- Publicité -

Elections et statuts fédéraux : L’impuissance du ministère des Sports face à une MFA peu convaincante !

L’association entend revoir, “as soon as possible”, ses statuts et les envoyer ensuite au Registrar of Associations, alors que les élections seront déjà terminées

- Publicité -

Une visioconférence annoncée pour ce mercredi entre la MFA, la FIFA et le ministère des Sports pour discuter d’un problème qui date de…10 ans

On pensait que le ministère des Sports allait enfin avoir le courage de prendre le taureau par les cornes et mettre un terme aux « largesses et privilèges » dont semble profiter la Mauritius Football Association (MFA) depuis des années. Cela, au terme de la rencontre de vendredi, à Port-Louis, suivant une correspondance du Registrar of Associations, en date du 15 juin, confirmant, ce que nous savions déjà, que les statuts de la MFA ne sont toujours pas en règle avec le Registrar Act.

Malheureusement, le ministère des Sports s’est montré impuissant face à une MFA peu convaincante. En somme, il ne semble toujours pas décidé à rappeler à l’ordre cette fédération par rapport aux lois de la République de Maurice ! Une situation qui ne date pas d’hier, mais depuis les élections de 2013 au cours desquelles Samir Sobha avait été élu président.

Le sourire arboré par le président de la MFA en arrivant dans les locaux du ministère des Sports, accompagné de son secrétaire général, Nazeer Bowud, était, somme toute, évocateur. C’est ce qu’on serait tenté de dire après avoir pris connaissance du communiqué de presse du ministère des Sports vendredi en fin d’après-midi. En fait, cela ne nous surprend plus en tenant compte d’une posture très mal assurée par ce ministère et de son ministre, Stephan Toussaint, depuis des années, sur un dossier pourtant d’intérêt général.

La question qui interpelle d’ailleurs bon nombre de Mauriciens, donc des contribuables : comment une association peut-elle faire fi des propres lois de son pays ? Ou encore, comment l’Etat peut-il cautionner ce genre d’écart révoltant tout en continuant à financer, à coup de millions, jusqu’à septembre 2018, une association qui n’est pourtant pas en règle ?

La MFA s’en tire à bon compte

Pourtant, ce n’est pas hier que nous questionnons la posture de la MFA. Sauf que sa démarche de “carry on” avec la tenue des élections au sein de ses comités régionaux, ce mois-ci, est déplorable. Alors même que ses statuts ne sont pourtant pas reconnus par le Registrar of Associations ! Si ce n’est pas faire un affront au gouvernement, alors cela y ressemble.

Au même titre, on ne peut que déplorer l’impuissance du ministère des Sports face à cette MFA qui persiste et signe et dont personne ne semble être en mesure de la rappeler à l’ordre. Si ce n’est que depuis septembre 2018, le ministère des Sports avait pris la décision de lui suspendre tout aide financière tout en questionnant une section de la Sports Act 2016 et la non-conformité de cette association avec la Registrar of Associations Act ! En août de l’année dernière, le ministère des Sports avait, cette fois, décidé de geler le soutien financier aux clubs.

Hormis ces deux mesures, la MFA a pu continuer à manoeuvrer comme bon lui semble, s’empêtrant, qui plus est, dans des scandales dont elle seule a le secret ! Au point d’être lourdement sanctionnée par la Fédération internationale de football association (FIFA) dans une affaire de transferts de joueurs étrangers en mai 2020. Du reste, peut-on savoir où en sont les enquêtes sur certains scandales ? On laisse le soin à ceux qui sont mieux avisés que nous d’y répondre !

Par contre, ce que nous pouvons avancer, c’est que la MFA parvient toujours à tirer son épingle du jeu et à surtout à convaincre le ministère des Sports, donc l’Etat, avec des explications que nous, en revanche, ne cautionnons guère. Ainsi, le ministère avance avoir été informé par la MFA de son intention d’organiser “as soon as possible”, soit dans le plus bref délai, une assemblée générale pour revoir ses statuts et qu’une copie de ces “amended statutes” sera envoyée au Registrar of Associations !

En somme, cette instance gouvernementale aura sa copie, alors que les élections régionales seront déjà terminées. Et dire que le ministère des Sports est à l’aise avec ce genre de démarche !

Il serait aussi bon de savoir quand cette assemblée générale sera programmée compte tenu du fait que le terme “as soon as possible”, faute d’une date, même prévisionnelle, manque cruellement de professionnalisme. Pas étonnant en considérant que cela vient de la MFA ! La question de la contestation des clubs concernant les conditions autour de l’organisation des élections au sein des comités régionaux a aussi été discutée. Alors que ces élections seront déjà terminées en se basant sur les directives de cette même MFA, en date du 20 mai.

Manque de professionnalisme

Aussi, selon la MFA, l’autorisation de la FIFA a été obtenue pour procéder aux élections des comités régionaux. Le ministère des Sports a été également invité à participer à une visioconférence qui aura lieu ce mercredi 29 juin entre la MFA et la fédération internationale pour discuter “this whole matter”.

A l’issue de la réunion de vendredi, le ministère des Sports a “warned” la MFA à l’effet qu’elle n’est toujours pas en conformité avec la Sports Act 2016. Il dit aussi avoir « pris note des explications de la MFA » et s’attend maintenant que cette dernière prenne des actions pour remédier aux points soulevés par le Registrar of Associations et certains “regional committees”.
Comme toujours, la MFA semble avoir retourné la situation à son avantage ! Et c’est vraiment dommage, désolant et surtout révoltant de voir avec quelle désinvolture ce problème a été traité au ministère des Sports !

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour