- Publicité -

Vivek Pursun (président du PGM) : « Les Rs 13 500 doivent être payées dès maintenant »

Vivek Pursun, le président du Pensioners Grievance Movement, est d’avis que les pensionnés doivent percevoir la somme promise par le gouvernement de Rs 13 500, et ce, « dès maintenant », car, dit-il, « la donne a changé avec la hausse de l’inflation et les prix des commodités courantes ».

- Publicité -

Dans l’interview qu’il a accordée à Le-Mauricien, il explique que « les pensionnés vivent de nos jours dans la pauvreté et que la hausse de la pension de Rs 1 000 à Rs 2 000 n’est pas suffisante ».

Commentant l’actualité, cet homme religieux hindou et ex-Lecturer de l’Université de Maurice en langue hindi dit sans ambages qu’il « n’y a pas d’India Bashing, et encore moins d’Hindu Bashing » dans le pays. Pour lui, ce sont des inventions d’associations socioculturelles « pour être dans les bons carnets des politiciens et pour s’agripper au pouvoir, histoire de diviser pour mieux régner ».

Faisant la comparaison entre l’ex-Chief Executive Officer (CEO) de Mauritius Telecom, Sherry Singh, et le Premier ministre, Pravind Jugnauth, il souligne que le premier nommé a « de fortes chances de devenir Premier ministre ». Mais pour cela, « il faudra qu’il compte sur un électorat jeune afin de briser un mythe qui caractérise les élections depuis des années .»

Est-ce que les pensionnés sont satisfaits de la récente hausse de la pension universelle ?

Nous ne sommes pas du tout satisfaits du quantum qui nous a été accordé. Il faut savoir que le lendemain de la majoration de la pension de Rs 1 000 à Rs 2 000, tous les prix ont augmenté sur les étagères. On a accordé Rs 1 000 et Rs 2 000 et on se retrouve maintenant avec des dépenses d’environ Rs 4 000 avec la flambée des prix des commodités. « Pli to pa ti gayne ! ».

Au lieu de nous accorder ces augmentations, le gouvernement aurait mieux fait de procéder à une baisse des prix des articles de première nécessité que les Mauriciens ont l’habitude de consommer. Nous, au sein de l’association, nous qualifions cette escalade d’augmentations après la hausse de la pension comme de la mauvaise foi de la part du gouvernement.

Comment peut-on traiter les pensionnés de cette façon ? On nous prend pour des demeurés qui ne savent pas ce qu’ils font. Le gouvernement est en train de nous duper avec cette augmentation, comme si « pe donn enn zanfan enn gro sink sou e li pran 24 sou ar li ». Cette hausse de la pension n’est pas du tout suffisante pour que les personnes âgées puissent joindre les deux bouts.

Que proposez-vous au gouvernement ?

Nous savons tous que le gouvernement nous avait promis Rs 13 500 durant son mandat à la veille des dernières élections générales. Certes, lorsqu’il avait évoqué la question, il n’y avait pas le problème de l’inflation, qui affecte sévèrement le pouvoir d’achat. Les gens pouvaient donc attendre jusqu’à 2024 pour toucher la somme de Rs 13 500. Mais avec le Covid-19 et les effets néfastes de la guerre en Ukraine sur l’approvisionnement des denrées alimentaires, je pense qu’il serait approprié d’accorder aux pensionnés la somme de Rs 13 500 dès maintenant pour soulager leur souffrance. Le gouvernement doit savoir que la promesse de Rs 13 500 ne peut plus continuer comme un outil électoral à la veille de son prochain mandat.

Comment vivent les pensionnés en 2022 ?

Le gouvernement doit diriger le pays de façon humaine car il faut savoir « ki pa pe kapav met nene » en ce qu’il s’agit du prix des médicaments, qui augmentent presque tous les jours. Les prix du lait, de l’huile comestible, des matériaux de construction ainsi que d’autres produits alimentaires ont accusé de hausses sans précédent. Cela a une incidence sur le pouvoir d’achat des pensionnés.

