler que Vinaye Appanna, qui disposait de plusieurs compagnies à son actif,  n’avait aucune raison de retenir les services de Neetee Selec en faisant un ‘advance payment’ de Rs 2,7 millions pour l’importation de bois en teck. De soutenir alors « Neetee selec is a sham for Appanna to launder his money ». Neeta Nuckched devait répondre par la négative.
Ainsi, l’étau se resserre désormais dans l’enquête judiciaire avec l’audition aujourd’hui de Deepak Bonomally, directeur de Bo Digital Co Ltd – qui avait décroché des Emergency Procurement contracts avec la STC pendant le confinement d’environ Rs 300 M – et proche collaborateur de Vinaye Appanna.

————————————

Chamailleries entre avocats… sans suite

L’enquête judiciaire a aussi été marquée par les échanges tendus entre Neeta Nuckched, Me Roshi Bhadain et Me Dick Ng Sui Wa, détenant un Watching Brief de l’hôtesse de l’air, concernant des propos tenus dans l’enceinte du tribunal de Moka.
Neeta Nuckhed devait déclarer qu’une fois, dans l’aire de stationnement du tribunal de Moka, Me Bhadain lui aurait lancé : « Neeta, just say it is Yogida’s company and I will say I don’t have any other questions and you will go freely. » Bhadain, remonté, devait faire état d’une « tentative délibérée d’éviter de répondre à une question directe concernant sa relation avec Yogida Sawmynaden et pour le protéger » parlant d’accusations infondées et d’une attaque directe envers un homme de loi.  Il a voulu rétablir les faits en avançant que c’est Me Ng Sui Wa qui l’a approché ce jour-là pour lui dire «  Yogida ena tout pou fer ek sa konpagni-la, mo klian pena narien a fer ladan » et de lui dire de ne pas « al dir relasion ant Yogida ek Neeta ».
Me Ng Sui Wa devait lui donner sa version des faits, soit que Roshi Bhadain lui aurait dit « si to klian koz laverite al dir Yogida ki deryer konpagni mo pa pou ena lot kestion » mais que Bhadain aurait menacé de « poz kestion embarasan lor Neeta ek so fami ar ki mo parente de loin ». Me Bhadain devait alors réclamer que les images des caméras CCTV du parking du tribunal soient obtenues pour rétablir les faits. La magistrate a alors sonné la pause break. Au retour, Me Bhadain de signaler alors, dans une déclaration conjointe, que Me Ng Sui Wa et lui sont revenus à de meilleurs sentiments et « the issue has been cleared between us » préférant ne pas s’attarder sur cet incident et se concentrer sur la bonne tenue de l’enquête judiciaire.