BOXE- Bactora, Colin et St. Pierre : au sommet de l'Afrique

Le noble art mauricien a brillé de mille feux, hier soir au Palais Polyvalent des Sports de Yaoundé au Cameroun. Lors des finales de la 17e édition des championnats d’Afrique de boxe, Ludovic Bactora (catégorie -52 kg), Richarno Colin (-64 kg) et Kennedy St. Pierre (-69 kg) ont tous décroché leur premier titre continental. De son côté, Bruno Julie s’est contenté de la médaille d’argent, suite à sa défaite en finale de la catégorie -56 kg.
Quatre représentants à une compétition de niveau relevé et quatre médailles, dont trois or : l’exploit s’avère retentissant. De surcroît, les trois nouveaux champions d’Afrique ont encore de belles années devant eux. D’où l’immense bonheur exprimé par l’entraîneur national, Judex Bazile. « Nos boxeurs ont fait montre d’un caractère de champion. Ils ont été extraordinaires tant sur les aspects psychologique, physique et tactique. Qui plus est, cette réussite collective ne constitue pas les fruits du hasard, mais d’un travail continu. C’est pourquoi je tiens à saluer le travail accompli de concert avec le Directeur Technique National, Jean-Claude Nagloo, les autres membres du staff technique que sont Richard Sunee et Josian Lebon, de même que les membres de la fédération, et le Ministère de la Jeunesse et des Sports ». Considérant cette performance comme une des plus grandes réussites de sa carrière, Judex Bazile aura également une pensée émue pour son fils unique, Jude, qui fête sa confirmation aujourd’hui et son épouse.
Du côté de l’Association mauricienne de boxe (AMB), on demeure conscient que les efforts fournis ne sont pas demeurés vains. « Cela fait plaisir de voir de nouveau la boxe au premier plan et nous nous attendons que cette discipline bénéficie désormais de plus de considération des autorités concernées. Bravo aux boxeurs, à leurs entraîneurs et à leurs parents. Un merci également à Dieu qui a su nous guider sur la bonne voie », se réjouit le président Rajiv Rajcoomar. Ce dernier aura tout de même une pensée spéciale pour Bruno Julie qui disputait ses derniers championnats d’Afrique. « Je ressens un pincement au cœur pour notre capitaine courage. Il reste à espérer qu’il retrouve ses sensations en vue de la qualification olympique ».

