En vue des championnats du monde et des championnats du Commonwealth en décembre en Ouzbékistan, la participation des haltérophiles mauriciens est en suspens. N’ayant pas de compétition locale durant les prochains mois, c’est compliqué de constituer une sélection. Pour ce faire, la Mauritius Weightlifting Federation (MWF) devrait organiser des « competition tests » lors des séances d’entraînement.

Une nouvelle fois, la MWF est sous le feu des projecteurs. Cette fois, c’est pour deux compétitions internationales. Alors que les Mondiaux et les championnats du Commonwealth devraient se tenir en simultané, selon le président de la MWF, Magarajen Moonien, « nous attendons toujours une réponse de la Fédération internationale en ce qu’il s’agit de ces compétitions, car elles risquent d’être déplacées dans un autre pays. À l’heure actuelle, nos haltérophiles ne sont pas prêts pour participer aux Mondiaux, car ils s’entraînent une seule fois par jour ».

Celui-ci ajoute que la responsabilité de sélectionner les haltérophiles reviendra aux entraîneurs Ravi Bhollah et Gino Sooprayen. « Nous ne pourrons réaliser de compétition nationale avant décembre. Toutefois, lors des différents entraînements, les entraîneurs devront faire passer des tests à leurs athlètes et ensuite soumettre les noms à la fédération pour ceux qui auront le plus de chance de briller lors des deux événements. »

Néanmoins, pour Roilya Ranaivosoa, « cette situation doit cesser. Cela fait plus de deux ans que les meilleurs haltérophiles de l’île n’ont pu faire de déplacement à l’étranger. Il n’y a aucune communication entre la fédération et les athlètes de Gino Sooprayen. Nous sommes toujours les derniers à connaître certaines décisions, ce qui n’est pas logique, car notre groupe d’entraînement a été durant plusieurs années le meilleur de Maurice. Il y aura-t-il une sélection de Maurice lors de ces deux compétitions ? Selon moi, c’est une occasion à saisir pour Maurice, car plusieurs haltérophiles mondiaux se sont désistés pour ces échéances. »

La multiple championne d’Afrique et de Maurice pointe également du doigt le manque de transparence de la MWF. « Depuis déjà deux ans, aucune réunion n’a été tenue entre les haltérophiles et les différents membres de la MWF. J’espère que dans les jours à venir, nous aurons des réponses à nos questions. » Alors que l’entraîneur national, Ravi Bhollah, est pointé du doigt par le ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, et cela pour des raisons de favoritisme, le président de la MWF, souligne « qu’avec la Team Mauritius et les différentes personnes concernées, on se doit de se réunir afin de trouver des solutions. »

Ce qui suscite des interrogations et, selon les dires du président Moonien, on se demande quand les haltérophiles seront prêts s’il n’y a aucune échéance et information qui est communiquée. Qu’a fait la MWF afin de permettre à ceux bénéficiant de la High Level Sports Unit de garder leur niveau ? Une situation qui, selon beaucoup d’amoureux de cette discipline, perdure depuis déjà trop longtemps.