Essayez de diviser les Rs 1 000 par jour pendant un mois ? Roshi Badhain disait que « 2 ou 3 disef pa pou gayne ». Tous les politiciens sont en train de dire que Rs 1 000 ne valent pas grand-chose en ce moment.

Les personnes âgées sont en train de vivre actuellement dans la pauvreté extrême, car ils doivent faire beaucoup de sacrifices. C’est en faisant des sacrifices que les personnes âgées arrivent à vivre actuellement, alors que ce sont les personnes âgées d’aujourd’hui qui ont bâti cette île Maurice. C’est grâce aux personnes âgées que Maurice est devenue ce qu’elle est aujourd’hui. Il n’est pas normal donc que le gouvernement hésite à honorer ses engagements pour la pension à Rs 13 500. Je profite aussi de l’occasion pour lancer un appel au gouvernement. Il faut revoir à tout prix le salaire minimum. Un exercice aurait dû avoir lieu dans ce sens au moins deux fois par an, car ceux qui touchent le salaire minimal sont en train de vivre comme des pensionnés.

Le gouvernement vient d’annoncer la baisse du prix de l’huile comestible. Cela devrait plaire aux gens, non ?

Mo dire ou pri dilwil kouma dir enn bazar. C’est une vente à l’encan. Le ministère du Commerce semble être absent. Il n’y a pas de contrôle des prix, il n’y a pas de vision, non plus un planning ou une Mission Statement. Failing to plan is planning to fail. Voilà ce qu’ils font. L’huile se vendait à Rs 109 et est passée à Rs 75. Mais à l’heure où je vous parle, je n’ai pas encore eu accès. Des gens les achètent en grande quantité dès qu’ils arrivent sur le marché. Ou est-ce qu’on va se déplacer pour aller chercher de l’huile à Rs 75 dans des petits villages ?

Il est grand temps qu’on recommence à chanter la chanson Donn to lamin prean mo lamin pour bâtir à nouveau notre petite île Maurice. Cette Chanson a sa raison d’être à l’heure actuelle, surtout à une époque où les gens malintentionnés tentent d’attiser la haine raciale. Les radios privées doivent également se mettre de la partie en jouant régulièrement cette chanson pour que les gens retrouvent cette envie d’appartenir au pays comme une nation unie dans la diversité. Jouer cette chanson au Champ-de-Mars ou sur une plateforme politique, c’est pour duper les gens.

Vous suivez certainement les actualités du moment. Que pensez-vous de l’affaire de Sniffing allégué ?

Moi, je n’irais pas passer par quatre chemins pour dire que c’est une trahison du Premier ministre, Pravind Jugnauth, envers notre pays. Après avoir pris connaissance de tous les documents qui ont été publiés dans la presse et relayés par les médias, nous sommes tous arrivés à la conclusion qu’il y a eu bel et bien du Sniffing sans être connectés directement au réseau SAFE.

L’Inde a mis le pays dans une position embarrassante si un conflit se déclenche entre l’Inde et la Chine. J’ai aussi ma petite thèse concernant l’arrivée de cette équipe indienne à Maurice. Nous savons tous que lors dernières élections générales, des Computer Rooms avaient enregistrer les résultats des élections. Je me demande si les Indiens ne seront pas sollicités pour préparer les prochaines élections générales, car nos données ont été capturées.

Avec une telle démarche en tête, le gouvernement est sûr de gagner les prochaines élections. Cela montre donc pourquoi le gouvernement se montre insensible par rapport aux préoccupations de la population. Cette situation est en train de créer un doute dans la tête de la population, surtout lorsque les proches du pouvoir viennent dire que le gouvernement remportera les prochaines élections générales. Les dernières élections étaient reliées avec une Computer Room à Ébène. L’on se demande si cette fois, c’est Delhi qui aura un regard sur les résultats. Cette manœuvre concerne aussi la question géopolitique.

Pensez-vous que l’ex-CEO de Mauritius Telecom a le potentiel pour devenir PM un jour ?

