- Publicité -

JIOI 2023 – Proposition des disciplines Maurice pour l’escalade et le street dance !

– Les dossiers lutte, tennis et karaté seront aussi déposés à la table des discussions, cette semaine, lors de la réunion du CIJ, à Tana

- Publicité -

– Le COM représenté par trois membres, alors que le ministère des Sports décline l’invitation et suivra, dit-on, la réunion en ligne

Maurice, par le biais du Comité olympique mauricien (COM), proposera une liste de 19 disciplines en vue de l’organisation des 11es Jeux des Iles de l’océan Indien, prévus en 2023, à Madagascar. Ce sera cette semaine (mardi et mercredi) lors de la réunion du Conseil international des Jeux des Iles (CIJ). En revanche, ce qui saute aux yeux, et nous avons du reste posé la question au secrétaire général du COM, Hedley Han, c’est la décision de proposer l’escalade et le street dance ! Deux disciplines qui ne sont même pas visibles sur le sol mauricien et dont nous n’avons pas entendues parler de l’existence d’une fédération, sauf peut-être de l’escalade, à l’heure des élections du COM ! Rappelons que trois autres disciplines font partie de cette liste, dont le karaté, le tennis et la lutte surtout, fédération que préside Richard Papie, l’un des bras droits du président du COM, Philippe Hao Thyn Voon !

Ainsi donc, l’escalade et le street dance seront proposées, cette semaine, comme disciplines participantes aux JIOI de 2023 ! Une décision qui interpelle et ce, pour des raisons évidentes. Interrogé quant à cette annonce, Hedley Han a indiqué que ces deux disciplines seront proposées en démonstration ! Sauf que, récemment, il a été publié dans la presse que c’est l’eSport et le BMX qui sont concernés dans ce cas précis ! Alors, Which is which ?

Autant dire que ces choix demeurent, pour l’heure, très flous, en considérant aussi la position du ministère des Sports, notamment celle du ministre Stephan Toussaint qui s’était, dans le passé, exprimé en faveur de ces deux nouvelles disciplines olympiques. La question qu’il faut maintenant se poser est de savoir si ce choix est celui du COM, celui du ministère des Sports ou des deux ?

Aussi, comment rester insensible à la démarche du COM de proposer le karaté et la lutte quand on connaît la proximité de leurs dirigeants avec Philippe Hao Thyn Voon, dont un certain Richard Papie, président de la Fédération mauricienne de Lutte et également vice-président du COM ! La dernière discipline qui sera proposée n’est autre que le tennis, représentée au sein du mouvement olympique par son président, Kamil Patel, également membre élu aux dernières élections du COM !

Dans le cas du tennis justement, il est bon de rappeler que cette discipline a été dominée par les Malgaches, lors des Jeux de 2007 chez eux, puis en 2015 à La Réunion. Le tennis n’ayant pas été retenu aux Jeux de 2011 aux Seychelles et à ceux de 2019, à Maurice. En revanche, le beach volley, double médaillé d’argent aux Jeux de 2019, ne fait pas partie des propositions. Dans ce contexte, il serait intéressant de savoir ce qu’en pensent les beach-volleyeurs et plus précisément l’Association mauricienne de Volley-Ball, dont son président, Fayzal Bundhun, élu membre du COM en octobre dernier ?

Visite des infrastructures

Ainsi, les membres du CIJ auront finalement l’occasion de se réunir en présidentiel et non en visioconférence, comme cela avait été le cas en deux occasions, depuis la tenue des derniers JIOI de 2019, à Maurice. C’est donc la présentation des disciplines à ces 11es Jeux qui retiendra l’attention et parmi lesquels on retrouvera 10 disciplines olympiques comme l’exige les règlements du CIJ dont, entre autres, l’athlétisme, la boxe, le football, l’haltérophilie, le badminton et le volley-ball.

Hedley Han explique que la tenue de cette visite sera très importante, puisqu’elle permettra aussi aux membres du CIJ d’effectuer une visite des sites de compétitions et d’avoir une idée beaucoup plus précise de ce qui sera proposé comme Village des Jeux et conditions d’hébergement. « C’est une très bonne chose de pouvoir se rendre sur place et non d’assister à une telle réunion en ligne. Au moins là, on pourra voir de visu ce qui sera proposé par les organisateurs », déclare-t-il. Aussi, trouve-t-il très important de s’assurer que l’hébergement des athlètes soit d’un très bon niveau, contrairement aux grincements de dents qui s’étaient faits entendre lors des Jeux de 2007.

Cette visite, à Madagascar, permettra aussi aux membres du CIJ de procéder à l’élection d’un nouveau président. Ce qui aurait dû être fait depuis très longtemps, si la Covid-19 n’avait pas bousculé les plans. Maurice fera-t-elle acte de candidature ? « Je ne le pense pas étant donné que Philippe Hao Thyn Voon a déjà été président dans le passé, notamment pendant les Jeux des Iles de 2015, à La Réunion. Le Seychellois Antonio Gopal avait ensuite pris la main et nous pensons qu’il serait mieux de laisser la place à un dirigeant d’un autre pays », fait remarquer Hedley Han.   

Un vol spécial pour Tana

Par ailleurs, le secrétaire général du COM a expliqué qu’en l’absence de vol pour Madagascar, le gouvernement de ce pays a affrété un vol spécial pour permettre à tout le monde d’être présent à Tana, cette semaine. Ainsi, fait comprendre Hedley Han, les représentants de La Réunion, des Comores et de Mayotte sont attendus à Maurice, demain en fin de matinée (11h30), alors que le représentant des Seychelles, nommément Antonio Gopal, et celui des Maldives, qui devrait logiquement être Ahmed Marzooq, débarqueront un peu plus tôt dans la matinée, soit à 9h30. « Nous quitterons tous ensemble Maurice vers les 13h30. La réunion du CIJ aura lieu les 18 et 19 et tout le monde effectuera ensuite le même trajet, à Maurice, le 20, avant de regagner leurs îles respectives », souligne-t-il.

À noter qu’aucun représentant du MAJSL ne fera le déplacement à Madagascar. « Nous avons lancé une invitation, mais aucun membre de ce ministère ne sera du voyage. On nous a fait comprendre que le déroulement de cette visite sera suivi en ligne », conclut Hedley Han.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour