FREEDOMLICIOUS KAROL

Pourquoi avoir peur d’en parler ? As-tu peur de parler mariage, bébé ou boulot ? Alors, il n’y a rien de mal à parler de sexe ! Dans ton couple, en famille, entre amis, et surtout, avec les jeunes, ce sujet mérite d’être abordé… Pour ma part, âgée de 28 ans, je n’ai pas honte d’en parler. D’ailleurs, je partage régulièrement, sur Facebook, Instagram et YouTube (Freedomlicious Karol), des vidéos sur des sujets entourant la sexualité, tels que les infections sexuellement transmissibles, les méthodes de contraception ou même le viol. Et j’ai fini par lancer Sex’Plik San Tabou, une mini-encyclopédie en Kreol Morisien, truffée d’illustrations osées pour pousser le lecteur à parler de sexe sans tabou et avec respect.

En lançant la plateforme Freedomlicious Karol, je voulais d’abord aborder des sujets tabous en général (liberté d’expression, peine de mort ou encore le “ghosting”). Petit à petit, j’ai commencé à recevoir beaucoup de messages concernant mes vidéos abordant le sexe. Je me suis donc dit que ce n’était pas normal de ne pas être informé sur ces topiques avec Google à portée de main et une génération très connectée. Du coup, je me suis lancée davantage sur ces sujets en question, voyant que les internautes (surtout les adolescents) ne connaissaient pas leur corps ou encore les retombées des pratiques sexuelles précoces et sans protection. Au fur et à mesure, j’ai réalisé qu’écrire un livre, exposant la base de l’éducation sexuelle, resterait comme une trace de ce que j’ai accompli en vidéos durant une année. Selon moi, cela encouragera les jeunes à en parler avec des adultes ou entre eux, et aussi “voice out” en cas d’incompréhension.

Avec des illustrations osées, la mini-encyclopédie Sex’Plik San Tabou parle de la base de l’éducation sexuelle en Kreol Morisien et dans un vocabulaire direct… d’où le « San Tabou ». Le sexe, comme nous le savons tous, est un sujet dont on ne parle pas ouvertement. Pour pallier cette lacune, qui ronge notre société depuis beaucoup trop longtemps, ce livre vient comme un moyen de briser les codes et enfin oser en parler, sans honte, à nos jeunes, filles et garçons !

Parles-en à ton partenaire

S’engager avec quelqu’un, c’est tout partager ! Et la communication dans un couple est importante, quel que soit le sujet. Parler de sexe en couple, c’est s’épanouir à deux. Sachant que le plaisir est plutôt individuel, il est essentiel d’évoquer ses désirs, ses besoins, ses goûts et ce, sans tabou. Si on a honte de communiquer sur le sexe, l’autre ne peut deviner ce qu’on aime ! Chacun doit prendre en compte les besoins de l’autre pour une relation durable. Cela fait partie de la construction solide d’un couple et favorisera une grande complicité au sein de la relation. En outre, des sujets comme la masturbation ou encore le syndrome prémenstruel ne sont pas suffisamment abordés dans le couple. Ainsi, sans le savoir, ce manque de communication impacte énormément le quotidien de l’homme et de la femme. Se permettre d’oser, en abordant ce genre de choses, NORMALES, c’est se donner la chance de développer la confiance en soi. Ainsi, le couple souhaitera avancer et franchir de nouvelles étapes et affronter de nouveaux défis, ensemble !

Parles-en aux jeunes

Je sais que ce n’est pas toujours facile de parler de sexe à son enfant, mais il faut mettre fin à cette hésitation pour le bien de la nouvelle génération. Il se trouve que la sexualité fait partie des milliers de questions des enfants. En effet, souvent, ils veulent savoir d’où ils viennent et comprendre le changement de leur corps en grandissant. C’est ainsi que les adultes, parents et enseignants, entrent en jeu ! Oui, discuter de la sexualité devrait faire partie intégrante de l’éducation que nous leur donnons, que ce soit à la maison ou à l’école. La vie quotidienne offre de nombreuses occasions d’aborder ce sujet : le changement de couche du petit frère ou encore le bain sont des occasions de parler des différentes anatomiques. « Pénis », « vulve », « vagin » sont les mots à utiliser plutôt que « zizi » ou « foufounes ». Faites-le aussi en même temps que les autres parties du corps afin de leur montrer que les parties génitales sont considérées comme le reste et qu’on n’a pas à avoir honte d’employer ces mots. Si vous utilisez des termes qui ne sont pas très appropriés, cela indiquera le malaise et la mission de bannir le tabou, lié à la sexualité, échouera. Dans Sex’Plik San Tabou, les parties intimes sont clairement expliquées à travers des illustrations, qui peuvent intéresser les enfants.