Courage et détermination
Ludovic Bactora avait donc ouvert la voie de brillante façon pour ses coéquipiers. Opposé au Marocain Abdelafatah Nafil, le Sudiste a fait la différence sur le score de 14-11 à l’issue d’un combat mené de main de maître, obtenant ainsi sa revanche sur le sort. Lui qui a su retrouver les devants de la scène, après un accident de moto survenu à La Rosa trois ans de cela et qui a retrouvé son meilleur niveau à force de courage et de détermination. « C’était un défi à relever car je ne pensais pas retrouver mon niveau. Je suis fier de ma performance, et j’ai une pensée spéciale pour mon entraîneur au niveau régional, Guito Auriant. Il m’a encouragé à persévérer et m’a permis d’aller jusqu’au bout. Je pense également aux entraîneurs de la sélection nationale, au président et aux membres de l’Association mauricienne de boxe et à mes parents qui m’ont toujours soutenu ». Concernant le combat, Bactora soutient qu’il a été plus facile que prévu. « J’ai suivi les consignes de mes entraîneurs et j’ai rapidement pris une avance de quatre points que j’ai gérée par la suite ».
Guito Auriant ne pouvait pour sa part contenir sa joie en apprenant la bonne nouvelle, hier soir. « J’ai toujours cru en Ludovic et en ses capacités. Alors qu’il revenait à la compétition, je lui avais demandé de procéder par étapes, soit une compétition régionale à Rose-Belle, les championnats nationaux et maintenant les championnats d’Afrique. La prochaine étape sera la qualification olympique ». Reste que l’œuvre de Ludovic Bactora devra maintenant être reconnue à sa juste mesure. Lui qui ne perçoit qu’une allocation mensuelle de Rs 2 000 de la High Level Sports Unit. Tous les efforts entrepris jusqu’ici par l’AMB pour une hausse de cette allocation étant demeurés vains.
De son côté, Richarno Colin a été accroché au round initial lors de son combat face à l’Algérien Berrag Sid-Ali (3-3). Par la suite, il devait prendre ses distances pour éventuellement faire la différence sur le score de 15-6. Après des médailles de bronze décrochées lors des deux dernières éditions de cette compétition, l’aîné des frères Colin a donc su forcer le destin en sa faveur cette fois. « Face à un Algérien, je m’attendais à un duel plus serré. J’ai donc pu réaliser mon objectif et je vise les Jeux des îles, les Jeux d’Afrique et la qualification olympique ». Toujours invaincu depuis le début de cette saison, Richarno Colin dédie ce titre à sa famille, à ses entraîneurs, aux membres de l’AMB et à son commanditaire qu’est le Phœnix Beverages Group. Richard Sunee, qui peut être considéré comme son père spirituel, ayant guidé ses pas au cours de ces dix dernières années, affiche également la satisfaction. « Richarno n’a cessé de progresser et a confirmé qu’il a du potentiel ; il a toujours témoigné du respect envers ses entraîneurs et connaît son jour de gloire ».
Quant à Kennedy St. Pierre, il a fait d’un coup d’essai, un coup de maître. Lui qui en était à son baptême du feu aux championnats d’Afrique. Face à l’Algérien Abbadi Lies, il s’est rapidement démarqué pour aborder le deuxième round avec trois points d’avance (8-5). Une avance qu’il confortait graduellement pour s’imposer sur le score de 22-17. « Après tant d’heures passées aux séances d’entraînement, voilà la récompense des efforts fournis. J’avais abordé cette finale avec une certaine confiance et j’ai su gérer l’avance prise », a fait ressortir Kennedy St. Pierre. Le boxeur a dédié sa réussite à un ami décédé qui l’a toujours encouragé et également à ses entraîneurs.
Par contre, Bruno Julie a de nouveau chuté face à un Algérien en finale des championnats d’Afrique. Cette fois, c’est Mohamed-Amine Ouadahi qui a brisé le rêve d’un deuxième sacre continental du Mauritian Magician. L’Algérien a certes mené le combat de bout en bout, soit 4-3 au premier round, puis 8-5 au deuxième avant de conclure à 13-9, mais Judex Bazile estime que son poulain méritait mieux. « Il a nettement dominé son adversaire, surtout au cours de la dernière reprise. Toutefois, ses points n’ont pas été comptabilisés ». Considérant les qualités de battant de Bruno Julie, il est à parier qu’il reviendra encore plus fort aux prochains championnats du monde dans l’optique d’une qualification olympique.

Rs 70 000 à chaque médaillé d’or
Selon le nouveau barème qu’a établi le Ministère de la Jeunesse et des Sports, les trois médaillés d’or percevront chacun une récompense de Rs 70 000. De son côté, Bruno Julie recevra un chèque de Rs 42 000. Par ailleurs, la participation de nos boxeurs aux finales a été évoquée au cours de la réunion du Conseil des ministres, hier matin. Quant à la délégation conduite par Jacques Couttee, elle sera de retour au pays lundi prochain.

Seychelles : deux médailles de bronze
Les Seychellois se sont également bien tirés d’affaire au cours de cette compétition continentale. Leurs deux représentants, en l’occurrence Jovet Jean (catégorie -75 kg) et Keddy Agnès (-81 kg) ont décroché la médaille de bronze, suite à des défaites concédées de justesse en demi-finales. Le premier nommé s’est incliné par décision de la scoring machine, alors que le score était de parité (9-9) à l’issue de son combat face à l’Algérien Abdelmalek Rahou. De son côté, Agnès a été battu sur le score de 15-16 par l’Egyptien El Afi Mahamedamin.

Les résultats
-52 kg : Ludovic Bactora b. Abdelafatah Nafil (Maroc) aux points (14-11)
-56 kg : Mohamed-Amine Ouadahi (Algérie) b. Bruno Julie aux points (13-9)
-64 kg : Richarno Colin b. Berrag Sid-Ali (Algérie) aux points (15-6)
-69 kg : Kennedy St. Pierre b. Abbadi Lies (Algérie) aux points (22-17)