Sherry Singh dispose d’un calibre qui est beaucoup plus fort que le chef du gouvernement. Il est plus éclairé et ses propos sont balancés et bien placés. La où il faut rester tranquille, il ferme sa bouche. Pravind Jugnauth est parfois comme son père, un peu impulsif, et il dit ce qu’il pense. Sherry Singh est définitivement plus fort que lui. Lorsqu’une personne dit la vérité, tout le monde a tendance à le suivre.

Mais lorsqu’il a des gens qui disent des non-sens, tout le monde est en colère. Dans le passé, même Paul Bérenger et Navin Ramgoolam étaient contre lui. Mais lorsqu’ils constatent qu’il est en train de dénoncer quelque chose, il faut certainement le soutenir pour sauver le pays comme un vrai patriote. Quant à savoir s’il deviendra Premier ministre un jour, je dois dire que c’est quelque part l’ambition de tous les politiciens. Sherry Singh a le potentiel d’être Premier ministre, mais toujours est-il qu’il y a des associations socioculturelles qui vont lui mettre des bâtons dans les roues. C’est pourquoi je dis que les jeunes de ce pays ont un rôle important à jouer pour briser ce mythe.

Les associations socioculturelles voient les choses d’une autre manière et vont jusqu’à parler d’India Bashing. Qu’en pensez-vous ?

Les associations socioculturelles sont malheureusement devenues un Parlement pour le Premier ministre, Pravind Jugnauth. La Private Notice Question est maintenant répondue dans les associations socioculturelles. Lorsqu’il ne peut pas répondre à une PNQ au Parlement, il y répondra au sein d’une association. Comme si on était arrivé dans une situation où il y a deux Parlements dans le pays. Il n’y aura pas d’interpellations supplémentaires dans les associations socioculturelles et le chef du gouvernement peut y dire ce qu’il veut.

Quoi? La basse-cour du pouvoir. Il pense que lorsqu’il va dans les associations socioculturelles, les gens sont sur la même longueur d’ondes que lui. Moi, je ne pense pas qu’il y ait ici ce qu’on appelle le Hindu Bashing, ni l’India Bashing. Il y a cependant un Pravind Jugnauth Bashing, un MSM Bashing. Tout simplement parce que personne ne veut plus continuer à voir ce gouvernement au pouvoir, surtout avec un règne de dictature, que soit au Parlement avec le Loudspeaker ou ailleurs. N’importe où on passe, on dit que ce gouvernement doit partir. Cela démontre qu’il n’y a pas de Hindu Bashing ou d’India Bashing, car je n’ai pas vu une communauté particulière critiquer une autre communauté dans le pays.

L’autre jour, Brunerau Laurette est allé consigner une déposition à l’encontre du Premier ministre, et il a précisé qu’il n’est pas contre l’Inde, car la Grande Péninsule nous aide dans plusieurs domaines. Sa déclaration est symbolique. Instaurer le germe du communalisme dans la tête la population à l’effet qu’il y a un Hindu Bashing à Maurice ne peut être que l’œuvre de politiciens et d’autres activistes malintentionnés. Un Premier ministre n’a pas le droit de parler de bashing pour n’importe quelle communauté ou n’importe quel pays. Voila maintenant le résultat. Les associations socioculturelles reprennent le discours des politiciens.

Pourquoi les dirigeant des associations socioculturelles agissent-ils ainsi ?

La plupart le font pour leurs gains personnels. Ils parlent donc un langage pour rester dans le Good Book du Premier ministre, et le chef du gouvernement a tort de croire que les associations socioculturelles représentent la voie d’une communauté. Les associations socioculturelles ne représentent pas les intérêts de la majorité de la population. Je connais même des dirigeants des associations socioculturelles qui ne savent même pas parler l’hindi ou le bhojpuri, et ne connaissent même pas leurs origines culturelles. Je le dis en ma capacité d’homme religieuxhindou et je sais quand ils font des erreurs et dérapent par moments. Ce que prêchent les dirigeants des associations socioculturelles n’est certainement pas ce que préconise la communauté hindoue.