« Sex’Plik San Tabou » comme manuel

Par ailleurs, certains collèges à Maurice, très peu malheureusement, organisent des sessions ou ateliers sur la sexualité. Là encore, Sex’Plik San Tabou pourrait leur être utile. Comme le sujet est toujours un peu tabou pour certains enseignants, ces derniers n’oseront pas en parler en détail, alors la mini-encyclopédie peut faire office de manuel, car elle comprend pas mal d’images pour une explication bien visuelle. Le problème à Maurice, c’est que les jeunes sont quasiment obsédés par la sexualité, mais n’ont personne pour partager leurs opinions ou doutes, à part des jeunes comme eux. Ne pas en parler avec eux, c’est comme donner une voiture à un mineur et espérer que tout se passe bien. Si l’information ne vient pas d’adultes responsables et ouverts, les ados se dirigeront davantage sur les sites pornographiques, qui transmettent parfois des idées de violence ou de barbarie.

Chers adultes, il est temps d’oser et de protéger nos jeunes. En gardant le silence, nous les mettons en danger. Les jeunes doivent apprendre qu’il existe des maladies sexuellement transmissibles et que la grossesse précoce peut être évitée. C’est pour cela que la contribution scolaire est fondamentale. Il faut susciter une prise de conscience et expliquer, sans honte, à nos jeunes qu’il faut qu’ils se protègent.

Sex’Plik, jeu de mots comme vous l’avez deviné, entre ‘sexe’ et ‘explique’, aborde des thèmes comme l’anatomie de l’homme et de la femme, les règles, le viol/le consentement ou encore les méthodes de contraception. Tout ceci dans le but de préparer les jeunes (ou les moins jeunes) mentalement, physiquement, émotionnellement pour être bien dans leur peau, pour de futures relations saines et quand ils seront finalement prêts à avoir des relations sexuelles à l’âge requis.

Ce livre est le “starter pack” de l’éducation sexuelle ayant pour but de mieux connaître son corps et soi-même (système reproductif, masturbation, cycle menstruel/se préparer aux règles, syndrome prémenstruel, orientations/identités sexuelles), diminuer les grossesses précoces (les méthodes de contraception, les relations sexuelles, comment est formé un bébé), se protéger des infections sexuellement transmissibles (il n’y a pas que le SIDA), bannir les rumeurs sur le sexe ou encore connaître son droit au consentement.

Sex’Plik San Tabou ne vient pas encourager les relations sexuelles entre jeunes ou encore les priver de leur innocence, car, à l’heure actuelle, il n’est pas rare de tomber sur des adolescents sexuellement actifs et des mères, à l’aube de la puberté, sans une préparation adéquate des retombées sociales, si cela ne se passe pas comme prévu ou comme dans les films X visionnés. De plus, à quel âge préparons-nous nos enfants face aux divers types d’agressions sexuelles existantes, à son droit de consentir ou encore rendre les règles un sujet de conversation normal au sein de la famille ?

Pour aborder ce sujet, dit « sensible » pour certains, j’ai opté pour le Kreol Morisien, qui vient rajouter une touche locale et accessible, car les manuels existants traitent ce topique avec des termes scientifiques à peine compréhensibles. Le vocabulaire choisi est simple et à la portée de tous afin que le message initial passe et ce, sans ambiguïté.

Sex’Plik San Tabou est actuellement disponible à Rs 250 au Bookcourt, Le Printemps, Le Bookstore, Le Cygne (Rose-Hill), Le Trèfle (Curepipe), L’atelier littéraire (Port-Louis), Presse Book (Tamarin), Kotpiale (Rose-Hill) et Kafe Ver (Curepipe).