Le nouveau bâtiment qui abritera bientôt la Cour suprême et d’autres instances du judiciaire mauricien jouit d’une belle architecture dans le centre de Port-Louis. Il constitue un encouragement certain pour tous ceux qui rêvent de donner une vitalité nouvelle à notre capitale. L’actuel édifice, qui a abrité la Cour suprême pendant des décennies, ne sera toutefois pas laissé à l’abandon. Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, qui procédait à l’inauguration du bâtiment conjointement avec son homologue indien, Narendra Modi, lors d’une cérémonie virtuelle, a annoncé jeudi que l’édifice sera rénové et réaménagé afin d’accueillir la cour d’appel, qui utilise actuellement les mêmes locaux que la Cour suprême. Voilà une bonne nouvelle pour tous ceux qui œuvrent pour la préservation et la promotion du patrimoine culturel mauricien. Il serait souhaitable, avant l’entrée en opération du bâtiment, qu’une ou deux journées portes ouvertes soient organisées afin de permettre à ceux qui le veulent de le visiter.

Au-delà de cet aspect pratique, le discours prononcé par Narendra Modi a été suivi avec beaucoup d’attention tant à Maurice qu’en Inde. La presse indienne y a donné une bonne couverture, d’autant plus que cette inauguration avait donné lieu à une déclaration du porte-parole du ministère indien des Affaires étrangères, lors de son “briefing” quotidien avec la presse. En quelques mots, le chef du gouvernement indien a brossé sa vision de la politique étrangère de l’Inde dans la région, basée sur une “mission statement” inspirée du Mahatma Gandhi, qui considérait que sa conception du patriotisme englobait le monde entier et que son idée de service « includes service to humanity ». Ainsi, l’humain doit être au centre du bien-être de l’humanité. Ce qui n’exclut pas la vision géopolitique de l’Inde dans la région.

Narendra Modi a rappelé l’importance accordée par l’Inde à la sécurité et à la croissance dans la région de l’océan Indien en soulignant que c’est à Maurice qu’il avait lancé pour la première fois cette vision connue comme SAGAR (Security and growth in the Indian region). Les observateurs indiens considèrent qu’il fait une « référence oblique à la Chine ». Ce qui a amené le Premier ministre indien à insister sur le fait que « Mauritius is at the heart of India’s approach to the Indian Ocean Region », en ajoutant que Maurice est au cœur du projet indien de “Partnership for development”. Pour lui, cette conception de développement est différente de celle qui avait débouché à l’époque sur le colonialisme et l’impérialisme et qui était caractérisée par l’exploitation. Pour lui, le concept de Partenaire de développement repose sur le respect de l’indépendance, la diversité et est orienté vers le futur et le développement durable, « sans aucune condition ou considération politique et commerciale ». Voilà une garantie, s’il le fallait, que l’Inde n’a aucune ambition sur aucune partie du territoire mauricien dans l’océan Indien. Pour lui, les relations entre Maurice et l’Inde puisent leurs racines dans l’histoire et un riche héritage culturel qui commence par l’Aapravasi Ghat et qui, grâce au dur labeur, a amené au développement qu’on connaît de Maurice, tournée vers l’avenir.

L’empreinte du partenariat de développement de l’Inde transcende le monde et comprend divers projets réalisés avec succès comme un grand projet de logements au Sri Lanka, le bâtiment du Parlement en Afghanistan, le centre de conventions Mahatma Gandhi au Niger et l’amélioration des services de santé grâce à l’hôpital d’urgence et de traumatologie au Népal ou la construction des stades de crickets dans d’autres pays dont la Guyane.
Nous sommes très heureux de faire partie de la stratégie géopolitique de l’Inde comme celle de la France qui, comme le soulignait récemment l’ambassadeur Emmanuel Cohet, considère que Maurice est partenaire important dans la stratégie indopacifique de la France.

Mais le plus important pour nous est que Maurice sache développer sa propre stratégie en matière de politique étrangère et de diplomatie économique en prenant en considération l’importance que nous accordent l’Inde, la France, l’Union européenne, mais également en prenant en compte tous les pays de peuplement de Maurice dont l’Afrique et la Chine.