Ils ne maîtrisent pas les vraies valeurs de l’hindouisme. La vraie valeur de l’hindouisme, c’est d’agir pour que toutes les autres communautés aiment la communauté hindoue, et non pas faire de sorte que toutes les autres communautés aient peur de la communauté hindoue. La communauté hindoue date de millénaires et prie pour le monde, et non pas pour elle-même. Le Premier ministre est à la tête d’un pays multiculturel. Comment alors peut-on parler de Hindu Bashing ? On peut continuer sur la même lancée pour les autres postes clés au sein du gouvernement, aussi bien que dans les autres institutions publiques ou n’importe quel ministère, municipalité, institutions scolaire et hospitalière, dans les postes de police, etc. Il n’y a pas d’Hindu Bashing à Maurice; il n’y a que des spéculations et de mauvaises interprétations en vue d’embêter les personnes âgées.
Je lance un appel à tous les jeunes de ce pays pour condamner cette mauvaise affirmation selon laquelle il y aurait à Maurice de l’Hindu Bashing et qu’il faut fermer la bouche de ces dirigeants socioculturels. Je suis un hindou et je ne suis pas d’accord qu’une association socioculturelle me représente et parle en mon nom. De quel droit peut-on faire cela ?

Parlons un peu de vos activités en temps qu’homme religieux hindou…

Là où j’habite, j’effectue les cérémonies religieuses ayant trait aux décès. Je le fais gratuitement. J’anime également des cérémonies religieuses gratuitement pour les gens qui n’ont pas les moyens. Je fais aussi partie d’une association du 3e âge, la Swastika Senior Citizen Association de Bassin, dont je suis le président. Tous nos membres bénéficient de différents services religieux gratuitement, même pour les cérémonies funèbres, alors qu’une cérémonie funèbre coûte normalement plus de Rs 10 000. Cette association organise chaque semaine des sorties pour prêcher le Ramayan ou encore le Bhagwad Geeta. Nous expliquons aux gens comment vivre dans une société et ce qu’est la culture hindoue. Ce que font les associations socioculturelles sont l’inverse de ce que prêchent les livres sacrés de l’hindouisme. Il faut prier pour que tous les gens soient égaux, car personne n’est supérieur à son prochain.

La nouvelle loi sur l’immigration vient d’être votée au Parlement. Quel regard portez-vous sur elle ?

C’est un véritable crime. Que se passerait-il si un enfant se marie à l’étranger et se fait déporter à Maurice avec ses enfants ? Quelque part, quelqu’un va souffrir, n’est-ce pas ? Si on applique la même logique pour un étranger qui est marié à une Mauricienne qui se fait déporter, on comprend le problème. C’est pourquoi je dis que ce gouvernement n’a de sentiment pour la cause humaine. On est entré carrément dans le principe de conflict of law, et je le dis, car je suis détenteur d’un LLB et d’un MBA dans le domaine légal. J’ai aussi dispensé des cours de formation en hindi à des élèves depuis l’âge de 20 ans. J’étais aussi Lecturer à l’Université de Maurice, où j’enseignais l’hindi.

Les restrictions sanitaires ont été assouplies depuis quelque temps. Pensez-vous qu’il fallait les enlever ?

Tout le monde sait que le gouvernement avait maintenu cette restriction au niveau des rassemblements publics de peur qu’il y ait de grosses manifestations dans le pays contre le gouvernement. La population était d’accord pour porter le masque, c’est pourquoi il n’y avait pas raison valable pour venir justifier une restriction au niveau des rassemblements publics.

Qu’est-ce qu’on voit maintenant ? C’est l’arcipel d’Agalega qui est touchée. Il n’y avait pas de Covid-19 dans le pays. Je trouve cela bien étonnant que cela arrive à la population à Agalega à une époque où l’Inde est en train de convoiter cet archipel pour y aménager une base militaire.

Faut-il déraciner maintenant les gens de là-bas à cause du Covid-19 avant l’inauguration de cette base, qui accueillera de gros-porteurs ? Au fait, j’étais le premier à tirer l’attention sur le fait que le gouvernement à l’intention de vendre Agalega à l’Inde. J’avais évoqué la question lorsque l’Inde avait décidé d’étendre une ligne de crédit de Rs 750 millions à Maurice pour y construire une piste d’atterrissage.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour