La FTU demande au PM de rejeter le deal Ambre Hotel-Sun Resorts

HÔTELLERIE
Les employés de l'hôtel Ambre, présents à la conférence de presse aujourd'hui, ont fait part de leur angoisse

Dans une conférence de presse en fin de matinée, la Fédération des travailleurs unis plaide auprès de Navin Ramgoolam de rejeter le deal Ambre Hotel-Sun Resorts portant sur la location de cet établissement hôtelier situé à Belle-Mare. La FTU souligne qu'une lettre a été adressée au Premier ministre aujourd'hui. À l'issue des discussions avec le conseiller légal d'Armand Appavou, patron de l'hôtel Ambre, Atma Shanto, le président de la FTU, révèle que 275 employés sont sous la menace de licenciement à la demande de l'éventuel locataire Sun Resorts. L'hôtel Ambre sera par ailleurs fermé de juin à octobre 2011.

" We have been informed also that M. A. Apavou is actually shifting from hotel to construction sector i.e his initial business, therefore economic problem does not arise. This business deal aims solely at maximising and consolidating Apavou's and Sun Resorts Ltd wealth, as on the other hand 275 families be sent to hell ", écrit Atma Shanto dans sa lettre adressée au Premier ministre.

Le président de la Fédération des travailleurs unis (FTU) souligne que le pays retiendra que 125 employés de l'hôtel Ambre ont été en février 2009 les premières victimes de l'Employment Rights Act 2008, l'une des deux nouvelles lois du travail. " In these circumstances, the FTU is claiming the Ptr-MSM government to reject this deal and further more your decision shall be a testimony in respect of your statement made on the Labour day at Vacoas ", soutient Atma Shanto.

À la lumière des informations recueillies sur le deal Ambre Hotel-Sun Resorts, le président de la FTU affirme qu'un exercice d'évaluation est en cours à Ambre Hotel, que des représentants de Sun Resorts sont venus à cet établissement, qu'à la fin de mai 2011, il y a eu un transfert des clients d'Ambre Hotel à l'hôtel La Plantation à Balaclava, autre établissement hôtelier appartenant au groupe Apavou.

Atma Shanto déplore que le ministre du Travail Shakeel Mohamed n'ait pas réagi à une lettre datée du 16 mai 2011 qu'il lui a adressée. " D'où notre décision d'adresser une lettre en toute urgence au Premier ministre. Nous demandons au gouvernement de ne pas donner son aval à un projet qui enverra 275 employés à l'abattoir ", soutient le président de la FTU. Il s'insurge qu'un tel deal intervient à un " moment crucial ", où des discussions sur la révision des deux lois du Travail - EReA et ERiA - sont en cours.