INFINITY BPO : Ultime délai à Jean Suzanne et Gérald Bouillaud

Jean Suzanne, ancien patron d'Infinity BPO et son partenaire français Gérald Bouillaud, l'ancien directeur général, n'ont pas déposé leurs contre-affidavits ce matin en Cour commerciale, comme le leur avait demandé le juge Paul Lam Shang Leen lors de la dernière audience le 24 mai. Il leur a accordé un ultime délai, jusqu'au mardi 7 juin, pour une nouvelle audience.

Alors que l'avoué de M. Suzanne, Me Bhooneswar Sewraz, a affirmé qu'il allait soumettre le contre-affidavit dans les dix minutes qui suivaient la fin de l'audience en Cour commerciale ce matin, l'avoué du français Gérald Bouillaud, Me Luchmaya Rao, a expliqué que son client rencontrait des difficultés à préparer le document exigé par la Cour dans cette affaire. Jean Suzanne et Gérald Bouillaud devaient déposer aujourd'hui leurs contre-affidavits respectifs en Cour commerciale dans lesquels ils devaient donner les raisons pour lesquelles l'injonction logée contre eux pour le gel de leurs avoirs ne devrait pas être convertie en ordre interlocutoire.

Jean Suzanne, qui est arrivé en Cour commerciale environ cinq minutes après la fin de l'audience, n'a également pas fourni la liste détaillée de ses biens, comme réclamé par la Cour. Le juge Paul Lam Shang Leen a fustigé la non-soumission des contre-affidavits. Ce dernier a renvoyé l'audience au mardi 7 juin prochain, offrant à Jean Suzanne et Gérald Bouillaud, une dernière chance pour soumettre les documents en question.

Le juge a également informé Me Thierry Kœnig (Senior Attorney) qui représente le liquidateur de la compagnie Infinity BPO, Roger Boodnah, de préparer sa réponse au contre-affidavit de Jean Suzanne au cas où ses représentants légaux soumettaient la leur ce matin. La réponse de Roger Boodnah par le biais de son avoué, Me Kœnig, devra ainsi être présentée mardi prochain lors de la nouvelle audience.

Me André Robert représentait ce matin la Barclays Leasing Company Ltd ; Me Jayca Jughadur, la banque HSBC et Me Kader Rajia, Natixis Private Renting International, basée au Luxembourg.

L'ordre Mareva émis contre Jean Suzanne et Gérald Bouillaud, suite à la demande déposée en Cour suprême par Roger Boodhna, le liquidateur de Infinity BPO, est toujours maintenu. Les avoirs des anciens patron et directeur général sont toujours gelés.

Concernant la vente aux enchères des biens d'Infinity BPO qui s'est tenue les 25 et 26 mai dernier, les acheteurs sont priés de prendre possession de leurs acquisitions jusqu'à demain mercredi 1er juin. Le liquidateur Roger Boodhna devra, à compter de demain, " clear the room ". Ce dernier est par ailleurs dans l'attente du rapport du Sworn Auctioneer, Saleem Boodhoo, comportant la liste des biens vendus lors de la vente aux enchères et les sommes d'argent obtenues. Le liquidateur devra soustraire 25 % de la somme totale comptabilisée lors de la vente, comme le stipule la loi, ces derniers représentant les frais suivants : 5 % au Sworn Auctioneer, 5 % au Registrar General et 15 % pour la TVA. La somme restante servira au paiement des ex-employés d'Infinity qui sont en attente de leurs salaires ou d'une partie.

Mise en demeure contestée

Nous apprenons également que les compagnies créancières Barclays Leasing Company Ltd, Mauritius Telecom et Data Communications Ltd (DCL) comptent contester la mise en demeure concernant les " voidable transactions " déposées contre elles à la demande du liquidateur pour la restitution des sommes d'argent payées par Infinity BPO pour les services et biens vendus. Roger Boodnah espérait récupérer ces sommes pour payer les salaires dus aux anciens employés du centre d'appels. Et ce, selon l'interprétation de l'Insolvency Act concernant les " voidable transactions ", où il est stipulé que l'argent payé aux créanciers dans une période de deux ans antérieure à la date de mise en liquidation peut être restitué, sous ordre de la Cour, à la demande d'un liquidateur.

L'affaire devra être débattue en Cour commerciale sous peu. Ruben Racing Ltd, à qui une mise en demeure a été servie et auprès de qui Jean Suzanne avait fait l'acquisition de plusieurs motocyclettes, n'a pas donné signe de vie au liquidateur à ce jour.