POËMA ZÉPHIR

Bloqués, en panne, frustrés, perdus ou abrutis face à la feuille blanche, cette toile vide ou encore cet écran en veille… Tels sont les moyens employés par ce monstre qu’est le Manque d’Inspiration. Cette calamité fait des milliers de victimes au quotidien. Tout le monde y passe : écrivain, peintre, styliste, sculpteur, poète, compositeur ou ceux qui doivent décider du menu pour le dîner (ki pou kwi tanto ?)

POËMA ZÉPHIR

Tous, à un moment donné, sont confrontés à cette absence ravageuse de créativité qui immobilise et garde en captivité toute la splendeur de l’imagination. Est-ce de la paresse, un manque de motivation ou des lacunes en termes de talents ? Que faire lorsqu’on n’a plus de mots, plus de coups de pinceau ?

L’esprit se tord de douleurs et le cerveau s’écroule sous le poids des lamentations et des questions :
•Je ne suis qu’un bon à rien ! J’aurais dû écouter mes parents et poursuivre mes études de droit.
•Mozart était sourd et n’avait pas Internet; moi, je n’ai que les jingles de publicités qui me trottent dans la tête.
•Est-ce que je dois boire comme un trou comme Gainsbourg pour que les mots deviennent mes amis ?
•Ce soir en entrée et en plat de résistance Mine Apollo ! Je ne suis pas Cyril Lignac !

Les pensées s’emmêlent et se perdent dans ce grand désordre intérieur et l’on se retrouve à être au même point de départ après des heures de réflexions infructueuses.
Comment font les autres qui sont submergés par des idées réellement novatrices et phénoménales ? Notre vie doit-elle être forcément tumultueuse comme celle de ces artistes au parcours fulgurant pour que notre inspiration atteigne son paroxysme ?

À bien y penser, chacun puise sa grâce dans chaque élément que l’univers lui présente pour s’adonner à sa création artistique. Qu’on cherche cet élan majestueux pour créer dans l’ivresse de la bouteille, les plaisirs charnels, les petits bonheurs simples ou la douleur et peu importe ta came, l’on finit toujours par pondre quelque chose. Que ton œuvre plaise à tout le monde ou qu’il soit considéré comme un vrai flop, l’essentiel, c’est que le résultat final t’apporte une vraie satisfaction. Se laisser bloquer par cette recherche de perfection dans le seul but de plaire à autrui apporte rarement une paix d’esprit. Alors lâche prise ! Crée pour toi-même d’abord. Tu auras sans doute moins d’hésitation à jeter la première goutte d’encre sur le papier, de salir ton tablier ou de tremper ton pinceau. Allez croque ta créativité à pleines dents !